La théorie du réchauffement climatique et le précédent de l’eugénisme

Un article de John Linder – Élu républicain de Géorgie, membre de la Chambre des représentants des États-Unis de 1993 à 2011, membre du Comité finance et fiscalité.

L’eugénisme a été considéré comme une science sérieuse. Quel parallèle peut-on faire avec les théories couramment admises sur le climat ?

Le réchauffement climatique a succédé à l’eugénisme au cœur des préoccupations du monde. Dans son roman État d‘urgence, Michael Crichton se livre à une comparaison remarquable entre la façon dont le monde d’aujourd’hui s’est saisi du « réchauffement climatique » sur le plan politique et la façon dont la « science » eugéniste s’est propagée il y a un siècle. Pendant près de cinquante ans à partir de la fin du 19ème siècle, les intellectuels, les dirigeants politiques et les élites médiatiques du monde entier se sont convaincus avec toujours plus de force que la science de l’eugénisme était « établie ». Quelques voix isolées tentaient bien de se faire entendre pour contrer cette science vérolée, mais elles étaient tournées en ridicule ou ignorées.

Les partisans de l’eugénisme défendaient l’idée qu’on pouvait améliorer la race humaine en contrôlant la reproduction. Les scientifiques les plus respectés de Yale, Harvard, Princeton et quelques autres bastions de la rigueur intellectuelle firent une retraite sur Long Island en un lieu appelé Cold Spring Harbor, le tout financé par la Fondation Ford, la Fondation Rockefeller et la fortune Harriman, en collaboration étroite avec le ministère de l’Agriculture, le Département d’État (Affaires étrangères) et d’autres agences américaines.

Cette « science » ne manquait pas d’adeptes très en vue. Théodore Roosevelt, Winston Churchill et Woodrow Wilson en étaient de fervents partisans. Elle reçut l’approbation de juges de la Cour suprême, de personnalités qualifiées de l’enseignement supérieur et de lauréats de Prix Nobel. La fondatrice du Planning familial, Margaret Sanger, faisait partie des soutiens les plus bruyants. En 1916, elle créa la première clinique du « contrôle de la reproduction ».

La théorie stipulait que les « meilleurs » êtres humains n’avaient pas autant d’enfants que les humains « inférieurs », c’est-à-dire les étrangers, les immigrants, les juifs, les noirs, les dégénérés, les handicapés et les « faibles d’esprit ». Margaret Sanger disait que « pourvoir aux besoins du bon à rien aux dépens du bon était d’une extrême cruauté ». Elle parlait du fardeau de s’occuper de « ce poids mort de débris humains ». H. G. Wells se prononça contre « les essaims mal formés de citoyens inférieurs ». Roosevelt déclara que « la société n’a aucune raison de permettre à des dégénérés de se reproduire » et George Bernard Shaw résuma le tout en disant que seul l’eugénisme pouvait sauver l’humanité.

Vingt-neuf États des États-Unis adoptèrent des lois autorisant la stérilisation. Au total, 60.000 Américains furent stérilisés, dont quelques-uns légalement. Les Allemands se montrèrent les plus progressistes, ce en quoi ils ne manquèrent pas d’aide : la Fondation Rockefeller finança l’Institut Kaiser Wilhelm et parmi ses principaux chercheurs sur les races, l’un d’entre eux était Josef Mengele.

Les « déficients mentaux » d’Allemagne étaient conduits dans des logements construits à cet effet, et où ils étaient interrogés. Ils étaient ensuite transférés dans une pièce isolée où ils étaient gazés. Ce programme allemand fut généralisé en un vaste réseau qui tua au final 10 millions d’indésirables. Après la seconde guerre mondiale, de nombreux soutiens officiels de la pseudo science eugéniste cessèrent de l’évoquer. Les universités supprimèrent les manuels qui lui étaient consacrés et ne l’enseignèrent plus.

Mais tout le monde ne ferma pas les yeux. Encore tout récemment, le 24 juillet 2004, le Dr Tony Platt, historien des sciences, témoigna devant le Comité judiciaire du Sénat de Californie à propos de la résolution N° 20 relative à l’eugénisme. Il tomba d’accord pour dire que l’État devrait s’excuser pour ses actions de stérilisation.

Dès lors, il est essentiel de se demander comment des chercheurs universitaires ont pu aboutir à des conclusions qui conduisaient à une violence aussi épouvantable à l’égard de la société. Un examen critique de ces travaux mit en évidence que les chercheurs ajustèrent leurs résultats afin de conforter les théories de ses financeurs.

« Le besoin pressant de sauver le monde est presque toujours un faux-semblant pour le diriger. »

Ceci n’a rien d’inhabituel. Il est très facile de croire que la science établie à propos du changement climatique est tout aussi sujette à caution. Elle pourrait fort bien être un exemple supplémentaire de pseudo-science captivante pour l’imagination des politiciens, des élites et des médias majeurs de notre temps qui recherchent désespérément un moyen « scientifique » de nous obliger à changer nos façons de vivre. Selon H. L. Mencken, « le besoin pressant de sauver le monde est presque toujours un faux-semblant pour le diriger. » On nous montre des images de blocs de glace gigantesques qui tombent dans la mer depuis la Péninsule antarctique, celle-ci correspondant à environ 2% du continent antarctique. Peu importe le fait que les 98% restants augmentent de 26,8 gigatonnes de glace par an.

On nous dit aujourd’hui que l’activité humaine génère une augmentation dramatique des niveaux de dioxyde de carbone et que cela provoque le « réchauffement climatique ». Alors qu’en janvier 2003 je faisais partie d’une délégation du Congrès américain rendant visite à l’expédition Antarctique, on nous montra les résultats obtenus à partir des carottes de glace de Vostok qui permirent de mesurer les températures et les niveaux de CO2 jusqu’à 400 000 ans en arrière. À cette époque reculée, le niveau de CO2 était de 280 ppm, c’est-à-dire à peu près ce qu’il était il y a 20 ans. Les niveaux de CO2 et les températures ont augmenté et diminué de concert pendant plus de 400 000 ans. « Qui brûlait de l’énergie fossile il y a 400 000 ans ? » ai-je demandé. On m’a regardé comme si j’étais affreusement mal élevé.

On sait depuis des années que la plus grande partie du CO2 se dissout dans les océans. On appelle cela la « séquestration du carbone ». Les océans contiennent 60 fois plus de CO2 que l’atmosphère. On sait également que les eaux plus froides dissolvent davantage de CO2 que les eaux plus chaudes. D’après vous, quelle est la cause, quel est l’effet ? Nous avons actuellement des niveaux de dioxyde de carbone de 380 ppm. Une étude récente menée à l’Université de Californie de Davis est parvenue à la conclusion que la quantité de CO2 présente dans l’atmosphère il y a 300 millions d’années était de l’ordre de 2 000 ppm. Et on nous explique ensuite : « la même augmentation est attendue par les experts d’ici la fin du siècle alors que les dernières réserves d’énergies fossiles seront brûlées. » Si l’on doit considérer comme certain que l’utilisation humaine des énergies fossiles sera la cause d’une augmentation des niveaux de CO2 qui atteindront 2 000 ppm dans 93 ans, ne devrait-on pas nous expliquer d’abord qui brûla de l’énergie fossile il y a 300 millions d’années ? En fait, on nous traite comme devant un tour de passe-passe. Le gaz à effet de serre le plus présent et le plus efficient dans l’atmosphère n’est pas le CO2, c’est la vapeur d’eau, qui compte pour environ 60% tandis que le CO2 représente 26%. Dès lors, pourquoi nous sert-on matin, midi et soir la théorie selon laquelle nous détruisons l’environnement par nos comportements hautement carbonés ? Parce que notre comportement n’a à peu près rien à voir avec la vapeur d’eau. Cette dernière ne peut donc pas intéresser ceux dont l’objectif principal consiste à diriger nos vies.

Afin de mieux se concentrer sur vous et sur ce que vous faites pour augmenter le CO2 dans l’atmosphère, ce qui, comme chacun sait, va détruire la planète, personne ne s’intéresse à l’activité des termites. Pourtant, il y a quinze ans, on estimait que la digestion des termites produisait chaque année 50 milliards de tonnes de CO2 et de méthane, soit plus que les émissions mondiales de CO2 dues à l’utilisation des énergies fossiles. On peut ajouter à cela l’énorme production du bétail, des chevaux et des autres ruminants, mais comme nos exigences écologiques les laissent de marbre, leur activité est ignorée.

Les termites sont responsables de 11% de la production mondiale de méthane, qui est aussi un gaz à effet de serre, à partir de sources naturelles. 76% proviennent de zones humides qui fournissent un habitat favorable aux bactéries qui produisent 145 millions de tonnes de méthane par an lors de la décomposition de la matière organique. Il est curieux que les plus alarmistes à propos du changement climatique le soient également pour la préservation et l’augmentation des zones humides.

Au travers nos lectures, mais aussi des nombreux films documentaires produits par les alarmistes, il apparaît clairement que si les humains ne changent pas leur mode de vie, la planète est vouée à la destruction. Ce n’est pas la première fois que les comportements humains sont soumis à une telle pression. Beaucoup d’entre vous se rappelleront les études « scientifiques » réalisées il y a 30 ans au sujet de la destruction de la couche d’ozone, en particulier aux pôles, qui devait réduire les capacités de l’atmosphère à stopper les rayons infrarouges du soleil [NdlR : il s’agit en fait des rayons ultraviolets]. Nous devions voir apparaître une recrudescence des cancers de la peau et hausse des températures. Selon la théorie de l’époque, ceci résultait de la production accrue de chlorofluorocarbures (CFC) utilisés dans les unités de réfrigération, le fréon par exemple.

Lorsque le fréon fut inventé, on le considérait comme un gaz miraculeux. Dans les unités de réfrigération, il remplaçait une combinaison de gaz toxiques véritablement mortels pour l’homme s’ils étaient relâchés dans l’atmosphère. Mais la science établie décréta que l’activité humaine était une menace pour la planète. La production de CFC fut interdite et on déplora la mort de milliers de personnes dans le monde entier à la suite de la consommation d’aliments dégradés par manque de réfrigération.

La production mondiale de CFC culmina à 1,1 million de tonnes par an. Si 100% de cette quantité avait été relâchée, cela aurait ajouté 750 000 tonnes de chlore dans l’atmosphère ; anecdotique comparé aux 300 millions de tonnes que les océans produisent annuellement par simple évaporation de l’eau de mer. Mais les activités de la mer ne pouvant être contrôlées, les alarmistes se sont tournés vers nous.

De la même façon, l’éruption du Mont Pinatubo en juin 1991 généra certains des niveaux de chlore et de brome parmi les plus élevés dans l’histoire et entraîna les niveaux les plus faibles jamais enregistrés pour la couche d’ozone. Eh bien, figurez-vous que la Terre a survécu.

Aujourd’hui, s’il y a une science établie, elle est le fait de climatologistes qui ont observé et étudié le monde pendant des décennies. Nombre d’entre eux sont à la retraite et ne courent pas après les subventions d’État pour poursuivre leurs recherches. Ils ne sont donc nullement enclins à atteindre des résultats politiquement populaires. La plupart ont traversé plus d’un cycle d’alarmisme fatidique. On repense aux prédictions publiées par des scientifiques dans Time magazine sous le titre « Un autre âge de glace ? » (1974) et dans Newsweek sous le titre « Un monde en refroidissement » (1975). Ce dernier article affirmait que les scientifiques « sont presque unanimes pour dire que cette tendance va faire diminuer la productivité de l’agriculture pour le reste du siècle. Si le changement climatique est aussi important que les craintes exprimées par les plus alarmistes, il pourrait en résulter des famines catastrophiques. »

Mais les vieux sages à cheveux blancs pensent que nous traversons des cycles de réchauffement et de refroidissement parfaitement normaux, tels que la planète en a connu depuis des centaines de millions d’années en fonction de l’activité du soleil. La terre est réchauffée par le soleil. Le soleil est impacté par des forces magnétiques qui créent des explosions appelées taches solaires et qui augmentent la chaleur qu’il diffuse. Lors de la période la plus froide du Petit âge glaciaire, qui se termina à la fin du 19ème siècle, les taches solaires disparurent presque complètement pendant 70 ans et la terre se refroidit. L’activité des taches solaires est en déclin depuis plusieurs années et on s’attend à ce qu’un déclin de l’ordre de 40% se poursuive pendant encore 10 ans. Le monde est sur le point d’entrer dans une période de refroidissement. Soyez prêts à changer votre mode de vie.

Publié dans le  Washington Times, le dimanche 18 février 2007.

Traduction par Nathalie MP pour Skyfall.fr

Source : Contrepoints (via Liliane Held-Khawam)

Rappels :

Pauvre CO2 !

Gentils organisateurs de la COP21, délivrez-nous de l’apocalypse climatique !

Le soleil annonce un nouveau refroidissement climatique

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Environnement, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

67 commentaires pour La théorie du réchauffement climatique et le précédent de l’eugénisme

  1. ratuma dit :

    regardez sur R71 – l’escroquerie du réchauffement climatique et aussi le site d’Antony WATTS

  2. ratuma dit :

    Mais le pétrole est-il d’origine fossile ?……………. Ou abiotique

  3. zorba44 dit :

    Les théories diverses qui donnent froid dans le dos…

    Vite une robe de chambre moelleuse, de bonnes charentaises et des mitaines pour les soirées au coin du feu !

    Jean LENOIR

  4. tikehau dit :

    Ne pas confondre phénomènes naturels (éruptions terrestres et solaires, chutes de météores et de comètes) qui altèrent le climat (c’est démontré) avec 150 années de combustion de pétrole qui a remis dans l’environnement 60% du carbone (à minima) stocké sur une période de plusieurs millions d’années ainsi qu’une agriculture intensive qui retourne les sols en libérant … du carbone.

    Quand je dis dans l’environnement c’est parce que l’on ne retrouve qu’une petite partie du carbone libéré dans l’atmosphère, le reste étant stocké dans les océans provoquant une acidification (démontrée) du milieu marin.

    Donc le carbone n’aurait aucun impact sur le climat ?

    Mais alors d’où peut donc provenir l’augmentation moyenne (établie et relevée) des températures sur toute la planète ?

    Ce phénomène (l’augmentation des températures) a pour conséquences prouvées :
    – moins de pluies dans des régions qui n’en recevaient déjà pas beaucoup, plus de pluies dans des régions qui en recevaient beaucoup
    – des périodes de froid plus courtes (fonte de la banquise)
    – des périodes de chaud plus longues
    – des chutes de pluies acides (!?)

    Tiens mais c’est bien sur, ce sont les océans qui font le climat !

    Des océans qui se réchauffent ? ben oui c’est également démontré ! Une atmosphère qui se réchauffe ? oui, surtout quand on étudie précisément les différentes couches de la haute et très haute atmosphère.

    Ce qui nous trompe dans nos régions (pays tempérés) c’est que nous sommes moins impactés par ces phénomènes excessifs sans toutefois y échapper car des cycles d’excès sont toutefois visibles : hivers sans grands « très » grands froids, sortie d’hiver-printemps à 8°c de température moyenne, phénomènes cévenols tardifs c’est à dire en Décembre-Janvier au lieu d’Août à Octobre, été sans pluies…

    Si vous vous intéressiez au climat comme peut le faire l’apiculteur particulier que je suis et le grand voyageur que j’ai déjà été, vous ne douteriez pas un instant que ce « changement » sur les 5 dernières décennies n’est que la partie immergée d’un problème qui sera le problème majeur de toute l’humanité dans les prochaines décennies.

    Si toutefois aucun fou n’appuies sur le bouton « Delete the world » auparavant !

    Pour comprendre voir la vidéo suivante, rien que des chiffres :

    • Paul-André KECSKEMETI dit :

      Mais alors d’où peut donc provenir l’augmentation moyenne (établie et relevée) des températures sur toute la planète ?
      FAUX
      Et donc tout le reste de ce que vous écrivez est à l’avenant

      • Tikehau dit :

        Pas besoin de hurler « FAUX » et s’en tenir là Paul-André KECSKEMETI.

        Sur ce blog, nous commentons pour « débattre ». Pas vous ?

        Le visionnage de la petite vidéo ne vous a pas intéressé ? Dommage, son auteur, ni pour, ni contre un quelconque réchauffement climatique (il le dit en préambule), ne fait qu’exposer des données scientifiques. Une (la) réalité démontrée vous dérange ?

        D’autres données chiffrées (compilation) sont disponibles sur https://www.les-crises.fr/climat-8-analyse-rechauffement/

        Bien malheureusement les conclusions de cet article vont dans un sens contraire à vos convictions, pourtant si brillamment exposées et si consensuelles.

        Pour vos prochaines contributions restez courtois et n’hésitez pas à « commenter ».

        Cordialement, Merci.

        Note particulière à l’attention d’Olivier Demeulenaere :

        L’origine anthropique du réchauffement est exposée dans l’article (ci-dessus) d’Olivier Berruyer, actuaire (1). Il n’est pas le seul à tirer ces conclusions car il existe un consensus (mot latin qui signifie « accord », au sens de « sentiment commun ») scientifique.

        Anthropique, pas en anthropique ? le climat change, pas de bol.

        La communauté scientifique peut être majoritairement convaincue sur une même problématique. Un consensus scientifique vous parait-il impossible ? Et non il ne s’agit pas nécessairement d’une conspiration.

        Ce qui me « perturbe » dans vos convictions c’est que celles-ci sont du même ordre que la construction dirigée d’une opinion publique sur des sujets clivants tels « une amiante non cancérigène », « un tabac non nocif », « un Mediator sans dangers », « un pétrole non lié au réchauffement climatique » : les publications « scientifiques » contraires à la réalité de faits avérés sont et seront toujours utilisées par ceux qui peuvent en tirer profits.

        Ainsi va le monde et vous le savez : organiser des divisions sur des sujets pour les rendre clivant permet (dans le cas présent) de permettre un règne sans contraintes environnementales majeures pour la pétrochimie et le transport maritime et aérien en particuliers.

        On peut y rajouter la (re)mise en exploitation de mines de charbon avec des contraintes environnementale moindres que dans les années 80, tout particulièrement en Allemagne. Quid des pluies acides sur la forêt noire qui furent à l’origine de règlementations très contraignantes ?

        Paradoxal est votre entêtement manifeste sur ce « débat » alors que c’est sur votre blog que j’ai lu des articles qui démontraient bien d’autres manipulations d’opinion.

        Les véritables dangers que représentent les campagnes radicales pro-réchauffement climatiques tiennent au fait qu’elles seront demain, par consensus social (on y vient !), l’alibi ultime pour nos imposer des mesures liberticides. Tout cela sans que nos industries et nos puissants (les 0,001%) renoncent à leur mode de fonctionnement mortifère car consommer c’est surtout consumer… et pas sans émettre de fumée.

        Quand je vous disais que l’on nous « enfume » !

        Le pétrole restant, qui ne sera alors plus du tout partagé car bien au contraire exclusivement réservé à une élite, pourrait entretenir ces castes phagocytaires bien plus longtemps que nous n’aurions à le souhaiter.

        Il ne leur resterait plus qu’à associer ce souhait « global » (la réduction des gaz à effet de serre) à une réduction drastique (« souhaitée » ou « provoquée ») de la population mondiale à quelques 500 millions de personnes. Kalergi quand tu nous tient !

        Ce scénario se transformerait en véritable bonheur (pour eux) et en enfer pour les autres (nous) ! Je suis certain que mes propos vous parlent.

        Les dangers civilisationnels auxquels l’humanité est exposée sont présents dans ce « consensus » sociétal vers lequel on nous mène pour « lutter » contre le réchauffement climatique. Mais ce consensus, de bonne foi, à un handicap majeur : tout ce qui permet le pouvoir sur nous est exclusivement procuré par la possession de l’énergie fossile et de ses moyens d’utilisation. La problématique s’exprime par conséquent en terme de « comment conserver le pouvoir sans que les peuples ne puissent se rendre compte que le modèle imposé (oppresseur) détruit en même temps la planète sur laquelle nous vivons ?

        La planète, quoi qu’en disent (tous) les écolos et nos sinistres (Nicolas Mulot , son 4×4, son bateau…), tout le monde s’en fou… On fait avec et malheureusement avec une fraction non négligeable de l’opinion, sans en comprendre tous les enjeux écologiques.

        Petit rappel de ce qu’est un écosystème : ensemble formé par une communauté d’êtres vivants en interrelation (biocénose) et son environnement (biotope). Les composants de l’écosystème développent un dense réseau de dépendances, d’échanges d’énergie, d’information et de matière permettant le maintien et le développement de la vie (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cosyst%C3%A8me). Tout y est : c’est assez clair pour tout le monde ?

        La conséquence de ces divisions, c’est de gagner sur tous les tableaux : ceux qui sont radicalement « pour » deviendront les premiers à « exiger » la privation de leurs libertés, ceux qui sont radicalement « contre » pleureront parce qu’ils se seront faits bernés et surtout regretterons de n’avoir fait front commun avec des personnes aux avis moins radicaux, contre la grande manipulation dont on peut déjà discerner les contours.

        Revoyez les films d’anticipation « Soleil vert » et « Minority Report » tout particulièrement pour « voir » autrement.

        Il faut parfois changer de lunettes 😉

        1 : chargé de concevoir et/ou de modifier les contrats d’assurance, ou de mesurer les risques encourus par sa société. L’actuaire se livre à de savants calculs avec un objectif triple : maîtriser l’aléatoire, minimiser les pertes financières et dégager des bénéfices. Les assurances assurent-elles les risques climatiques ? si oui, dans quelles conditions ?

      • un Zunien dit :

        « Consensus scientifique »? quel consensus scientifique ?? c’est un enfumage honteusement répandu par les politiques et par le GIEC (groupe intergouvernemental à l’origine) aux ordres du politique!

        « Le mythe des 97% de consensus sur le changement climatique »:

        https://www.contrepoints.org/2014/06/14/168805-le-mythe-des-97-de-consensus-sur-le-changement-climatique

      • COUSIN Aberic dit :

        Je cite:
        « Il y a seulement un problème – mis à part le fait que cette affirmation est actuellement utilisée pour aider à justifier des politiques et des réglementations qui provoquent la fermeture de centrales à énergie fossile et paralysent notre économie : »
        Une fois qu’on a lu cette on comprend clairement que ce qui dérange dans l’existence d’un réchauffement climatique d’origine humaine c’est seulement et uniquement le fait que ça desorganise le business de quelques un fort impliqués dans l’usage des énergies fossiles!!!
        Et c’est évidemment cette politique de réduction ( pour le moins relative) des énergies fossiles qui est seule en cause dans la « paralysie » de l’économie mondiale ?!?!?!

      • Para Bellum dit :

        Le giec n’est qu’un bras du programme…
        Il faut se souvenir du club de Rome et de l’agenda 21…
        A la base de ces joyeusetés on retrouve le sempiternel kissinger…
        Et un certain Agnelli (Fiat)…
        Proprietaire aujourd’hui du magazine the economist avec la branche anglaise Rothchild…
        https://resistance71.wordpress.com/2012/04/10/onu-agenda-21-mythe-du-pic-petrolier-famines-et-nouvel-ordre-mondial-le-crash-post-industriel-programme/

      • Stefan dit :

        Tikehau: Olivier Berruyer pond une analyse vite fait bien fait.
        Il est actuaire… ça fait de lui un climatologue ?

  5. Kolditu dit :

    Vivement les années 2030…
    Nous aurons enfin les réponses concernant le pic pétrolier et le réchauffement climatique !

    Je ne sais pas qui a raison et qui a tort.
    Je sais simplement qu’il y a une volonté de la part d’un des 2 camps d’induire le monde en erreur.
    Et là, il va falloir assumer…

    Douce vengeance…

  6. alain dit :

    Bof, le réchauffement climatique est largement contesté par ceux qui ne veulent surtout rien changer. Notre attitude face à ce problème gigantesque dont nous ne voyons que les prémisses et qui a déjà des répercussions ressemble à l’attitude des romains devant l’arrivée des envahisseurs des fonds de l’empire. Pendant que certains alertaient sur ce problème pouvant engendrer un effondrement de l’empire, la majorité disait « n’importe quoi, qui pourrait prendre Rome? » et l’histoire parla…

    Il n’y a qu’à voir comment les vignobles français sont de plus en plus atteints par des hivers trop doux et des gels trop tardifs entrainant des rendements en baisse jusqu’à 90% pour certains.

    • matbee dit :

      Vous par contre, on voit que vous avez considérablement travaillé la question, ça fait peur…

    • « Il n’y a qu’à voir… »
      En quoi est-ce une preuve ? Sur le plan scientifique il n’y a aucun réchauffement global constaté, depuis une vingtaine d’années les températures moyennes (si tant est que ce genre de concept ait un sens) n’augmentent pas.

      Et quand bien même elles augmenteraient, ça ne prouverait en rien que ce réchauffement est d’origine anthropique.

      Les cycles climatiques sont d’origine naturelle, liés à l’activité du soleil qui connaît lui aussi des cycles.

  7. alain dit :

    Encore une fois, il va falloir rappeler des évidences..
    Plutôt que de passer du temps derrière des claviers en contestant la réalité, il suffit d’avoir un potager pour se rendre compte des changements drastiques en cours. De même marié à une québécois et avec une belle famille vivant du côté de Montréal et plus au Nord, dois-je les traiter de menteurs quand ils me disent que les changements sont drastiques aussi là-bas?

    A vous lire, les changements sont naturels. Et il semble même que les t° n’augmentent pas depuis 20 ans (on se demande bien pourquoi les canicules s’intensifient…. sans doute par plaisir de nous faire peur?). Bref, les voitures ne tuent pas, les avions ne polluent pas, le béton c’est plus écologique que l’herbe, les espèces qui disparaissent c’est juste des grosses connes d’espèces qui ne veulent pas faire d’effort, et les morts liés aux anomalies climatiques qui s’intensifient, c’est bien fait pour leur gueule, ils avaient qu’à être ailleurs.

    En fait, comme dans l’empire romain: tout va très bien, monsieur l’empereur. Nous sommes les plus forts et les meilleurs et rien ne sert de regarder la réalité: rien ne viendra susceptible d’effondrer notre empire.

    A vrai dire, on pourrait aussi dire que ton site, il ment. Parce que tu nous parles d’économie et d’effondrement du système mais comme le système ne s’effondre tjs pas, on pourrait donc être économico-spectique…

    Bon allez, tout çà c’est pas très grave. On en reparle dans 10 ans si on est tjs là (et si l’internet marche encore…).

    • Si votre potager le dit et que votre belle-famille le confirme, alors je rends les armes : le réchauffement climatique causé par le dioxyde de carbone lié aux activités humaines ne peut être contesté, c’est une évidence scientifique !

    • hazère-tyuillope dit :

      Lisez l’ excellent bouquin d’ Emmanuel Garnier, chercheur au sein du laboratoire des sciences du climat et de l’ environnement ( UMR CNRS, Saclay), » Les dérangements du temps, 500 ans de chaud et de froid en Europe » paru chez Plon. Je vous recopie un petit bout de la quatrième de couverture:  » La première constatation concerne le caractère neuf du réchauffement observé depuis 30 ans. La réponse de l’ historien est sans appel .Bien avant le Global Warning, nos ancêtres connurent des épisodes parfois très chauds dont l’ intensité fit reculer les glaciers alpins à des niveaux inférieurs à ceux d’ aujourd’ hui. Plus tard, au beau milieu du fameux petit âge glaciaire l’ Europe fut même confrontée à de véritables vagues de chaleur mettant en péril la survie des populations. » Un peu plus loin: » …les événements extrêmes qui focalisent tant l’ attention de l’ opinion publique aujourd’ hui faisaient déjà partie du quotidien des sociétés anciennes. La sévérité des catastrophes observées sur cinq siècles démontrent qu’ elles n’ eurent rien à envier aux désastres récents ». Bien sûr à de nombreuses reprises l’ auteur prend bien soin de donner des gages à l’ alarmisme ambiant et ne sort pas des clous, pas la peine de donner des verges pour se faire battre…. mais penser que les forces alors en action auraient subitement cessé d’ exercer leurs effets en 1950 pour laisser l’ entière responsabilité des changements actuels à l’ humanité me parait douteux. Est ce que ça mérite d’ être traité de nazi (denier) je ne crois pas;Paru en 2010 on trouve le bouquin sur internet

    • hazère-tyuillope dit :

      J’ ai un potager en Haute Savoie et je suis désolé mais je mange toujours les mêmes légumes qu’ il y a vingt ans et je ne récolte toujours pas les carottes en décembre. Pour moi dire » les années se suivent mais ne se ressemblent pas dans mon potager donc c’ est le réchauffement climatique » ca a la même valeur scientifique que dire « mon grand père fumeur a vécu 100 ans donc le tabac est bon pour la santé », une valeur se rapprochant de 0 si je ne me trompe..

  8. alain dit :

    Si il n’y avait que mon potager et ma belle famille… N’as-tu pas remarqué des changements toi aussi? Et comment pourrait-on croire que rejeter autant de produits chimiques dans l’atmosphère à une aussi grande échelle, tout en bétonnant à tout va et en éradiquant à la vitesse grand v le moindre arbre ou forêt sur la planète peut être sans conséquence?
    Mais bon, il y’en aura toujours pour contester les évidences? La preuve? Le tabac.. On en trouvera tjs un pour te dire que le tabac n’est pas un pb puisque son grand père fumait et est mort à 100 ans.

  9. COUSIN Aberic dit :

    On peut sans doute contester le réchauffement climatique et prétendre que les scientifiques ont tous été payés pour rendre des conclusions qui vont dans ce sens. On peut dire strictement la même chose de ceux qui le contestent !
    Quelles fins poursuivraient donc ceux qui croient au réchauffement climatique et pour contrôler / diriger qui?
    On sait bien en revanche qui conteste principalement le réchauffement climatique : ceux qui tirent des profits monstrueux de l’exploitation des ressources de la planète sans vouloir prendre en compte les conséquences en terme de pollution de leur business !
    Je ne sais pas qui a raison dans cette affaire.
    Il y a cependant un certain nombre de réalités liées aux activités humaines qui ne sont pas contestables et qui ont dès à présent des conséquences. Par exemple qui conteste la réalité de la pollution atmosphérique !
    La pollution des océans par les plastiques qui s’agglomérent ou se détruisent en fines particules et suivent tout un cycle d’absorption et de concentration dans les espèces de poissons et d’oiseaux, de même pour de très nombreux pesticides ..,,
    Qui conteste encore l’extinction d’espèces de plus en plus nombreuses , qui conteste la réduction effrayante des forêts primaires avec tout leur biotope.
    L’homme est le pire prédateur pollueur de la planète et il n’est que temps que tous en prennent conscience !
    Même si on se trompe sur ce réchauffement et si l’homme ne fait qu’aggraver un réchauffement ordinaire, les activités humaines ont des conséquences dramatiques et changer notre mode de vie est une urgence !
    Au fond le réchauffement n’est qu’un épiphénomène , l’arbre qui cache la forêt, par rapport à la pollution humaine généralisée !

    • Para Bellum dit :

      Paranoïa bidon sur le Diesel : Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage !

      Que tu aies une voiture « Diesel » ou non, lis cette analyse démontrant que les politiques, « verts » compris, nous font du spectacle :

      La paranoïa du DIESEL ne concerne que les Automobiles des particuliers !

      Les Poids lourds, Autocars, Navires, sont exclus !

      Juste pour situer le degré de paranoïa des plus virulents détracteurs du véhicule DIESEL, il s’agit de révéler les données de l’industrie maritime, qui montre que les 15 plus gros navires-cargos du monde polluent autant que l’ensemble des 760 millionsd’automobiles de la planète.

      Vous savez, ces porte-conteneurs qui nous alimentent en produits que l’on fabriquait dans nos usines locales, aujourd’hui, ils brûlent chacun 10.000 tonnes de carburantpour un aller et retour entre l’Asie et l’Europe.

      Ces malheureux 15 navires font partie d’une flottille de 3.500, auxquels il faut ajouter les 17.500 tankers qui composent l’ensemble des 100.000 navires qui sillonnent les mers.

      Pour ne pas quitter le domaine maritime, rappelons que la flotte de plaisance française est d’environ 500.000 unités, dont 5.000 yachts de plus de 60 mètres, et que le plus moyen de ceux-ci brûle environ 900 litres de fuel en seulement une heure, alors que les 24 % de foyers français qui se chauffent au fioul ont du mal à remplir leur cuve pour l’hiver.

      Pour continuer sur le chemin de la schizophrénie paranoïde, prenons en compte toute la flottille de pêche et les 4,7 millions de poids lourds en transit à travers la France.

      Les milliers d’avions qui sillonnent le ciel et dont la consommation par passager et par km parcouru est 3 fois plus nocive pour le climat que l’automobile.

      Pour compléter cette petite fable, n’oublions pas l’indispensable domaine agricole où la consommation moyenne d’énergie est de 101 litres de fuel par hectare.

      En fait on s’aperçoit que nos chers dirigeants agissent arbitrairement sur le secteur qui représente la plus faible proportion des Pollueurs.

      Mais pas d’affolement, Monsieur Hulot va sauver la planète en collant une nouvelle TAXE sur les seuls véhicules DIESEL ….et affaiblir un peu plus notre industrie automobile, ce qui augmentera encore le chômage dans la foulée.…

      http://echelledejacob.blogspot.fr/2017/12/paranoia-bidon-sur-le-diesel-quand-on.html

      • COUSIN Aberic dit :

        On est bien d’accord la hargne sur les diesels est bidon et hypocrite et ignore délibérément les tankers avions et autres…. mais ça ne change rien sur le fond : l’homme pollue avec toute l’inustrie du pétrole Diesel compris!
        Et ça ne peut qu’accentuer l’éventuel réchauffement climatique…….

      • Para Bellum dit :

        La révolution française due à une éruption volcanique en Islande…
        http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/04/17/2037078_la-revolution-francaise-due-a-une-eruption-volvanique-en-islande.html

        Les éruptions du Laki, en Islande et de l’Asama, au Japon sont-elles la cause de la révolution Française ? Le volcanologue le penserait certainement. L’historien, sans doute, nuancerait cette affirmation en émettant l’idée qu’elles furent probablement un élément déclencheur de l’Histoire…
        https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/volcanologie-14-juillet-volcans-revolution-654/page/4/

        Toutes les planètes de notre système solaire se sont réchauffées…
        Est-ce dû à l’homme ? Anthropique ?
        Le réchauffement n’est que le prémisse d’un grand refroidissement…
        D’où l’accélération peut-être autour des enjeux énergétiques…
        Gazier notamment…
        Ceux qui réussiront à mettre le grappin sur l’ensemble seront tranquilles pour des siècles…
        Le nouvel ordre mondial passe par l’écologie…
        L’occasion fait le larron à l’image de la « révolution française « …
        Le plus puissant lobby en faveur de l’écologie et des solutions dites vertes est en Californie…là où il ne pleut plus et où ça ne cesse de cramer…
        Le hasard fait bien les choses…

        À moins de croire à la théorie du pétrole abiotique…
        Il n’y a pas de solutions…
        La seule solution qu’ils trouveront toujours…c’est de nous taxer et nous imposer des mesures contraignantes visant à nous prendre un peu plus de liberté…

        Une solution il y en avait quand même peut-être une…
        Le thorium…

        Malheureusement cela ne permettait pas de faire des bombes nucléaires ni des armes à uranium appauvri…
        C’est pas de bol…

      • Para Bellum dit :

        Tout frais…tout chaud…tout croustillant…
        Merci à l’équipe SOTT pour le travail.

        Simples questions…
        L’augmentation de la résonance de Schumann est-elle anthropique ?
        http://www.neotrouve.com/?p=996
        L’augmentation des éruptions volcaniques et autres tremblements de terre sont-ils anthropique ?

  10. Dom le dodo dit :

    Help, help, comme je n’écoute plus la télé (je paye cependant la taxe fumistes), des amis m’ont vaguement parlé que notre ministre de l’égo logique avait un « patrimoine » un peu plus important que sa dedeuche: pouvez-vous m’aider, s’ il vous plait?
    Merci

    PS: a t’il un diesel? Ou plusieurs;-(((

  11. ratuma dit :

    pour Parabellum –
    http://www.voltairenet.org/article178055.html
    r
    le professeur Edgard Nazare n’était pas physicien mais ingénieur d’aéronautique et spécialiste de la mécanique des fluides – (Toulouse) – et ses travaux étaient prêts dès 1960 je crois, mais le gouvernement n’a pas voulu l’écouter – Il est décédé en 1995 à Paris – – dommage qu’il n’ait pas été écouté sur beaucoup de choses -(lire le magazine ERE NOUVELLE) – de l’époque

  12. Ron dit :

    Ce qui me fait rire, c’est que tout le monde s’écharpe sans JAMAIS citer de sources (Et c’est notamment le cas dans l’article, qui liste plein d’énormités et de choses que l’ont doit accepter comme étant vraies). Donc déjà allez faire un tour sur les articles scientifiques, faites une vraie étude bibliographique (je parle de journaux scientifiques à revue de lecture bien sûr, me sortez pas du National Geographic). Vous me direz: C’est payant, on y a pas accès. Faux: il existe maintenant Sci-Hub qui en dépanne plus d’un au grand damn des grands groupes type Elsevier.
    Profitez-en, la recherche est enfin à disposition du plus grand nombre. Faites vous VOTRE opinion, lisez, réfléchissez, déduisez.

    Ensuite faites le bilan. Pour ceux qui ne parlent pas anglais, commencez par vous informer sur des sites sérieux. Et venez pas me dire que les chercheurs sont payés pour dire que le réchauffement climatique existe: j’en suis un, j’ai été formé au laboratoire de Géologie de Lyon qui a réalisé cette étude:

    http://www.insu.cnrs.fr/node/7047

    ET ON A PAS UNE THUNE. Personne n’est soudoyé là-bas, faut arrêter les conneries. La recherche est en train de crever la bouche ouverte. Je parle pas de la recherche médicale ou industrielle que je connais mal, je parle de la recherche fondamentale. Celle qui cherche pour comprendre, pas pour vendre.

    Pour moi, la base et c’est ce que dit cet article, ça serait déjà de comparer ce qui est comparable: à savoir les même échelles de temps. Vous parlez de ce qui s’est passé il y a 300millions d’années, ou même 400000 ans. Les réservoirs n’étaient pas les même, la biomasse était différente. Tout était différent. Vous parlez des cycles climatiques naturels (je suppose que vous pensez à l’excentricité, la précession etc.): il sont bien plus longs en terme d’échelle de temps, que les derniers 150 ans. Il est là le problème: les changements induits par l’Homme ont lieu à une échelle de temps très courte, qui engendre des changements auxquelles les espèces ne peuvent pas faire face (au sens large, je ne parle pas des espèces opportunistes ou à stratégie reproductive « r » (=rapide)).
    L’adaptation des espèces se fait sur le long terme. Perturber l’environnement à très court terme est dramatique pour elles.

    Donc s’il vous plaît, arrêtez de réfléchir comme des plots, et faites vous votre propre opinion sans suivre le discours des médias ou des gens qui sont « pour », « contre », « mouaisbof » ou je ne sais quoi.
    Merci.

    • hazère-tyuillope dit :

      Si on voulait chipoter on pourrait remonter à la fin du Dryas récent il y a à peine onze mille ans autrement dit hier en matière de gèologie ( fin de la glaciation pléistocène anciennement appelée aussi würmienne) où les températures sont remontées de quatre à six degrés en moins d’ un demi siècle, mais ça serait uniquement pour chipoter…. Je ne suis pas scientifique mais j’ ai des relations amicales dans ce milieu, un chercheur du CNRS ne roule pas sur l’ or il travaille avec les moyens qu’ il a, et trouve ce qu’ il a à trouver. Il y a par contre des organismes et des journalistes « pseudo » scientifiques très bien financés eux, et dont le travail consiste à travailler la version catastrophiste de ces travaux à l’ aide de graphiques tronqués et autres phrases sorties du contexte etc, la lecture de la presse anglo saxonne est édifiante à cet égard, on y atteint des sommets de désinformation qui tiennent du grandiose ( dernier exemple en date avec la fameuse photo de l’ ours blanc mourant…d’ autre chose !) Ces chercheurs avec qui j’ ai la chance de pouvoir aller faire du terrain de temps à autre me semblent tenir un discours bien plus modéré…. Au fait le National Geographic est une de ces revues qui fait son beurre du catastrophisme, allez voir leur couverture avec l’ image de New York noyée sous la montée des eaux :^)

    • hazère-tyuillope dit :

      Personne ne dit que des scientifique seraient payés pour « inventer » le réchauffement climatique, en tant qu’ alpiniste je le constate depuis 40 ans, c’ est même ça qui m’ a amené à m’ y intéresser… Les sites catastrophistes eux par contre ne se gênent pas pour nous expliquer que 1) Il y a consensus sur la catastrophe à venir, 100 % des scientifiques sont d’ accord, 2) mais que de puissantes compagnies pétrolières paient des scientifiques pour répandre une désinformation très efficace. Quels scientifiques puisqu’ ils sont tous d’ accord ? Quel scientifique accepterait de détruire sa réputation, celle de son labo, l’ avenir de ses thèsards et ses financements pour quelques dollars ? Il faudrait après ça en plus acheter un journal de bonne tenue si on veut être efficace , soudoyer les relecteurs,( et le condamner à se griller définitivement !)….. bobard très répandu qui ne peut convaincre que des gens qui n’ ont aucune idée de la façon dont la science fonctionne !

      • Ron dit :

        Merci pour ces réponses, au moins on peut discuter sans avoir un cerveau grillé comme interlocuteur. Je ne suis pas sûr de comprendre la référence au Dryas récent. C’est une période connue comme étant froide et je n’ai pas les références sur un réchauffement en 50 ans à la sortie de cette période. Mais pourquoi pas, si c’est pour dire qu’il y a déjà eu des phases de réchauffement brutales: oui bien sûr, et on peu aussi citer à l’inverse le petit âge glaciaire qui est très récent. Mais à chaque fois les paramètres environnementaux convergent progressivement vers cette modification climatique.

        Ce que vous dites sur le CNRS et les « journalistes » de revues catastrophique correspond exactement à ce que je pense et c’est dramatique car ce sont eux qui ont l’écoute du public. Par contre je ne suis pas d’accord quand vous dites que « Personne ne dit que des scientifiques seraient payés pour « inventer » le réchauffement climatique ». C’est exactement cette théorie complotiste qui est diffusée. Je cite une phrase parmi tant d’autres de l’article retransmis par Olivier:

        « Dès lors, il est essentiel de se demander comment des chercheurs universitaires ont pu aboutir à des conclusions qui conduisaient à une violence aussi épouvantable à l’égard de la société. Un examen critique de ces travaux mit en évidence que les chercheurs ajustèrent leurs résultats afin de conforter les théories de ses financeurs. »

        CQFD

        PS: Vive l’alpinisme et les potagers. Mort à l’ironie.

  13. alain dit :

    Pour l’auteur de ce blog, si le tabac ne tue pas et ne provoque pas de cancers, si il n’y aucun problème climatique à l’horizon, on peut aussi dire que respirer les gaz des bagnoles, c’est super bon pour la santé, que les pesticides , on devrait les agrémenter en dessert avec de la « neve di latte » et puis, le bitcoin est super puisque rien n’a encore explosé.
    En gros, l’auteur de ce blog devrait relire « candide » de Voltaire.

    L’homme n’a aucune incidence sur rien: ni sur le climat, ni sur les plantes (ogm ou pas), pas plus sur sur le fait que des petits lapins ou poulets vivent en cage exigus (ils y viennent tout seuls, faut dire que les lapins sont cons). tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et vive la bourse et le mensonge.

    • Merci de vos conseils mais je préfère les commentaires argumentés et structurés, épargnez-nous svp vos fourre-tout délirants où même un lapin ne retrouverait pas ses petits (pour reprendre une de vos nombreuses analogies).

    • sydney dit :

      Inutile de te fatiguer bon nombre sur ce site considère l’humain comme supérieur à tout et a garder ses privilèges. Bon nombre sont des croyants qui ont appris le fameux dominer la terre sans s’en soucier.
      Et ils ne comprennent pas que quand on parle rechauffement on parle aussi dégradation de la terre que l’humain fait. le deboisement de l’amazonie ou du bresil c’est pas grave les especes qui meurt c’est pas grave…. T’inquietes notre espece subira un retour de manivelle qui lui fera du bien pour comprendre la valeur des choses et qu’il n’y a qu’une terre.

  14. zorba44 dit :

    A tous les polyglottes du réchauffement climatique, roulez donc en véhicule électrique !

    Cela ne fait pas de mal …et même du bien au portefeuille. L’autonomie dépasse maintenant couramment 200 kms et les bornes de recharge, autres que domestiques multiplient.
    Tout bien compté, décibels en moins et 2500 à 3000 euros par an d’économie pour 20000 km d’utilisation.

    Jean LENOIR

    PS et ne venez pas dire que la production électrique pollue car pour 80% l’énergie produite en NZ est d’origine renouvelable (100% au manoir du signataire, dans les trois mois qui viennent)

    • Para Bellum dit :

      Cette argumentation ne tient pas Jean.
      Une voiture c’est trois phases:
      Fabrication…usage…et destruction.

      L’impact environnemental de ces voitures dites vertes est supérieur de 50% par rapport a un véhicule classique.
      La destruction du véhicule et son recyclage font encore grimper le pourcentage et de beaucoup…
      Ils en ont parlé ce soir au jt de la 2….
      Le plus grand problème vient des batteries et de leurs productions.

      Ce qu’il faudrait c’est la technologie de Tony Starck…

      Suffit de demander…
      « ….Dans la fiction « Iron man » de la franchise Marvel, le réacteur « Arc » sert à alimenter l’électroaimant dans la poitrine du héros Tony Stark lorsqu’il est en version réduite et, en version agrandie, à générer du courant pour les industries du jeune millionnaire. Ce réacteur superpuissant n’est plus seulement un pur objet de science fiction, car des chercheurs du MIT ont dévoilé récemment le concept d’un nouveau modèle de réacteur nucléaire à fusion plus performant que ceux imaginés jusqu’à présent et qui, selon eux, pourrait rendre possible la production d’électricité grâce à la fusion des atomes d’hydrogène d’ici une décennie. Ce réacteur a été dénommé ARC, sans doute en référence aux BD et films de la franchise Marvel, mais ici, ARC est un acronyme pour « Abordable, Robuste, Compact » (Affordable, Robust, Compact)… »

      http://lenergeek.com/2015/08/14/arc-le-reacteur-diron-man-de-la-fiction-a-la-fusion/

      Pour le fameux ITER français…ça pique un peu…

      Plus puissant que le programme ITER ?

      C’est plutôt une bonne nouvelle, car ARC est 8 fois plus petit que le réacteur du programme ITER, et constructible deux fois plus vite, en cinq ans seulement. Cela permettrait de réduire les coûts liés à la construction, ceux-ci étant annoncés à 5 milliards de dollars.

      Il corrige également certains défauts du réacteur ITER actuellement en construction, en étant démontable, ce qui permet de tester différents matériaux sans avoir à détruire le réacteur dans son ensemble. Il prévoit également l’utilisation d’éléments liquides autour du cœur, qui seront plus faciles à remplacer que des matériaux solides, souvent endommagés par cet environnement hostile. Cela permet de réduire les coûts de maintenance.

    • ratuma dit :

      et les déchets des centrales nucléaires, on en fait quoi ?

  15. hazère-tyuillope dit :

    Le coût de la transition energétique au niveau mondial est évalué à 90 000 milliards de dollars, mais bien sûr la perspective de se partager cette montagne d’ argent n’ exerce aucune influence sur le discours des catastrophistes climatiques….,bien sûr bien sûr…

  16. xavib dit :

    Ils arrivent à dire que le doublement de l’épaisseur de neige en Alaska est dû au réchauffement climatique…. ah non pardon.. au changement climatique !

    Trop forts, les types…

    Quantité record de neige en Alaska à cause du changement climatique

    Reuters le 19/12/2017 à 16:33

    BOSTON (Reuters) – L’enneigement des montagnes en Alaska a doublé depuis le début de la révolution industrielle, montrant à quel point les changements climatiques y provoquent de nettes augmentations des précipitations, selon une étude publiée mardi.

    L’étude parue dans la revue américaine Scientific Reports et menée par des chercheurs de trois universités américaines repose sur des échantillons récoltés à près de 4.000 m d’altitude.

    Elle montre que l’épaisseur de neige dans les chaînes de montagnes d’Alaska n’avait pas été aussi forte depuis au moins 1.200 ans, avec en moyenne 5.50 m de neige par an contre 2.40 m par an durant la période 1600-1840.

    Selon les chercheurs, cette quantité supérieure de neige provient du réchauffement des eaux tropicales qui a entraîné un flux plus important d’air chaud et humide vers le nord.

    Une étude publiée au début du mois par le groupe de scientifiques du World Weather Attribution soulignait l’impact du réchauffement climatique sur les ouragans.

    Plusieurs dizaines de chefs d’Etat et de gouvernement ont pris la semaine dernière, près de Paris, une série d’engagements visant à donner un nouveau coup de fouet à la lutte contre le réchauffement climatique, deux ans après l’adoption de l’Accord de Paris, dont les Etats-Unis se sont retirés en juin.

  17. hazère-tyuillope dit :

    Un concurrent intéressant de ces tokamaks très médiatisés, aller voir le site de lppfusion, (Lawrenceville plasma physics), une technologie totalement différente dont on peut résumer les avantages ainsi: taille réduite, combustible disponible partout, pas de déchets radioactifs, l’ énergie est directement transformée en électricité sans passer par le stade échangeur de chaleur/turbine/alternateur etc Ils ont atteint 2,5 milliards de degrés en octobre 2017. ils se battent pour se financer alors qu’ on dépense des centaines de milliards d’ euros pour des éoliennes, c’ est le monde à l’ envers…..

  18. brunoarf dit :

    Un article ahurissant vient d’être publié dans la revue Science :

    Vers un quasi-triplement des demandeurs d’asile en Europe à cause du climat (étude).

    https://www.romandie.com/news/ZOOM-Vers-un-quasi-triplement-des-demandeurs-d-asile-en-Europe-a-cause-du-climat-etude/875160.rom

  19. josephhokayem dit :

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

  20. Bob Swain dit :

    Pourquoi nier le Réchauffement climatique ?? L’actualité nous en donne chaque des preuves éclatantes… :-)))

    http://www.leparisien.fr/environnement/vague-de-froid-historique-aux-etats-unis-et-au-canada-jusqu-a-40-c-attendus-27-12-2017-7472901.php

  21. Para Bellum dit :

    Pilule rouge…

    François Gervais est professeur émérite de l’université François Rabelais, de Tours, où il enseignait la physique et la science des matériaux.
    Ses recherches portent notamment sur la thermophysique, l’effet de serre, la réflectivité infrarouge et le ferromagnétisme. Il a à son actif 273 publications, dont 5 livres et 226 articles parus dans des revues à comité de lecture.
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/François_Gervais

    Pilule bleue…

    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/10/28/les-contre-verites-du-dernier-pamphlet-climatosceptique_3504317_1650684.html

  22. ratuma dit :

    et n’oubliez pas Marcel Leroux

  23. ratuma dit :

    https://www.jp-petit.org/

    site intéressant également

Répondre à alain Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s