Vers un nouvel ordre mondial (J.-L. Baslé)

Un nouveau « nouvel ordre mondial ». Multipolaire celui-là… OD

« Dans les quinze dernières minutes de son discours du 1er mars 2018, Vladimir Poutine a fait des révélations fracassantes sur les nouvelles armes russes. Il a mentionné, entre autre, un missile volant à 20 Mach, soit 24 500 kilomètres par heure, grâce à une enveloppe plasma. Ce missile et plusieurs autres rendraient le système de défense des Etats-Unis obsolète. L’annonce est si extraordinaire qu’on ne peut s’empêcher de penser qu’il bluffe. Peut-être, mais ce n’est pas dans son caractère, et il serait très irresponsable de bluffer sur un tel sujet. Qu’adviendrait-il de la Russie une fois le bluff découvert ? Se peut-il alors qu’il soit abusé par ses généraux ? C’est possible, mais peu probable. Qui souhaite avoir affaire à un Poutine furieux ? La raison nous incite donc à prendre ses affirmations pour argent comptant. La chose est trop sérieuse pour être prise à la légère.

Avec cette annonce, Vladimir Poutine met à bas l’ordre mondial que les néoconservateurs s’ingénient à créer depuis la chute de l’Union soviétique en décembre 1991 – rêve qu’ils avaient pratiquement réalisé sous Boris Eltsine mais qui s’évanouit avec l’arrivée de… Vladimir Poutine. On comprend donc la haine qu’ils manifestent à son égard. Hillary Clinton l’a comparé à Hitler, une affirmation parfaitement stupide que des têtes froides –Kissinger et Brezinski – ont d’ailleurs dénoncé. Le Pentagone a basé sa politique de défense sur la suprématie nucléaire avec le programme de Barack Obama de mille milliards de dollars sur trente ans pour moderniser la force de frappe nucléaire américaine. La  publication de la « Nuclear Posture Review » en février confirme ce choix délibéré. Il s’agit dans l’esprit des néoconservateurs d’amener Vladimir Poutine à plier devant la supériorité nucléaire américaine – une forme de chantage dont ils sont coutumiers.

Las. Ils n’avaient pas prévu qu’une nation dont le produit intérieur brut est inférieur à celui de l’Italie pourrait accomplir les prodiges annoncés le 1er mars. Peut-être auraient-ils dû prêter une plus grande attention aux propos du leader russe. A plusieurs reprises, il avait insisté sur l’importance que revêt la parité nucléaire garante à ses yeux de la paix mondiale. Ne pouvant se battre sur ce terrain en raison de ses ressources limitées, il en a choisi un autre – les missiles – où la Russie dispose d’un avantage comparatif, comme le démontra au grand étonnement du monde entier le vol de Spoutnik en octobre 1957. Une écoute attentive des propos de Vladimir Poutine aurait aussi appris à ses adversaires qu’il ne faut pas vivre dans le passé, comme il le dit à plusieurs reprises lors de ses entretiens avec Oliver Stone. Le passé c’est le nucléaire, l’avenir les missiles hypersoniques.

En dépit de cette supériorité stratégique, Vladimir Poutine déclare que la Russie n’a aucune ambition territoriale et n’utilisera ses nouvelles armes qu’en cas d’attaque. Toute attaque nucléaire sur notre territoire ou celui de nos alliés sera suivie d’une riposte immédiate et totale. Il invite ses partenaires américain et européen à travailler de concert à la résolution des défis auxquels le monde est confronté. Il ne peut s’empêcher de rappeler que par le passé personne ne l’a écouté mais qu’à l’avenir, la Russie devra être entendue, et les choses devraient changer. Elles devraient changer en effet avec l’émergence d’un nouvel ordre mondial, à moins que les néoconservateurs choisissent d’ignorer ses propos et s’en tiennent à la doctrine hégémonique définie par Paul Wolfowitz en 1992, et réaffirmée par William Kristol et Robert Kagan en 1997. Dans ce cas, il est permis de s’interroger sur l’avenir du monde… »

Jean-Luc Baslé, IVERIS, le 6 mars 2018

Ancien directeur de Citigroup à New-York
Auteur de  « L’euro survivra-t-il ? »

(via Réseau International)

Lire aussi :

Le nouvel arsenal nucléaire russe rétablit la bipolarité du monde

Rappels :

Comment Poutine a fait capoter le New World Order (M. Whitney)

Vladimir Poutine au Club Valdaï : La fin du monde unipolaire

Dans une guerre avec la Russie, l’OTAN n’a aucune chance

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Vers un nouvel ordre mondial (J.-L. Baslé)

  1. zorba44 dit :

    Bluffer …n’est pas dans la nature de Poutine que les merdias occidentaux continuent à essayer de démolir.

    Il est certain que travailler en silence et miser sur des choix technologiques qui ont vingt ans d’avance confère un avantage certain.
    Ce missile terrifiant n’est pas le seul. Il y a aussi des missiles qui dispersent plusieurs charges nucléaires dans plusieurs directions, un missile propulsé par un moteur nucléaire, un sous-marin capable de naviguer à une vitesse inégalée…

    Les américains sont, paraît-il, fous furieux…

    Ils feraient mieux de faire faire un virage à 180° à leur politique étrangère, rentrer dans le rang et se civiliser…

    Hélas la fureur n’est pas toujours propice à l’intelligence.

    Jean LENOIR

  2. A. Roche dit :

    A lire cet article et celui précédent de Bruno Guigue, on se dit que les Etats-uniens sont vraiment stupides, de grands enfants naïfs et stupides.

  3. Olaf dit :

    Excellent papier, merci!

  4. Deir Ez-Zhor Donbass dit :

    Tout est clair dans cet article mais le destin exceptionnel de l’Amérique fait qu’elle a encore besoin d’une guerre destructrice sur son sol pour tout comprendre.

  5. Mayor S dit :

    Seule la capacité démontrée de toucher au coeur l’Amérique, autrement dit son territoire même, peut la retenir de se lancer dans une attaque nucléaire « préventive » contre ceux qu’elle estime être ses rivaux stratégiques.

    Poutine et les Russes ont frappé un grand coup à cet égard.

  6. brunoarf dit :

    Italie : Berlusconi prêt à aider la Ligue à former un gouvernement.

    L’ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi (Forza Italia) déclare aujourd’hui dans une interview soutenir les efforts du chef de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, pour former le prochain gouvernement.

    « Dans le respect total de nos accords, nous soutiendrons loyalement les efforts de Matteo Salvini pour former un gouvernement », a déclaré Silvio Berlusconi dans une interview au Corriere della Sera.

    « Pour ma part, en tant que chef de FI (Forza Italia), je suis là pour le soutenir, pour garantir la solidité de la coalition, et pour tenir nos engagements auprès des électeurs », ajoute-t-il.

    Si le bloc de droite/extrême droite est arrivé en tête aux législatives de dimanche, avec 37,09%, la surprise est venue du parti de Matteo Salvini. Au sein du bloc, c’est la Ligue qui a fait le meilleur score, avec 18%, devant Forza Italia (14%). Le reste se partage entre Frères d’Italie et le petit parti Noi Con l’Italia (UDC).

    Prié hier de dire s’il était disposé à laisser émerger une candidature plus rassembleuse que la sienne pour la présidence du Conseil, Matteo Salvini a répondu « non ».

    Il avait déjà estimé lundi « avoir le droit de gouverner l’Italie ».

  7. Article 50 dit :

    Selon une vieille théorie la Russie constitue (avec une bordure sud où se trouve l’Iran entre autres) le « Heartland » doublée au sud du Rimland (Europe, Moyen et Extrême orient).
    L’ennemi séculaire des US est cette zone centrale, comme ils ne le peuvent pas la conquérir directement ils se rabattent sur le Rimland qu’ils essayent de contrôler par des moyens variés (économie, interventions militaires … etc) afin « d’encercler » le Heartland.
    C’est une théorie dont on dit qu’elle n’a plus cours et qu’elle est obsolète, cependant l’actualité géopolitique montre clairement le contraire.
    Pas étonnant que ce genre d’annonce puisse les « contrarier »
    Merci pour ce bon sujet !

    • 8parabellum8 dit :

      Merci à article 50 pour ce rafraîchissement de mémoire…

      Heartland & Rimland…

      La réalisation du projet sioniste est un nouvel ordre mondial.
      La mainmise sur le monde entier par les banquiers sionistes ashkénazes.
      Le modèle politique de ce système est MARXISTE FASCISTE.
      Appuyé par leur système bancaire-militaro-chimico-pharmaceutique.
      C’est la réalisation du système bolchevique étendu sur le monde entier et tenu d’une main de fer…

      Le sionisme avance au travers des actions des états nationaux en mêlant les intérêts sionistes aux intérêts géostratégiques des pays.
      Pour amener un pays à se défendre…
      Ils se servent de la force antagoniste pour y parvenir et embrouiller tout le monde dans cette mascarade.

      La théorie du heartland & Rimland est tout à fait compatible avec le projet global sioniste…

      « Qui contrôle l’Europe de l’Est, contrôle le Heartland
      Qui contrôle le Heartland, contrôle l’Ile-Monde
      Qui contrôle l’Ile-Monde, contrôle le Monde »
      Mackinder (1861-1947)

      Si l’Europe de l’Est paraît assez claire géographiquement, les deux autres termes semblent plus obscurs. Selon Mackinder, le Heartland est la zone qui s’étend de l’Arctique aux plaines d’Europe orientale, soit le territoire de l’Empire Russe au début du XXème siècle. Cet espace se trouve au cœur de l’Ile-Monde qui regroupe l’Europe, l’Asie et l’Afrique. La position insulaire du Royaume-Uni l’écarte de cet ensemble géographique et cet écart constitue un danger, face à une puissance continentale impossible à contenir. Selon Mackinder, si le Royaume-Uni n’arrive pas à empêcher l’expansion de la Russie notamment vers l’Ouest, il perdra son statut dominant. Ses idées ont eu un écho très important à Londres, et l’éclatement voulu de l’Europe de l’Est par les vainqueurs de la Première Guerre Mondiale en est un exemple. La création des états Baltes et de la Pologne ou l’éclatement de l’Empire Austro-Hongrois avaient pour objectif de créer une zone tampon entre l’Europe de l’Ouest et la Russie qui connaissait pourtant la révolution bolchévique.
      Le Rimland de Spykman : le fondement de la politique américaine pendant la Guerre Froide
      La montée en puissance des Etats-Unis au détriment du Royaume-Uni n’a pas fait disparaître cette théorie fondamentale. Les Américains se sont appropriés le rôle des insulaires menacés par une potentielle puissance continentale. La théorie de Mackinder fut reprise par le géopoliticien américain Nicholas Spykman (1893-1943). Selon lui, Mackinder se trompe sur l’importance du Heartland. Il considère également que la clé de la domination en Eurasie se trouve dans les zones périphériques : Europe de l’Ouest, Moyen-Orient, Inde et Asie du Sud Est. Il appelle cela le Rimland et résume sa théorie ainsi :
      « Qui contrôle le Rimland, contrôle l’Eurasie
      Qui contrôle l’Eurasie, contrôle la destinée du monde »
      Cette réflexion va avoir un écho considérable durant l’ensemble de la guerre froide. Pour contrôler l’URSS, les Etats-Unis doivent l’empêcher de se développer vers les périphéries de l’Eurasie et d’avoir accès aux mers chaudes. On parle de doctrine du « containment ». Le but est d’encercler l’URSS en nouant des alliances avec les pays limitrophes. Ce prisme donne un axe de compréhension supplémentaire à l’engagement américain en Corée et au Vietnam, à son soutien à l’Europe de l’Ouest, à la Turquie, au Pakistan ou au Japon, mais aussi à sa présence importante au Moyen-Orient.

      https://www.lopinion.fr/blog/relais-d-opinion/relations-americano-russes-siecle-theories-geopolitiques-service-115741

  8. Robert dit :

    Un nouvel ordre mondial, certes, mais les mêmes (la finance supranationale) resteront « aux manettes » !

  9. Trend dit :

    Coté propagante, la Russie avec la Chine restent au top.
    Si ce bouclier au plasame protège réellement le missille du frottement dans l’air ( mach 20 ), pourquoi ne l’utilise -t-il pas pour envoyer sur les fusées qui servent à envoyer des satellites?

    • zorba44 dit :

      Le plasma, selon un membre de la famille du signataire, plus qualifié que lui, est avant tout destiné à un brouillage électro-magnétique.
      A priori on veut rester en contact avec la fusée lancée pour poster des satellites en orbite…

      Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s