Le trou des fonds de pension américains se situe entre 1,6 et 4 trillions de dollars

« Le trou des fonds de pension américains se situe entre 1,6 et 4 trillions ! Ils sont obligés de prendre de plus en plus de risques. Ils vont vers les placements alternatifs qui sont peu sûrs, plus complexes et moins liquides.

La surévaluation des actifs, la fin du Quantitative Easing, la hausse des taux vont mettre les portefeuilles à rude épreuve.

L’heure de vérité sonnera dès que le prochain marché baissier se développera ».

Bruno Bertez, le 2 janvier 2018

Pension Funds’ Dilemma: What to Buy When Nothing Is Cheap?

« The largest U.S. public pension fund debated in December whether to sell more than $50 billion in stocks as global markets raced higher. But in the end, the board of the California Public Employees’ Retirement System decided it was fine to hold more.

Retirement systems that manage money for firefighters, police officers, teachers and other public workers aren’t pulling back on costly bets at a time when markets are rising around the world.

Some public pension funds are adding to traditional allocations of stocks and bonds while both are expensive. Others are loading up on more private-equity or real-estate holdings that are less liquid and sometimes carry high fees.

How much risk to take is a question facing all investors as they enter 2018. « Everything is overvalued,” said Wilshire Consulting President Andrew Junkin, who advises public pension funds. “There’s no magic option out there.”

In the public pension world, the willingness to chase expensive assets is the product of the core challenge most funds face—how to fulfill their mounting obligations to workers and retirees.

Decades of low government contributions, overly optimistic assumptions, overpromises on benefits and two recessions have left them with deep funding holes at a time when retirees are accelerating cash outflows. Estimates of their current combined funding shortfall vary from $1.6 trillion to $4 trillion.

The goal of most pension funds is to pay for future benefits by earning 7% to 8% a year. After the 2008 financial crisis, many funds tried to hit those marks by lowering their holdings of bonds as interest rates dropped, and by turning to real estate, commodities, hedge funds and private-equity holdings.

These so-called alternative investments rose to 26% of holdings at about 150 of the biggest U.S. funds in 2016, according to the Public Plans database, compared with 7% more than a decade earlier ».

Lire la suite ici :

https://www.wsj.com/articles/pension-funds-dilemma-what-to-buy-when-nothing-is-cheap-1514808000

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Le trou des fonds de pension américains se situe entre 1,6 et 4 trillions de dollars

  1. Un passant dit :

    Comme j’en discutais hier avec un copain: ce pays est en faillite. Soit il implose de l’intérieur (guerre civile) soit il fait (tout?) exploser à l’extérieur… Je ne vois guère de 3ème voie, hélas.

  2. zorba44 dit :

    Les fonds de pension ressemblent donc à des trous sans fonds…
    Pas vraiment rassurant que d’être retraité de l’administration au pays de l’aigle moribond !

    Jean LENOIR

  3. Nanker dit :

    « Soit il implose de l’intérieur (guerre civile) soit il fait (tout?) exploser à l’extérieur… »

    Comme les Ricains ont pris depuis 1944 la fâcheuse habitude de refiler la note aux autres je crois qu’ils tenteront de faire exploser l’Euro et de provoquer la panique en Chine. Les masses de liquidités cherchant un refuge stable se réfugieraient alors… en zone dollar!!!
    Mais une attaque spéculative à la baisse des Ricains contre le Yuan pourrait contraindre les Chinois à larguer leur « bombe atomique » : cette fameuse monnaie nouvelle (sino-russe?) gagée sur les montagnes d’or que les deux pays ont accumulés depuis 2008.
    Là l’Oncle Sam se retrouverait avec le slip sur les genoux et le sacro-saint dollar serait très menacé. Les Chinois sont patients ils savent que le temps jour pour eux, mais si les Ricains jouent au c0n avec eux je crois qu’ils n »hésiteront pas à lancer la guerre économique et pourquoi pas la guerre tout court contre Washington.

    De toute façon pas besoin d’être voyant pour comprendre que si le XXème siècle a été américain le XXIème ne le sera pas. L »hégémonie US est en voie d’extinction.

  4. brunoarf dit :

    Dette publique + dette des entreprises privées = dette mondiale.

    Aujourd’hui, la dette mondiale a battu un record historique : 233 000 milliards de dollars !

    Charles Sannat écrit :

    Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

    C’est un article du très sérieux site d’informations financières Bloomberg qui vient alimenter nos pires cauchemars économiques ou presque !

    En effet, comme vous le savez, la croissance est là, nous croulons même sous la croissance et sous l’optimisme béat des peuples qui consomment comme jamais des produits par containers entiers, des produits dont ils n’ont pas besoin, fabriqués par d’autres, et achetés à crédit avec de l’argent qu’ils n’ont pas, et justement ce dernier point, l’argent « qu’ils n’ont pas » est bien le cœur du sujet soulevé par Bloomberg et également la clef du faux miracle économique mondial auquel nous assistons.

    Nous sommes dans un monde de dettes. Dans un monde où tout repose sur la dette, et cette dette mondiale vient à nouveau de battre tous les records du monde.

    Lisez cet article :

    La dette mondiale atteint un record de 233 000 milliards de dollars.

    La dette mondiale a atteint un niveau record de 233 000 milliards de dollars au troisième trimestre de 2017, soit plus de 16 000 milliards de dollars de plus que la fin de 2016, selon une analyse de l’Institute of International Finance (IIF).

    La dette privée non financière a atteint des sommets historiques au Canada, en France, à Hong Kong, en Corée du Sud, en Suisse et en Turquie.

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-01-05/global-debt-hits-record-233-trillion-but-debt-to-gdp-is-falling

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s