Scandale d’Etat : Un livre accuse François Hollande d’organiser la destruction de ses adversaires politiques

« François Hollande est-il pour quelque chose dans la déconfiture de certains de ses adversaires politiques ? C’est ce que suggère un livre à paraître, Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat (éd. Robert Laffont), des journalistes d’investigation au Canard enchaîné Didier Hassoux et Christophe Labbé (déjà auteurs de L’Espion du président en 2012) et Olivia Recasens, journaliste indépendante. Que contient cet ouvrage ?

“Difficile de ne pas voir la patte de Hollande”

D’après les bonnes feuilles publiées par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, il décrit un vaste système de surveillance de ses adversaires mis en place par François Hollande depuis son arrivée à l’Élysée. Ce “cabinet noir” aurait eu pour objectif de discréditer les concurrents du président à l’élection présidentielle, en particulier Nicolas Sarkozy et  Manuel Valls, son propre Premier ministre. Les auteurs écrivent ainsi, de manière éloquente, à propos des “affaires” et révélations sur la vie privée des candidats :

“Derrière ces ennuis à répétition qui ciblent les principaux rivaux du président sortant, difficile de ne pas voir la patte de Hollande”.

Ainsi certaines fuites d’informations dans la presse sur la vie privée de certains responsables politiques à des fins malveillantes ne seraient pas étrangères au président de la République. “Pendant près d’un an, la police judiciaire a espionné les conversations [de Nicolas Sarkozy]” après son départ de l’Élysée, rappellent les auteurs. Treize affaires judiciaires collent ainsi à la peau de l’ex-président. De quoi alimenter les procès en “cabale politique” chez les sarkozystes.

“Sarkozy, je le surveille, je sais tout ce qu’il fait”

D’après les auteurs, il existe bien une orchestration des affaires judiciaires, dont le point de départ se situe au service de renseignement financier de Bercy (dont le ministre, Michel Sapin, est un vieil ami de Hollande), Tracfin. Après avoir récolté des informations dans les comptes en banque de responsables politiques, cet organisme peut transmettre le dossier à la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG), dont le directeur, Robert Gelli, est aussi un proche de François Hollande.

“La DACG n’est pas seulement l’œil de la chancellerie, c’est aussi un moyen de piloter discrètement les dossiers politiquement sensibles”, soutient un parquetier cité par les auteurs.

Hollande lui-même a été prolixe à ce sujet, confiant par mégarde devant dix-neuf députés socialistes, le 17 février 2014 : “Sarkozy, je le surveille, je sais tout ce qu’il fait”. Simple manière de parler ? Selon les témoignages recueillis, pas vraiment. Un routard de la police judiciaire évoque en effet la constitution de “blancs”, c’est-à-dire d’informations récoltées clandestinement, et qui remonteraient “en haut lieu”. Il n’est ainsi pas dupe du fait que François Hollande ait découvert en lisant Le Monde que Nicolas Sarkozy a été mis en écoute…

Même Manuel Valls en aurait fait les frais

Ces coups bas ne concernent pas que Sarkozy, mais aussi Manuel Valls, selon les allégations de ce livre. Ainsi la rumeur selon laquelle le Premier ministre aurait eu une liaison avec sa ministre de l’Éducation aurait été ébruitée en haut lieu, de même que les conditions de financement de l’orchestre de sa femme, Anne Gravoin. A Matignon, on fait ainsi remarquer que l’enquête a été “conduite par une société d’intelligence économique proche de l’Élysée, qui travaille en sous-main avec la DGSE”. Le pire, si ces informations sont confirmées, c’est que malgré ce système visant à saper la réputation de ses rivaux, Hollande n’a pas réussi à se représenter… »

Les InRocks, le 22 mars 2017

Rappels :

L’affaire Fillon fait les affaires de Macron

Hollande : « Je suis dans un travail de démolition »

Voir aussi :

François Fillon demande l’ouverture d’une enquête judiciaire sur l’existence d’un « cabinet noir » à l’Elysée :

(France 2, 23 mars 2017)

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Scandale d’Etat : Un livre accuse François Hollande d’organiser la destruction de ses adversaires politiques

  1. matbee dit :

    Vivement que le #HollandeGate éclate enfin ! Il n’y a pas de raison qu’on n’ait que le feuilleton #FillonGate puisque les 2 sont liés…

    • zorba44 dit :

      Il serait temps aussi qu’on ajoute la liste des amateurs de …pizzas, ces pizzas spéciales (qui) gâtent les pervers.

      Quelques archives sur internet pour se faire une opinion – beaucoup étant bloquées à l’action copier-coller !

      Jean LENOIR

  2. zorba44 dit :

    La grande lessive a commencé et l’eau sortira bien noire, pour …des noirceurs avérées : n’est-ce pas MM Filou et consorts ?!

    Jean LENOIR

  3. Ping : Scandale d’Etat : Un livre accuse François Hollande d’organiser la destruction de ses adversaires politiques |

  4. AT dit :

    Je n’aime pas Fillon (pour toutes les raisons déjà dites sur ce site) mais l’intervention sur France2 de l’insupportable socialo-bobo, haineuse à souhait, Christine Angot m’aurait presque donné envie de le défendre. Une « écri-vaine » que personne ne lit et qui crache ses insultes comme si elle représentait autre chose que les stériles artistes subventionnés de la rive gauche…

  5. Ping : Difficile de trouver plus malfaisant… | INSURRECTION PACIFIQUE

  6. Martin dit :

    La politique à gerber ! Vivement que ce connard qui se prend pour le président de la France, dégage de l’Elysée… et que son freluquet d’héritier soit renvoyé dans sa banque.

    Les proches du président de la République n’excluent pas un invraisemblable rebondissement : le renoncement de François Fillon à la présidentielle.

    C’est une hypothèse quasi invraisemblable mais tant de choses invraisemblables ont eu lieu depuis le début de cette campagne présidentielle… Et si François Fillon jetait l’éponge ? François Hollande va «le cogner» tous les jours, assure un de ses amis. Il va mener cette bataille dans chacun de ses déplacements, comme il l’a fait encore ce matin, en inaugurant au ministère des finances l’Agence française anticorruption, créée dans le cadre de la loi «Sapin II». Le chef de l’Etat s’est ainsi félicité de la création de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique en 2013. A propos des critiques émises à son encontre, il a ironisé «à mesure que la publicité se fait, les déclarations sont corrigées, sans doute par rapport à des oublis qui étaient dus à des défauts de mémoire». Défendant le Parquet national financier (PNF), il a fait remarquer que la France disposait «de tous les outils nécessaires pour lutter contre la corruption» et raillé «l’imagination débordante» de certains candidats à la présidentielle pour en créer d’autres.

    Dans son entourage, certains imaginent que Fillon pourrait craquer. «Il fait des fautes tous les jours, insiste cet hollandais. Et parfois, on tombe sur un détail, un peu comme Al Capone.» Que se passerait il dans ce cas ? La Constitution ne prévoit pas qu’un candidat ayant ses 500 signatures pourrait renoncer de lui-même. Le Conseil constitutionnel serait donc sûrement saisi et arrêterait en toute vraisemblance le processus électoral. Il est probable qu’on retombe alors sur ce qui est prévu au cas où un candidat est empêché de concourir. «L’élection serait alors reportée de 20 à 35 jours, le temps pour la droite de fabriquer un nouveau candidat», imagine ce socialiste.

    Pour François Hollande, il serait de toutes façons trop tard. Jusqu’au dernier moment, ses amis avaient préparé un scénario catastrophe et le président de la FNESR, la fédération nationale des élus socialistes et républicains, François Rebsamen, avait manœuvré pour s’assurer qu’en cas de besoin, le chef de l’Etat pourrait obtenir ses 500 parrainages d’élus. Désormais, le président de la République va défendre son bilan et pilonner Fillon : «C’est sa dernière petite bataille contre Nicolas Sarkozy», constate cet ami.

    http://www.parismatch.com/Actu/Politique/Et-si-Fillon-craquait-L-improbable-scenario-des-amis-de-Hollande-1217561#xtor=AL-23

  7. opus nigrum dit :

    Oui le Cabinet Noir existe !
    Une mine d’infos sur des coulisses très NOIRES:

    http://www.minurne.org/?p=10344

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s