Bienvenue dans l’asile de fous Monsieur Powell !

« Dur dur pour une première journée comme Chairman de la Fed ! Powell va regretter d’être venu !  Et Yellen, elle, elle doit être contente d ‘être partie, comme l’était Greenspan en son temps. Elle doit être en train de fêter cela avec son compère Bernanke, devant un bon verre de Merlot ou de Chardonnay en raillant ses malheureux successeurs.  Pour Powell, apprendre la langue de bois en une seule nuit sera difficile, on verra si il est doué. Gare aux bévues. Le code que l’on emploie dans le poste de Chairman et dans ces circonstances est à la fois simple pour ce qu’il faut dire et complexe pour tout ce qu’il ne faut pas dire.

La Fed a gonflé son bilan à 4,4 trillions en neuf années.

Depuis qu’elle a annoncé qu’elle voulait réduire la taille de son bilan, elle n’a réussi à vendre que 22 milliards. Quasi rien,  un montant ridicule. Et déjà le marché plie. Powell si il y connaît quelque chose doit être en train de se dire :  c’est mission impossible.

Yellen avait dit il y a quelque temps que réduire la taille du bilan de la Fed était une formalité, « aussi ennuyeuse que regarder sécher la peinture sur un mur ». « Watching paint dry » ! Powell doit se dire Dieu, mais cette peinture est magique on ne m’avait pas prévenu.

Le choix va être assez rapidement posé ; stopper ou non l’opération de réduction de la taille du bilan.

Continuer c’est prendre le risque de contribuer à la chute des marchés et de causer la récession.

Suspendre et le faire savoir, c’est reconnaître que la sortie était moins facile qu’on a essayé de le faire croire, c’est avouer que les problèmes et les coûts des politiques monétaires non conventionnelles sont devant et non pas derrière nous.

Comment se sortir du piège sans perdre la face ?

La Fed qui voulait réduire la taille de son bilan n’a réussi qu’à sortir 22 milliards ; « a rounding error », une erreur d’arrondi ! « 

Bruno Bertez, le 6 février 2018

Lire aussi :

Jerome Powell devient nouveau chef de la Fed

Avis de tempête sur Wall Street — comment le Dow Jones a subi la plus forte perte de points de son histoire

Le plongeon des Bourses mondiales vient d’annihiler 4000 milliards$

 

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Bienvenue dans l’asile de fous Monsieur Powell !

  1. rodez21 dit :

    22 milliards d’actifs cédés sur 4,4 trillions (ou 4400 milliards de dollars) soit 0,5 % du bilan de la FED et les marchés boivent la tasse.
    Et il s’agit juste de la 1ère couche (de peinture magique).
    Une simple formalité, effectivement.

    Monsieur Powell, juste un conseil, soigné vos EDL.

  2. zorba44 dit :

    Est-ce jour de rémission comme le veut la théorie boursière, ou, alors, a-t- on trouvé la magie pour tout faire repartir vers les espaces peuplés d’étoiles filantes ?!

    Jean LENOIR

  3. sarah vie dit :

    la photo a été prise dans quel EPAD ?

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s