Une vision très noire, mais fondée d’Albert Edwards

us-economy-profits-recession

« Albert est un grand, c’est un géant. Il est classé par les bien-pensants comme perma-bear, comme baissier perpétuel. C’est bien sûr faux et archi-faux, Albert n’est pas “bear” par principe ou par biais personnel, non c’est simplement quelqu’un qui a une vision.

Une vision globale, fondée, étayée par un cadre analytique qui, comme le nôtre, met le taux de profit et les profits au centre du système capitaliste. Il met le profit au centre du sytème avec les liens sur la solvabilité et avec l’investissement qui lui sont reliés organiquement. 

“Albert Edwards, l’économiste de la Société Générale, pense qu’une vague déferlante se dirige vers l’économie Américaine,  ce qui la plongera dans une récession. Cette vague c’est une baisse des taux de profit qui détruira la dette corporate.

Il explique que les profits d’une économie entière ne baissent jamais autant sans qu’il y ait une récesion, et qu’il faut, encore plus qu’avec les actions, éviter la dette corporate Américaine, qui, il prédit, engouffrera l’économie dans une vague de défauts.

Edwards pense que la non prise en compte par beaucoup d’économistes du taux de profit en tant qu’indicateur de cycles économiques est l’une des raisons pour lesquelles ils ont tant de mal à prédire les récessions.

Ce taux de profit est en déclin pour plusieurs raisons. D’une part, à cause de l’augmentation du coût du travail qui fait pression sur les marges, ce qui n’indique pas nécessairement une récession, comme nous l’avons vu en 1986. Aussi, comme dans les mi-années 80, une baisse du prix du pétrole pèse sur les profits. D’autre part, les compagnies ne peuvent pas mettre cette hausse du coût du travail à la charge des consommateurs à travers les prix. Donc, elles réduisent leurs dépenses et leurs embauches, et les plus vulnérables ne parviennent plus à payer leurs dettes.

Edwards pense que cela préfigure une récession et non une anomalie comme dans en 1986 pour trois raisons :

Premièrement, quand le prix du pétrole a chuté en 1986, l’économie croissait à 4%, et elle a donc résisté à la baisse d’investissement des compagnies.

Deuxièmement, en 1986, les Fed Funds sont passés de 8% a 6% quand le consommateur se réendettait, et non quand il cherchait à éviter la dette comme c’est maintenant le cas.

Troisièmement et enfin, les compagnies en 1986 étaient biens moins endettées qu’elles ne le sont aujourd’hui, et leur solvabilité actuelle les expose à un renversement des profits.

Donc, cette fois, nous n’aurons pas de reprise rapide menée par le pétrole, et les Etats-Unis sont en route pour une véritable fin de cycle.

Edwards conclut donc par un conseil aux investisseurs : celui d’éviter la dette corporate, dont il prévoit que les taux de défaut astronomiques choqueront les investisseurs.

Vous avez été prévenus. »

Lire la suite sur le blog de Bruno Bertez

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Une vision très noire, mais fondée d’Albert Edwards

  1. Christ dit :

    Dans le même registre, selon Pierre Hillard, nous allons vivre une période noire entre la « guerre du feu » et « mad max »

  2. parabellum666 dit :

    Snowden appel au renversement de Cameron !

    https://francais.rt.com/international/18780-snowden-demission-cameron-panama-papers

    Ça sent pas le suppositoire ?

    On veut nous faire croire que la haute finance ne veut pas de brexit.
    Que se serait pas bon pour le business…
    Le fief historique des Rothchild et de leur corolegionnaires banquiers WASP,
    Ont très certainement compris l’intérêt de sortir de l’Europe,permettant ainsi également,
    Comme les zuniens de devenir un paradis fiscal.
    Le monde anglo-saxon…et la city de londre…

    Snowden est bien utile,
    et toujours vivant.
    Y avait plus de polonium ?

  3. parabellum666 dit :

    Nigel Farage doit se frotter les mains,
    « Tombent » bien les Panama papers banana split.,
    À deux mois du référendum.
    La providence fait bien les choses.

    Farage,même si il dit des choses intéressantes,
    se bat pour la finance rosbeefs.
    C’est à ça qu’il sert le Nigel,
    Les beaux discours à Bruxelles,c’est de la littérature.

    Le UKIP est financé par Paul Sykes, un riche financier de la City.
    Sûrement de la famille de ce Sykes là.
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Accords_Sykes-Picot

    Supposément…des amis de la Famille…suppositoire…

  4. zorba44 dit :

    Appelons un chat un chat… quand la récession s’installe les profits et les investissements baissent.
    Que la dette ne puisse plus être remboursée et que les défaillances s’accélèrent il ne faut pas être grand clerc pour ne pas le voir.

    Réduire les salaires et voir augmenter le chômage n’est pas, non plus, la solution.

    Voir les dépenses sociales devoir être rabotées n’est pas, itou, la solution.

    Réduire les libertés individuelles et de la propriété referme le piège mortifère.

    Jean LENOIR

  5. Ping : Une vision très noire, mais fondée d’Albert Edwards |

  6. parabellum666 dit :

    Article de 2013.

    the Rothschilds lived hereEst-ce que prendre le contrôle de la Banque centrale de la République islamique d’Iran (CBI) est une des raisons principales pour que l’Iran soit la cible des pouvoirs occidentaux et israéliens ?

    Comme les tensions poussent à une guerre inéluctable avec l’Iran, il faut explorer le système bancaire de l’Iran par rapport à ses homologues américains, britanniques et israéliens.

    Certains chercheurs soulignent que l’Iran est l’un des trois seuls pays dans le monde, dont la Banque centrale n’est pas sous contrôle de Rothschild.

    Avant le 9-11 il y en avait sept : Afghanistan, Irak, Soudan, Libye, Cuba, la Corée du Nord et en Iran. Cependant, en 2003, l’Afghanistan et l’Irak ont été engloutis par la pieuvre de Rothschild et en 2011 le Soudan et la Libye ont également disparus. En Libye, une banque Rothschild a été créée à Benghazi alors que le pays était encore en guerre.

    L’Islam interdit l’usage de l’usure, la pratique de la tarification excessive, déraisonnablement élevé et souvent interdit les taux d’interêts sur les prêts; c’est un problème majeur pour le système bancaire de Rothschild.

    Il y a quelques centaines d’années l’usure était également interdite dans le monde chrétien et était même passible de mort, car elle était considérée comme de l’exploitation et de l’asservissement.

    Après que la famille Rothschild ait repris la Banque d’Angleterre ils ont étendu leur contrôle bancaire dans tous les pays du monde. Leur méthode a été d’obtenir des politiciens corrompus du pays à accepter des prêts massifs, qu’ils ne pourraient jamais rembourser et donc à s’endetter auprès des Rothschild . Si un chef de file refuse d’accepter le prêt, il est souvent écarté ou assassiné. Et si cette opération échoue, des invasions peuvent suivre, et une banque Rothschild qui pratique l’usure est établie.

    Les Rothschild exercent une puissante influence sur les principales agences de presse dans le monde. Par la répétition, les masses sont dupés en leur faisant croire à des histoires d’horreur sur les vilains méchants.

    Les Rothschild contrôlent la Banque d’Angleterre, la réserve fédérale, la Banque centrale européenne, le FMI, la Banque mondiale et la Banque des règlements internationaux. Aussi, ils possèdent la plus grande partie de l’or dans le monde ainsi que le London Gold Exchange, qui fixe le prix de l’or chaque jour. On dit que la famille est propriétaire de plus de la moitié des richesses de la planète — estimé par le Credit Suisse à 231 milliards de dollars — et est contrôlée par Evelyn Rothschild, l’actuel chef de la famille.

    Des chercheurs objectifs soutiennent que l’Iran n’est pas diabolisé parce qu’il représente une menace nucléaire, tout comme les talibans, Saddam Hussein en Irak et Kadhafi en Libye n’étaient pas une menace.

    Quelle est donc la vraie raison ? Est-ce les milliards et les milliards de bénéfices provenant du pétrole ou les milliards des bénéfices de guerre ? Est-ce pour ruiner l’économie américaine, ou est-ce pour déclancher la troisième guerre mondiale ? Est-ce pour détruire les ennemis d’Israël, ou pour détruire la Banque centrale iranienne afin que personne ne puisse défier le racket de Rothschild ?

    La vraie raison pourrait être l’un de ces motifs ou, pire, tous.

    par dornach

    http://reseauinternational.net/les-rothschilds-veulent-la-banque-de-liran/

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s