Aluminium dans les vaccins : le rapport qui dérange

« Dans un rapport jamais rendu public depuis mars, des scientifiques pointent les risques induits par la présence d’aluminium dans les vaccins.

On y lit des échanges cordiaux mais surtout un débat âpre et passionné. Ces documents que nous nous sommes procurés, c’est l’avis du conseil scientifique de l’ANSM, le gendarme du médicament, et l’ensemble des discussions que les spécialistes ont mené sur l’étude de l’équipe du professeur Gherardi, chef du service neuromusculaire à l’hôpital Henri Mondor de Créteil, évaluant la neurotoxicité de l’aluminium présent dans les vaccins.

Si cet essai n’est en rien – au contraire – contre les vaccins, il pointe des risques inhérents à l’aluminium que contiennent la majorité d’entre-eux. Et pose des pistes, notamment génétiques, dont les experts s’accordent à dire qu’elles doivent être «poursuivies» et «approfondies». Mais voilà, ces conclusions datent de… mars et depuis « rien », souffle Guillemette Crépeaux, chercheuse à l’Inserm et coauteure de l’essai, qui a eu accès au compte-rendu final il y a à peine trois jours !

Bien que financé par l’ANSM – avec donc des deniers publics -, en plein débat mouvementé sur l’extension de l’obligation vaccinale à onze vaccins infantiles, et à la « stupéfaction » des associations de patients, ce rapport n’a pas été rendu public. « Les avis consultatifs du conseil scientifique n’ont pas vocation a être publiés. Cela ne veut pas dire qu’on cherche à les cacher », défend de son côté l’ANSM. Voici ce qu’on y découvre.

 

 

« La dose ne fait pas le poison ». Même injecté à « faible dose » dans des muscles de souris, l’adjuvant aluminique « peut induire une accumulation d’aluminium à long-terme et des effets neurotoxiques », note l’équipe de Gherardi. En clair, contrairement à ce qui est communémement admis, même une faible dose pourrait provoquer des complications. « La dose ne fait pas le poison », résument-ils.

Une hypothèse jugée peu convaincante par l’un des trois experts indépendants de l’ANSM mais applaudi par un second qui s’exprime en ces termes dans le rapport : un des « résultats particulièrement innovants (…) est surtout la mise en évidence d’un effet dose-réponse non linéaire en matière de neurotoxicité, les plus faibles doses étant sélectivement neurotoxiques (diminution de la locomotion, augmentation de l’aluminium cérébral) », écrit-il. Certaines souris « sont en effet moins actives, elles ont des troubles du comportement », décrypte Guillemette Crépeaux.

Vers une « prédisposition génétique » ? « Pour la première fois », lit-on, dans la littérature sur les vaccins, cette étude met en évidence des facteurs génétiques de prédisposition à développer une myofasciite à macrophages (une lésion provoquant fatigue, douleurs musculaires, voire troubles neurologiques) après la vaccination. Sept gènes sont en effet « surrepresentés » chez les patients affectés. Aurions-nous une susceptibilité génétique nous faisant réagir à l’aluminium des vaccins ? Cette voie de recherche, jugée « extraordinaire » par l’un des membres du Conseil fait actuellement l’objet d’un dépôt de brevet de la part des chercheurs.

Et maintenant ? « Des approfondissements sont nécessaires », encourage l’avis. Dans la discussion entre experts, le directeur de l’ANSM, Dominique Martin, abonde : il « appelle la puissance publique à prendre ses responsabilités en la matière ».Contacté, le ministère de la santé nous indique que « cette étude ne change rien aux actuelles conclusions : il n’y a aucun argument scientifique à ce jour qui remet en cause l’innocuité des vaccins. Rien ne démontre une dangerosité », insiste-t-il. Mais faut-il poursuivre les études ? « Bien sûr, on est pour ». « Les questions doivent évidemment trouver des réponses », note à son tour l’ANSM. Quand et avec quel argent ? Personne jeudi n’était en mesure de répondre… »

Florence Méréo, Le Parisien, le 21 septembre 2017

Lire aussi :

Aluminium dans des vaccins : « Nous ne pouvons plus perdre de temps »

Rappels :

Innocuité des adjuvants vaccinaux : Agnès Buzyn ment

Obligation vaccinale : la guerre est déclarée

Isabelle Adjani sur les 11 vaccins obligatoires

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Aluminium dans les vaccins : le rapport qui dérange

  1. xavib dit :

    Un seule remède pour réduire à néant le pouvoir de nuisance de ces empoisonneurs publics, ces criminels pathologiques : les piquer comme des chiens enragés !

  2. Surya dit :

    et oui, ça fait des années que Joyeux parlait dans ses conférences des travaux de Gherardi.

  3. Zoé dit :

    Bravo Isabelle, vous mettez en plein les pieds dans le plat, ça éclabousse mais comme ça fait du bien d’entendre quelqu’un parler enfin vrai.Ces 11 vaccins sont une honte, un crime et j’espère que les parents ne seront pas assez idiots pour faire vacciner leur enfant. Faites comme Isabelle, débrouillez-vous mais ne gâchez pas l’existence future de votre enfant car il y aura des effets secondaires très fâcheux. Comment peut-on être assez stupide pour obliger les enfants à se faire vacciner. Le professeur Joyeux a actionné la sonnette d’alarme depuis longtemps, il a été rayé de l’ordre des médecins parce qu’il disait une vérité apparemment pas bonne à dire.

  4. matbee dit :

    27 métaux dans nos vaccins !! Pire, ce sont des nano-métaux…

    https://www.alternativesante.fr/vaccins/27-metaux-dans-nos-vaccins

  5. rosenberg dit :

    La ministre des Labos vous le répète : « Circulez… y a rien à voir ! »

    « Contacté par Le Parisien, le ministère de la Santé estime qu »il n’existe à ce jour « aucun argument scientifique qui remet en cause l’innocuité des vaccins » et que « cette étude ne change rien aux actuelles conclusions ». « Rien ne démontre une dangerosité », insiste le ministère, qui se déclare malgré tout en faveur de nouvelles études sur la question. « 

  6. zorba44 dit :

    La loi du silence d’airain … Un peu comme le CRIIRAD après Tchernobyl…
    Bien sûr qu’on sait mais …chut !

    Jean LENOIR

  7. Martin Tintin dit :

    Déjà ils ont fait passer la prix de la dose de 8 à 40 euros en imposant la multi-injection via la pénurie organisée du DTP. Maintenant, il faut en plus, faire un test ADN à tout le monde avant les vaccinations.
    Décidément, c’est la cash machine les vaccins.
    Je prends des actions sur les labos… Gros bénefs en vue.

    A voir si Bouzyn ou les proches se sont blindés avant l’annonce. Mais bon, ça m’étonnerait quand même, là ce serait carrément du délit d’initié.

  8. josephhokayem dit :

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s