Lutter contre le cash, c’est renforcer la criminalité (F. Azihari)

jefferson-tyrannie« Les gouvernements prétendent lutter contre le cash pour combattre la criminalité et renforcer notre sécurité. Pourtant, la disparition du cash aura un effet inverse à celui qui est officiellement attendu.

L’argent liquide est devenu la hantise des gouvernements assoiffés de contrôle. Il ne se passe plus un seul jour sans que l’on trouve de nouveaux arguments pour le bannir de nos sociétés. Un des prétextes à la mode est la lutte contre l’économie informelle et la criminalité qui lui serait associée.

Evidemment, la menace terroriste profite à tous les opportunistes désireux d’utiliser nos peurs pour étendre sur nos frêles épaules la “protection” de l’Etat sécuritaire. Lutter contre les marchés noirs serait un enjeu de sécurité. La stratégie de la bureaucratie consiste ici à entretenir les confusions pour fabriquer notre consentement à notre propre servitude.

L’économie informelle nuit-elle à notre sécurité ?

Les marchés noirs sont associés à la criminalité alors que l’économie informelle recouvre des réalités très diverses.

On y trouve certes des activités proprement criminelles et improductives qu’il faut combattre (traite d’humains, tueurs à gage…) mais également des transactions pacifiques qui concernent des gens qui ne s’embarrassent pas toujours de rapporter leurs moindres faits et gestes à aux U.R.S.S.A.F. : l’étudiant qui fait du baby-sitting ou du soutien scolaire pour arrondir ses fins de mois, le gosse qui tient un stand de limonade…

Je ne suis pas certain que donner à la bureaucratie le pouvoir de traquer nos moindres faits et gestes renforce notre sécurité.

La sécurité se définit comme la possibilité de jouir de nos droits contre toute interférence criminelle qui viendrait les violer. Un acte criminel au sens strict peut se définir comme le fait de porter atteinte – par la force ou par la ruse – aux droits, à la personne ou aux biens d’autrui.

Répression collective contre responsabilité individuelle

On ne renforce pas la sécurité collective en substituant à la criminalité privée une criminalité publique plus large, mieux institutionnalisée et donc par définition plus dangereuse.

Nous priver de l’exercice de nos droits sous prétexte que quelques mafieux utilisent des moyens ordinaires pour commettre des méfaits revient donc à détruire notre sécurité. Va-t-on bannir les téléphones jetables sous prétexte qu’ils constituent un moyen de communication également plébiscité par quelques brigands ?

La répression n’est utile que lorsqu’elle est ciblée, individualisée. C’est le sens de la responsabilité personnelle : répondre des conséquences de ses propres actes et non des conséquences des actes d’autrui.

L’existence du cash permet de réduire la criminalité

L’argent liquide réduit la criminalité. Vous ne me croyez pas ? La criminalité, comme on l’a dit plus tôt, se définit comme le fait de porter atteinte aux droits, à la personne ou aux biens d’autrui.

Les espèces réduisent les pouvoirs des Etats qui disposent du monopole de la contrainte légale, autrement dit, du monopole de la violence légale sur une population et un territoire particuliers.

Il ne s’agit là que d’une simple observation. La séparation des pouvoirs, tout comme les autres garde-fous institutionnels puise justement sa nécessité dans le fait que les Etats sont des organisations fondamentalement dangereuses pour notre sécurité et nos droits si nous ne limitons pas leurs pouvoirs.

Le cash fait partie de ces précieux garde-fous qui limitent le pouvoir des Etats. Dans un monde où la vie privée est de plus en plus difficile à sauvegarder, il constitue un des rares instruments disponibles pour garantir un certain degré d’anonymat permettant de protéger nos libertés et nos biens.

Le cash et l’économie informelle : des contre-pouvoirs indispensables

En permettant de dissimuler nos transactions aux radars des bureaucrates, l’économie informelle agit comme une forme de contre-pouvoir pour échapper à une ingérence excessive des Etats dans nos vies.

C’est une sorte de thermomètre : le signal que les citoyens cherchent à esquiver des réglementations et des prélèvements obligatoires qui grèvent leurs activités productives. Ce signal est précieux pour réguler les incitations politiques. Il indique que les gouvernements, s’ils veulent continuer à vivre à nos dépens, doivent baisser la pression fiscale et réglementaire.

L’absence de cash signifierait la mort de ce contre-pouvoir qu’est l’économie informelle. Il induirait une économie prisonnière des infrastructures bancaires centralisées. Cela donnerait aux Etats un pouvoir de facto absolu sur nos échanges, et donc nos vies.

« C’est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser » avertissait Montesquieu.

Le cash et l’économie informelle ne constituent pas la principale menace qui pèse sur notre sécurité. L’abus de pouvoir, en revanche, si… »

Chronique Agora, le 15 octobre 2016

Rappels :

Suppression du cash, l’insupportable propagande… (L. Held-Khawam)

La mort du cash et des banques telles que nous les connaissons (Dan Denning)

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Lutter contre le cash, c’est renforcer la criminalité (F. Azihari)

  1. moi dit :

    les gouvernements prétendent….le mot est laché ; entre ce que ces gens là prétendent et la réalité , il y a un gouffre ; les gouvernements ne nous protègent ni contre la criminalité ni contre l’insécurité , on le voit tout les jours. ce qu’ils veulent , c’est l’argent et les biens des autres , because à l’allure ou ces gens là dilapident , il leur faut sans arrét remplir les coffres d’ou ils aiment tant piocher pour leur gueule et à notre détrimant ;

  2. Ping : Laleph : Actualite alternative

  3. Alcide dit :

    Attention !
    Zone de grand danger , Porochenko vient de rompre les accords de Minsk dans un lâche assassinat:
    La réponse de Zakharchenko en vidéo ( ce serait bien de traduire …)
    Assassination of Motorola: the last straw? Chilling message

  4. Ping : Lutter contre le cash, c’est renforcer la criminalité (F. Azihari) | Olivier Demeulenaere – Reg ards sur l’économie | Boycott

  5. Nanker dit :

    « Le cash et l’économie informelle : des contre-pouvoirs indispensables »

    Comme m’a dit un ami un jour (travailleur manuel de son état) : « le Black (et le paiement en liquide) c’est notre compte off-shore à nous les petits ».

  6. Geraldine dit :

    On n’arrête pas le progrès : la quête par smartphone a été testée dans sept églises parisiennes !

    « Plus besoin de se contorsionner pour attraper quelques pièces au fond de sa poche, il suffira désormais de sortir son smartphone sous le regard ébahi du paroissien chargé de faire passer le traditionnel panier dans les rangs ! »

    Mon Dieu que c’est beau la modernité ! Bientôt la messe en « conference call » ?

    Si même l’Eglise apporte sa pierre à la dé-matérialisation de l’argent et à la disparition de l’argent liquide, synonyme de liberté… c’est que l’Eglise n’est plus l’Eglise et Rome n’est plus dans Rome !

    Remarquez, je me demande si depuis Vatican 2 les papes et les évêques sont encore catholiques…

    http://www.leparisien.fr/paris-75004/huit-eglises-parisiennes-se-lancent-dans-la-quete-par-smartphone-30-09-2016-6164759.php

    • zorba44 dit :

      Le signataire n’a pas de smartphone et se refuse à en être l’esclave. Si on lui fait ce coup là les rares fois où il va à la messe, il ne pourra pas rattraper son « retard »…
      Pas sûr que le Vatican approuve !

      Jean LENOIR

  7. Saint jean est de retour dit :

    Ha haha et « plus personne ne pourra commercer sans la marque de la bête. »

    Que l’on soit religieux ou pas, cela devient une réalité. Ceux qui dénoncent les banksters ont mille fois raison. Mais ils sont rares, et le troupeau d’attardés mentaux suit le mouvement, persuadé que c’est mieux, que c’est le progrés etc…
    Tant pis pour ces clowns, je ne vais pas les plaindre. Les personnes que je plains sont les gens conscients de cela qui n’auront pas d’autre choix que de perdre des libertés à cause de la médiocrité de la majorité.

  8. zorba44 dit :

    En réduisant les transactions par l’utilisation des monnaies fiduciaires, les états commettent la pire des erreurs car, les soupapes de sécurité que constituent leur utilisation, vont renforcer encore violences et agressions …puisque puisque ceux du bas de l’échelle se voient, parfois, confisquer ainsi ce qui leur permettait de tenir.
    Allez expliquer à un étudiant, par exemple, qu’il ne pourra plus garder la petite soeur de parents ou d’amis parce qu’il lui faudrait alors remplir papiers, déclarations diverses (ainsi que son employeur) et que c’est contraignant, vile et que ça ne fait que compliquer une vie par ailleurs déjà difficile..;

    Les gouvernements qui usent de cela scient les branches de l’arbre-société sur lesquelles ils sont assis, car ils sont, eux, les viles prédateurs de l’existence des gens.

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s