La mort du cash et des banques telles que nous les connaissons (Dan Denning)

Nos libertés fondamentales sont menacées. Parmi ces libertés, celle de posséder de l’argent physique, sonnant et trébuchant, qui échappe au contrôle et à la confiscation des banques zombies et de l’Etat totalitaire. Un des sujets les plus graves du moment, que les merdias évoquent à peine ou de façon malhonnête, naturellement. OD

abolition-cash-dictature« Les initiatives pour supprimer le cash se multiplient. Le Canada développe un projet de monnaie numérique légale. La Banque d’Angleterre y réfléchit.

L’argent des banques centrales est peut-être mûr pour le grand bond technologique. – Andy Haldane, chef économiste de la Banque d’Angleterre

Au Canada, la guerre qui a cours actuellement contre le cash connaît un développement choquant. Connu sous le nom de code “Projet Jaspar,” il pourrait signifier la fin de la banque telle que nous la connaissons.

Haldane est l’un des nombreux économistes et banquiers centraux influents préoccupés par le cash physique – les dollars que vous pouvez tenir en main. Pourquoi ? Parce que celui-ci contrecarre le plan qui consiste à frapper votre compte avec un taux d’intérêt négatif.

Les taux d’intérêt négatifs sont un “impôt”

Les taux d’intérêt négatifs sont une notion pour le moins déroutante… Après tout, les intérêts ne sont-ils pas toujours positifs ?

Lorsque les taux sont positifs, cela signifie que votre épargne vous rapporte d’autant plus d’argent que vous la gardez longtemps en dépôt. Mais lorsqu’ils sont négatifs, vous perdez de l’argent chaque année sur votre épargne. Un taux d’intérêt négatif est un impôt sur l’épargne. Ce n’est pas plus compliqué que ça.

Le cash, sonnant et trébuchant, est “l’issue de secours” idéale. Par définition, le cash a un taux d’intérêt exactement nul.

Certes, ce n’est pas une solution parfaite. Mais au moins le taux d’intérêt sur le cash, contrairement au taux d’intérêt de votre compte en banque, ne peut passer en dessous de zéro. Une obligation peut rapporter moins de zéro (actuellement, environ 10 000 milliards de dollars rien qu’en dette gouvernementale entrent dans cette catégorie). Un compte bancaire peut rapporter moins de zéro. Mais le cash, lui, est immuable.

Son rendement était nul hier. Il est nul aujourd’hui. Et il restera nul encore demain.

Sus au papier-monnaie !

Naturellement, les banquiers centraux en sont bien conscients. Et plus encore Andy Haldane qui l’année dernière a remarqué que “l’argent des banques centrales était peut-être mûr pour un grand bond technologique.”

Après avoir “aboli le papier-monnaie,” continua Haldane “une solution intéressante serait de maintenir le principe d’une monnaie garantie par l’Etat mais émise sous forme électronique plutôt que sous forme papier.

Cela préserverait la convention sociale d’une unité de compte et d’un moyen d’échange émis par l’Etat, mais l’argent serait à présent détenu dans des portefeuilles numériques plutôt que physiques. Les taux d’intérêt négatifs seraient prélevés sur la monnaie facilement et rapidement.

En d’autres termes, le papier-monnaie serait remplacé par une monnaie numérique garantie par l’Etat. Son objectif : empêcher les épargnants d’échapper aux taux d’intérêt négatifs en stockant de l’argent physique.

Ces mots n’étaient pas des paroles en l’air. Ce projet, selon Haldane, constitue le “coeur” du “programme de recherches” de la Banque d’Angleterre.

Les têtes pensantes à la Banque d’Angleterre ne sont pas les seules à envisager cette option…

Qu’est-ce que le “Projet Jaspar ?”

Au mois de juin, on apprenait que le Canada travaille sur l’introduction d’une version numérique de sa monnaie, le dollar canadien.

Ce projet est tenu confidentiel mais des slides provenant d’une réunion à la Banque du Canada au début du mois de juin à Calgary sont parvenues au Financial Times.

La Banque du Canada réfléchit à la façon d’établir une monnaie garantie par l’Etat et basée sur la technologie blockchain, le grand registre numérique qui sous-tend la crypto-monnaie bitcoin.

Ce projet est porté en collaboration avec plusieurs des plus grandes banques canadiennes : Royal Bank of Canada, CIBC, TD Bank et Payments Canada. Il utilise la propriété intellectuelle mise au point par R3, un consortium New-Yorkais d’une cinquantaine de banques du monde.

La “blockchain” est une base de données partagée de transactions à laquelle on peut accéder de partout dans le monde via l’Internet. Elle est partagée à travers des serveurs informatiques et cryptée pour empêcher ses données d’être falsifiées.

Vous voyez un peu vers quoi on se dirige… D’abord remplacer une monnaie physique par une alternative numérique. Puis frapper les épargnants avec un “impôt” à taux négatif auquel ils ne peuvent échapper.

Mais ce n’est pas tout…

Une fois que les Etats auront transformé leur monnaie fiduciaire en monnaie légale numérique (MLN)… et que toutes les transactions seront enregistrées dans un registre réparti… les banques centrales pourront sortir les banques commerciales du jeu de la création monétaire.

La monnaie légale numérique

Actuellement, lorsque nous disons que nous avons de “l’argent,” nous signifions le plus souvent que notre compte en banque affiche un solde positif. Autrement dit, nous détenons une créance sur notre banque qui nous doit de l’argent.

Quand nous convertissons nos dépôts bancaires en cash physique, nous changeons la nature de cette créance. Avec du cash, nous avons à présent une créance vis à vis de la banque centrale.

Imaginez à présent un monde où le cash n’existe plus. Vous pourriez simplement mener vos opérations bancaires avec la banque centrale.

La plupart des gens n’ont aucune idée de ces développements. Et rares sont les analystes qui maîtrisent réellement ce qui se passe. Vous ne possèderez pas physiquement de l’argent. Cela signifie que vous ne pourrez pas l’échanger en privé avec ceux que vous voulez. Et il peut être… oui, il peut être effectivement effacé. Son existence même est basée sur une autorisation. Votre autorisation de l’utiliser peut vous être retirée.

C’est le rêve de tout planificateur central. Plus besoin d’inciter les gens à dépenser ni d’encourager les banques à prêter. Les banques sont entièrement retirées du processus de création de crédit. La création monétaire est totalement numérisée… tout comme la destruction monétaire.

Lorsque les gouvernements seront passés à une forme de monnaie purement électronique, ils seront libres d’imposer le taux d’intérêt qu’ils souhaitent sur votre épargne – positif… ou négatif.

Cela signifie qu’il faut agir MAINTENANT.

En France, si vous voulez lutter contre la disparition du cash vous pouvez signer notre pétition.

Dans d’autres pays, comme le Royaume-Uni et l’Allemagne, de telles pétitions existent aussi et les gens commencent à être sensibilisé à l’importance de ce sujet ».

Dan Denning, La Chronique Agora, le 11 juillet 2016

Rappels :

[Société sans cash] Un nouveau système de paiement électronique a été dévoilé à des banquiers lors d’une réunion secrète à New York

L’éradication de l’argent liquide est en marche

A Davos, l’élite soutient la société sans cash (S. Wapler)

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour La mort du cash et des banques telles que nous les connaissons (Dan Denning)

  1. C’est vraiment effrayant. Là, ce sera l’esclavagisme bon teint des populations. Espérons que cela n’arrive pas. J’ai trouvé une pétition pour la Belgique et elle a depuis janvier, 13 signatures, ça veut tout dire.

  2. zorba44 dit :

    Pour bien comprendre les implications et les enjeux, cette suppression du cash n’est qu’une première étape dans la confiscation de la propriété privée.

    Lorsqu’un particulier achète une propriété immobilière il souscrit, en général, un crédit qui s’étale disons de 10 à 30 ans et, petit à petit, il devient propriétaire « libre » de son bien après s’être libéré de son crédit.
    La confiscation de la propriété privée est aussi le prochain rêve de l’Agenda 21 et elle peut s’opérer de diverses manières. Ne nous attardons que sur le crédit : si vous détenez un travail avec un revenu régulier vous pourriez penser qu’il n’y a pas de problème. C’est en fait totalement faux à partir du moment où 1) la banque peut se refinancer sur ses avoirs …votre argent ! 2) l’état ou la banque vous dépouillent par des impôts nouveaux y compris des intérêts négatifs confiscatoires…

    Ce schéma n’a rien d’un fantasme, d’une idée intellectuelle et le signataire va vous conter ce qu’il arriva à la Rochette Cenpa, fleuron de l’industrie papetière française au même titre que de grands noms tels que La Chapelle Darblay…
    Cette histoire remonte à près d’un demi-siècle à l’époque où le beau-père du signataire en était le Directeur Général puis Président Directeur Général et lui a été décryptée par lui-même.
    La Rochette Cenpa avait une spécialité : la production de papier réalisé à partir de l’alfa pour les éditions de luxe – l’alfa poussant (exclusivement ?) en Afrique du Nord. La technologie était complexe (vous allez voir pourquoi).

    L’Etat algérien nouvellement indépendant souhaitait acquérir cette société qui était véritablement un fleuron …naturellement pour une bouchée de pain.

    Comme les actionnaires se refusaient à son prix et qu’une nationalisation aurait fait tâche… le procédé employé fût plus subtil. Lorsque l’alfa était chargé France la Rochette Cenpa avait, disons, un mois pour régler la TVA sur une facture émise par « L’état algérien » mais le service des douanes mettait deux mois à émettre cette facture. Du coup la TVA n’étant pas réglée en temps voulu de lourdes pénalités et amendes furent appliquées à la Rochette Cenpa doublant pratiquement la facture…

    …Le gouvernement français, bien sûr au courant, ne leva pas le petit doigt et en quelques mois la Rochette Cenpa était vendue pour une bouchée de pain donc à l’Etat algérien « le plus légalement du monde ».

    L’histoire ne s’arrête pas là. Les ingénieurs envoyés de France et les locaux pour former les algériens à cette complexe technologie se virent pendant plusieurs mois (ou années) confisquer leur passeport pour les astreindre à faire « marcher » l’affaire.

    …Plusieurs années plus tard la Rochette Cenpa arrêtait ses opérations en Algérie, la Rochette française produisant à Schweighouse sur Moder en Alsace existe peut-être toujours mais pas pour le papier alfa.

    Que la Rochette Cenpa ait oeuvrée, en France, pour que le papier alfa disparaisse de l’édition et ait poussé les éditeurs à ne plus en acheter est fort possible …mais ce n’est qu’une supposition du signataire.

    Ce qui est certain est que toute une filière de production agricole et industrielle a disparu.

    Ce sera vraisemblablement le cas avec la propriété privée dans les années à venir. On peut aussi imaginer que vos avoirs disparaissent pour « déviation idéologique ».

    Signez vite et nombreux la pétition qui vous est soumise. Et achetez des armes légales ou non…
    Avec ces fous furieux on ne sait jamais.

    Jean LENOIR

  3. Robert dit :

    Beaucoup de nos concitoyens n’ont pas conscience de ce qui se trame, ou n’en mesurent pas les conséquences. Les médias « traditionnels », aux ordres, en sont pour beaucoup responsables. D’où le mérite de sites comme celui d’Olivier…

  4. wake Up dit :

    Encore un « attentat » signé… le 07/14/2016… »au moins 77 morts » dans la première communication ( modifié ensuite)

    Et Hollande dans la nuit: «Un camion a foncé dans la foule avec l’intention de tuer, de massacrer. Nous déplorons 77 victimes dont plusieurs enfants. Cette attaque dont le caractère terroriste ne peut être nié est encore une fois d’une violence absolue et il est clair que nous devons tout faire pour que nous puissions lutter. Le conducteur a été abattu. Nous ignorons s’il avait des complices.

    • zoroastre dit :

      Comment a-t-il fait cet énorme camion pour passer sur la promenade des Anglais alors que c’était soi-disant barré par des blocs en béton??? et les armes factices??? les papiers d’identité…..chaque fois le même coup …

  5. Ping : La mort du cash et des banques telles que nous les connaissons (Dan Denning) |

  6. Ping : La mort du cash et des banques telles que nous les connaissons (Dan Denning) — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie | FNACAB

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s