St Martin : la faillite totale de l’Etat français

« La semaine dernière, l’ouragan Irma est passé sur les Antilles françaises, provoquant des destructions comme on n’en avait que très rarement vues de mémoire d’Homme. En revanche, ce qui se passe depuis ressemble beaucoup trop à ce qu’on connaît déjà des pires faillites de l’État français.

On doit déjà redouter que cet ouragan soit notre « 11 septembre » français, non pas sur le plan météorologique (encore que sa puissance soit largement suffisante à le classer dans les phénomènes historiques) mais sur le plan médiatique, politique et surtout humain.

Sur le plan médiatique, toute la nullité de notre presse s’exprime maintenant avec une vigueur et une obstination qui confinent à la pathologie lourde. Entre le lien, débile et répété avec une insistance pathologique, que certains scribouillards s’emploient à faire entre cet ouragan et le réchauffement climatique (lien que même le GIEC n’ose pourtant pas faire) et les reportages, avant et après l’ouragan, qui – on va le voir – frisent la bêtise aux fers chauds, on se demande exactement pourquoi les Français continuent de chérir les subventions et les redevances payées à ces organes.

Côté politiciens, une aussi belle catastrophe ne devant surtout pas se perdre, le racolage le plus putassier fut de mise : Ségolène Royal en a profité pour tenter de vendre son pensum. Quant à Hulot, le vendeur de shampoings douteux échoué sur la banquise ministérielle, il a en bon reptilien su garder son sang froid et immédiatement préconiser des mesures opérationnelles et pragmatiques et … Ah non. Il a péroré sur l’avenir, les générations futures, le climat dans quelques décennies et la faible condition humaine.

Tristesse des politiciens modernes qui s’emploient, avec application (et une certaine constance dans l’erreur), à planifier nos vies et nos impôts pour les 50 ans à venir pour tenir compte d’un ciel qui nous tombera, un jour, peut-être, sur la tête, alors que planifier à 5 jours semble absolument hors de portée des abrutis qui nous gouvernent et que répondre à l’urgence évidente semble au mieux délicat, au pire impossible.

Pourtant, dès le 31 août, soit une semaine avant l’arrivée de l’ouragan au-dessus St Martin, les informations sur son trajet et sa puissance sont déjà connues. Une semaine pour préparer les populations, envoyer militaires et moyens de secours, cela compte. Pas pour ceux qui, depuis la métropole, se sont employés à occuper les médias avec absolument tout le reste, mais pas ça.

Le contraste avec les Îles Vierges, américaines, exactement dans la même situation et après le passage du même ouragan, est particulièrement frappant : non seulement, des moyens (militaires, ici) sont mis à disposition avant et après le phénomène, mais le sens de l’entraide et de la solidarité entre les habitants s’exprime d’autant mieux que les structures sociales sont encore en place.

En revanche, la France de St Martin semble s’être purement et simplement évaporée.

Quelques heures après le passage d’Irma, la presse prend le parti (douteux) de jouer en prudence et en finesse : pour elle, « on craint le pire » (parce que ce n’est pas ce qui se passe vraiment, voyez-vous ; pour le moment, c’est une impression de pillage et un sentiment d’insécurité, tout au plus).

Rapidement, cependant, les témoignages affluent et sont pour le moins glaçants : l’état régalien n’existe plus. Les précieux conseils de la police, débordée, se résument à un « démerdez-vous » tout à fait rassurant :

« Défendez-vous comme vous pouvez. Pendant une semaine vous êtes tout seuls, j’espère que vous avez des armes, tirez-leur dessus. On n’a pas le droit de sortir alors si vous avez des cocktails Molotov, lancez-les, lancez-les sur eux. »

L’ambiguïté sur ce qui pourrait bien se passer n’est pas de mise : ceux qui sont sur place ont cette fâcheuse tendance à communiquer avec l’extérieur et leurs discours ne cadrent guère avec ceux des autorités qui prétendent, mollement, que tout est sous contrôle, ou presque.

Pire, il y a comme un différentiel palpable entre le côté français de l’île de St-Martin et le côté néerlandais :

« Dutch side il y a des militaires, maréchaussée, police à chaque coin de rue ! Ils mettent un couvre feu à 17h pour nettoyer les rues des pilleurs. Ici côté français, les pilleurs remplissent des bus entiers de tout ce qu’ils trouvent. »

Ce différentiel, que beaucoup ont clairement constaté, ne semble pas devoir être analysé par la presse qui, au moins au début de la prise de conscience de l’étendu des dégâts, se contente de broder sur la préfète, toute choquée par la puissance de l’ouragan (ah tiens oui, force 5, ça picote un peu, en effet). Manifestement, on a grand besoin de l’armée. Qu’envoie l’État ? « D’autres cadres de l’administration »

Ah bah youpi alors !

N’importe quel militaire confirmera : alors qu’il semble assez naturel de mobiliser rapidement quelques compagnies de gendarmes mobiles pour le moindre match de foot un peu tendu, personne ne semble avoir songé à envoyer sur place, quelques jours avant ce qui allait être une catastrophe évidente le moindre bâtiment de projection et de commandement, avec le matériel et les forces de l’ordre nécessaire. Nos militaires sont toujours à protéger nos VIP en métropole ou à trotter en Afrique pour des missions dont on se demande tous les jours un peu plus en quoi elles permettent aux Français de vivre en plus grande sécurité, là où ils auraient dû être mis en alerte et prêts à décoller rapidement.

En attendant, c’est donc le chaos à St-Martin. Ceux qui ont armes et munitions sont donc les racailles et les gangs, ou les bien trop rares citoyens un peu conscients de l’incurie complète de l’État français et qui se sont empressés de conserver par devers eux ces moyens essentiels de protection. Les autres civils sont ou bien morts, ou à la merci des pillards. L’administration s’est évaporée. Les forces de l’ordre, insuffisantes, sont largement débordées. Ceux qui comprennent ce que « chaos » et « pillage » veulent dire sauront que l’ouragan aura finalement fait moins de morts que la vermine qui se sera installée à sa suite, et ce même si, soyez-en sûrs, la presse subventionnée sera sur le pont pour ne surtout pas faire ce bilan.

En France, à St-Martin, l’État régalien n’existe plus. Je me demande comment les habitants de cette île prendront leur prochain appel à payer des impôts, tiens ».

Hashtable, le 11 septembre 2017

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour St Martin : la faillite totale de l’Etat français

  1. Richard Khalifé dit :

    Magnifique texte. A conserver pour l’avenir. Malheureusement une grande partie des français n’écoutant que les médias « classiques » seront bernés, comme d’habitude, et la vie continuera pour ces nullités de gouvernants à la tête de l’Etat. C’est à en pleurer.

    • De plus en plus de gens s’éveillent, Richard…
      C’est long, c’est vrai, mais ça vient !

      J’intègrerai cet article en lien avec le résumé SOTT dès qu’il paraitra.

      • charliephage@msn.com dit :

        La petite merde bête et arrogante qui vous sert de Président est sur place… Des idées pour transformer la France en un état de droit, enfin

      • Perso elle me sert à rien la petite bête qui monte qui monte… Et surtout pas de Zident car je brame assez souvent (un peu dans le désert parfois) que c’est sans dieu, ni maitre et autant que possible sans arme ni haine ni violence. Et donc, l’État de droit… Comme disait Coluche : « C’est pas dur la politique comme métier ! Tu fais cinq ans de droit et tout le reste c’est de travers. »

  2. zorba44 dit :

    Oui, bien le Fort Chabrol annoncé …de par l’incurie complète de l’Etat.
    Tirez à vue sur le pianiste le 12 et après…

    Jean LENOIR

  3. téléphobe dit :

    Le ‘cron’ devrait envoyer l’armée de réserve du 9-3 pour rétablir l’ordre ;o)

  4. Grand Cru dit :

    Saura-t-on la vérité dans les semaines à venir ? Car cela devrait laisser des traces « quand même » !

  5. Robert dit :

    On a élu un « produit marketing » à la tête de la République, avec un premier ministre falot… Comment s’étonner du résultat ?

  6. Madame Irma dit :

    Je vais jouer les Madame Irma : le roi faignant va faire étalage de cynisme en adoptant une posture moraliste depuis st Martin pour insulter les manifestants dans leur « petit confort » tandis que le pays est dans le malheur. Et que c’est pas le moment de se plaindre.
    Bref, les manifs, il vous emmerde, il en avait déjà rien à cirer de vos gueules, mais là, il va avoir le prétexte parfait pour vous injurier du haut se suffisance.
    Et au passage, otez-moi d’un doute : les cocues qui vont payer le remboursement des dégats sur les villas luxueuses de St Barth, dont on ne voit que peu d’images, je suppose que ce sera nous avec les hausses d’assurances ?
    Et Macron, il va juste faire un saut pour vérifier que la villa de son patron banquier elle est pas trop abîmée ?

    On sait désormais qui est cynique et faignant. C’est le poulet qui chante qui a fait l’oeuf comme dit le proverbe.

  7. Ping : RÉSUMÉ SOTT 08/2017 + INFOS, DOSSIERS & PDF AD HOC | jbl1960blog

  8. orange bleue dit :

    Prophétique… ou déjà là ?

  9. matbee dit :

    Ouragan Irma : Agnès Buzyn s’inquiète des risques d’épidémies à Saint-Martin

    Tiens, elle ne préconise pas une campagne de vaccination massive sur l’île ??

    https://actu.orange.fr/france/ouragan-irma-agnes-buzyn-s-inquiete-des-risques-d-epidemies-magic-CNT000000Nx9Sd.html

  10. Dcembre dit :

    Pourquoi y a pas le bouton, « like et reblog » de wordpress ici?

  11. Dcembre dit :

    A reblogué ceci sur Chez Dcembreet a ajouté:
    Excellent texte à lire sans faute!…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s