Allemagne : la colère des retraités

Ça fait longtemps qu’on le dit et le répète : le “modèle allemand” n’en est pas un. Certes son économie fondée sur une multitude de PME tournées vers l’exportation semble aujourd’hui très performante. Mais entre l’avantage tiré d’un euro taillé sur mesure mais qui plombe ses “partenaires” et risque de se retourner contre elle (cf. Target 2), les inégalités croissantes au sein de la population (mini-jobs, salaires à 400 euros…) la situation de ses banques et le déclin démographique qui va peser malgré l’afflux de migrants, l’Allemagne est un pays dont l’avenir est gravement compromis. OD

 

« En Allemagne, la colère des retraités prend de l’ampleur. Près de 1 million d’entre eux sont aujourd’hui contraints de travailler faute de pension suffisante. Le sujet resurgit en pleine campagne des législatives.

Dans les cuisines d’un hôtel berlinois, il va de poste en poste, pour préparer des légumes, faire la plonge. Dieter Schiemann travaille dur malgré ses 73 ans. Il est retraité, mais doit continuer à travailler pour compléter sa petite pension : 870 euros par mois.

Une vie de labeur au lieu d’une retraite bien méritée

« Il faut que je me serre la ceinture. Il ne me reste plus grand-chose après toutes ces charges que je dois payer avec ma petite retraite, le loyer, l’électricité, etc. » explique Dieter Schiemann. Il a décroché un mini job, un contrat précaire de 40 heures par mois pour 450 euros. En fonction des besoins de l’hôtel, ça peut-être plus ou moins. Une vie de labeur au lieu d’une retraite bien méritée. Même son chef trouve la situation anormale. Dieter Schiemann n’est pas une exception. En Allemagne, la retraite moyenne s’élève à 1.100 euros, mais c’est souvent beaucoup moins. Près d’un million de retraités sont obligés de travailler, plus 30% depuis 2005″.

France Tv Info.fr, le 30 août 2017 (via Crashdebug.fr)

Rappels :

« L’Allemagne est un géant de pacotille » (O. Gersemann)

Le problème que tout le monde voit mais que personne ne veut voir… La Deutsche Bank est l’éléphant dans le salon de la BCE

L’argent “créé” par la BCE va se planquer en Allemagne

 

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Allemagne : la colère des retraités

  1. Eric Permezel dit :

    La démographie est le moteur de l’histoire et l’Allemagne matérialiste, pour cette raison, s’apprête à en sortir. Une grande perte pour l’Europe que cet ancien grand peuple de musiciens, de philosophes, de scientifiques et de poètes, devenu vieux et rabougri. Hitler et sa folie puis son asservissement aux USA l’auront tué.

  2. Ping : Allemagne : la colère des retraités | INSURRECTION PACIFIQUE

  3. Robert dit :

    D’accord avec Eric. J’ ajoute que c’est toute l’ Europe qui va pâtir de son asservissement aux USA et de son absence d’ âme politique commune…

  4. Le monde appartient à ceux dont les ouvriers se lèvent tôt, avait dit Coluche.
    Et c’est dingue car on peut digresser à l’envie avec cette simple phrase, et ça marche !
    Bon il avait dit aussi « La droite vend des promesses et ne les tient pas, la gauche vend de l’espoir et le brise »…
    C’est pourquoi notre demi-dieu lui a pris les devant : « Ni de gauche, ni de droite »…
    Et on n’a plus du tout de nouvelles de BayrouDeSecours ?
    Ah ouais, c’est vrai, je crois qu’il est à plat… Ou qu’il a crevé en cours de route.

  5. téléphobe dit :

    Et la pourriture de Merkel avec ses migrants diaboliques ;o)

  6. zorba44 dit :

    La société des hommes a inventé le concept de la retraite. Mais elle n’a pas réfléchi aux garde-fous dont il fallait l’entourer. Retraite égale finance. Il y a trente ans être retraité c’était avoir atteint le mât de cocagne. Aujourd’hui c’est pain noir et misère et il n’est plus temps de se poser la question du pourquoi …parce qu’il n’y a plus beaucoup de ronds dans le tiroir-caisse et que les investissements des institutions de retraite (leurs réserves, pour l’avenir de la portion congrue) vont, bientôt, partir en fumée…

    Jean LENOIR

  7. Rebecca Gole dit :

    Et là, je repense à cet américain… Décembre 2008, faillite de la banque Lehman Bro.
    Un vieux monsieur, 80 ans, en larmes. Son fond de pension privé (qu’on veut nous imposer) a été entrainé dans la chute de la Lehman… Oui, à 80 ans, il a dit à la caméra qu’il ne lui restait plus qu’à retourner bosser.
    Fond de pension privé aussi bien que retraite d’état. Tout ça ne dure qu’un temps, puisque tout est fait à crédit auprès des banques privées, puisque tout est soumis aux aléas dingues de la bourse. Puisque tout le monde laisse faire, gauche aussi bien que droite.

    Souvenez-vous… la création du système de retraite.. à quel âge fallait-il la mettre pour qu’ils ne la touchent jamais (merci de me rappeler qui avait dit cela, un allemand.)
    Son âge de départ n’a jamais été reculé, avec les progrès de la médecine de plus en plus de pensionnés qui vivent de plus en plus longtemps. Avec les délocalisation et la robotisation il y a de moins en moins de cotisants, avec les réformes libérales de baisse des « charges », on scie les pattes du financement du systéme de retraites public. Jamais personne n’a pris les choses comme il faut. Droite et gauche d’après guerre sont co-responsables de couille-mollisme depuis des années.

    La vie va violemment changer sur cette crise : fini le modèle vie active dans la même entreprise puis retraite durant des années en bonne santé.
    Ce sera la précarité permanente, à tout âge de la vie. Précarité dans l’emploi et décote à l’âge de la retraite.
    La génération née après guerre n’a pas idée de la chance qu’elle a eu, elle n’a pas veillé au grain puisque tout se fait par dette, n’a pas voulu voir venir le désastre pourtant évident (délocalisation, réforme libérales, non recul de l’age) et se fiche éperdument du sort de l’actuelle. Après eux le déluge pensaient-ils. Dommage pour ceux qui sont toujours là, car nous y sommes. Les retraites françaises aussi ça va saigner à brève échéance.

    • zorba44 dit :

      Ne dites pas que la génération n’a pas veillé au grain …certains l’ont vu cette dégénérescence financière (modestement le signataire, né pendant la seconde guerre mondiale) au moins pour eux-même car le conformisme qui prévalait était « on trouvera bien une solution ».
      Conseil en patrimoine pendant une vingtaine d’année ce témoignage est cruel mais bien réel dans une société qui se satisfaisait surtout de son bien-être, sans, pour la majorité, vouloir plus loin que le bout de son nez (ou la politique de l’autruche chez ceux et celles qui ne voulaient surtout rien entendre et ne rien voir …tout en sachant) !

      Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s