La dette des ménages américains dépasse les 4,1 trillions de dollars : nouveau record

Je rappelle qu’un trillion, c’est 1000 milliards. OD

« Les ménages américains doivent désormais une somme incroyable de 4,1 trillions de dollars. Les dernières statistiques en la matière prouvent que les consommateurs du pays de l’Oncle Sam ont de nouveau un appétit insatiable pour dépenser au-delà de leurs moyens.

Contrairement à la dette émanant des crédits hypothécaires (note : qui n’est pas incluse dans ces chiffres), le crédit à la consommation ne construit pas de patrimoine. Les crédits étudiants sont la plus grosse catégorie de ces crédits à la consommation. Même au pic de la dernière bulle du crédit, la dette des ménages américains fut légèrement supérieure à 2,5 trillions de dollars. Tandis que les crédits étudiants représentent environ 1,4 trillion de ces crédits à la consommation, les crédits auto dépassent le trillion de dollars. Nous avons également assisté à une augmentation importante des crédits auto subprime, suggérant ainsi que les gens empruntent au-delà de leurs moyens pour consommer. Les défauts de paiement sont également en hausse, ce qui sous-entend que toute dégradation de l’économie en général pourrait aussi faire éclater cette bulle du crédit auto.

Le crédit à la consommation à des niveaux records

Les Américains empruntent et dépensent à des niveaux records. Ce serait magnifique si les revenus progressaient de concert. Mais, en fait, nombreux sont ceux à vouloir « vivre aussi bien que les Jones » en dépensant des revenus futurs via le crédit. Le graphique ci-dessus résume cette soif de consommation (source des chiffres : la FED).

Montrant des signes de faiblesse, nous avons plus de 10 % de tous les crédits étudiants qui affichent des retards de paiement de 90 jours ou plus. Soit le segment le plus important de la dette des ménages. Les impayés sur les crédits auto augmentent également, ce qui montre que les gens ont du mal à payer leurs mensualités.

Aujourd’hui, les banques sont plus enclines à prêter alors que 10 ans se sont écoulés depuis les excès de 2007. La Grande Récession a officiellement pris fin en 2009, les grandes banques ont été renflouées et maintenant, il semble que ce sont les consommateurs à qui on donne un « coup de pouce » en leur permettant d’avoir accès au crédit. Si nous effectuons un petit effort de mémoire, nous nous rappellerons que durant la dernière bulle du crédit, la solvabilité fut à la base du problème. Les gens avaient trop emprunté par rapport à leurs capacités de remboursement. Les montants de crédit à la consommation accordés sont inquiétants, c’est le moins que l’on puisse dire.

Si les crédits auto et les montants empruntés via les cartes de crédit peuvent être éliminés via la faillite personnelle, ce n’est pas le cas des crédits étudiants. C’est un détail très significatif. De nombreux Américains, parmi les plus jeunes, sont mis dans une nouvelle forme d’esclavage de la dette en faisant des études supérieures et en contractant de mini-crédits hypothécaires qu’ils ne peuvent tout simplement pas rembourser.

Voici un témoignage, parmi bien d’autres cauchemars vécus par des étudiants

« Mon crédit de départ, contracté en 1998, s’élevait à 25 000 $. Huit ans plus tard, je suis endetté à hauteur de 75 000 $. Je ne suis pas un banquier ou un comptable, mais je suppose que cela va continuer à tripler tous les huit ans si je reste dans la pauvreté et donc en situation de défaut. Ai-je raison si je dis que je pourrais devoir 225 000 $ dans huit ans ? Dans 16 ans 750 000 $ ? Dans 24 ans 2 225 millions ? Et lorsque je serai à l’âge de la retraite, dans 32 ans, je devrai 6,75 millions de dollars ? Plus de 6 millions ? Ha ha ha. Bien sûr, s’il s’agissait d’une autre forme de dette cancéreuse, je pourrais me déclarer en faillite personnelle. Mais ce n’est pas possible pour les crédits étudiants. (…)

J’ai failli faire une crise cardiaque lorsque j’ai reçu le courrier m’informant que je devais 75 000 $. Le choc passé, je ne pouvais qu’en rire. C’est tellement élevé jusqu’à l’absurde qu’ils auraient très bien pu me dire que je leur devais 1 million. Mais, à vrai dire, cela pourrait arriver dans un futur pas très lointain. (…) »

Donc, un crédit de 25 000 $ a gonflé jusqu’à 75 000 $ en huit ans. Pourquoi ? Parce qu’à la dette s’ajoutent les intérêts et les frais qui s’ajoutent aux frais précédents. Quand quelqu’un est dans l’incapacité de payer, vous voyez à quel point les choses dégénèrent de façon tragi-comique. (…)

Une dette des ménages américains de plus de 4,1 trillions de dollars est inquiétante quand les crédits étudiants, les crédits auto et les cartes de crédit mènent le train de la dette. Apparemment, nous aimons que l’histoire se répète ; les gens semblent aimer oublier que les racines de la Grande Récession furent une bulle géante du crédit. »

Source : MyBudget360.com

or-argent.eu, le 2 mars 2017

Rappels :

11 phrases du discours de Trump devant le Congrès qui montrent que l’économie américaine est en train de s’effondrer

Etats-Unis : la bulle des prêts étudiants s’élève à 1200 milliards de dollars

L’état réel des Etats-Unis en une image

L’asservissement par la dette : « La plupart des Américains sont des esclaves et ils l’ignorent » (The Economic Collapse)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour La dette des ménages américains dépasse les 4,1 trillions de dollars : nouveau record

  1. idreks dit :

    C’est plus que inutile de se perdre dans des analyses aussi infinies que stériles. Une seule question permet de saisir l’absurdité de la situation, la réflexion et le temps en sont indispensables: pourquoi l’humanité qui créée et produit depuis toujours le nécessaire pour se régénérer, s’en est dépossédée et en plus davantage endettée alors même que jamais le niveau de richesses obtenues est exorbitant, plus à même à répondre aux besoins de l’humanité dans sa globalité. La dette est un outil d’oppression et de domination des peuples. Détenir la dette c’est avoir le choix d’imposer ses décisions aux autres qui n’ont plus qu’à obéir. La dette n’est pas la véritable finalité de leur détenteurs, la véritable finalité c’est le pouvoir absolu.

  2. Bernie dit :

    Un système pervers basé sur le crédit sans fin… mourra par le crédit.

  3. Ping : La dette des ménages américains dépasse les 4,1 trillions de dollars : nouveau record |

  4. zorba44 dit :

    Le signataire de ces lignes n’a plus la moindre dette depuis quelques années. Il confesse même une certaine aisance en capital et en réalisable et disponible, et persiste à dire qu’il n’en serait pas là s’il n’avait pas eu un tempérament de fourmi et un appétit formidable pour mettre le flux de ses investissements en permanence le plus possible à l’abri de la taxe – pas évasion, mais ingénierie fiscale poussée.

    En fait il a une profonde aversion de l’emprunt et tout particulièrement pour la consommation.

    Quant les mougeons finiront-ils par comprendre qu’emprunter est ruineux ?

    La dette tue comme le tabac et pourtant beaucoup continuent à s’endetter tout comme beaucoup continuent à fumer.

    Jean LENOIR

    • « On ne meurt pas de dettes. On meurt de ne plus pouvoir en faire » – Céline.
      Pour ma part, je ne possède rien ! Nada, queutch ! Et ça va très bien.
      Maintenant, quand on entend ce que dit le Ministre du logement de Trump, Ben Carson, on a une idée de l’infinie ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/07/ben-carson-a-fait-un-reve/
      Trump a bien essayé de faire passer les Natifs pour des immigrants, ben là c’est Carson qui essaye de faire passer des esclaves pour des émigrés… Faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages (je crois, j’suis pas sûre)…

  5. Robert dit :

    L’emprunt est une drogue qui conduit à la servitude… Pas évident de se désintoxiquer dans une société basée sur l’hédonisme et le matérialisme…

  6. Paul dit :

    Ces chiffres astronomiques concernant les Américains sont le reflet de leur façon d’être : une arrogance qui leur permet de vivre à dix-mille pieds au-dessus de leur moyens… AUX CROCHETS DU RESTE DE L’HUMANITE.

    • zorba44 dit :

      Oui et non. Cela c’était l’image du passé depuis la fin de la deuxième guerre mondiale…
      Mais à bien écouter le discours de Trump devant le congrès l’autre jour, c’est à un profil très bas de l’amérique qu’on a eu droit.

      Pour au moins cent millions de ricains, l’atterrissage a été brutal …et sans parachutes !

      Jean LENOIR

  7. lamourfou777 dit :

    Bonjour, en complément des informations d’Olivier, nous vous proposons avec son autorisation notre Revue de presse quotidienne :

    Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce mercredi 8 mars 2017

    Est disponible dans la section Revue de presse de Crashdebug.fr
    https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse

    Et toujours des documentaires exclusif en intégralité :

    François Fillon et la « stratégie du choc »
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/13102-francois-fillon-et-la-strategie-du-choc

    Merci Olivier,

    Amicalement,

    f.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s