Le joueur de flûte cellulaire

« Ils trottinent dans les rues, se bousculent sur les trottoirs, le museau collé à l’écran riquiqui de leurs cellulaires. Ecran entre le réel et les autres et eux qui les rive dans l’univers artificiel et virtuel de leurs vies. Tels des rats dans des cages ils reçoivent des stimuli, pardon, des messages ou des alertes de leurs dix applis ouvertes en permanence, temps de sommeil inclus.

La première chose qu’ils ou elles font au réveil, avant le bol de café, est de lire puis répondre au smiley Pokemon reçu à 2 heures du matin et de sourire comme un benêt.

Ils ont acheté leur chaîne et la caressent à chaque instant et la contemplent comme on regarde un mur avec des graffitis à décoder. Ils ne savent plus aimer, plus se concentrer, plus réfléchir, plus rien sinon obéir tels des pantins à des vibrations et passivement être dans la réaction à des intrusions. Les nouvelles technologies les ont avalés, ont avalé leur humaine part d’eux mêmes, celles-ci ont et et sont créées par des êtres richissimes et malveillants qui interdisent à leur progéniture de trop s’en servir. Pas de tablettes chez les Gates ou les Jobs, mais des livres, des tas de livres dans la chambre des enfants. Pas de wifi à l’école, un tableau et des craies.

Se livrer aux cellulaires consiste à mourir un peu et le faire en consentant à sans le savoir. Les regards se vident et les mots deviennent creux pour ces millions de non êtres qui vivent ces non vies derrière ces écrans de nains de jardin. L’outil a pris le guidon et l’homo modernus se laisse mener comme un lapin crétin par le bout du nez. Sa parole s’est comme vidée, il ne fait que communiquer par abréviations et émoticonneries. Du Pixar dans les phrases, du Disney dans la langue française, des smileys, des selfies, des pokemon, des GIF.

Du rien.

Combien lisent, combien savent encore écrire. Point besoin de brûler comme dans Farenheit les livres vu que la plupart des gens n’en possèdent plus, l’esclave moderne a fait dans son immense majorité le travail des nazis dans les années trente tout seul comme un grand.

L’outil cellulaire est fait pour distraire c’est-à-dire sous le prétexte fallacieux de mieux communiquer et d’améliorer ton confort en te mettant wiki dans la poche te détourner de l’essentiel. Te couper de toi et des autres. T’aveugler tout en te balançant de sales ondes dans les neurones.

Télécharge une appli, coco. T’as signé à tous les coups, vérifie, un contrat avec Skype ou planetromeo qui les autorise à tout enregistrer, tes messages, tes sms, tes photos, tout ce qui est à toi est devenu contractuellement à eux. Tu dis que tu t’en fiches et que tu n’as rien à cacher, ce qui est triste car le sens de ce que tu énonces est que ton intimité est morte. Un être sans intimité est un être mort vivant. Un zombie.

Les voir par milliers marcher tels des zombies le nez sur ce petit écran fait songer à Walking Dead. Les gens dans les grandes villes se comportent pour beaucoup passivement comme des rats conditionnés et possédés, mal élevés pour certains, en tout cas paumés de chez paumés. Obligés de se mettre de la musique dans un casque pour ne pas entendre le brouhaha et les cris dans le métro ou sur les trottoirs du centre ville. Se couper de tout, s’enfermer dans une bulle aliénante au lieu de contempler et méditer. Si jeunes et déjà si vieux dans leurs têtes. Avec leurs Jobs inutiles et inintéressants au possible, compter, coder, vendre de la merde ou y contribuer pour enrichir encore plus une bande de porcs assoiffés de fric, et répéter des mantras pour s’auto persuader que ce qu’on fait est utile. Et attendre vendredi après midi pour sauter à pieds joints en hurlant OUIKENDE comme des gosses, pour aller dépenser ses sous avec des tas d’autres blaireaux à faire des trucs de maternelle … Tout en se disant libres … »

Christophe Cros Houplon, le 10 mars 2018

Lire aussi :

Addiction aux écrans chez les enfants : une expérience édifiante

Rappels :

L’addiction technologique et l’agenda du Nouvel Ordre Mondial (D. Henderson)

L’enfer des smartphones

Un ancien cadre de Facebook interdit à ses enfants de toucher à « cette merde »

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le joueur de flûte cellulaire

  1. Wallace dit :

    Un éveillé ce Christophe…je conseille ses vidéos youtube a tout le monde…il a oublie d être con lui…un être humain,un vrai.

  2. zorba44 dit :

    Oh comme c’est dit avec humour… C’est une belle piqûre de rappel.
    Mon opérateur m’intime l’ordre (c’est demain) de passer de 2g en 3 ou en 4g …beau eu dire que 3g ou 4g ça déglingue plus le cerveau : il s’en fout.
    C’est ça ou la perte de mon numéro de portable, celui qui ne me sert qu’à recevoir des messages codés pour la banque…

    Hasard, ce 15 mars donc …mais il fera beau voir que ma petite dernière ne sache pas lire et écrire en 3 langues. Elle a les neurones pour et je ne la laisserai pas avoir le cerveau râpé comme celui d’une Nabila !

    Jean LENOIR

  3. Dahlenn dit :

    Le cellulaire qui détruit les cellules… (neuronales)

  4. Pierre dit :

    Presque d’accord sur tout. Pour vivre et travailler à Paris, je confirme que porter un casque pour écouter de la musique ou pour ne rien écouter du tout est nécessaire : il y a un tel niveau sonore entre les travaux de BTP, les bruits des voitures et surtout des 2 roues motorisés, les jacasseries de voyageurs dans les transports en commun quand ce n’est pas le dernier clip de musique élaborée écoutée sur un cellulaire en en faisant profiter le voisinage… Oui le casque est vital en ville.

  5. Ping : Le joueur de flûte cellulaire — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie – INSURRECTION PACIFIQUE

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s