Ce que prépare le président Macron (Th. Meyssan)

« Le trouble gagne les Français qui découvrent – mais un peu tard – ne pas connaître leur nouveau président, Emmanuel Macron. Interprétant ses récentes déclarations et ses actes au regard du rapport qu’il rédigea en 2008 pour la Commission Attali, Thierry Meyssan anticipe la direction vers laquelle il est « En marche ! ».

Depuis l’accident cérébral de Jacques Chirac, la France n’est plus présidée. Durant les deux dernières années de ses fonctions, il laissa ses ministres Villepin et Sarkozy s’entre-déchirer. Puis, les Français élurent deux personnalités qui ne parvinrent pas à investir la fonction présidentielle, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Ils choisirent alors de porter Emmanuel Macron à l’Élysée, pensant ainsi que l’impétueux jeune homme était capable de reprendre le gouvernail.

Contrairement aux campagnes électorales précédentes, celle de 2017 n’a pas été l’occasion de débattre du fond. Tout au plus aura-t-on pu constater que tous les petits candidats (c’est-à-dire ceux qui n’étaient pas soutenus par de grands partis) contestaient profondément l’Union européenne que tous les grands candidats portaient eux au pinacle. L’essentiel de la campagne fut un feuilleton quotidien dénonçant la corruption supposée de la classe politique en général et du candidat favori, François Fillon, en particulier ; une narration typique des « révolutions colorées ». Comme dans tous ces modèles sans exception, l’opinion publique réagit en prônant le « dégagisme » : tout ce qui était ancien était corrompu, tout ce qui était nouveau était juste et bon. Pourtant aucun des crimes dont tous parlaient ne furent établis.

Dans les révolutions colorées précédentes, l’opinion publique mettait de trois mois (la révolution du Cèdre au Liban) à deux ans (la révolution des Roses en Géorgie) avant de se réveiller et de découvrir avoir été manipulée. Elle revenait alors vers ce qui restait de la première équipe. L’art des organisateurs de révolutions colorées consiste donc à réaliser sans attendre les changements que leurs commanditaires entendent opérer dans les institutions.

Emmanuel Macron a annoncé à l’avance qu’il allait réformer en urgence le Code du Travail, utilisant pour cela la procédure des ordonnances. En outre, il a annoncé d’importantes réformes institutionnelles : modification du Conseil économique et social, diminution — « licenciement » devrait-on dire en termes managériaux — par deux du nombre d’élus à tous les niveaux, et éléments de « moralisation » de la vie politique. Tous ces projets se situent dans le droit fil du rapport de la Commission pour la libération de la croissance française de 2008, dont Jacques Attali était le président et Emmanuel Macron le secrétaire général adjoint.

Le Code du Travail

Concernant le Code du Travail, il y a effectivement un large consensus pour l’adapter aux situations économiques contemporaines. Cependant, au vu des documents préparatoires disponibles, le gouvernement se situe en dehors de ce consensus. Il envisage d’abandonner le système juridique latin pour celui en vigueur aux États-Unis. Un employé et son patron pourraient ainsi négocier entre eux un contrat contraire à la loi. Et pour qu’il n’y ait pas de doute sur l’ampleur et l’importance de cette réforme, le système éducatif devra produire des enfants bilingues français-anglais à la fin de l’école primaire.

Jamais ce changement de paradigme n’a été débattu en France. Tout au plus a-t-il été évoqué lors des débats parlementaires sur la loi El-Khomri-Macron de 2016. Certains observateurs avaient relevé que la prééminence des négociations d’entreprise sur les accords de branche ouvrait un possible basculement vers le droit états-unien.

Ce choix est d’autant plus surprenant que si les États-Unis forment la première puissance financière au monde, ils sont largement dépassés au plan économique par des pays aussi divers que la Chine ou l’Allemagne. En outre, si le Royaume-Uni respecte le vote de ses citoyens et poursuit sa sortie de l’Union européenne, celle-ci ne sera plus dominée par le modèle financier anglo-saxon, mais par celui économique de l’Allemagne.

Les institutions

Concernant la réforme des institutions, il est frappant de constater que, si les réformes envisagées par le président Macron peuvent s’avérer excellentes, aucune n’est attendue par les Français. Personne n’avait jusqu’ici dénoncé une pléthore de parlementaires ou de conseillers municipaux. Au contraire, quantité de rapports ont dénoncé l’accumulation de strates administratives (communes, communautés de communes, départements, régions, État) et la prolifération de « Comités Théodule ».

En réalité, le président Macron avance masqué. Son objectif à moyen terme, largement annoncé dès 2008, est la suppression des communes et des départements. Il s’agit d’homogénéiser les collectivités locales françaises avec le modèle déjà imposé partout ailleurs dans l’Union européenne. L’Élysée, rejetant l’expérience historique des Français, considère qu’ils peuvent être administrés comme tous les autres Européens.

La réforme du Conseil économique et social reste floue. Tout au plus sait-on qu’il s’agirait à la fois de dissoudre les innombrables « Comités Théodule » et de lui confier le dialogue social. L’échec de Charles De Gaulle sur ce sujet, en 1969, laisse à penser que si cette réforme était réalisée, ce ne serait pas pour résoudre un problème, mais pour l’enterrer définitivement. En effet, bien que le dialogue social s’effectue à présent au niveau des branches, la réforme du Code du Travail privera ce dialogue d’objet concret.

En 1969, le président De Gaulle s’était résigné à abandonner une nouvelle fois son vieux projet de « participation », c’est-à-dire de redistribution de l’accroissement du capital des entreprises entre leurs propriétaires et leurs employés. Il avait par contre proposé de faire participer le monde du Travail au processus législatif. Pour ce faire, il avait imaginé de faire fusionner le Conseil économique et social avec le Sénat, de sorte que la Chambre haute rassemble à la fois des représentants des régions et du monde professionnel. Surtout, il avait proposé que cette chambre ne puisse plus rédiger elle-même de lois, mais qu’elle émette un avis sur tout texte avant qu’il ne soit débattu par l’Assemblée nationale. Il s’agissait donc de donner un pouvoir d’avis législatif aux organisations paysannes et libérales, aux syndicats ouvriers et patronaux, aux universités et aux associations familiales, sociales et culturelles.

Les deux priorités que le président Macron entend conduire avant que ses électeurs ne se réveillent peuvent donc se résumer ainsi :
- régir le marché du Travail selon les principes du droit états-unien ;
- adapter les collectivités locales aux normes européennes et enkyster les organisations représentatives du monde du Travail dans une assemblée purement honorifique.

Outre effacer au profit des seuls capitalistes toute trace de plusieurs siècles de luttes sociales, Emmanuel Macron devrait donc éloigner les élus de leurs électeurs et décourager ceux-ci de s’investir dans la chose publique ».

Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, le 9 août 2017

Rappels :

Kadima ! En Marche vers le fascisme… (Th. Meyssan)

Marie-France Garaud : « La France n’est plus un Etat »

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour Ce que prépare le président Macron (Th. Meyssan)

  1. ratuma dit :

    encore une fois il faut se souvenir des abstentions , votes blancs et nuls avant de dire que les français vont se réveiller – évidemment, s’ils avaient choisi un bon candidat ;……… suivez mon regard

    • zorba44 dit :

      Tout à fait exact votre commentaire Ratuma. Quand on est élu par 15% des électeurs on ne peut s’attendre à la docilité du corps électoral.
      Macrophage va aller de reculade en reculade car il n’a pas de c……. Il en a déjà donné brillamment l’exemple.

      S’il tente autre chose et même un durcissement de l’état d’urgence car qui croirait un instant que celui-ci s’arrêtera en novembre, à l’avis du signataire il ne pourra rien contre la colère de la rue.

      Son « programme » d’effacement de la France en tant que Nation est voué à l’échec !

      Jean LENOIR

      • Justy dit :

        Si l’on regarde un peu autour de soi,on s’aperçoit que la France est déjà effacée.Macron n’aura rien d’autre à faire que de retourner de temps à autre à Oradour…

    • christ dit :

      en ce qui concerne les abstentionnistes , trop nombreux au gout de macron , il va les remplacer …..devinez par qui …..

  2. Robert dit :

    Macron est l’élu d’une minorité, quelque 20 % du corps électoral… Il a été élu en réaction à un scandale politique – l’affaire Pénélope -, dont on pourrait discuter longtemps des tenants et aboutissants… Bref, il a été élu par défaut, comme Hollande l’avait été pour sortir du système Sarkosyte. Deux résultats qui montrent le désarrois d’une majorité de Français face à un destin qui leur échappe…

  3. brunoarf dit :

    Election présidentielle, résultat du premier tour :

    Emmanuel Macron obtient 8 656 346 voix, soit 18,19 % des inscrits.

    En clair :

    Emmanuel Macron a obtenu les voix des 18 % des Français les plus riches, les Français les plus européistes.

    A partir de là, Emmanuel Macron mène une politique de classe : il défend les intérêts de la grande bourgeoisie européiste.

    C’est de bonne guerre.

    https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017/(path)/presidentielle-2017/FE.html

    • zorba44 dit :

      Au-delà du chiffre millimétrique, il faut se rappeler qu’un quart des votants pour Macron avait voté pour lui sans enthousiasme – selon un sondage paru lors des résultats…

      …sans doute faute de pire !

      Jean LENOIR

      (le 15% est plus proche de la vérité)

  4. Tous ceux qui ne sont pas allés voter, tant pis pour eux…

    • ratuma dit :

      voter pour qui ? Au second tour ?

    • zorba44 dit :

      Olivier, il semble que vous ayez raison et pas tout à fait raison : le vote blanc n’est pas considéré à sa force ce qui a pour résultat ou conséquence que les électeurs s’abstiennent car ils sentent qu’ils sont piégés dans des choix impossibles…

      …Et tout sera fait pour que la « merdacratie » française continue à fonctionner de la sorte à l’avenir des prochaines échéances !

      Jean LENOIR

    • Elisa dit :

      Ceux qui ne sont pas aller voter sont les plus lucides. Aucun candidat (franc-maçon et interchangeable) ne pouvait reprendre les manettes du pouvoir souverain.
      Cette Ripoublik corrompue jusqu’à la moelle enfume les Français depuis trop d’années.
      Il est temps de toucher le fond afin qu’ils se réveillent enfin et cela va être la douche glacée avec le Bail-in et le gel des comptes bancaires à court terme (entre autres). ^^

    • Cretinho dit :

      Par contre, c’est un peu injuste de critiquer ceux qui sont pas allés voter.
      Quand on a le choix entre des escrocs patentés au service des banksters (gauche droite milieu) et des « exutoires autorisés » par les meRdia comme le mélenchon et la MLP qui a trahi son électorat en se sabordant lors du débat.. Ces derniers, les extrêmes, sont en fait des idiots utiles qui ne servent qu’à canaliser le bon peuple en colère de sorte à les montrer du doigt.
      Bref, c’est d’un gros coup de pied au derrière de toute cette classe politique de pourritures.

    • wallace dit :

      pas vous Monsieur….Tout pantin politique est choisi en amont par la franc maconnerie juive avant d etre presente a l election aux veaux…,la democratie representative est une pure illusion,la realite francaise est celle d une colonie israelienne et d une dictature atlanto-sioniste…et vous ne le savez que trop…de le pen jusqu a melenchon,ce n est qu un gigantesque theatre pour faire croire au betail qu il a un pouvoir de decision…pas vous…pas vous…

    • Je faisais bien sûr un peu de provocation… Cette période estivale est trop calme !

  5. brunoarf dit :

    Jeudi 10 août 2017 :

    Espagne : sur la plage de Cadix, en Andalousie, les touristes en maillot de bain …

    … et soudain, les migrants qui débarquent !

  6. Robert dit :

    Ceux qui vont encore voter le font par réflexe « pavlovien »… et n’ont rien compris à la situation. Ils sont, malgré eux, les acteurs d’une comédie. En ce qui me concerne, je ne joue plus…

  7. brunoarf dit :

    Samedi 12 août 2017 :

    Emmanuel Macron est encore plus impopulaire que François Hollande !

    Cent jours après son élection, Emmanuel Macron voit sa cote de confiance s’effondrer.

    Seulement 36 % des Français sont satisfaits de son action.

    Seulement 23 % des Français estiment que la France évolue plutôt dans le bon sens.

    Emmanuel Macron est bien parti pour devenir le président le plus impopulaire de l’histoire de France.

    Lisez cet article :

    http://www.lefigaro.fr/politique/2017/08/11/01002-20170811ARTFIG00190-cent-jours-apres-macron-confronte-au-scepticisme-des-francais.php

  8. L'abime pour tous dit :

    Notre président Jupitérien est un vrai surdoué qui fait tout plus vite que tout le monde : plus vite que ses prédécesseurs pour être impopulaire, plus vite vers la faillite, plus vite pour agacer l’armée, plus vite pour mettre dans la constitution les lois liberticides, plus vite dans l’austérité, plus vite dans l’affichage malsain, plus vite vers l’autoroute des migrants…

    Jupiter est une vraie flèche je vous dis, dommage qu’elle nous entraîne vers l’abîme.

  9. Toc Sick dit :

    François Hollande a parachevé l’oeuvre de destruction massive initiée par Sarkosy qui consistait à avilir et à tuer la fonction présidentielle. A ce titre, il a été le dernier des présidents français et aujourd’hui l’on peut dire que la France est définitivement morte et que Macron est l’administrateur d’un gouvernement mondial piloté dans l’ombre par les élites financières et surtout pas le président d’une nation déchue.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s