Amélie [de Montchalin], touche pas à mon compte courant !

Si j’ai bien compris, on va pousser les Français à placer leur épargne non plus dans du livret A, du PEL et de l’assurance-vie, mais dans des actions de (grosses) PME cotées en Bourse. Un vieux serpent de mer… Nous voulons réhabiliter le rendement et le “risque”, répète en boucle Amélie de Montchalin (comme si conserver son argent sur un compte bancaire ou une assurance-vie n’était pas aujourd’hui risqué). Questions : Cela se fera-t-il de façon libre ou contraignante ? Dans l’intérêt des Français et de leur épargne ou celui des marchés financiers et des banques zombies ? OD

« On a 1600 milliards d’euros dans les assurances vie en France et 400 milliards sur les comptes en banque. C’est 3 ans d’épargne non-allouée qui est sur les comptes en banque. La bonne nouvelle c’est que si vous êtes intermédiaire financier vous savez où trouver l’argent. »

« Chère lectrice, cher lecteur,

Cette petite phrase perdue dans un discours ennuyeux a été prononcée cette semaine par la député En Marche Amélie de Montchalin devant un parterre de banquiers et d’assureurs.

Elle est en train de leur demander de réallouer une partie de VOTRE épargne vers les PME françaises.

Mais pourquoi fait-elle sa demande aux banquiers et pas à vous ?

C’est votre argent tout de même !

Ils font déjà la guerre aux épargnants, à l’argent liquide, ils sabotent l’assurance vie et maintenant ils veulent prendre le contrôle de votre épargne.

Trop c’est trop.

Signez notre grande pétition contre la mainmise de l’État sur votre épargne.

VOTRE compte courant, c’est le leur

De son point de vue, la réponse est simple. Ce n’est pas à vous de décider où va votre argent mais à elle, aidée de son parterre de banquiers.

Faut-il d’ailleurs préciser que Madame de Montchalin travaillait chez Axa jusqu’à l’année dernière.

Vous comprenez mon bon monsieur, ma bonne dame, la finance c’est très compliqué, il vaut mieux que vous laissiez cela à des experts.

C’est LA fausse bonne idée, très TRÈS dangereuse du XXIe siècle. C’est même comme cela que l’on fabrique les crises financières :  en jouant avec l’argent des autres.

Mettez-vous à la place de votre banquier : s’il vous fait gagner de l’argent ainsi qu’à la banque, il touchera un gros bonus… Mais si il en perd encore plus, vous aurez tout perdu mais lui touchera tout de même son salaire, personne ne viendra l’embêter et il se trouvera une bonne excuse pour continuer à dormir sur ses deux oreilles.

Votre argent il s’en fout… On n’a jamais vu un banquier aller en prison.

Jean-Yves Haberer, le dernier président du Crédit Lyonnais a été condamné à un euro de dommage et intérêt pour une faillite qui a coûté 15 milliards d’euros à l’État, c’est-à-dire à vous et à moi… Il a même eu l’audace d’écrire un livre pour expliquer qu’il était un bouc émissaire ! Pauvre chouchou.

Et Daniel Bouton : le déprimant président de la Société Générale au moment de l’affaire Kerviel. L’affaire, a coûté la bagatelle de 5 milliards d’euros à la banque. Cela n’empêchera pas M. Bouton de toucher une retraite chapeau de 730 000€ par an de la part de la Société Générale.

Et cela se passe comme ça à tous les étages !

Les banquiers n’ont AUCUN intérêt à être prudent.

Ce n’est pas pour rien qu’il y a 1 000 milliards d’euros d’actifs pourris dans les banques européennes.

Mais vous, votre argent, vous savez pourquoi vous l’avez économisé, péniblement, euro après euro. Vous savez à quoi il est destiné, pourquoi vous en avez besoin. Des études, une maison, un revenu pour survivre, une association qui vous tient à cœur, un projet de vie ou de transmission…

C’est vous qui savez si vous pouvez ou voulez prendre des risques avec votre argent. Pas eux !

L’expérience le prouve 1000 fois.

C’est comme cela que l’on a eu la crise de 2008 et ils pensent encore que les mêmes causes produiront des effets différents.

Personne n’est plus qualifié que vous pour savoir ce qu’il faut faire de votre patrimoine.

Signez notre grande pétition contre la mainmise de l’État sur votre épargne.

Personne ne prendra la défense de votre épargne à votre place, mais si nous sommes suffisamment nombreux à nous mobiliser, nous pouvons arrêter ce désastre.

La réalité des PME européennes

Aujourd’hui ils viennent vous dire qu’il faut flécher votre argent vers une épargne « productive » et investir dans les PME de notre pays.

ATTENTION, ils ne parlent pas de n’importe quelle PME mais déjà d’entreprise importantes, cotées en bourse et dont vous devriez acheter des actions de toute urgence.

C’est une honte et une catastrophe !

Oui, le tissu des PME françaises se détériore. C’est vrai. Nous perdons nos industries et des pans entiers de savoir-faire.

Mais ce n’est pas à cause du financement !

Non seulement, les PME françaises peuvent lever des fonds auprès des banques à des taux dérisoires mais elles peuvent également, grâce au succès de la finance participative, émettre des obligations auprès des particuliers… Sans même passer par les banques.

Ce n’est pas le financement, le problème !

Ce n’est pas en flêchant VOTRE argent que l’on va aider des PME qui sont étouffées sous les charges, les normes et les rigidités d’un système dépassé et la concurrence déloyale organisée par une Europe autiste.

Amélie de Monchalin enrage que 400 milliards d’euros dorment sur vos comptes courants… Cela représente 3 ans d’épargne s’exclame-t-elle ! Oui. Cela représente également 3 mois de consommation des ménages. Est-ce si honteux que les familles aient 3 mois d’avance sur leur compte courant ? Ne voient-ils vraiment aucune vertu à la prudence et à la prévoyance ?

Madame de Montchalin a-t-elle bien pris la mesure des faiblesses de l’économie européenne : les difficultés d’Altice, la faillite du groupe Steinhoff (maison mère de Conforama) et celle de Carillion un grand groupe de services britannique.

Tous ces groupes ultra-financiarisés asphyxient littéralement leurs fournisseurs et les milliers de PME qui travaillent pour eux.

Et vous voudriez prendre notre argent pour le placer dans des PME côtées en bourse alors même que les marchés sont au plus haut et leur situation doublement fragilisées par les faiblesses des grands groupes et la remontée actuelle des taux d’intérêt ??

Bien sûr il existe des PME en France et en Europe qui mériteraient d’être soutenues, mais ce n’est pas à d’autres de décider ce que vous devez faire de votre argent !

L’État prélève déjà près de la moitié de vos revenus en impôts… Et ils veut encore contrôler votre épargne et votre compte courant ?

Il est tout simplement dégueulasse de jouer ainsi avec l’argent des autres.

Cette nouvelle forfanterie des pouvoirs publics et des banquiers de connivence est inacceptable.

Il est URGENT que le plus de monde possible soit informé afin de prendre les bonnes décisions.

Signez et partagez notre grande pétition :

Je compte sur vous pour faire suivre ce message autour de vous :

  • envoyez-le à votre carnet d’adresses ;
  • Partagez-ce sur Facebook et les réseaux sociaux grâce aux boutons en haut et en bas de cet article ;
  • Parlez-en autour de vous…

Si vous ne le faites pas, personne ne le fera à votre place et ils auront gagné une nouvelle bataille.

D’avance je vous remercie de votre aide et de votre engagement,

À votre bonne fortune »

Olivier Perrin, Le vaillant petit économiste, le 29 janvier 2018 (via Crashdebug.fr)

 

Rappel :

Bientôt la fin de la garantie généralisée pour l’assurance-vie en euros…

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Amélie [de Montchalin], touche pas à mon compte courant !

  1. zorba44 dit :

    D’ici peu on n’aura plus assez pour porter des sous-vêtements… Ils sont tous des enfoirés de chez brigands & Co !

    Jean LENOIR

    • enzo dit :

      De quoi vous vous plaignez l’ami? C’est Amélie qui est à plaindre…elle bosse et elle doit payer pour faire garder ses enfants vous vous rendez compte!

      Amélie de Montchalin, députée En Marche, est en galère : elle a payé 450 € de garde d’enfants « I want my money back »

      Lors de la réunion de son groupe le 7 novembre dernier, elle a déclaré : «En octobre, avec toutes les séances de nuit du projet de loi de finances, j’ai eu 450 euros de garde d’enfants. Alors, qu’est-ce qu’on fait ? Y aura-t-il bientôt une crèche à l’Assemblée ou doit-on demander à se faire rembourser les frais de baby-sitting ?»

      http://www.theprairie.fr/amelie-de-montchalin-deputee-marche-galere-a-paye-450-e-de-garde-denfants-i-want-my-money-back/

      • zorba44 dit :

        Qu’elle vende donc ses enfants dans un défilé de mode LOL…
        C’est proprement abject cette « de Mon C… » !

        Jean LENOIR

  2. téléphobe dit :

    Amélie de Monchagrin, ayez pitié de nous, pauvres ‘crons’ ;o)

  3. brunoarf dit :

    Dette publique des 19 pays membres de la zone euro : 9 742,140 milliards d’euros.

    Sur ces 9 742 milliards d’euros de dette publique, sept pays sont en faillite :

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 313,524 milliards d’euros, soit 177,4 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2283,869 milliards d’euros, soit 134,1 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 249,110 milliards d’euros, soit 130,8 % du PIB.

    4- Belgique : dette publique de 464,769 milliards d’euros, soit 107 % du PIB.

    5- Chypre : dette publique de 19,464 milliards d’euros, soit 103,2 % du PIB.

    6- Espagne : dette publique de 1136,171 milliards d’euros, soit 98,7 % du PIB.

    7- France : dette publique de 2229,736 milliards d’euros, soit 98,4 % du PIB.

    Vendredi 2 février 2018 :

    La prochaine crise pourrait menacer la cohésion de la zone euro (BCE).

    « La zone euro doit accélérer ses réformes pour éviter de frôler de nouveau l’éclatement à la prochaine crise économique », a averti vendredi un haut responsable de la Banque centrale européenne.

    « Même un léger ralentissement pourrait engendrer d’importants coûts économiques et sociaux » et « tester une nouvelle fois la cohésion de l’union monétaire », a déclaré Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE, lors d’une conférence à Ljubljana, en Slovénie.

    La croissance du PIB a atteint en 2017 son rythme le plus rapide en une décennie, à 2,5%, selon Eurostat cette semaine.

    Mais en dépit de l’embellie économique passée, « les défaillances institutionnelles qui ont provoqué et fait durer la crise n’ont toujours pas été résolues », a averti Benoit Coeuré.

    https://www.romandie.com/news/La-prochaine-crise-pourrait-menacer-la-cohesion-de-la-zone-euro-BCE_RP/886760.rom

  4. sarah bande dit :

    J’ai multiplié le capital de ma sarl par 4 pour financer de nouveaux développements , j’ai été étonné de voir que l’argent confié par mes nouveaux actionnaires ne peut pas être déduit de leur impôt sur le revenu comme cela peut se faire lors de la création d’une société. Mme monchagrin devrait commencer par ces petits mesures si elle veut que les français investissent dans les société de leur choix et correspondant à leur éthique.

  5. chris dit :

    Pouvez vous creer un autre lien, meme hors de france afin de pouvoir avoir acces à cette video ?

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s