Obama menace le Royaume-Uni de représailles commerciales en cas de Brexit

Un petit attentat terroriste à Londres pour bien appuyer le message avant le référendum ? Oser remettre en cause la belle usine à gaz européenne pilotée à distance par Washington, quelle impertinence… La démocratie oui, mais à la sauce américano-mondialiste ! OD

obama-represailles-commerciales-brexit

« Le président américain Barack Obama a menacé vendredi le Royaume-Uni de « passer en queue de peloton » dans ses relations commerciales avec les Etats-Unis s’il choisit de quitter l’Union européenne à l’issue du référendum du 23 juin.

« Certains pensent peut-être qu’il y aura un accord de libre échange USA/Royaume-Uni mais cela n’arrivera pas de sitôt (…) Le Royaume-Uni sera en queue de peloton », a-t-il prévenu lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre britannique David Cameron.

« Nous sommes concentrés sur les négociations avec le grand bloc », c’est-à-dire l’UE, a-t-il ajouté. « Les Etats-Unis veulent un Royaume-Uni fort comme partenaire. Et le Royaume-Uni excelle lorsqu’il contribue à diriger une Europe forte », a-t-il insisté.

Dès son arrivée à Londres pour une visite de 4 jours, M. Obama a plongé dans la bataille du référendum, en se livrant à un vibrant plaidoyer en faveur du maintien de son allié britannique au sein de l’UE, une question qui déchire le pays.

« L’Union européenne ne diminue pas l’influence britannique – elle l’amplifie », a écrit M. Obama dans une tribune au ton très personnel parue dans le quotidien Daily Telegraph peu après son arrivée.

M. Cameron a de son côté souligné que le traité de libre échange commercial (TTIP), en cours de négociation entre les Etats-Unis et l’UE, « ferait gagner des milliards à nos économies ».

Son pays serait exclu de cet accord en cas de sortie de l’UE.

« Nous travaillons dur pour faire avancer (ces négociations) parce que cela ferait gagner des milliards à nos économies et donnerait l’exemple au reste du monde « , a ajouté M. Cameron ».

Source : AFP/ DirectMatin, le 22 avril 2016

Rappels :

L’Union européenne et l’OTAN, revers d’une même médaille

Nigel Farage : « L’armée du peuple l’emportera sur cette Union européenne anti-démocratique »

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour Obama menace le Royaume-Uni de représailles commerciales en cas de Brexit

  1. zorba44 dit :

    « Au bas mot, vous serez en queue de peloton » et il va falloir que Nigel se démène pour envoyer dans le fossé ce déséquilibré, ce sbire de la haute finance !

    Jean LENOIR

  2. ratuma dit :

    et la City avec ……

  3. brunoarf dit :

    En tout cas, Obama prépare le futur.

    Atlas, c’est un des robots qui vont détruire nos emplois et qui vont créer des dizaines de millions de nouveaux chômeurs.

    Le développement de ce nouvel humanoïde a été financé par la Darpa, l’agence de recherche de l’armée américaine.

    Aucune information n’a filtrée sur les caractéristiques précises, ni sur les futures utilisations du robot Atlas.

    Peut-être que Atlas travaillera pour faire la guerre.

    Peut-être que Atlas travaillera dans le secteur civil.

    Regardez cette vidéo de 2 minutes 41 :

    Regardez notre futur :

    • zorba44 dit :

      Ça coûte quand même plus qu’un smicard à fabriquer, ça titube comme un ivrogne et, en plus, c’est maltraité comme un esclave !
      Bref c’est de la démence et ceux qui fabriquent cela sont des déments.

      Jean LENOIR

      • ratuma dit :

        et un robot ça peut rouiller – et ça ne peut se multiplier seul – même en réfléchissant longtemps !!!

      • Justy dit :

        Bien vu ! Et vous avez pu constater « qu’il » met un temps fou pour déposer très maladroitement un carton vide sur une étagère. Un smicar en aurait rangé 10 pendant ce temps.Et puis surtout,un smicar un peu viril aurait placé un bel uppercut a son agresseur.

      • brunoarf dit :

        Le robot Atlas est le premier prototype d’une longue série de robots. La DARPA investit et continuera à investir des milliards de dollars dans l’amélioration de ces robots Atlas.

        Ne sous-estimons pas le robot Atlas. Ces successeurs seront plus forts que nous.

      • José dit :

        Mais les tests sont manifestement concluants, il supporte toutes les brimades sans broncher. D’un autre côté, en généralisant la lobotomie, on peut encore leur faire concurrence…

    • ratuma dit :

      un robot ça peut se détruire –

  4. simple citoyen dit :

    Bref et efficace rappel que nous sommes bel et bien en guerre économique et politique.
    Les US montrent ainsi leurs vraies couleurs. Ou plutôt ceux qui se sont accaparé l’état US, car il ne s’agit plus de nations qui s’opposent, mais de destruction des nations par une radicalisation incessante promue en leur sein, au nom de tel ou tel combat: c’est le volet « Menace de guerre civile » de l’offensive. De l’autre, ce sont les états qui sont instrumentalisés au profit d’intérêts particuliers.
    C’est le sens profond de la monté en popularité de Trump aux US, mais qu’aucun commentateur de premier rang ne dévoilera jamais. Les américains qui le soutiennent disent: « Nous ne voulons plus être les otages et les faire-valoir de ces intérêts. Notre nation mérite mieux que ça. Nous devons reprendre le contrôle avant qu’il ne soit trop tard ».
    Intéressant de voir également le spin donné par les médias de gauche sur l’affaire. C’est du grand art.
    Ainsi cet article du Gardian qui entame sa démonstration par « Pas étonnant qu’ils aient tout fait pour qu’il ne parle pas »… car ce qui s’est produit selon l’auteur est simple: Obama a détruit l’argument massue des partisans de la sortie de l’UE: que la GB pourrait une fois sortie retourner dans une espèce d’Anglosphère centrée autour des US… L’article est d’ailleurs intitulé « Il aura fallu Obama pour détruire le rêve du Brexit ». http://www.theguardian.com/commentisfree/2016/apr/22/barack-obama-crush-brexit-fantasy-eu-referendum
    Ce qui est glaçant, car de plus en plus récurrent, est la décontraction affichée maintenant par certains des acteurs de ce conflit géopolitique majeur. On est loin des débats feutrés de la diplomatie. Les menaces se font au grand jour, révélant ainsi les enjeux et les manipulations, comme une manière de tétaniser les peuples en leur laissant croire qu’ils ne peuvent plus influencer le destin.
    C’est vrai pour la Turquie d’Erdogan dans ses rapports avec l’UE ou le conflit syrien, mais aussi des politiques en interne qui déploient jour après jour des mesures coercitives de plus en plus dures et contraires aux valeurs premières et aux évidences. Je pense par exemple à la lutte contre le CO² (écrire cette seule phrase m’est difficile tant elle est évidemment dénuée de sens) et son cortège de conséquences économiques, aux menaces ouvertes contre la liberté d’expression et l’exercice des fondements de la science. Mais on pourrait tout aussi bien parler des débats interdits, de la déclinaison au niveau sociétal du fameux « Si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes contre nous » de Bush qui est l’exemple parfait de la radicalisation imposée aux peuples et qu’on peut décliner selon tous les axes de pouvoir.
    Ou plus près de chez nous, les tentatives de récupération et de polarisation des mécontentements par l’entremise d’histoires à dormir debout: on réprime les manifestations en plein état d’urgence, mais on laisse occuper la symbolique Place de la République pendant des semaines… Au delà du grotesque.
    Et toujours cette lancinante diatribe: faites ce qu’on vous dit et vous serez récompensés. On vous donnera des places bien au chaud non pas au mérite, mais au nom de votre soumission, vous serez les destinataires des richesses qu’on aura pris à nos opposants, vous serez protégés par l’état de droit d’exception et la force de l’état. On peut le voir à l’oeuvre dans tous les pays occidentaux actuellement, à quelques exceptions près qui seront réduites de force, pourtant historiquement porteurs de cette exception extraordinaire que fut l’espoir démocratique.
    J’ai toujours pensé que l’affaire de l’ex-Yougoslavie avait été une salve d’avertissement tirée en direction des européens. Et il est à redouter que ce soit à l’aune de ce chantage que nos dirigeants ne s’exécutent, les évènements récents y concourant.
    Pour ne pas avoir voulu reconnaître que la puissance devait s’incarner, nos eurocrates nous livrent au pillage institutionnalisé en échange d’une mort lente de nos civilisations plutôt qu’un combat ouvert. Double et funeste illusion, entretenue en partie par leur éloignement des contingences et pour certains d’entre eux par le mépris des peuples auxquels ils pensent ne rien devoir; de l’autre par l’obnubilation à promouvoir tel ou tel agenda dont ils imaginent que seule la destruction de l’Histoire et de l’Europe permettra l’avènement.

  5. C’était prévisible, non ? Presque attendu même. En fait, on ne sait plus qui de Cameron ou d’Oblabla met le plus de zèle à exécuter le Plan dans l’espoir de récupérer le plus de billes après leur départ… Victor Hugo a dit « Aucune armée ne peut lutter contre une idée dont l’heure est venue. » Et plus près de nous Jean Yanne a affirmé ; « S’il y avait un impôt sur la connerie, l’État s’auto-financerait ! » Ah bah tu m’étonnes… JBL1960

  6. xavib dit :

    Oncle Obama devrait tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant faire la grosse voix… parce que ça commence à gronder fortement chez les populos d’Europe que leurs « amis » Ricains méprisent souverainement (sans jeu de mots)….

    https://www.rt.com/news/340723-ttip-obama-merkel-deal/

  7. simple citoyen dit :

    Un point de détail: si je trouve sidérant le niveau de décontraction dont font preuve nos élites, cela ne veut pas dire que je pense qu’Obama cherche effectivement à garder la GB arrimée à l’UE.
    On est témoins de son chantage et de ses menaces. Mais on n’a à vrai dire aucune idée quant à ses intentions. Rien ne nous dit qu’il ne s’agit pas de s’assurer au contraire un Brexit, puis une partition de la GB par sortie de l’Ecosse se rejoignant à l’UE.
    Il faut se méfier de la tentation de conclure trop vite. La plupart de ses stratégies d’influence fonctionnent en « multiplex »: aucune option n’est jamais mauvaise. Elle ouvre simplement un chemin différent en permettant l’exploitation d’autres faiblesses etc.

  8. Nanker dit :

    … et le lendemain de cette admonestation Obama est allé jouer au golf avec Cameron (info Zerohedge). Le message est clair : comme pour nous en 2005 les puissants font les gros yeux aux peuple, lui promettant mille calamités s’il osait voter l’impensable cad voter contre l’intérêt des maîtres.
    Et on traite Poutine de dictateur? 😆

    • zorba44 dit :

      De plus en plus de gens seraient heureux que Poutine anéantisse l’économie des USA en la plongeant dans le noir.
      …L’ours a les armes pour cela.

      Vive le Brexit

      Jean LENOIR

  9. christ dit :

    la turquie fait chanter l’europe , obama fait chanter le RU ,on nous promet des milliards pour l’économie , mais on va tous se faire enfler par les amerloques, destructeurs de paix,fouteurs de merde en puissance, et on ne pourra rien faire ; l’avenir est bien noir …..

  10. Ping : Obama menace le Royaume-Uni de représailles commerciales en cas de Brexit |

  11. éric dit :

    Des années que François Asselineau dénonce les intrigues des états-unis, notamment pour ce qui est de la construction européenne.

    Ses vidéos sont édifiantes:
    https://www.upr.fr/conferences

    • zorba44 dit :

      Bon le problème semble résolu …c’est vrai ! C’est aussi pour cela que le comptes de campagne d’Asselineau ont été rejetés – pour le tuer politiquement.
      La solution : que les têtes pensantes l’incluent dans une primaire citoyenne pour 2017, le seul mode qu’on ne peut bidouiller.

      Jean LENOIR

  12. Danse dit :

    La Grande Bretagne n’a jamais réellement fait partie de l’UE. L’empire maritime n’a jamais choisi l’Europe continentale. Son économie a été détruite bien plus tôt que la nôtre par les mêmes prédateurs, elle n’a jamais eu besoin de l’UE pour ce faire. Ses ressortissants achetaient massivement des maisons dans certaines de nos régions pour bénéficier des droits et du système de santé que nous avions encore.
    L’UE a permis de faire croire un temps aux GBs que leur situation économique venait de leur appartenance à l’UE. Une diversion.
    Si on se réfère aux énormes irrégularités qui ont été documentées lors du référendum écossais, une chose dont on peut être certain c’est que le résultat du référendum sur le Brexit sera conforme à la volonté des prédateurs internationaux. On ne connaîtra probablement jamais la volonté du peuple britannique.

    L’adhésion et le maintien de la GB atlantiste dans l’UE ont permis d’accroître encore les tensions entre les peuples européens sous le joug, c’est toujours ça de gagné pour faire avancer la 3e guerre en cours contre l’Europe. La présence de la GB dans l’UE a permis de plus facilement manoeuvrer l’Europe occidentale vers une hostilité croissante et totalement fabriquée à l’encontre de son allié naturel, la Russie.
    Aucune guerre contre l’Europe n’a jamais détruit la Grande Bretagne.
    Toutes les guerres contre l’Europe ont vu la GB (City) alliée aux US (Wall Street).

    • zorba44 dit :

      D’accord avec vous : le pragmatisme hypocrite des rosbifs a tout fait pour sucer au maximum l’Europe …comme d’hab !
      Reste à savoir ce que la contestation et les menaces d’invasion par des « réfugiés formatés » par là-bas, de l’autre côté de l’Alantique fera peser sur les élections.
      L’euro n’est pas le problème, même si Nigel Farage pointe avec raison que cette folie détruit l’Europe.

      La question est de savoir cette fois si l’Europe détruite n’entraîne pas la GB dans sa chute.

      Jean LENOIR

      • Danse dit :

        Il m’apparaissait à l’époque que l’entrée de la GB dans l’UE n’avait pour but que de dégrader plus vite l’Europe continentale économiquement pour la faire passer sous contrôle officiel des prédateurs internationaux, et donc accélérer les conflits entre ses nations. Et qu’une fois la mission accomplie, la GB devait pouvoir se retirer au grand soulagement des autres pays de l’UE, juste avant que la guerre civile proprement dite commence entre les nations d’Europe continentale.
        Cette partie du plan n’est plus réalisable car l’union ne s’est pas faite en Europe contre la GB mais directement contre l’UE, donc un Brexit ne ferait que précipiter la sortie de l’UE par d’autres pays et ce serait la fin de l’UE si patiemment construite par ses inventeurs.
        C’est à mes yeux la seule raison pour laquelle les prédateurs internationaux ne veulent plus de la sortie de la GB. Elle restera de toute façon une indispensable base militaire US.
        La chute de la GB a eu lieu il y a longtemps, par contre la chute de la City pourrait avoir lieu, indépendamment de la chute de l’Europe.

        Pour les élections, vous parlez des nôtres de 2017 j’imagine ?
        Avant l’invasion des réfugiés reconditionnés déjà, j’avais lu dans les Echos, sous la plume d’un de leurs pressetitués, en substance : la stratégie des gérants français, considérant leur impuissance à empêcher M. Le Pen d’être élue à la future présidentielle, était de dramatiser à l’extrême l’événement (un peu comme lorsque nous avons voté non à Lisbonne en 2005, mais puissance 10), et de réaliser « enfin » l’union sacrée de tous les fascistes des partis de pouvoir (comme en Allemagne) au nom de la fameuse « démocratie ».
        Du fond de leur bulle, ils se voyaient ainsi remporter en raz de marée les élections législatives qui suivront la présidentielle et empêcher MLP de gouverner.
        Pour réussir la seule mission à laquelle ils travaillent : se maintenir au pouvoir.

        Sur Nigel Farage : s’il voulait véritablement empêcher la destruction de l’Europe, il se serait allié à MLP pour former un groupe puissant à l’issue des élections européennes. A eux deux ils auraient fait beaucoup de bruit et d’audience (on aurait pu à cette occasion voir quels sont les véritables buts de MLP). Mais le très libéral Farage a refusé.

  13. Danse dit :

    Le plus tragique avec Asselineau c’est qu’il n’a pas besoin d’autre ennemi que lui-même. Il se tue lui-même politiquement en excluant les plus valeureux de ses militants :
    http://www.chambardement.fr/regis-chamagne-upr-afl/
    http://www.agenceinfolibre.fr/l-upr-chasse-les-complotistes/
    http://www.poilagratter.info/france/1061-desenchantement-a-lu-p-r/

  14. Véritas dit :

    F. Asselineau est très probablement piloté par l’Oligarchie et la FM.
    C’est un faux nez du système et une voie de garage pour canaliser les opposants à la marche forcée vers le Mondialisme et les défenseurs de la nation Française.
    Cet énarque est issu du sérail, formé par lui et payé grassement par le contribuable en tant qu’inspecteur Général des Finances en pré-retraite (soit disant forcée). Un poste qu’il n’a même pas quitté pour fonder un parti politique financé en pure perte par des militants naïfs et crédules !

    • Danse dit :

      Je ne sais pas pour l’oligarchie et la FM, mais bien d’accord avec vous sur le sérail.
      Ce qui apparaît clairement (et est confirmé en grande largeur dans son incroyable exposé de griefs à Yannick Hervé, un cas d’école) est que malgré l’utilité de ses conférences, F. Asselineau est piloté avant tout par son nombril.
      Son obsession à parler négativement de M. Le Pen à la limite de la crise de nerfs et à se plaindre de ne pas passer à la télévision (d’être à la place de MLP ?), au lieu de parler des sujets utiles, n’a fait que mettre en relief son problème personnel.
      Ce narcissisme transpirant abondamment fait de lui un candidat en effet aussi crédible que le politique lambda pour « représenter » le peuple.

  15. Ping : Brexit, la véritable question posée aux Britanniques Par Alexis Toulet – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s