« On s’est barricadés » : le désarroi d’un capitaine de remorqueur italien submergé par les migrants

Ce qui est extraordinaire et montre à quel point la “crise migratoire” est en réalité acceptée, et même voulue par les autorités européennes, complices des passeurs, c’est que les navires des ONG et les garde-côtes vont chercher les “migrants” à quelques milles marins seulement des côtes libyennes ! OD

Carmelo Cuzzolino, capitaine chargé de la sécurité d’une plate-forme pétrolière libyenne, a passé deux jours avec plus d’un millier de migrants en détresse à bord : une folie qu’il sait devoir probablement revivre encore.

« Cela fait 30 ans que je suis capitaine par ici, j’en ai vu passer des migrants… Mais ça, c’était la première fois ! », raconte ce marin italien de 60 ans, joint lundi par téléphone alors que son bateau s’apprêtait à repartir de Palerme, en Sicile.

Le Vos Thalassa, un grand remorqueur rouge de 60 mètres, ressemble comme deux gouttes d’eau au Vos Prudence affrété par l’ONG Médecins sans frontières (MSF) pour secourir les migrants au large de la Libye et qui a débarqué dimanche près de 1.500 migrants à Naples.

Mais son rôle à lui est de patrouiller autour d’une plate-forme pétrolière libyenne située à 70 milles nautiques de la Libye.

Vendredi en début d’après-midi, son équipage a repéré une embarcation de migrants qui agitaient un drapeau blanc. Il prévient les gardes-côtes italiens à Rome, qui lui demandent de prendre les migrants à bord.

Vers 15H00, Rome lui annonce l’arrivée de deux vedettes des gardes-côtes pour récupérer les migrants. Mais au fur et à mesure que de nouveaux canots de migrants sont signalés, c’est le contraire qui se produit.

Les deux vedettes vont secourir ces migrants puis les déposent sur le vaste pont du Vos Thalassa avant de repartir pour une autre opération.

« A minuit et demi, je me retrouve avec 1.042 personnes à bord, dont une cinquantaine de femmes, 15 enfants, et sept cadavres qui me sont arrivés déjà dans des sacs hermétiques », raconte le commandant.

Il ne sait pas qui sont ces morts mais beaucoup de migrants succombent au fond des canots, morts de froid, de déshydratation, asphyxiés par les émanations de carburant ou étouffés tant ils sont nombreux dans ces embarcations surchargées.

Un navire militaire italien est en route pour récupérer les migrants, mais le temps d’arriver, il affiche déjà complet : lundi, il a débarqué 929 migrants à Catane, ainsi que 10 cadavres, dont celui de la mère de deux enfants de 5 et 3 ans, qui n’ont plus ouvert la bouche.

– Conditions infernales –

Au total, plus de 10.000 migrants ont été secourus au large de la Libye la semaine dernière, dont 3.400 pour la seule journée de vendredi : il n’y a pas d’autre navire disponible, le Vos Thalassa doit mettre lui-même le cap sur la Sicile.

Les conditions à bord sont infernales. Sans eau, sans vivres, sans couvertures, les migrants sont nerveux et beaucoup deviennent menaçants, voire agressifs. En face, l’équipage ne compte que 14 hommes.

« Nous nous sommes barricadés à l’intérieur », raconte le capitaine. L’équipage laisse seulement les femmes et les enfants entrer pour utiliser les toilettes du bord.

Samedi à la mi-journée, un navire des gardes-côtes, déjà lui-même chargé de migrants, vient fournir des bouteilles d’eau et de la nourriture, mais si ce ravitaillement calme un peu les esprits, les distributions sont périlleuses.

« Quand ils voyaient la nourriture, ils se jetaient sur nous. On leur disait d’organiser des queues mais ils ne comprenaient pas », explique le commandant Cuzzolino.

Le Vos Thalassa a finalement accosté dimanche en début d’après-midi à Palerme, le port désigné par les autorités italiennes. Il n’aurait de toutes façons pas pu le faire avant, pour cause de G7 vendredi et samedi à Taormina en Sicile. Pendant la durée de ce sommet, les débarquements de migrants sur l’île ont été suspendus.

L’évacuation des migrants sur le Vos Thalassa a duré jusqu’à 3h du matin, après quoi l’équipage s’est employé pendant des heures à nettoyer et désinfecter le pont.

« Nous ne pouvons pas faire ça », explique le capitaine. « Sauver des vies en mer, mettre 150 personnes à l’abri, leur donner à manger et prendre soin d’eux le temps que quelqu’un vienne les chercher, ça oui, bien sûr. Mais faire du stockage pendant 48 heures, c’est mettre en danger la vie de tout le monde. Le bateau, l’équipage, les migrants », insiste-t-il.

Mais le capitaine sait bien qu’avec le beau temps qui s’installe, il va voir d’autres migrants autour de sa plate-forme. Et que si les navires militaires ou humanitaires sont déjà pleins, Rome fera encore appel à lui.

AFP /Romandie, le 30 mai 2017

Rappels :

Immigration : Le Grand Débarquement de l’été va commencer

Delevoye, l’homme de Macron qui réclamait 50 millions d’immigrés pour l’Europe

[Envoyé spécial] Qui veut gagner des migrants ?

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour « On s’est barricadés » : le désarroi d’un capitaine de remorqueur italien submergé par les migrants

  1. Zoé dit :

    Demain nous les aurons à notre porte, on nous obligera à les loger, les nourrir, et on sera leur larbin si nous ne sommes pas égorgés avant
    Merci l’Europe, on a déjà assez de merde chez nous.

    • zorba44 dit :

      …et pour abonder votre avis, ceci dans une France qui ferme ses entreprises les unes après les autres ! Avis de tempête sur les déficits, aussi …puisqu’on subventionne tout avec de l’argent tiré de nulle part…

      Jean LENOIR

  2. Orgul dit :

    « Le camp des saints »
    Dans ce terrible roman d’anticipation, Jean Raspail avait tout vu.

    • zorba44 dit :

      Lu ce livre à sa parution …c’était il y a une bonne dizaine d’années (?) et, à l’époque, le signataire l’avait trouvé impensable.
      Oui c’était une claire vision de l’avenir…

      Jean LENOIR

      (malheureusement c’était un prêt car sa relecture serait un bon programme pour un WE kiwi qui s’annonce sous le déluge)

      • zorba44 dit :

        …parce que la Nouvelle-Zélande c’est loin …et c’est (relativement) sain !

        Jean LENOIR

      • Zoé dit :

        J’ai un ami qui est allé en vacances. Il a dit s’y être ennuyé car on fait des kilomètres sans voir âme qui vive. J’ai vu des images et les paysages sont magnifiques.

    • Dino dit :

      Le Camp des Saints date de…. 1973!
      Le seul roman que je relis régulièrement. Plus encore que les évènements, ce sont les descriptions des mentalités qui sont les plus prophétiques!

  3. Rémi P. dit :

    Zoé, en Italie ils ont déjà un plan de réquisition des logements vacants (de particuliers) pour y installer les migrants clandestins…. On prépare les affrontements!

    http://www.bvoltaire.fr/italie-les-logements-de-particuliers-vacants-requisitionnes-pour-les-migrants/

    • zorba44 dit :

      Le plan est clair depuis l’origine : favoriser la montée de la guerre civile en Europe pour qu’elle devienne elle-même une sorte de Syrie avec deux mondes qui s’affrontent, décréter l’état d’urgence et lorsque l’enfer financier sera là fermer les banques en déconfiture et laisser le chaos s’installer.
      Ensuite on déblaiera les décombres et on comptera les morts qu’on jettera dans d’immenses fosses communes.

      …Les nouveaux maîtres pourront alors organiser la vie des esclaves…

      Jean LENOIR

      • Zoé dit :

        Et oui Zorba, votre vision de l’avenir est claire : le plan Kalergi est en marche accélérée. Si ce qui se passe depuis un certain temps s’était produit lorsque nous étions jeunes, on aurait déserté la France depuis longtemps. Problème, nous ne sommes plus en âge de partir.

      • zorba44 dit :

        Le signataire est parti définitivement en 2010 à l’âge de 66 ans …pour ne rien vous cacher !

        Jean LENOIR

      • Zoé dit :

        Je sais Zorba vous habitez en Nouvelle Zélande – quelle langue est parlée là-bas, je crois l’anglais. Partir à 66 ans, cela donne à réfléchir …. mais pourquoi la Nouvelle Zélande ?

      • zorba44 dit :

        Afin de compléter…
        https://www.babelio.com/livres/Raspail-Le-Camp-des-saints/86713

        …avec les commentaires de Jean Raspail en 2006 sur son roman écrit 30 ans plus tôt !
        Cela aurait pu faire un politique de talent …hélas ce ne le fût pas…

        Jean LENOIR

  4. Juste un témoignage, car il y a une réelle volonté aussi de la part des Zélites, à monter les populations les unes contre les autres.
    Dans des petits villages, les maires ont été contraint d’accepter des migrants. Et des logements sont refaits à neuf et par ailleurs ont leur alloue une allocation de 1500 € et bien sûr on le fait savoir afin que les personnes en difficultés puissent en parler et ainsi faire monter les peurs…
    Mais c’est une réalité, alors que la plupart du temps ce sont des gens (les migrants) en réelles difficultés.

    Tenez, Olivier, en relayant l’article de R71 de source Veterans Today : À la source du trafic de combustible nucléaire : Israël et les États Unis – J’ai intégré la vidéo de L’AIF de Donald Rumsfeld affirmant ne pas connaitre le WTC7 ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/05/31/la-verite-liberera-les-peuples/ Et je pense que cela pourrait vous intéresser. Jo

  5. Ping : « On s’est barricadés » : le désarroi d’un capitaine de remorqueur italien submergé par les migrants | INSURRECTION PACIFIQUE

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s