Conseil européen : Macron déjà hollandisé par Merkel (E. Verhaeghe)

Ce n’est pas une surprise : Macron avait annoncé que s’il était élu président, il s’alignerait sur les positions allemandes, renonçant par avance à défendre les intérêts de la France et des Français. Au nom de “l’Europe”… OD

« À peine arrivé, déjà hollandisé ! Macron a été repris en main par Angela Merkel à l’occasion de son premier sommet européen. Mais… la presse subventionnée s’emploie à dissimuler le malaise.

Il y a deux façons d’aborder le sommet européen qui s’est tenu en fin de semaine. Une première voie consiste à lire les conclusions du sommet et à compter les points. Une seconde voie consiste à lire la presse subventionnée. Entre les deux, on trouve très peu de points communs.

Ce que le Conseil Européen a réellement décidé

Dans la pratique, le Conseil des 22 et 23 juin n’a repris aucune des demandes françaises annoncées de longue date par le président de la République. En particulier, il n’a ouvert aucun débat sur les travailleurs détachés, sujet sur lesquels la France avait bandé les muscles en demandant un durcissement de la réglementation.

Rien que par ce silence, la France subit donc une défaite en rase campagne qui montre le peu de cas que l’Europe fait d’une France engluée dans un huis clos gagnant-perdant avec l’Allemagne, même avec un Président nouvellement élu qui pense pouvoir défier Donald Trump.

S’agissant de l’emploi, on notera d’ailleurs ce que le sommet a conclu :

S’appuyant sur les conclusions du Conseil de mai 2017, qui préconisent une stratégie pour l’avenir de la politique industrielle, le Conseil européen insiste sur le rôle essentiel de l’industrie, qui constitue un moteur important pour la croissance, l’emploi et l’innovation en Europe. Dans le prolongement de ses propres conclusions antérieures, il demande que des mesures concrètes soient prises pour que le marché unique dispose d’une base industrielle solide et compétitive.

Les conclusions du Conseil ne visent pas à redire que le travail détaché est échevelé, mais que la prospérité viendra de la défense de l’industrie. Cette vision au demeurant très allemande met des mots sur un vide français : quelle est la politique industrielle d’Emmanuel Macron ? On l’ignore jusqu’ici et curieusement le conseil européen s’est préoccupé de sujets qui n’ont aucun impact en France.

Macron battu sur les mesures anti-chinoises

Quant à l’idée d’empêcher les Chinois de prendre le contrôle à vil prix de nos pépites technologiques, Emmanuel Macron a fait un superbe bide. Voici en effet comment le Conseil a retranscrit la demande française :

Le Conseil européen est convaincu que le commerce et les investissements ne peuvent être libres que s’ils sont également équitables et mutuellement bénéfiques. Il invite par conséquent les colégislateurs à parvenir rapidement à un accord sur des instruments de défense commerciale modernes et compatibles avec l’OMC, qui renforceront la capacité de l’UE à lutter efficacement contre les pratiques commerciales déloyales et discriminatoires et les distorsions de marché. Le Conseil européen demande à la Commission de veiller à leur application rapide et effective par des mesures d’exécution non législatives visant à rendre les pratiques commerciales et les instruments de défense commerciale de l’UE plus réactifs et plus efficaces et de proposer, le cas échéant, des mesures complémentaires. Il demande en outre à la Commission et au Conseil d’approfondir et de faire avancer le débat sur la manière d’améliorer la réciprocité dans le domaine des marchés publics et des investissements. Dans ce contexte, il salue l’initiative de la Commission visant à maîtriser la mondialisation et, entre autres, à analyser les investissements réalisés par des pays tiers dans des secteurs stratégiques, dans le plein respect des compétences des États membres.

Traduction : pour faire plaisir à Macron, on aborde le point. Mais on annonce déjà qu’aucune directive, aucune mesure réglementaire ne sera prise sur le sujet, et qu’en aucun cas, on ne tordra les règles de l’OMC. On notera aussi que le sujet sera repris en main par la Commission et sera discuté ultérieurement.

En quoi Macron est-il hollandisé ?

Pour finir cet exercice où les demandes françaises ont été réduites à néant, Angela Merkel a pris son petit protégé par la main et lui a admonesté l’une des fessées déculottées dont elle a le secret. Celle-ci prend d’ordinaire la forme d’une conférence de presse conjointe, où le Président français annonce qu’il ne fera plus rien à l’avenir sans l’autorisation et le consentement d’Angela Merkel.

Macron n’a pas échappé à la punition.

je veux dire ici combien à la fois le fait que nous ayons très étroitement préparé ensemble nos remarques à ce Conseil, que nos interventions aient été constamment en ligne et que nous puissions en rendre compte en commun est à mes yeux important. C’est en tout cas ce que je m’attacherai à faire, dans les années à venir, parce que je pense que quand l’Allemagne et la France parlent de la même voix, l’Europe peut avancer ; ce n’est parfois pas la condition suffisante mais c’est en tout cas la condition nécessaire.

Dans la droite ligne de cet exercice où l’on apprend que les positions françaises au Conseil sont préparées avec l’Allemagne en amont, Macron a respecté les passages obligés de la fessée déculottée. Sur les migrants, il s’est senti obligé de déclarer :

nous devons accueillir des réfugiés car c’est notre tradition et notre honneur. Et je le redis ici, les réfugiés ne sont pas n’importe quels migrants. Ce ne sont pas les migrants économiques, ce sont des femmes et des hommes qui fuient leur pays pour leur liberté ou parce qu’ils sont en guerre ou pour leurs choix politiques. Nous devons ainsi faire preuve de solidarité quand un de nos voisins fait face à des arrivées massives de réfugiés ou de migrants.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour que, dans les cinq ans à venir, Macron conserve intacte la doctrine européenne développée sous Hollande d’un alignement systématique sur les positions allemandes sans contrepartie en faveur de la France.

Le silence gêné de la presse subventionnée

On lira en contrepartie les gros titres gênés de la presse française subventionnée, qui veut dissimuler le ratage macronien. En dehors du Point, qui titre « Macron au sommet de l’UE : premiers échanges, premier revers », le reste de la presse se montre d’une flagornerie extravagante.

Ainsi, les Échos, qui ne cachent plus leur soutien complet et acquis au Président, font croire à une victoire française. Plus complaisant encore, Le Monde se fend d’un titre ahurissant: « Conseil européen : avec Macron, l’Europe met en scène son sursaut ». Ils doivent avoir vraiment besoin d’un gros coup de pouce, dans ce canard arrogant, pour sortir des âneries pareilles ».

Lire la suite sur le blog d’Eric Verhaeghe

Rappels :

Adoubé à Berlin, Emmanuel Macron se présente comme le seul candidat vraiment pro-européen

L’Histoire se répète : La France en marche, slogan de Vichy

Lire aussi :

Europe en crise cherche stratégie française (J. Sapir)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Conseil européen : Macron déjà hollandisé par Merkel (E. Verhaeghe)

  1. zorba44 dit :

    Macrophage peut avaler un premier mouchoir …de toutes les façons la très teutonique Angèle est elle-même le petit doigt sur la couture de son …tailleur vis-à-vis des ordres venus du haut de la pyramide ricaine…

    Oui ça promet du sport à la rentrée, l’intuition du signataire étant que les couteaux s’affûtent déjà au vestiaire !

    Jean LENOIR

  2. Robert dit :

    S’ agit-il uniquement d’ une question de volonté politique ? La France a t elle encore les moyens de se faire entendre ? Qu’en pensez vous ?

  3. emilia dit :

    Et voilà… nous voyons ainsi les deux visages du président Jupitoyable.
    (jupiter, jovis pater, un des trois dieux biffrons romain)

    Il donne dans l’imigrationisme forcené en braillant sur le pologne et autres pays de l’est qui eux protègent leurs frontières de cet afflux de population. Il est encensé dans la presse pour cela.
    On nous rabache que « l’euro-chiasse nous protège », bravo à la pologne, la hongrie et la slovénie qui par les murs anti-immigration font le job.

    Et de l’autre côté, le franc Macron aux deux visages qu’il est, fait semblant de défendre les français et leur emploi et surtout leur sécu : le travailleur détache cotise dans son pays, pas dans le nôtre où il travaille; Ce qui va mécaniquement aggraver le déficit de la sécu en la privant de ses cotisations. Ne rêvez pas, il ne va pas insister contre les travailleurs détachés, c’est juste une posture qu’il arbore. Il est issu du milieu bancaire qui est ultra libéral… Il sait parfaitement que pour bien servir ses maîtres, il devra se coucher comme un boxeur qu’on arrose. C’est juste pour que personne ne puisse l’accuser de n’être que néfaste : il fait semblant d’avoir essayé de défendre les emplois et la protection sociale. C’est n’est donc pas « un échec à défendre … » mais bel et bien « une réussite dans la non-défense »

    Sur ces deux exemples on voit les intentions de l’euro-chiasse, entité technocratique, qui soit disant « nous protège » : c’est la guerre entre europe de l’est et de l’ouest. Le travailleur de l’est en guerre contre celui de l’ouest. On avait réussi à virer Bolkenstein par la porte, ils ne l’ont refoutu par la fenêtre. Jusqu’à ce qu’on n’arrive plus à se défendre.
    Et le pire, c’est que depuis des années, on paye des impots pour subventionner la croissance dans ces pays de l’est. La France est contributeur net…
    Quelle arnaque : financer la croissance des pays voisins qui viennent en plus scier la pattes de nos protections sociales et vont dépenser dans leur pays le pouvoir d’achat qu’ils ont gagné sur la consommation française.
    Et en plus on nous culpabilise : « regardez ces super pays de l’est qui font de la croa-croassance ».
    Bref, tout est à jeter. Ces gens sont infects.

  4. alainet dit :

    – Hollandisé , vous vouliez dire vassalisé… un vice-chancelier parfait de la province France selon MLP. Pendant ce temps l’Allemagne qui se porte au mieux est en train de ruiner à petit feux le reste de l’UE, surtout la Grèce… Il reste encore des publications honnêtes en France
    https://www.contrepoints.org/2017/06/25/293023-emmanuel-macron-deculottee-sommet-europeen
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/macron-pietinne-merkel-a-bruxelles-dictature-de-lue-decide-macron-execute/

  5. ratuma dit :

    Mais il a mis son slip PULLIN pour plaire à A

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s