Eelo, le smartphone qui veut se passer d’Apple et Google

« Gaël Duval, pionnier français du logiciel libre, lève des fonds sur Kickstarter pour concevoir le premier smartphone respectueux des données de l’usager.

Vous n’aimez pas l’emprise des géants américains du numérique sur votre vie ? Vous êtes choqué par les profits faramineux des GAFAM, qui pompent vos données personnelles et vous engluent dans leur écosystème pour mieux amasser des milliards, sur lesquels ils paient si peu d’impôts en Europe ? Vous voulez mieux maîtriser votre « empreinte numérique « , mais vous ne savez pas comment échapper au duopole Apple (iOS) – Google (Android), qui tient le marché mondial du smartphone ?

Alors, vous devriez jeter un coup d’œil à la courageuse initiative de Gaël Duval. A 44 ans, ce développeur et multi-entrepreneur français mène le projet d’envergure mondiale eelo : un smartphone « libre », c’est-à-dire basé sur un système « open source » respectueux de votre vie privée.

Et ça prend : à une semaine de sa clôture, une levée de fonds sur la plateforme de financement participatif Kickstarter a déjà recueilli plus de 71.000 euros de la part d’un gros millier de contributeurs. Gaël Duval, qui avait fixé un objectif initial de 25.000 euros, est agréablement surpris :

« Je reçois des messages de soutien des quatre coins du globe. Il s’opère actuellement une prise de conscience mondiale, portée par une communauté d’usagers qui ne veulent plus être prisonniers d’une poignée de géants de la Silicon Valley »

Ni Apple, ni Google

Gaël lui-même a un parcours intéressant : en 1998, il avait créé Mandrake Linux, l’un des premiers systèmes d’exploitation conviviaux pour ordinateurs personnels, basé sur le logiciel libre Linux. Au fil des années, il s’est ensuite développé, en informatique et bureautique, des alternatives grand public à Microsoft et son omniprésent Windows. Nous les avons récemment testées .

Mais, sur le smartphone, devenu pour la plupart d’entre nous un incontournable « compagnon de vie », il n’existe encore aucune échappatoire. Les usagers qui ne veulent pas confier leurs secrets intimes à Tim Cook (Apple) ou Larry Page (Google) sont condamnés à revenir au téléphone mobile préhistorique : pas cher certes, mais pas « smart » du tout. Or se priver d’accès mobile à internet et d’applications (email, messageries, réseaux sociaux, cartographie, photos…) est devenu très frustrant.

Résultat : nous nous sommes petit-à-petit résignés à devenir dépendants des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft). Tout « libriste » qu’il est, Gaël Duval avoue s’être lui aussi laissé aller à cette facilité :

« J’ai réalisé cette année que j’utilisais un iPhone depuis 10 ans, un Mac, et de plus en plus les services Google. J’ai pris conscience du fait que j’étais devenu paresseux et mes données personnelles n’avaient plus rien de privé ! »

Il n’en est pas du tout satisfait. Car il n’adhère plus à la culture d’Apple, dont les derniers produits sont selon lui « de plus en plus chers et pas vraiment excitants ».

Surtout, le groupe de Cupertino « enferme ses usagers dans son écosystème propriétaire, de moins en moins soucieux du client. » Dernière alerte en date : le scandale du ralentissement volontaire des anciens modèles d’iPhone, que dénonce l’association française HOP (Halte à l’Obsolescence Programmée).

De même Google nous piste en temps réel à travers toutes ses applications (moteur, maps, mail, shopping…). Le groupe recueille un maximum d’informations sur ce que nous faisons, pour mieux nous vendre aux annonceurs. Constat désabusé de Gaël :

« Comme des millions d’autres personnes, je suis devenu un produit de Google, je suis tombé dans l’allégeance. »

Enjeu politique

Sa préoccupation dépasse largement le souci de protéger ses propres données. Gaël Duval craint que l’Europe ne subisse une véritable colonisation numérique :

« C’est devenu une question d’indépendance et de souveraineté. Je suis fâché que nos hommes politiques ne s’emparent pas sérieusement de ces questions, c’est un manque de courage irresponsable ! »

L’entrepreneur souligne qu’une poignée de multinationales américaines est en train de concentrer les plus gros fichiers nominatifs de l’histoire de l’humanité : « Sans entrer dans la paranoïa, je pense qu’on arrive à une masse critique, en terme de puissance de ces organisations, qui concentrent technologie et moyens financiers colossaux. »

« Ils expliquent vouloir changer le monde ‘en faisant le bien’. Ce qui implique qu’ils deviennent plus puissants que des Etats. « 

Lire la suite de l’article sur L’Obs

Rappels :

« Rien à cacher » [Nothing to hide] – Le documentaire

L’enfer des smartphones

Je ne fréquente plus Facebook, c’est une question de principe

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Eelo, le smartphone qui veut se passer d’Apple et Google

  1. Para Bellum dit :

    Belle idée…
    Maintenant…aura-t-il la force de ses convictions quand les « géants » viendront lui proposer des milliards pour racheter son bébé…?
    Comme toutes ces « start up » du numérique réunies en ce moment à Las Vegas qui développent des trucs vachement chiadés mais qui finiront un jour par se retourner contre les usagers…
    Leurs meilleures inventions finissent toujours dans le domaine militaire…

  2. Mazer dit :

    Si on ne fait rien l’esclavage est en vue… Il y a un espoir : peut-être les gens feront-ils un triomphe à ce produit et donneront la force à ses auteurs de résister aux pressions de l’oligarchie au pouvoir !

  3. zorba44 dit :

    Au risque de passer pour un con (qui ne veut pas être asservi) le signataire se demande si le retour à l’ancien Nokia n’est pas la solution.
    Etre relié à un correspondant depuis près d’un siècle passe par l’échange vocal, si timbré dans ses vibrations personnelles et excessives.
    Et si vraiment ce n’est pas suffisant, une application, mais une seule : l’application email qui nous fait économiser le timbre poste.

    …Au final, confort de vie dans ses déplacements …suppression de l’esclavage qui consiste à se pencher sur le miroir déformant que constitue un smartphone.

    Bien sûr le monsieur Duval, il cèdera aux sirènes des milliards le moment venu …c’est du moins tant probable et ce serait …un pastis de plus dans le monde fou des affaires !

    Jean LENOIR

  4. Bougalouga dit :

    Vous avez depuis longtemps déjà le Fairphone, un smartphone (cher, certes) que vous pouvez doter de tous le nécessaire libre pour bien fonctionner et, bien entendu, sans la moindre trace de Google…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s