L’Union européenne a toujours été un projet de la CIA

Une piqûre de rappel… ou pourquoi l’Empire états-unien manie l’intimidation ou la menace chaque fois que quelqu’un ou quelque chose se met en travers du magnifique projet de “construction européenne”… OD

union-europeenne-cia

« Pas étonnant que Washington s’oppose au Brexit. L’Union européenne est un projet soutenu par les États-Unis depuis ses origines, selon des documents du Département d’État qu’a pu consulter un journaliste du Daily Telegraph.

L’opposition active de Washington à l’éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne n’est en rien étonnante, car ce sont précisément les services spéciaux américains qui sont à l’origine de ce grand projet européen, lit-on sous la plume du journaliste du Daily Telegraph, Ambrose Evans-Pritchard.

Des documents déclassifiés par le Département d’État américain montrent clairement que les services spéciaux US ont secrètement financé l’intégration européenne pendant des décennies, souligne l’auteur de l’article. Plus encore, les autorités américaines ont déployé des efforts considérables afin de pousser le Royaume dans l’Union.

L’un de ces documents, daté de 26 juillet 1950, évoque une campagne visant à promouvoir un parlement européen à part entière. Ce document a été signé par le général américain William J. Donovan qui, à l’époque, a dirigé l’OSS (Office of Strategic Services), peu après remplacé par la CIA (Central Intelligence Agency, Agence centrale de renseignement).

D’après la même source, la CIA a utilisé certains pères fondateurs de l’Union européenne comme agents. L’organisation les a activement empêchés de rechercher de nouvelles sources de financement pour qu’ils ne puissent pas mettre fin à leur dépendance vis-à-vis de Washington.

Selon le journaliste du Daily Telegraph, une telle politique « n’est en rien malveillante ». 

« Les États-Unis ont fait preuve de clairvoyance dans le contexte de la guerre froide. Leur reconstruction politique de l’Europe a été un grand succès », estime le journaliste.

Depuis lors, les États-Unis se sont servis de l’UE comme point d’appui pour leurs intérêts en Europe. La stratégie politique US en France, en Italie, en Allemagne et en Scandinavie s’inscrit dans la logique américaine : ils sont convaincus que l’Union européenne est un instrument de l’influence anglo-saxonne. 

On ne peut pas dire que les relations entre les États-Unis et l’UE soient sans nuage. Cependant, selon l’auteur du Telegraph les États-Unis doivent soutenir l’Europe qui est actuellement la cible de trois menaces, à savoir les djihadistes, la Russie et la Chine.

Fait curieux, le journaliste prône le maintien de la participation de son pays à l’UE en se référant à une menace russe croissante. 

Auparavant, le président américain Barack Obama, lors de sa visite à Londres, a essayé de persuader les Britanniques de voter pour le maintien au sein de l’UE. Le chef d’Etat américain a prévenu que le Royaume-Uni régresserait en termes de commerce avec les USA s’il quittait l’Union européenne ».     

Sputnik, le 29 avril 2016

Rappels :

Qui étaient les pères fondateurs de l’Europe ? (F. Asselineau)

Quand la CIA finançait la construction européenne

Des fédéralistes européens financés par des chefs de l’espionnage

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’Union européenne a toujours été un projet de la CIA

  1. Asselineau a vraiment le mérite d’avoir remis sur le tapis les véritables « architectes » de l’UE, notamment en rappelant qui était Walter Hallstein, juriste d’Hitler, et 1er président de l’Union Européenne. Oblabla, exécute les ordres en rappelant Cameron à l’ordre. Pour ma part, j’estime qu’il y a un lien ténu entre l’UE et le Groupe Bilderberg. Je l’explique dans ce billet de blog ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/20/bilderberg-cie/ Dans lequel, notamment, j’ai mis la vidéo d’un Jean-François Kahn niant connaître le Groupe Bilderberg à l’émission de Calvi ; C dans l’air… Cela permet de comprendre les compromissions des Merdias, des politiques pour tenir éloignés des secrets d’alcôves le bas-peuples ; Nous. Mais, pour le coup, ça marche de plus en plus mal, car nous sommes de + en + nombreux à nous « éveiller », enfin, c’est mon humble avis. Bon, c’est long, mais on a pas besoin de convaincre 100% des gens, 10% de la population mondiale suffirait pour effectuer une bascule vers un changement de paradigme. Peut-être que je rêve, mais au moins je ne cauchemarde pas. Qu’en pensez-vous ?

  2. erlande dit :

    Un peu excessif!Le plus important est la collusion entre étatsdésunis et Churchill pour une Europe-dont l »Angleterre ne ferait pas partie pour conserver sa « relation spéciale  » avec les amerlocs,en réalité une vassalité.Voila pourquoi de Gaulle,entre autres raisons, claqua la porte au nez deux fois aux english qui,à bout de souffle,voulaient-et veulent encore-avoir un pied en Europe et l’autre « au grand large »-Chuchill à de Gaulle dès Londres,faisant de la minuscule cité celle qui,à force de truanderies,représente le tiers du pib anglais.Quant au reste du pays,hormis le très grand Londres,il est laissé aux mains des immigrés:voici le vrai sens de la tolérance anglo-américaine,l’indifférence à tout ce qui n’est pas son minable petit ego. et son pognon.Puis Pompidou commit la faute fatale en ouvrant toutes grandes les portes à la perfide albion,d’où l’interminable suite.
    PS Je suis d’origine anglaise mais « français par le sang versé »-devise de la Légion étrangère dans laquelle mon Grand-Père s’engagea dès Août 1914 pour défendre-pas comme d’autres -son pays d’accueil contre nos ancêtres prussiens d’où notre nom ptro,typiiquent prussoen:Brandenburg.Je sais donc de quoi je parle!

  3. Ping : L’Union européenne a toujours été un projet de la CIA |

  4. ferzi dit :

    le cas sera plus clair lorsque l’euro sera arrimé au dollar…

  5. brunoarf dit :

    Dans l’hebdomadaire PARIS-MATCH, publié le 27 octobre 1951, page 18, le journaliste pose la question :
    « Que pensez-vous de la fédération européenne ? »
    Le général Eisenhower répond :
    « Rien ne pourrait nous être plus agréable que d’apprendre que les Etats d’Europe occidentale ont décidé de réunir dans une ville d’Europe – disons à Luxembourg – des délégués responsables, avec mandat de rédiger l’acte constitutionnel de l’Europe, de désigner la capitale de l’Europe, etc. et qu’à partir du 1er janvier, l’Europe occidentale fonctionnera comme fédération. Aucune décision ne pourrait mieux nous aider dans la tâche que nous poursuivons. »
    En 1951, les Etats-Unis avaient décidé de créer une fédération européenne.
    Les Etats-Unis l’avaient rêvé, Jean Monnet a commencé à le faire.
    A propos de Jean Monnet :
    Concernant les participants aux réunions du Groupe de Bilderberg, Jean Monnet est sur la septième page, à la dernière ligne :

    http://fr.scribd.com/doc/169385510/Bilderberg-Group-Portraits

    Sur la 41ème page, à la première ligne, nous pouvons voir la photo d’un certain George C. McGhee.
    George McGhee a servi comme ambassadeur américain en Turquie en 1952-1953, où il a soutenu sa candidature réussie à l’adhésion à l’OTAN.
    George McGhee a joué un rôle dans les relations américaines avec la République du Congo et la République dominicaine au début des années 1960.
    De Novembre 1961 à Avril 1963, il a occupé le poste de sous-secrétaire d’État aux affaires étrangères, sous l’administration Kennedy.
    George McGhee a été nommé ambassadeur en Allemagne de l’Ouest de 1963 à 1968.
    (Source : Wikipedia, version en langue anglaise)

    https://en.wikipedia.org/wiki/George_C._McGhee

    Une citation très importante :
    « Je pense que vous pourriez dire, déclara un jour le diplomate américain George McGhee, que le traité de Rome, qui a créé le Marché commun, a été mûri pendant ces réunions de Bilderberg et aidé par le flot de nos discussions. »
    Source :
    « L’Europe sociale n’aura pas lieu », de François Denord et Antoine Schwartz, édition Raisons d’agir, page 40.

    George McGhee avait le mérite de la franchise : le traité de Rome a été mûri pendant les réunions du groupe Bilderberg dans les années 1954 – 1955 – 1956.
    Dès le début de la construction européenne, le traité de Rome était voulu par les Etats-Unis.
    Le traité de Rome est l’oeuvre de grands banquiers, de grandes entreprises multinationales, de diplomates étatsuniens, et de militaires membres de l’OTAN.
    Dès le début, la construction européenne était anti-populaire, anti-sociale, anti-démocratique.
    Et ça continue encore aujourd’hui.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s