Neutralité du net : pourquoi sa suppression fait peur

« La neutralité du net est en danger. Les États-Unis ont abrogé le principe d’égalité pour tous sur internet, ouvrant la porte à tous les abus. Mais le débat s’est aussi invité en Europe, où les opérateurs demandent sa suppression. Mais la neutralité du net, de quoi s’agit-il exactement ? Pourquoi en entend-on de plus en plus en parler et en quoi cela est-t-il important ? La remise en cause de la neutralité du net met-elle en péril le web que l’on connaît aujourd’hui ? Autant de question auxquelles nous allons répondre.

Alors que les opérateurs du monde entier poussent pour mettre fin à la neutralité du net, certains gouvernements semblent répondre à leur appel. Aux États-Unis, le gouvernement Trump a réussit à briser la promesse de Barack Obama et a abrogé le principe de neutralité du net. Des voix commencent aussi à s’élever en Europe, même si pour l’instant ni l’Union Européenne ni le gouvernement français n’envisagent de s’attaquer à elle. Mais les États-Unis franchissant le pas, ils pourraient bien finir par inspirer d’autres pays.

La neutralité du net, c’est quoi ?

La neutralité du net est un principe fondateur d’internet qui empêche les fournisseurs d’accès de pratiquer des discriminations à l’égard de la source, de la destination et du contenu des données qui transitent sur le réseau. Cela permet d’instaurer une certaine égalité entre tous. Les opérateurs n’ont pas le droit de bloquer ou ralentir l’accès à un service, site ou application. Ils ne peuvent pas non plus offrir volontairement plus de bande-passante à un utilisateur pour des usages particuliers en lui demandant de payer plus pour ça. Pour résumer, tous les individus et contenus sont traités de manière égale sans différenciation.

Les dangers de l’abrogation de la neutralité du net

Sans neutralité du net, on peut craindre les dérives des opérateurs, qui auront les mains libres pour imposer de nouveaux modèles. Et quand des sociétés privées dont le but est de faire du profit obtiennent de tels pouvoirs, le consommateur s’en sort rarement indemne. La peur principale des défenseurs de la neutralité du net est l’apparition d’un internet à deux vitesses, avec d’un côté ceux qui ont les moyens de s’offrir un internet efficace et de l’autre les laissés pour compte.

Mignon Clyburn, de la Commission fédérale des communications (FCC) des États-Unis, institution qui a abrogé le principe de neutralité du net, fait partie des deux commissaires qui ont voté contre sa suppression. « Les conséquences de la fin de la neutralité du Net ne se feront pas sentir tout de suite. Mais j’ai peur qu’un jour nous nous réveillions et que, voyant ce qui a changé, il soit trop tard pour faire quoi que ce soit », a-t-elle déclaré. Selon elle, cette décision va grandement affecter « les consommateurs et les petites entreprises ».

Sans neutralité du net, les opérateurs ont aussi la possibilité de compartimenter internet à leur guise puisqu’ils ont le droit de différencier les contenus et les acteurs. Conséquence : ils pourrait accorder de la bande-passante à leurs utilisateurs en fonction des services pour lesquels ils veulent souscrire. Fini l’abonnement unique donc, on peut aisément imaginer un monde dans lequel votre FAI vous fait payer 5 euros par mois seulement pour avoir accès à Netflix.

Sans vigilance des autorités, nous nous dirigeons tout droit vers ce nouveau modèle. Tout proche de nous, au Portugal, un opérateur propose des forfaits mobiles basés sur ce principe. Il faut payer un tarif défini pour pouvoir utiliser les applications de streaming vidéo comme Twitch et YouTube, payer un montant supplémentaire pour avoir la possibilité de se connecter aux réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et Snapchat et encore ajouter de l’argent pour pouvoir recourir aux applications de messagerie instantanée comme Skype et WhatsApp. Idem pour le streaming musical, le cloud etc. Les sites de presse ou les jeux en ligne ne sont pas épargnés non plus.

Ce genre de pratiques est très critiqué par les géants de la tech eux-mêmes, qui y voient des pratiques anti-concurrentielles. En effet, en faisant payer les sites, applications et contenus tiers et en incluant d’office dans leurs offres leurs propres services, les opérateurs encourageraient les utilisateurs à se détourner des fournisseurs de contenus et à privilégier les FAI. Nombre de ces dernières sont également des fournisseurs de contenus eux-mêmes, comme Orange et son service de VOD ou SFR Presse. Google, Microsoft, Apple et consorts en ont bien conscience et regrettent tous la disparition de la neutralité du net aux États-Unis.

« Nous sommes déçus de la décision d’étriper les protections de la neutralité du net, qui ont conduit à une ère d’innovation, de créativité et d’engagement civique jamais vue. C’est le début d’une plus longue bataille légale. Netflix se tient avec les innovateurs, grands comme petits, pour s’opposer à cette décision malavisée de la FCC », a déclaré Netflix sur Twitter. « Sans la neutralité du net, nous n’aurons jamais été capables de grandir pour devenir ce que l’on est aujourd’hui. Il y a tout un tas de futures start-ups qui méritent cette chance, a ajouté la société.

La neutralité du net est aussi un enjeu démocratique. Sans elle, ceux qui ont les ressources financières les plus importantes peuvent diffuser plus de contenus et avoir accès à plus de sources. En France, la loi garantit aux citoyens le droit à la liberté d’accéder aux services numériques permettant la « libre communication des pensées et des opinions« . En supprimant l’égalité de traitement à l’accès au web, on s’attaque donc directement à la liberté d’expression et d’information.

Mais alors, pourquoi abroger la neutralité du net ? 

Les opposants à la neutralité du net, comme Orange, avancent plusieurs arguments à sa suppression. Cela aiderait notamment les FAI à assurer les investissements dans les réseaux, qui ne pourraient plus être amortis par de simples abonnements. Le déploiement de fréquences représente un financement très important et les opérateurs ne parviendraient plus à les rentabiliser. Si vous voulez la 5G, il faudra abandonner la neutralité du net, prévenaient d’ailleurs plus grands opérateurs mondiaux en 2016.

Les FAI arguent aussi qu’elles doivent absolument avoir un contrôle de la bande passante et avoir la possibilité de réduire le débit manuellement pour assurer une qualité de service minimale en cas de problème. Selon, cela va devenir une nécessité avec le développement et la popularisation de nouvelles technologies comme les voitures connectées, qui doivent être prioritaires par rapport à un utilisateur qui regarde une vidéo ou joue à un jeu en ligne.

Enfin, la décision des États-unis semble revêtir une décision politique et symbolique. Barack Obama avait promis de protéger la neutralité du net, ce qu’il a fait en 2015. Donald Trump menant une guerre d’ego avec son prédécesseur, le fait de faire remporter une autre victoire des Républicains sur les Démocrates est sûrement et malheureusement une raison principale de l’abrogation de la neutralité du net. Autre raison, le puissant lobbying exercé aux États-Unis, avec au moins 100 millions de dollars dépensés par les lobbys ontre la neutralité du net.

La France et la neutralité du net

En France, la Loi pour une République numérique promulguée le 7 octobre 2016 prévoit la neutralité du net dans ses textes. Des directives européennes protègent également son principe. Bien sûr, des exceptions sont permises et les États travaillent avec les opérateurs pour donner un cadre légal concret à ce principe. En France, la Hadopi peut demander aux opérateurs de restreindre des accès ou pénaliser des clients s’ils téléchargent des contenus illégalement.

Interrogé par Le Monde, Sébastien Soriano, président de l’Arcep, assure que la décision des États-Unis « n’aura pas d’impact direct en Europe. C’est complètement indépendant et étanche. La neutralité du Net est un régime d’obligations qui s’impose aux fournisseurs d’accès à Internet (FAI), qui sont soumis à une régulation nationale et européenne ».

Il admet cependant que le débat va sûrement être relancé et que ce qu’il se passe aux États-Unis « va alimenter le discours des opérateurs télécoms européens et français en faveur de la suppression de cette législation« . D’ailleurs, plusieurs cas de manquements aux règles de la neutralité du net ont été constatés en France.

En 2013, SFR était accusé de recompresser les images passant son réseau 3G. En 2012, Bouygues Telecom proposait une option payante pour être prioritaire sur la bande passante en cas de congestion du réseau. En 2010, Orange monnayait un accès illimité au service Deezer sur un forfait data de 1Go ».

Alexandre Schmid, Phonandroid, le 15 décembre 2017

Lire aussi :

Neutralité du net : le procureur général de New York engage un procès pour annuler sa suppression

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Neutralité du net : pourquoi sa suppression fait peur

  1. attention le silex ça coupe dit :

    « Si vous voulez la 5G, il faudra abandonner la neutralité du net »: qu’il se la garde sa 5G pour débiles, on n’en a pas besoin pour vivre!!! le Richard-qui-porte-bien-son-nom (Sarkozy lui a dit en le décorant de la légion du Déshonneur, qu’il jalousait sa fortune)…..
    C’est quand même extraordinaire cette course effrénée aux « G » !! il y a quelques années on vivait très bien SANS aucun G…et l’avenir était plus rose cher Monsieur Richard !!!

  2. Maqueron dit :

    Dans la vie les gros mangent les petits. C’est la vie.

    Mais si les petits s’unissent contre les abus et contre l’injustice, alors les gros passent un sale quart d’heure et certains finissent même dévorés tout crus.

    (Extrait de la sagesse proverbiale)

  3. Rémi dit :

    On rêve ! le niveau des préoccupations générales est tombé bien bas. On parle ici de choses virtuelles, non ?

    • zorba44 dit :

      Désolé de vous contredire mais on est loin de la virtualité.
      Le signataire a expérimenté la hargne de Yahoo qui voulait absolument qu’il vienne à une nouvelle version de Yahoo.mail.
      Temps de connection triplant… Rien que ce commentaires prend 4 fois plus de temps à écrire.

      Commentaires du signataire à Yahoo : si vous continuez comme cela on se limitera à ce pourquoi on vient, ignorant toutes les autres propositions ou contenus proposés.

      Il est temps d’inventer un externet pour s’affranchir d’internet !… Un appel aux génies de la Toile…

      Jean LENOIR

      • zorba44 dit :

        Qu’on se le dise, se plaindre de Yahoo et de sa lenteur (et d’en afficher les conséquences) eh bien cela a pour conséquence que Yahoo est revenu, pour le signataire, à sa vitesse conventionnelle du mouton qui se déplace dans la prairie internet pour brouter les données de l’internaute qu’il est…

        En d’autres termes, protestez directement car cela semble porter quelques fruits !

        Merci à Yahoo

        Jean LENOIR

  4. Ping : Olivier Demeunelaere: Neutralité du net : pourquoi sa suppression fait peur-un nouveau mythe pour les naïfs qui ‘effondrent – Titre du site

  5. brunoarf dit :

    Cinq ministres sont millionnaires : Muriel Pénicaud, Nicolas Hulot, Françoise Nyssen, Edouard Philippe, Bruno Le Maire.

    C’est la nouvelle aristocratie.

    Depuis mai 1974, la nouvelle aristocratie dirige la France.

    Samedi 16 décembre 2017 :

    La Haute autorité pour la transparence de la vie publique, qui a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement, a révélé que plusieurs ministres étaient millionnaires, parmi lesquels Muriel Pénicaud, Nicolas Hulot et Françoise Nyssen.

    https://www.romandie.com/news/Quelques-ministres-millionnaires-au-gouvernement_RP/873370.rom

  6. brunoarf dit :

    Depuis mai 1974, la nouvelle aristocratie dirige la France.

    La nouvelle aristocratie a vocation à subir le sort de l’ancienne aristocratie.

    Augustin de Romanet de Beaune a été nommé président du conseil d’administration du domaine de Chambord.

    Emmanuel Macron fête ses 40 ans au château de Chambord.

    Emmanuel Macron a choisi de fêter ses 40 ans quelques jours avant l’heure (il est né un 21 décembre) dans le château de François Ier, à Chambord (Loir-et-Cher), selon une information de La Nouvelle République, confirmée au Monde par des proches du président.

    Ces festivités présidentielles interviennent alors qu’un nouveau président du conseil d’administration du domaine de Chambord a été nommé, mercredi 13 décembre, au conseil des ministres. A 56 ans, le président des Aéroports de Paris, Augustin de Romanet de Beaune, ex-patron de la Caisse des dépôts, succède ainsi au député de la Mayenne (Nouvelle Gauche) Guillaume Garot.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/12/15/emmanuel-macron-fete-ses-40-ans-au-chateau-de-chambord_5230587_823448.html

    • zorba44 dit :

      Ça sent de plus en plus les effluves du règne de Bokassa 1er, et unique, jusqu’à présent, en son genre…
      Pour mémoire Jean-Bedel Bokassa 1er (prononcer beau qu’à ça) s’enfuit en 1979 de Centrafrique pour se réfugier dans « les bras » de son « copain » en diamants Giscard…

      Question : quand Jupiter 1er s’enfuira-t-il de France en Centrafrique (après avoir tenté de mettre le pays dans la décharge publique de l’Europe désunie) ?…

      Jean LENOIR

  7. Dom le dodo dit :

    Et bien, si ça passe, comme dirait France Gall, « DEBRANCHE » … et, surtout, résilie ton abonnement!
    (Ps: les Fai sont toujours des menteurs)

    • roc dit :

      tu fait comment là pour commenter si tu a débranché ?

      • Dom le dodo dit :

        Et bien, c’est bien là, le problème: ils nous ont habitué à « ça », il faudrat que je reprenne ma lampe torche à led pour envoyer un SOS en morse;-))
        Mais (on peut toujours rêver!) si tous débranchaient en même temps, sur plusieurs jours, alors peut-être que? Je sais, c’est sans espoir (comme pour l’avenir), les carottes sont cuites! Et pour un extranet ( comme Jean le soulignais), et ben là, ça va pas être possible, non pas pour des raisons techniques, mais pour des raisons de sécurité interieure anti-terroriste, et « les tas d’urgence » perpétuel qui va avec, et qui finit par boucler la boucle…

    • chapak dit :

      (Ps: les Fai sont toujours des menteurs)

      Non les Fai sont têtus !

      • Dom le dodo dit :

        Ouais, d’autant plus que c’est « EUX » qui tiennent les c…. cordes ou ficelles de la  » bourse: il y a longtemps, ils ont été « jugés pour association (les 3) de m… FAI: ils ont payé (avec votre abonnement mensuel!) et sont reparti de plus belle, sont tous d’accord pour ne pas baisser les tarifs, et nous font croire (si, si, y a des charlies) que leurs subalternes ont des tarifs low-cost;
        C’est presque le même parallèle qu’ avec les banques: l’amende qu’ils payent (ou négocient) n’est même pas le dixième de ce qu’ils engrangent.
        Bref, ils nous ont « drahi » (marant,: le correcteur gramatical me suggère « draghi »!)
        Et ceci est valable dans/entre tous les pays ( et entre fournisseurs d’accès; quand ils n’ont pas racheter un « concurent » étranger), car en voyant les tarifs de roaming (tiens, sauf vers les usa??? (c’est vrai que la NSA ne veut bourse délier, non mais)), on en reste sur le c…!
        On va nous dire que ce sont des « services publique d’utilité publique »; vont pas tarder à nous faire payer des frais d’acheminement de données informatiques et de rénovation du réseau, changement des poteaux… et pis p’être même y installer un p’tit compteur « intelligent », ah ben non, là, ça c’est déjà FAIt… depuis 1984, et un certain Georges!

  8. Para Bellum dit :

    Neutralité du net et crypto monnaie…ben voilà…

    Dérégulation des banques américaines…reconnaissance de Jérusalem capitale d’Israël…
    Neutralité du net… La dynastie Trump est là pour longtemps…
    Un cador pareil…

    « …Enfin, les cryptomonnaies pourraient également subir les effets de la fin de la neutralité du Net. Ces monnaies telles que le Bitcoin, dont le cours est aujourd’hui au-dessus de 15 000 dollars, sont échangées sur des plateformes dédiées et les mineurs dépendent des transactions pour obtenir des coins. Les FAI pourront sélectionner les échanges qui ne leur conviennent pas, et cela pourrait décourager un grand nombre d’utilisateurs pour finalement avoir un impact sur le prix de ces monnaies virtuelles, en raison d’une baisse des volumes d’échange… »

    https://www.anguillesousroche.com/technologie/domaines-seront-plus-touches-fin-de-la-neutralite-du-net/

Répondre à Maqueron Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s