« Salut à toi » : la version anti-oligarchie

Un pastiche du célèbre « Salut à toi » des Bérurier noir, groupe emblématique des années 80 (si vous avez comme moi la cinquantaine, ça doit vous rappeler quelque chose). Les paroles valent le détour ! OD

Source : Egalité & Réconciliation

Salut a toi_ Berurier_noir_oligarchie

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour « Salut à toi » : la version anti-oligarchie

  1. Polski dit :

    Bien envoyé..!! chanson très très jubilatoire qui en fout pleins les dents à ces élites dégénérées et à leurs pantins cupides!!
    Il faudrait développer chaque couplet je reste un peu sur ma faim mais bon c’est une chanson; donc la place est forcément limitée.

  2. brunoarf dit :

    Alain Finkielraut : « On a voulu purifier la place de la République. J’ai subi cette purification, avec mon épouse. »

    Il voulait rencontrer les participants du mouvement Nuit debout afin « d’écouter » leurs revendications, pourtant sa visite n’a pas été bien accueillie et Alain Finkielkraut n’est pas resté longtemps place de la République.

    À son arrivée, il a été insulté aux cris de « facho ! » et « casse-toi ! », lancés par les manifestants. Quelques minutes plus tard, des membres du service d’ordre de Nuit Debout ont raccompagné le philosophe et son épouse hors de la place de la République, sous les insultes et les crachats.

    Interrogé par des journalistes du « Cercle des volontaires », le philosophe a expliqué qu’il était venu « par curiosité, pour savoir à quoi m’en tenir sans passer par le filtre des médias ».

    « J’ai été expulsé d’une place où doivent régner la démocratie et le pluralisme, donc cette démocratie, c’est du bobard, ce pluralisme, c’est un mensonge », conclut-il.

    « D’autant que je ne venais pour écouter et non pour intervenir », a insisté le philosophe.

    « On a voulu purifier la place de la République. J’ai subi cette purification, avec mon épouse », a-t-il également déploré, ajoutant que s’il n’y avait pas eu un service d’ordre, il se serait « fait lyncher ».

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s