Dow Jones à 20.000 points et dette publique américaine à 20.000 milliards de dollars, est-ce juste une coïncidence ?

dow-fuelled-by-debt

« Le niveau actuel du Dow Jones montre que le « boom du marché boursier » a principalement été alimenté par la dette.

Mercredi 25 Janvier 2017, le Dow Jones a franchi à la hausse le seuil symbolique des 20.000 points pour la première fois de son histoire, et cela arrive au moment où la dette publique américaine est sur le point de dépasser les 20.000 milliards de dollars. Est-ce juste une coïncidence ? Comme vous le verrez ci-dessous, il y a eu une très forte corrélation entre la progression de la dette publique américaine et celle de l’indice Dow Jones et ce depuis très longtemps.

Par exemple, lorsque Ronald Reagan était arrivé à la Maison Blanche en Janvier 1981, la dette publique américaine venait de franchir à la hausse les 994 milliards de dollars et le Dow Jones se situait à 951 points. Et comme vous pouvez le voir sur le graphique qui provient du site goldswitzerland dont le rédacteur en chef est Egon Von Greyerz, la dette publique américaine a augmenté au même rythme que l’indice Dow Jones et ce tout au long des différentes administrations américaines.

Durant les années Clinton, le Dow Jones avait un peu d’avance par rapport au niveau de la dette publique américaine, mais lors des années Bush, un réajustement s’est opéré ce qui les a remis approximativement au même niveau.

En réalité, l’envers du décor est bien sombre puisque l’Amérique vit au-dessus de ses moyens et ce depuis des décennies. Sa «prospérité» ne repose que sur un endettement frénétique, et affirmer le contraire n’est qu’un mensonge.

Nous n’aurions jamais vu l’indice Dow Jones à plus de 20.000 points, si Barack Obama et le Congrès n’avaient pas créé 9300 milliards de dollars d’endettement supplémentaires au cours des huit dernières années.

Malheureusement, la plupart des gens ne comprennent pas cela, et les médias évoquent le franchissement des 20.000 points par le Dow Jones comme s’il s’agissait d’un succès historique

L’indice Dow Jones a vu le jour le mardi 26 mai 1896. Il reflète les plus puissantes entreprises américaines, et depuis 119 ans, il a servi d’unité de mesure de l’état de santé de l’économie américaine. Cet indice a connu 22 présidents, 22 récessions, une grande dépression, au moins deux crash et d’innombrables hausses, corrections. Or le Mercredi 25 Janvier 2017, pour la première fois de son histoire, le Dow Jones a franchi à la hausse le seuil symbolique des 20.000 points.

Au cours de ce marché haussier cyclique, le second le plus long de toute l’histoire, le Dow Jones a plus que triplé depuis Mars 2009.

Depuis la victoire surprise de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, le Dow Jones a grimpé d’environ 2150 points.

Et il a fallu seulement 64 jours pour voir le Dow Jones passer de 19.000 points à plus 20.000 points. L’indice Dow Jones grimpe à un rythme tout simplement incroyable, et les marchés financiers à travers la planète font tout aussi bien. En réalité, les indices mondiaux n’ont jamais été aussi élevés depuis 19 mois.

Et à partir de maintenant, que va t-il se passer ?

Eh bien, si Donald Trump veut voir l’indice Dow Jones atteindre les 30.000 points sous sa présidence, alors l’histoire nous montre qu’il aura besoin de faire grimper la dette publique américaine à 30.000 milliards de dollars.

Bien entendu, ce serait une folie absolue même si c’est en quelque sorte possible. Chaque dollar supplémentaire d’endettement détruit un peu plus l’avenir des Etats-Unis, et à un moment donné, lorsque cette dette aura atteint un certain niveau, elle finira par éclater.

Mais vous ne pouvez dire ce que je viens de vous expliquer à la plupart des « experts financiers » car la majorité d’entre eux pensent que sur un temps très long, le marché ne fait que monter

« Sur un temps très long, le marché ne fait que monter » selon Todd Morgan, président de Bel Air Investment Advisors. « Ce qu’il faut retenir, c’est que peu importe les guerres, les récessions, les élections, les destitutions, les crises financières, et autres événements majeurs, l’investissement à long terme dans les actions est payant et est créateur de richesses.
… Nous expliquons à nos clients qu’on ne peut pas anticiper les marchés mais qu’il faut avoir une vision sur le long terme. Maintenir le cap. Je pense que durant les années qui me restent à vivre, je verrais le Dow Jones à 30.000 points, et que mes petits enfants le verront atteindre les 50.000 points ».

Sincèrement, j’espère que les marchés vont continuer de grimper. Mais personne ne peut nier que les valorisations actuelles sont déjà totalement surévaluées, et pour que cette hausse puisse se poursuivre, il n’y a qu’une seule solution, ce sera en s’endettant davantage.

Mais pour l’instant, l’euphorie est de rigueur partout, et la plupart des experts s’attendent à ce que le Dow Jones atteigne de nouveaux sommets historiques. En fait, CNBC explique qu’à chaque fois que le Dow Jones atteint un nouveau sommet comme celui qu’il vient de franchir, cela signifie généralement de bonnes choses pour les investisseurs…

CNBC a examiné les données du marché au cours des 30 dernières années et s’est concentré sur les moments où le Dow Jones avait atteint d’importants seuils comme celui des 2000, 3000, 4000 … et ainsi de suite jusqu’au 19.000 points qui viennent d’être atteints au mois de Novembre dernier. Dans ces moments, les investisseurs peuvent généralement s’attendre à ce que les traders poussent les marchés encore plus haut, selon les données de Kensho. Non seulement le Dow Jones monte, mais il surpasse l’indice S&P 500.

Mais comme l’a expliqué USA Today, tous les Américains ne profitent pas du rallye haussier des marchés…

La rupture est arrivée quatre jours de bourse seulement après l’investiture de Donald Trump, moment où le milliardaire a réaffirmé son engagement à vouloir renforcer l’économie américaine, à créer plus d’emplois et à augmenter les salaires des travailleurs américains. Pourtant, près de la moitié des Américains n’ont pas bénéficié du soit disant « Rallye Trump », qui a généré plus de 2200 milliards de dollars de gains sur l’indice Wilshire 5000 depuis le jour des élections. Et la raison en est simple: seulement 52% des Américains interrogés en Avril dernier par l’institut de sondage américain Gallup ont expliqué avoir investi de l’argent dans les actions – soit le plus faible taux d’actionnariat depuis que Gallup a lancé cette enquête il y a 19 ans et ce taux est en forte baisse de 65% par rapport à son niveau de 2007 juste avant la crise financière.

Espérons que les marchés puissent continuer à monter aussi longtemps que possible.

Mais vous savez très bien que cette hausse des indices ne peut pas durer indéfiniment.

Depuis des décennies, l’endettement des Etats-Unis a connu une croissance beaucoup plus rapide que celle de son PIB. Et on sait que cette situation n’est pas tenable. A un moment donné, ils auront accumulé une dette tellement gigantesque que leur système financier finira par s’effondrer.

Beaucoup étaient convaincus que l’indice Dow jones atteindrait les 20.000 points avant que la dette publique américaine n’atteigne les 20.000 milliards de dollars, et c’est ce qu’il vient de se passer.

Alors, jusqu’où va monter l’indice Dow Jones avant que la bulle n’éclate ?

C’est une très bonne question dont je crois que personne n’a la réponse.

Mais pour Donald Trump, ca va lui poser un réel problème.

Soit il continue de s’endetter aussi longtemps que possible, soit il décide d’appliquer une cure d’austérité.

Si l’on essaie de faire face maintenant aux problèmes d’endettement que connait l’Amérique, alors nous verrons presque immédiatement son économie s’effondrer.

Mais par contre si l’Amérique décide de continuer sur la voie de l’endettement, alors la situation continuera de s’aggraver à long terme.

Si l’Amérique essaie de retarder l’inévitable indéfiniment, de toute manière à un moment donné, ce seront les dures lois de l’économie qui prendront les décisions difficiles à sa place.

Alors laissez-nous célébrer le franchissement à la hausse des 20.000 points par le Dow Jones, mais retenons surtout qu’il est plus probable de revoir le Dow Jones à 10.000 points avant qu’il n’atteigne les 30.000 points ».

Michael Snyder, The Economic Collapse, le 25 janvier 2017

(via Business Bourse)

Rappels :

Les six présidents responsables de la faillite des Etats-Unis (E. von Greyerz)

Le faux récit de la reprise économique mourra en 2017 (Brandon Smith)

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Dow Jones à 20.000 points et dette publique américaine à 20.000 milliards de dollars, est-ce juste une coïncidence ?

  1. Nanker dit :

    Obama (qui répétons-le était un authentique salaud) avait compris que pour que l’escroquerie de la dette US perdure il fallait pacifier et lisser l’environnement économique et diplomatique.

    Trump fait l’inverse… Il n’est qu’affrontements et collisions. Peut-être applique-t-il à la sphère économique la doctrine du « chaos contrôlé » qui jusqu’ici n’avait été employé que dans le domaine géopolitique?

  2. Achille Tendon dit :

    Il serait intéressant de connaître exactement le taux moyen des bons du Trésor en encours !

  3. zorba44 dit :

    Lorsque la dette augmente et que se bradent les actifs réels pour faire de nouvelles acquisitions (MONOPOLY) la table finit par s’envoler en l’air quand tous les agents (joueurs) sont totalement plumés et la banque rafle les morceaux de la déroute.
    Alors les indices ne valent plus rien, ni les actifs bancaires.

    Ils vont user la pente fatale jusqu’au coma économique total.

    Jean LENOIR

  4. cesar rachid dit :

    la dette d’un pays est un faux problème. la dette c’est de l’argent avec un signe négatif . il ne faut pas prendre cela en valeur absolu mais en valeur relative. la seule difficulté est de savoir manipuler des chiffres de grandes dimensions. (20000 milliards à quoi cela ressemble). On peut faire une remise à zéro totale ou partielle pour tous les pays. La question est : quelle est l »algorithme à utiliser? Une soustraction : enlever 10M$ à chaque pays, le pourcentage : supprimer 10% de la dette de chaque pays, effacer les intérêts des emprunts mais pas le capital (notez que la dette de la France est à plus de 90% des intérêts.) autre question qui a intérêt à supprimer la dette? les banques, certainement pas puisqu’elles comptabilisent virtuellement leur richesse. Les banques achetent et revendent de la dette (je te vends de 10M$ de dette US contre 5M$ de dette de l’UE comme quoi la dette d’un pays a une valeur c’est un produit de spéculation).
    que les US fassent 20000 M$ ou 30000M$ ça ne change rien, car la dette est déconnecté de la vie réelle
    acheter de la dette revient à acheter ou revendre une bouteille de vin d’un château prestigieux sans savoir si c’est un excellent cru ou de la piquette. tant que on est persuadé de la qualité du vin , la spéculation se fait et on gagne de l’argent à la revente, quand le doute existe la valeur stagne ou baisse. il ne faut jamais ouvrir la bouteille car la valeur tombe à zéro puisque le vin est bu. pour la dette c’est pareil , il ne faut jamais savoir ce que l’on achete sinon cette dette risque d’être toxique et invendable. c’est le cas des surprimes en 2008

    c’est mon analyse
    amen

    • zorba44 dit :

      Theorie bien américaine mon cher : la dette US n’est pas leur problème.
      Le hic c’est que ça coince quand-même !

      Jean LENOIR

    • pipolo dit :

      cesar rachid tu vas voir si c’ est un faux problème! avec les taux qui remontent ça va plonger tout ça…une bulle titillée par des taux qui prennent le Nord ça fait toujours pchittt…..

  5. Ping : Dow Jones à 20.000 points et dette publique américaine à 20.000 milliards de dollars, est-ce juste une coïncidence ? |

  6. lamourfou777 dit :

    Bonjour, en complément des informations d’Olivier, nous vous proposons avec son autorisation notre Revue de presse quotidienne :

    Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce mardi 31 janvier 2017

    Est disponible dans la section Revue de presse de Crashdebug.fr
    https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse

    Et toujours des documentaires exclusif en intégralité :
    La Stratégie du Choc (Naomi Klein) : Le documentaire

    https://www.crashdebug.fr/dossiers/10685-la-strate-gie-du-choc-naomi-klein-le-documentaire

    Ainsi que l’actualité en temps réel 7j/7 et 24h/24
    https://www.crashdebug.fr/defcon-room

    Merci Olivier,

    Amicalement,

    f.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s