Le job en or caché du candidat Fillon

« François Fillon est depuis 2012 senior advisor et membre du comité stratégique du groupe Ricol Lasteyrie, qui conseille de nombreuses sociétés du CAC 40 et multinationales. Ce que le candidat à la présidentielle n’a jamais déclaré publiquement. Ce job lui a rapporté au moins 200 000 euros en quatre ans et demi. Il n’en a toujours pas démissionné.

le-job-en-or-cache-du-candidat-fillon

François Fillon cultive un secret qui est en train de devenir son pire ennemi. Depuis le printemps 2012, date à laquelle il a quitté Matignon, le député de Paris est devenu, en toute discrétion, senior advisor du groupe Ricol Lasteyrie, qui conseille de nombreuses sociétés du CAC 40 et multinationales (Air France, Alstom, BPCE, EDF, Engie, Altran…). Il en est aussi depuis la même époque membre du comité stratégique, la structure chargée de réfléchir aux destinées de l’entreprise. Ce que François Fillon n’a jamais déclaré publiquement.

Candidat à l’élection présidentielle, il n’a toujours pas démissionné à ce jour de ses fonctions au sein du groupe Ricol Lasteyrie, qui lui rapporte depuis quatre ans et demi de copieux émoluments. Le vainqueur de la primaire de la droite touche une rémunération annuelle comprise « entre 40 000 et 60 000 euros », selon le dirigeant René Ricol, rencontré par Mediapart dans la matinée du 1er février. Soit l’équivalent de 200 000 euros environ pour des « missions de conseil » qui restent, pour l’heure, encore assez floues.

Interrogé sur la nature des prestations de l’ancien premier ministre, René Ricol a déclaré : « François Fillon nous a aidés à réfléchir aux défis de la globalisation. »

Les sommes sont perçues par l’intermédiaire d’une société de conseil créée par François Fillon, baptisée 2F Conseil, comme le rapporte également le quotidien Le Monde. Sa société de conseil balaie un spectre d’expertise particulièrement large, à en croire ses statuts consultés, par Mediapart : « La Société a pour objet, tant en France qu’à l’étranger, directement ou indirectement : le conseil, l’assistance, la formation, la réalisation d’études, de veille , d’audit, d’analyses ou de prestations, dans tous les domaines, notamment de la finance, du droit, de l’économie, des affaires privées, des affaires publiques, du commerce, de l’éducation, de l’environnement, de l’organisation, du management, de la gestion commerciale, administrative ».

Si François Fillon a bien été obligé de reconnaître ses activités de conseil, qui lui ont rapporté en tout près de 600 000 euros de salaire net en quatre ans et demi – comme l’avait révélé Le Canard enchaîné –, il s’est toujours gardé de révéler l’identité de ses clients. Et pour cause : ses activités sont susceptibles de générer d’importants conflits d’intérêts pour un homme qui prétend devenir président de la République.

François Fillon connaît bien son “employeur” René Ricol, puisque ce dernier était chargé de distribuer les milliards du grand emprunt quand M. Fillon était à Matignon.

Lorsque le candidat de droite à la présidentielle crée sa société de conseil, dont il est l’unique associé, en juin 2012 – quelques jours avant de devenir député –, il la domicilie d’ailleurs dans les locaux du cabinet de René Ricol, avenue Hoche, dans les beaux quartiers à Paris. « Il était dans la Sarthe et n’avait pas de locaux à Paris, cela n’a duré que quelques mois », assure René Ricol.

Pourquoi avoir fait appel à l’ex-premier ministre pour ce poste généralement confié à des dirigeants d’entreprise en fin de carrière désireux de continuer à maximiser leurs réseaux ? Selon le cabinet Ricol, ce n’était pas du tout pour son carnet d’adresses. « Il ne nous a apporté aucun client et n’a jamais mis les mains dans notre business », précise le dirigeant qui compte aussi parmi ses clients des enseignes telles que L’Oréal, Alstom, EDF, LVMH, Veolia, Thales, Danone, PSA, Bouygues, Altran, BPCE, la Poste, HSBC, Orange…

À quoi donc Fillon a-t-il été payé ? « Avec la globalisation, nous nous posions des questions sur la stratégie du cabinet avec des clients de plus en plus demandeurs d’expertises à travers le monde. François Fillon nous a aidés à réfléchir à tout cela », se justifie René Ricol pour qui l’ex-premier ministre a « fait le job ».

Trois ans après avoir recruté Fillon comme senior advisor, le cabinet de conseil décidait de se rapprocher du géant Ernst&Young, l’un des poids lourds du secteur. « Il nous a aidés à prendre cette orientation et suit désormais la mise en œuvre de ce rapprochement », confie René Ricol, qui tient à défendre la consistance des prestations fournies par François Fillon, déjà pris dans les soupçons d’emplois fictifs de son épouse Penelope et de ses enfants. Une explication qui laisse songeur : des connaisseurs du secteur, interrogés par Mediapart, se disent surpris de l’utilité d’un ancien chef de gouvernement pour ce type de rapprochement.

Selon le cabinet Ricol, le consultant de luxe Fillon était payé « dans la moyenne de nos senior advisors », parmi les quatre à six du genre que le cabinet compte. « Ce n’est pas une somme énorme, si Fillon avait voulu se faire beaucoup d’argent il serait allé dans la banque », croit savoir René Ricol.

L’avantage de ce statut de senior advisor est qu’il est « particulièrement souple », détaille un consultant. « Il n’y a strictement aucune obligation de présence, on est dans la production de conseils. Ce n’est pas forcément très chronophage », poursuit-il.

Selon René Ricol, Fillon, qui n’avait pas de bureau dans la société, aurait « assisté à une trentaine de réunions » depuis le début de cette collaboration, en 2012. Le candidat à la présidentielle de la droite était d’ailleurs attendu ce 30 janvier dans les locaux de la boîte de conseil mais n’est finalement jamais venu. Ce jour-là, le consultant Fillon était entendu par la police sur l’emploi présumé fictif de sa femme Penelope.

« De toute façon, nous pensions mettre un terme à cette collaboration mais nous n’avons toujours pas reçu sa lettre de démission », explique René Ricol quand on lui objecte que depuis plusieurs mois leur consultant n’avait sans doute pas beaucoup de temps à leur consacrer dans la mesure où il était candidat à l’élection présidentielle.

Depuis l’affaire Cahuzac, les parlementaires sont tenus de déclarer scrupuleusement leurs liens d’intérêts et activités extérieures à leur mandat. Astucieusement, François Fillon, en s’abritant derrière le paravent de sa société de conseil, évite de dire qui sont ses véritables clients. Une position difficilement tenable lorsqu’on aspire aux plus hautes fonctions de l’Etat ».

Lucie Delaporte, Mediapart, le 1er février 2017

Rappel :

« 2F Conseil », la très discrète et lucrative société de conseil de François Fillon

Addendum :

Le Goinfre Fillon et sa Stratégie Pathétique

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Le job en or caché du candidat Fillon

  1. zorba44 dit :

    Fillon, la multinationale des emplois cachés … Il faudrait plus d’une vie de 24 heures quotidien pour faire tout ce qu’il fait.

    Olivier, je vous invite à venir séjourner chez nous, vous et les vôtres, pour le temps qu’il vous plaira : vous l’avez bien mérité et votre blog n’est pas un emploi fictif ! On refera ensemble le monde comme des ados !

    Pour l’autre et les siens : condamnation à mort pour crimes économiques contre l’humanité, indignité nationale et confiscation de tous les biens.

    Jean LENOIR

  2. Robert dit :

    Personnellement, cette boulimie d’argent, de la part d’un candidat à la Présidence de la République, m’ écoeure. En outre, est mise en exergue la grande capacité de dissimulation de l’intéressé. Ca suffit ! Qu’il laisse la place !

  3. Eloy dit :

    Vous êtes injuste avec Fillon: la toiture d’un chateau ça coûte cher !

    • zorba44 dit :

      La grand mère paternelle du signataire possédait le château de Fontenailles (en Indre et Loir) cadeau de Charles VII à la belle Agnès Sorel – très comparable à celui de la famille filou en taille sinon consistance.
      Et d’une nos grands-parents se sont interdits après la guerre de le faire inscrire à l’inventaire des Monuments Historiques, et, de deux, on préféré le vendre dans les années cinquante justement parce qu’il fallait refaire selon l’histoire familiale un gros hectare de toiture.

      Autres temps, autre moralité, autres moeurs.
      En mémoire de cela, le manoir, que le signataire a fait construire en Nouvelle-Zélande , s’appelle le Spirit of Agnès Sorel Manor …
      …construction fruit du travail et de la sueur et de la responsabilité.

      Jean LENOIR

      • Abroz60 dit :

        Les allemands se sont réchauffés les pieds en les tapant sur la toiture pendant WW II provoquant de serieux dégâts…Merci à eux.

  4. zorba44 dit :

    Il conviendrait d’ajouter que ces cabinets de conseil font, en l’espèce, de la quasi prévarication d’un candidat à la plus haute fonction au profit de leurs clients en l’habillant de ce titre de façade et de supposée honorabilité « senior adviser ».

    Il s’agit d’un soudoiement ou d’un graissage selon le terme que l’on préfère et c’est très grave car cela concerne les orientations sociétales prises par les plus grandes entreprises.

    Basta donc !

    Jean LENOIR

  5. lamourfou777 dit :

    Bonjour, en complément des informations d’Olivier, nous vous proposons avec son autorisation notre Revue de presse quotidienne :

    Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce jeudi 2 février 2017

    Est disponible dans la section Revue de presse de Crashdebug.fr
    https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse

    Et toujours des documentaires exclusif en intégralité :

    La Stratégie du Choc (Naomi Klein) : Le documentaire
    https://www.crashdebug.fr/dossiers/10685-la-strate-gie-du-choc-naomi-klein-le-documentaire

    Merci Olivier,

    Amicalement,

    f.

  6. Ping : Le job en or caché du candidat Fillon |

  7. Nanker dit :

    Le coup de grâce ce soir sur « France2 »?
    http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-fillon/penelope-fillon/info-envoye-special-je-n-ai-jamais-ete-l-assistante-de-mon-mari-affirmait-penelope-fillon-en-mai-2007_2046177.html

    Il faut savoir rendre hommage à Elise Lucet qui à elle seule accomplit 90% du travail d’investigation journalistique des chaînes de service public.

  8. brunoarf dit :

    «Je n’ai jamais été l’assistante de mon mari», déclarait Penelope Fillon en 2007.

    http://www.lefigaro.fr/politique/2017/02/02/01002-20170202ARTFIG00011-je-n-ai-jamais-ete-l-assistante-de-mon-mari-declarait-penelope-fillon-en-2007.php

    Or, de 1988 à 1990, Penelope Fillon était soi-disant « assistante parlementaire » de son mari. Elle a gagné 82 750 euros.

    En 1998, Penelope Fillon était soi-disant « assistante parlementaire » de son mari. Elle gagnait 2550 euros par mois.

    En 1999 et en 2000, Penelope Fillon était soi-disant « assistante parlementaire » de son mari. Elle gagnait 3500 euros par mois.

    Entre janvier 2007 et août 2007, Penelope Fillon était soi-disant « assistante parlementaire » de Marc Joulaud, suppléant de François Fillon. Elle gagnait 10 167 euros par mois.

    En juin 2012 jusqu’en novembre 2013, Penelope Fillon était soi-disant « assistante parlementaire » de son mari. Elle gagnait 5050 euros par mois. A cela s’ajoutait 5000 euros par mois, payés par la Revue des deux mondes. Total : 10 050 euros par mois.

    Total :

    – Penelope Fillon a touché 831 440 euros comme « assistante parlementaire ».
    – Penelope Fillon a touché 100 000 euros, payés par « La Revue des deux mondes ».
    – Les enfants de François Fillon ont touché 83 735 euros comme « assistants parlementaires ».

    Autrement dit : toute la famille de François Fillon a touché plus d’un million d’euros.

    Ils ont touché 1 015 175 euros.

    Source :

    Le Canard enchaîné, mercredi 1er février 2017, page 3.

    • zorba44 dit :

      Et ce n’est pas tout ! Il convient d’ajouter pas mal d’autres choses …y compris les « cotisations » de vote versées au micro parti de Filou …juste quelques millions !

      Comme c’est bon le fric ! comme c’est con les électeurs !

      Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s