Chanel : l’incroyable dividende des frères Wertheimer

Pour la petite frange d’en haut, tout en haut, il n’y a pas de crise. Il n’y en a jamais eu et il n’y en aura sans doute jamais… OD

Alain et Gérard Wertheimer, propriétaires de Chanel, empochent des dividendes disproportionnés. Photo AFP

« La somme est énorme, presque disproportionnée. Elle équivaut au double du dividende versé en 2015 et c’est surtout quatre fois ce que l’entreprise a déclaré en bénéfice net !

Le document date du 16 août et a été enregistré en toute discrétion auprès des autorités néerlandaises, pays où Chanel a établi l’entité (Chanel International BV) qui contrôle le groupe de luxe et ses filiales. Comme à son habitude, Chanel n’a pas publié de communiqué sur le sujet. Le groupe refuse, en effet, de publier le moindre chiffre sur ses résultats. C’est bien dommage, car cette année, particulièrement, ce document de 90 pages nous apprend beaucoup de choses. Il révèle notamment que tous les chiffres du groupe sont en très nette baisse. Le chiffre d’affaires, d’abord, qui recule de 9% à 5,67 milliards de dollars, mais aussi le résultat opérationnel, qui baisse de 20%, à 1,278 milliard et le bénéfice net, qui recule, lui, de 35%, à 874 millions de dollars.

Comment expliquer cette avalanche de mauvais résultats financiers ? Pour la direction,  » les attaques terroristes en Europe du Nord ont réduit les flux touristiques et les achats d’articles de luxe, ce qui a entraîné une performance négative sur le première semestre.  » Peut-être faut-il y voir aussi une conséquence de l’harmonisation des prix du groupe au niveau international, qui a fait flamber les prix en Europe ? Pour cette année, le groupe prévoit cependant de redresser fortement la barre, grâce à ses  » nouvelles collections saisonnières et à ses lancements, dont le nouveau sac et le parfum Gabrielle « , du nom de la créatrice de la marque.

Heureusement, chez Chanel, tout n’est pas en recul. Les frères Wertheimer ne se sont pas oubliés. Alain, qui est installé à New-York et Gérard, qui dirige l’activité montres depuis Genève, en Suisse, possèdent 100% du capital du groupe. Ils se sont voté 3,4 milliards de dollars en dividendes au titre de 2016. Une somme énorme. Presque disproportionnée… C’est deux fois plus que les 1,6 milliard qu’ils s’étaient attribués l’an dernier. C’est presque deux tiers du chiffre d’affaires du groupe et c’est surtout quatre fois ce que l’entreprise a déclaré en bénéfice net ! La ponction a été si forte, nous apprend encore ce document de 92 pages que Challenges et le magazine suisse Bilan se sont procurés, que la trésorerie de l’entreprise est tombée, pour la première fois depuis longtemps, sous le milliard de dollars !

Les deux frères, qui étaient évalués dans notre dernière édition des Fortunes professionnelles françaises, à 21 milliards d’euros, à la sixième place de notre palmarès, vont très certainement gagner quelques rangs à la faveur de ce dividende, en tout point exceptionnel. Cela fera d’eux, en tous cas, les détenteurs d’un étrange record digne du Guinness Book : celui du dividende le plus élevé reçu par un actionnaire d’une société européenne… »

Eric Treguier, Challenges.fr, le 23 août 2017 (Merci à Bruno)

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Chanel : l’incroyable dividende des frères Wertheimer

  1. zorba44 dit :

    Lorsqu’on se verse un tel dividende, c’est qu’on ne croit plus en l’avenir. Les frères Vertes et Amères ont décidé de dépouiller leur entreprise à leur seul profit. C’est de l’ABS et en tant que tel il devrait y avoir une levée de boucliers pour les envoyer au tribunal d’une part… Quant aux salariés qui fabriquent ces dividendes, grève illimitée jusque au moment où les dividendes seront ramenés à un pourcentage à un chiffre du résultat.

    Le jour où Chanel n’existerait plus, avec un tel système, les propriétaires seraient gros et gras, à l’abri : c’est immoral, indécent, cruel et totalement condamnable.

    Jean LENOIR

  2. zorba44 dit :

    L’ordre de grandeur de la lésion est de 36 douzièmes ! Est-il besoin de rappeler qu’en droit français il y a lésion à partir de 7 douzièmes ? Il y a donc matière juridique à requalifier ces dividendes qui constituent un énorme ABS…

    Les frères Wertheimer sont de la pire veine que les frères Schlumpf et devraient connaître le même sort, extradition pour crimes financiers à l’appui.

    Jean LENOIR

  3. Jean Nez plein le Q dit :

    Oui t’as bien raison Zorba, ils pompent la trésorerie pour fournir un prétexte à licenciement.
    Dans trois mois on va apprendre que le société en difficulté est obligée de licencier.
    Je suppose que Jupiter va comme d’habitude ne rien faire. Il n’a de toute façon pas été élu pour ça. C’est les gens de la bourse qui l’ont financé. Et même à l’étranger… Un président est au service de ses « actionnaires » : ceux qui ont financé son élection, pas au service du peuple.

    Comme les détenteurs de dette publique sont aussi les actionnaires de la France et dictent des décisions politiques pour plus d’austérité. Les peintres de la France insoumise peuvent manifester le 23 septembre, tomber la cravate, et le pantalon et le caleçon… ils n’y changeront rien.
    Sauf que le message sera davantage explicite : la démocratie est à poil.

  4. Ping : Illonadrabzakpro (illonadrabzak) | Pearltrees

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s