WikiLeaks promet une année 2017 « à couper le souffle »… Mais qui est derrière ?

Encore des milliers de documents “fuités” qui vont révéler au public l’envers du décor… On se régale d’avance. Le problème, quand même, c’est le halo de mystère qui entoure Wikileaks et son très médiatisé fondateur Julian Assange. Car depuis le temps que ces « leaks » font trembler les puissants, on est étonné qu’aucune perquisition, aucune arrestation (excepté celle de l’étrange “Chelsea” Manning) n’aient été engagées pour mettre fin aux agissements de ces dangereux perturbateurs. N’est-ce pas un peu trop beau pour être vrai ? A une époque où les moyens de contrôle et de surveillance n’ont jamais été aussi développés et sophistiqués, où une NSA tentaculaire espionne qui elle veut, du citoyen lambda jusqu’aux chefs d’Etat, comment se fait-il qu’aucun de ces hackers ne soit sous les barreaux ? Quels sont les liens avec les services de renseignement ? Les canaux de financement ? Comment se fait-il que les médias mainstream, véritables courroies de transmission du système, publient des documents, relaient des informations censés nuire au système ? Que certains pays soient toujours dans le viseur, d’autres jamais ? Qu’Assange accepte en bloc la version officielle du 11 septembre ? Autant de questions que les chercheurs de vérité se posent depuis le début… et qui conduisent certains sur la piste de la CIA, du Mossad et d’Israël. OD

qui-derriere-wikileaks-assange

Pour aller plus loin :

Gordon Duff – Busted : Wikileaks working for Israël

Controverse : les (sales) dessous de Wikileaks ?…

————

« A en croire Julian Assange, le fondateur du célèbre site pro-transparence, l’année qui vient sera encore plus riche en surprises que la précédente – qui a pourtant connu, notamment, la révélation des fameux mails du parti Démocrate américain.

«Si vous pensez que 2016 a été une grosse année pour WikiLeaks, sachez que 2017 vas vous couper le souffle», a prévenu le fameux lanceur d’alertes Julian Assange, dans un tweet daté du lundi 2 janvier. Son message inclut un lien vers une page où les internautes peuvent verser des dons pour aider WikiLeaks à «préparer le compte à rebours» de nouvelles fuites choc…

Le défi relevé par Julian Assange n’est pas mince : l’année 2016 a été particulièrement féconde pour WikiLeaks. Le site a en effet été sous le feu des projecteurs au cours de la campagne présidentielle américaine, pour avoir publié progressivement plus de 50 000 mails du directeur de campagne d’Hillary Clinton, écornant l’image de celle-ci.

Une fuite massive succédant à la publication de quelque 27 000 courriels de la direction du parti Démocrate, qui avaient révélé le traitement de faveur accordé par cette dernière à l’ex-Secrétaire d’Etat durant la primaire démocrate, au détriment de Bernie Sanders.

Le site a également fait parler de lui l’an passé en dévoilant des «câbles» saoudiens dressant un portrait peu flatteur de Riyad (le «saoudileaks»), ou encore des documents confidentiels liés à l’Accord sur le commerce des services (ACS) (un grand projet de traité secrètement négocié par les Etats-Unis, l’UE et 22 autres pays). 

RT en français, le 3 janvier 2016

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour WikiLeaks promet une année 2017 « à couper le souffle »… Mais qui est derrière ?

  1. Lovely dit :

    Ce qui est sûr c’est que Wikileaks est dans le camp de Trump/Poutine/Israël et opposé au clan Clinton/Obama….

  2. xavib dit :

    Wikileaks ajoute constamment à la confusion ambiante déjà grande ! Il y a donc forcément derrière une oligarchie, celle du diviser pour régner, de la stratégie de l’ordre par le désordre, « Ordo ab Chaos »…

  3. xavib dit :

    Les services de renseignement sont d’immenses machines à désinformer, en mélangeant des infos vraies et souvent d’importance relativement mineures à d’énormes intox.

    Il m’a toujours paru suspect ce barnum médiatique de Wikileaks.
    Il y a 2 catégories de lanceurs d’alerte : ceux comme Antoine Deltour, Hervé Falciani, Stéphanie Gibaud etc. à qui les banques et les groupes multinationaux font un tas de problèmes pour les punir ou les dissuader de révéler des vérités gênantes.
    Et puis il y a les « institutions » comme l’ICIJ (Panama Papers) ou Wikileaks…

    • Surya dit :

      Il est bien connu que Julian Assange assigné à l’ambassade d’Equateur à Londres n’a lui aucun problème hein. Vivre cloîtré dans une ambassade depuis 4 ans, que de bonheur.

    • xavib dit :

      Cloîtré c’est pas certain… qu’est-ce que c’est que cette prison où il peut donner tous les interviews qu’il veut et où il est aussi informé de ce qui se passe dans le monde que n’importe quel homme libre ?
      Couper ou brouiller Internet est au-delà de leurs compétences ?

      Et puis ne me faites pas croire que l’ambassade équatorienne résisterait longtemps à de vraies pressions pour faire sortir Assange ! Londres n’est pas la capitale d’un allié de l’Empire ?…

  4. Robert dit :

    Un renseignement est rarement donné gratuitement, d’une façon ou d’une autre… Trouver le mobile permet de savoir qui est à la manœuvre…

  5. zorba44 dit :

    Wikileaks commence à nous vriller le cerveau par de la communication intense…
    Et puis on lance la campagne de dons !…

    Jean LENOIR

  6. Tolbiac dit :

    Wikileaks est un ingénieux écran de fumée : REVELER POUR MIEUX CACHER.

  7. Nanker dit :

    « Il y a 2 catégories de lanceurs d’alerte : ceux comme Antoine Deltour, Hervé Falciani, Stéphanie Gibaud etc. à qui les banques et les groupes multinationaux font un tas de problèmes pour les punir ou les dissuader de révéler des vérités gênantes »

    Je pense que Falciani était un véreux téléguidé en sous-main (par les Américains?) pour torpiller le secret bancaire suisse. D’ailleurs comme l’a fait remarquer qqun dont j’ai oublié le nom les données dont HF s’était emparé étaient cryptées. Comment a-t-il fait pour les rendre lisibles avant de les diffuser…? Aurait-il bénéficié de l’aide d’une agence de renseignement pour casser le code de cryptage (la NSA)?
    Et (heureux hasard!) ses révélations ne concernaient que la branche suisse de la HSBC. Allélujah! Rien sur le Delaware!

  8. Ping : WikiLeaks promet une année 2017 « à couper le souffle »… Mais qui est derrière ? |

  9. matbee dit :

    Pour les révélations Wikileaks on nous bassine avec les Russes, ce seraient effectivement les Israéliens et peut-être aussi une partie des services US que ça ne m’étonnerait guère….

  10. k.e guillon dit :

    Et si ce n’était qu’un moyen de se faire du fric… Pas de fric, pas de news « sensationnelles ». On fait bien financer les campagnes présidentielles par le citoyens (enfin ceux qui se sentent investis de dire ce qu’on leur demande de dire), alors que l’on rembourse, déjà, les frais de campagne…. Double profit…..pour des trésors de guerre.

    http://wp.me/p4Im0Q-1w4

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s