Le Maire fait sienne la théorie ordo libérale allemande imbécile qui assimile un pays à un ménage !

Le prêt-à-penser néolibéral qui confond les finances publiques, lesquelles s’inscrivent dans une logique d’économie politique, avec la comptabilité d’un ménage… Or on ne gère pas un Etat comme un “bon père de famille”. On sait par exemple qu’un déficit public ne conduira pas nécessairement à un accroissement de la dette, que cela dépendra notamment des taux de croissance et d’inflation. Un Etat, surtout, est souverain et dispose d’un temps quasi infini. Contrairement aux ménages, il peut décider d’augmenter ses recettes par l’emprunt, la fiscalité ou la création monétaire. Il a aussi la capacité de faire “rouler” sa dette… et même de faire défaut sans mettre en jeu son existence.   OD

« Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a confirmé mardi que la France respectera ses « engagements » vis à vis de l’Union européenne en matière de réduction des déficits.

« Les engagements sont faits pour être respectés. Si nous voulons que la France retrouve sa voix politique en Europe, qu’elle pèse, qu’elle soit respectée, il faut qu’elle tienne ses engagements », a-t-il affirmé aux journalistes, lors d’un déplacement dans la 1ère circonscription de l’Eure où il vise une réélection pour les législatives.

« Si nous respectons nos engagements nous pouvons faire avancer l’Europe dans la bonne direction c’est-à-dire l’investissement, l’emploi », a-t-il ajouté.

« Respecter nos engagements européens, réduire nos déficits, réduire notre endettement public, c’est bon pour les Français, c’est bon pour la France c’est ce qui nous permettra de retrouver de la vitalité économique, de redonner un peu d’air à nos entreprises, et leur permettre d’embaucher davantage, parce qu’au bout du compte quand on dépense plus d’argent qu’on en gagne pour un pays comme pour un ménage, ça finit toujours mal », a poursuivi le ministre ».

Source : Bruno Bertez, le 7 juin 2017

Lire aussi :

Et si on parlait un peu sérieusement de la dette publique ?

Rappel :

Bruno Le Maire, nouveau ministre de l’Economie, ne sait pas faire une multiplication

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Le Maire fait sienne la théorie ordo libérale allemande imbécile qui assimile un pays à un ménage !

  1. brunoarf dit :

    La banque centrale des Etats-Unis, la Banque Centrale Européenne et la banque centrale japonaise sont devenues folles.

    La banque centrale des Etats-Unis, la Banque Centrale Européenne et la banque centrale japonaise rachètent sur les marchés internationaux des milliards d’actions et des milliards d’obligations.

    – Conséquence positive : les bourses du monde entier montent, montent encore, montent toujours.

    – Conséquence négative : la bulle boursière devient de plus en plus gigantesque.

    Quand cette gigantesque bulle boursière éclatera, le monde subira la pire crise de l’Histoire.

    Mercredi 7 juin 2017 :

    La taille des bilans respectifs de la BCE et de la BoJ dépasse celle de la FED.

    Regardez bien la taille des bilans des trois banques centrales :

    Pour la première fois de l’histoire, le bilan de la BCE ainsi que celui de la Banque du Japon est supérieur à celui de la FED.

    Selon les statistiques de la BoJ, son bilan a dépassé les 500 trillions de yens (4,48 trillions de dollars) à la fin mai. De plus, ces derniers chiffres montrent que les acquisitions de la Banque centrale japonaise ont considérablement ralenti durant ces derniers mois. À la fin du mois de mai 2017, le portefeuille de la banque centrale japonaise était en hausse de 70,7 trillions de yens par rapport à mai 2016, soit plus de 10 % en dessous de l’objectif officiel d’augmentation annuelle de 80 trillions de yens.

    Malgré cela, ce sont les achats de la BCE et de la BoJ qui maintiennent les marchés actions mondiaux en vie depuis la fin du QE3 de la FED.

    Et maintenant ?

    La FED a tenté de faire croire aux marchés qu’elle va procéder à la réduction de la taille de son bilan en laissant ses actifs arriver à maturité sans les renouveler. Ce qui augure une réduction de voilure très irrégulière au vu des dates d’échéance des actifs qui composent son portefeuille.

    À moins que quelqu’un reprenne le flambeau, le bilan de la FED va fondre et cela se finira mal pour les marchés actions mondiaux étant donné la corrélation entre la taille des bilans des banques centrales du « G3 » et les marchés actions américains.

    Charles Sannat.

  2. Lionel59 dit :

    La remarque préliminaire me parait erronée.
    La souveraineté des Etats européens est dissoute ou tout au moins très diluée dans l’ Union Européenne.
    Quant à augmenter leurs recettes par la création monétaire, je me demande par quel biais ils pourraient le faire.

    • Je parlais d’un Etat, or en France et en Europe nous n’en avons plus guère les attributs, vous avez raison.

      Cela dit, les Etats européens ont conservé leur souveraineté fiscale et peuvent donc augmenter leurs recettes à discrétion.

      D’autre part, grâce à l’euro et à la politique monétaire « non conventionnelle » de la BCE, nous continuons à nous endetter à faible coût et à faire rouler la dette à l’infini…

      Je maintiens donc : Il est absurde d’assimiler les finances d’un pays à celles d’un ménage.

      • Lionel59 dit :

        L’expression « Faire rouler la dette » n’équivaut-elle pas à faire de la cavalerie?
        Tant que ça roule , ça va, s’il n’y a plus de créanciers, ça s’écroule et
        vu le faible coût, ces derniers vont se faire de plus en plus rare.
        La Grèce nous a montré que faire rouler sa dette à l’infini n’est pas possible, tout simplement parce qu’elle ne fait pas que rouler, elle croît.

  3. Alcide dit :

    Dans le paradigme larbinien actuel , Bruno Le Maire à raison.

    En effet , la France sans souveraineté monétaire car perdue le 3 Janvier 1973, est exactement comme un ménage surendetté.

    Par la promulgation de lois opposées au bien commun et favorisant exclusivement les intérêts d’une infime minorité , les ordures dirigeantes de droite comme de gauche traîtres à la nation on fait de la France la serpillère des rothschidiens , des poivrots de Bruxelles et des psychopathes de la ploutocratie apatride.

    Personnellement , je me tire de ce bordel infâme .
    Bonne chance à tous.

    • Même réponse qu’à Lionel59. La perte de la souveraineté monétaire n’empêche pas tout, la situation financière de la France reste très différente de celle d’un ménage.

      • zorba44 dit :

        Déjà, pour rester à un niveau basique, un ménage n’a pas à financer un ou plusieurs salariés équivalents aux fonctionnaires de l’état, au contraire d’un état, il a seulement à balayer le trottoir devant chez lui (et encore dans certains cas seulement), n’a pas à le réparer, n’a pas à pourvoir à l’entretien de sa rue, n’a pas à financer sa propre police, ni l’hôpital le plus proche de chez lui…
        La liste est encore longue et on pourrait, en symétrique, dire ce que l’état ne finance pas chez les ménages, des jouets des enfants, en passant par les vêtements et la nourriture…

        Du bon sens et de la compétence BLM n’en est pas doté !

        Jean LENOIR

      • Alcide dit :

        …Cela dit, les États européens ont conservé leur souveraineté fiscale et peuvent donc augmenter leurs recettes à discrétion…

        La belle affaire !

        Cela revient donc à dire pour ce lambeau de « nation  » qu’il reste le pouvoir de taxer jusqu’à la mort pour payer la dette odieuse. Ce qui est la caractéristique d’un racket d’état au seul profit de la ploutocratie puisque la dette est issue de création monétaire privée.

        La France depuis le 3 janvier 1973 est un état fasciste qui est l’association de l’état avec les grands groupes financiers selon la définition de B. Mussolini , au seul service du profit des intérêts bancaires rothschildiens.

        De cela personne n’en parle , aucun économiste , aucun homme politique , tous des couilles molles effrayées par la simple idée de dire la Vérité à la population qui sera ainsi totalement ruinée pour payer la dette sciemment construite puis sacrifiée militairement par son adhésion à l’OTAN .

        La dette est de croissance géométrique ( conséquence mathématique de la croissance des intérêts cumulés ) et ne peut donc rouler indéfiniment sans écraser ce qui reste de réalité économique ( PIB moins le chiffre d’affaire du parasitisme d’état ou bancaire par création monétaire privée ).

        Bien à vous

      • @Alcide : Que l’Etat soit aujourd’hui une organisation fasciste qui rackette les citoyens au profit de la ploutocratie bancaire ne change rien au fait qu’il n’est pas du tout assimilable aux ménages dans son rapport à l’endettement…
        Je dirais même que ça en renforce la démonstration !

    • zorba44 dit :

      Alors Pierre, c’est pour la Crimée ? …ou pour ailleurs ?
      Amicalement

      Jean LENOIR

  4. Geraldine dit :

    L’Etat détient le monopole de la violence légitime – selon l’expression consacrée. Il peut donc tout…. décréter ce qu’il veut, spolier qui il veut pour se renflouer.

    Un individu ou un ménage, NON !

    L’UE NON-ELUE ne change rien à l’affaire, les commissaires de Bruxelles peuvent toujours menacer, chaque Etat fait les déficits qu’il veut depuis des années et des années. Si la France ou l’Italie ou un autre se retire, ils sont morts…

    Bruno Le Maire est un âne.

    • Lionel59 dit :

      Non, Géraldine, un Etat ne décréte pas ce qu’il veut et ne spolie pas qui il veut. C’est pour cette raison qu’on parle d’Etat de droit. cf http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/qu-est-ce-que-etat-droit.html

      • Geraldine dit :

        Vous plaisantez Lionel ? Parlez-moi un peu du terrorisme SVP…Etat profond et faux drapeaux par exemple ?

        Vous avez déjà vu un Etat ou un service de renseignement poursuivis devant les tribunaux pour une saloperie ou un massacre liés à la guerre secrète ?

        Ou aussi pour un impôt ou une nouvelle taxe qui ne s’en prend qu’aux classes moyennes et laisse les riches planquer leur fric à dans les paradis fiscaux… ou dans des dispositifs dits d’optimisation fiscale ?

        Sortez de vos livres de droit et entrez dans la vraie vie… « l’Etat de droit » c’est le droit du 1% ,que dis-je…. du 0,01% !

  5. Lionel59 dit :

    Géraldine, on a déjà vu un service de renseignement poursuivi et condamné, par exemple dans l’affaire du Rainbow warrior. C’était, certes, en Nouvelle Zélande mais le ministre de la défense français a du démissionner et le patron de la DGSE a été viré.
    Pour ce qui est de la fiscalité, je vous rappelle que l’impôt est toujours décidé par le Parlement. Les communes,les groupements de communes et les départements ne fixent que certains taux et pas en totale liberté. Quant à l’optimisation fiscale, tant que c’est fait par des moyens légaux, je ne vois pas ce que vous pouvez contester.

    • zorba44 dit :

      De mémoire, le Rainbow Warrior c’était en 1987 et n’y eut-il eu un mort c’était une carambouille d’opérette…
      Les choses ont largement évolué depuis.

      Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s