Vaccins : un rapport parlementaire italien explosif

« Si un militaire court un risque avec plus de 5 vaccins, nos enfants sont-ils vraiment en sécurité avec 9, 11 ou 21 (par ex. hexavalent 8 souches + Prevenar 13) ? »

« Que dira notre ministre de la Santé Agnès Buzyn des conclusions de ce rapport, elle qui déclarait encore il y a peu : « Nous avons la certitude que ces vaccins sont inoffensifs » ? »

« Au moment où la Commission à l’Environnement, la Santé publique et la Sécurité alimentaire du Parlement européen s’apprête à soumettre au vote une résolution sur « les réticences à la vaccination et la baisse du taux de vaccination en Europe », un pavé tombe dans la mare des certitudes vaccinolâtres.

Ce pavé, c’est le rapport officiel d’une Commission d’enquête parlementaire italienne rendu public le 7 février 2018. L’objet du rapport : comprendre les raisons de milliers de décès et de maladies graves chez les personnels militaires italiens affectés à des missions à l’étranger. Les experts ont pris en compte tous les facteurs de risques auxquels ils ont été exposés, au premier rang desquels l’uranium appauvri présent dans les bombes et d’autres agents liés à l’armement. Mais ils ont également analysé d’autres facteurs de risque, notamment pour les soldats jamais partis en mission, et l’un d’entre eux retiendra en particulier notre attention en ce moment : les vaccins.

Après 18 années d’enquête pour déterminer les causes de milliers de décès, cette Commission parlementaire a identifié un risque significatif de développer des cancers et des maladies auto-immunes après l’administration de vaccins combinés et multi-doses, tels que recommandés dans le calendrier de prévention militaire (p. 156 du rapport). Rappelons ici que les vaccins pour les militaires sont identiques aux vaccins pour les enfants (pp. 156-157).

Les résultats de l’examen de la Commission – dont les intérêts ne sont ni en faveur, ni opposés aux vaccins et qui ne peut être considérée comme « appartenant à des mouvements réticents à la vaccination », – sont un sérieux signal d’alarme dans le contexte actuel de l’extension des obligations vaccinales en Europe. Les éléments qui suivent devraient donc faire réfléchir à deux fois les autorités européennes :

La Commission n’a pas pu trouver une seule étude démontrant la sûreté des vaccins combinés (p. 154).

• La Commission a estimé que « la quantité cumulée des différents composants des vaccins dépasse les quantités autorisées pour les autorisations de mise sur le marché des vaccins monovalents » . Cela signifie que dans les vaccins combinés, la somme des adjuvants (par exemple, aluminium ou mercure), conservants et contaminants biologiques – virus, bactéries, mycoplasmes et mycobactéries, ainsi que l’ADN fœtal humain ou d’ADN animal, provenant des tissus organiques de culture pour la fabrication des vaccins – n’a pas été testée.

• « Les vaccins qui ont un nombre important de composants en termes quantitatifs, mais aussi en variété des composants étrangers, déterminent un nombre plus élevé d’effets secondaires. » (p. 139)

Entre autres, la Commission s’inquiète de l’usage et de la sécurité des vaccins à base d’adjuvants aluminiques (p. 160) (type vaccins « polio » hexavalents recommandés aussi chez les enfants), des quantités élevées d’ADN humain et animal retrouvées dans certains vaccins (ROR) et de la présence de nanoparticules inflammatoires polluant tous les vaccins. (pp. 157, 159, 165) »

Lire la suite sur Alternative santé

(via LIESI)

Rappels :

Obligation vaccinale : la guerre est déclarée

Serge Rader : « 11 vaccins obligatoires ? On marche sur la tête ! »

Innocuité des adjuvants vaccinaux : Agnès Buzyn ment

Aluminium dans les vaccins : le rapport qui dérange

Vaccin contre l’hépatite B : La Cour de Luxembourg reconnaît le lien avec la sclérose en plaques !

Les 11 vaccins, un cadeau de Macron à ceux qui ont donné du pognon pour sa campagne

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Vaccins : un rapport parlementaire italien explosif

  1. zorba44 dit :

    La Bousynée (qui a de la bouse plein la tête tout autant que des prébendes cachées) qu’en pense-t-elle ?
    Que dira-t-elle quand le scandale des enfants muti-vaccinés éclatera avec son holocauste de décès et d’invalidités lourdes ?

    Sera-ce une nouvelle fois comme pour le sang contaminé ?!

    Merde alors…

    Jean LENOIR

  2. Question dit :

    Verrai-je le procès et la condamnation de la buzyn avant de partir au paradis ? Ce serait une récompense terrestre .

    • Le dodo dom dit :

      Mais dans l’ordre chronologique, vous oubliez le fafa ? non lieu ou « bon boulot »? ceux qui ont été contaminés sont morts: c’est sans doute pour cette raison qu’ils se taisent! que font les familles? car moi, ça me ferait vomir, même avec le temps qui passe….

  3. brunoarf dit :

    Les néonicotinoïdes.

    A propos des néonicotinoïdes :

    Les néonicotinoïdes détruisent les insectes des campagnes françaises. Conséquence :

    Les oiseaux disparaissent des campagnes françaises à une vitesse « vertigineuse ».

    Ce déclin « catastrophique », un tiers en quinze ans, est largement dû aux pratiques agricoles, selon les études du CNRS et du Muséum d’histoire naturelle.

    Le printemps risque fort d’être silencieux. Le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) publient, mardi 20 mars, les résultats principaux de deux réseaux de suivi des oiseaux sur le territoire national et pointent un phénomène de « disparition massive », « proche de la catastrophe écologique ».

    « Les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse, précisent les deux institutions dans un communiqué commun. En moyenne, leurs populations se sont réduites d’un tiers en 15 ans. »

    Attribué par les chercheurs à l’intensification des pratiques agricoles de ces vingt-cinq dernières années, le déclin observé est plus particulièrement marqué depuis 2008-2009, « une période qui correspond, entre autres, à la fin des jachères imposées par la politique agricole commune [européenne], à la flambée des cours du blé, à la reprise du suramendement au nitrate permettant d’avoir du blé sur-protéiné, et à la généralisation des néonicotinoïdes », ces fameux insecticides neurotoxiques, très persistants, notamment impliqués dans le déclin des abeilles et la raréfaction des insectes en général.

    http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/03/20/les-oiseaux-disparaissent-des-campagnes-francaises-a-une-vitesse-vertigineuse_5273420_1652692.html

  4. viggo1 dit :

    A reblogué ceci sur Viggo's bloget a ajouté:
    Hélas nullement étonnant.

  5. Ping : La police britannique a trouvé le passeport de Poutine sur les lieux de l’empoisonnement à Salisbury | Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie – " LIBERTÉGÉRIE "

  6. Christ dit :

    Une preuve supplémentaire de l’action criminelle au plus haut degré des autorités médicales françaises.

  7. Jean-Claude dit :

    Vaccins obligatoires, école obligatoire à partir de l’age de 03 ans ?????,
    Les bactéries s’adaptent à l’hôpital. Sciences et Avenir avril 2018 Num 854
    Un entérocoque a développé une tolérance aux solutions Hydro alcoolique si celle-ci présentait une concentration en alcool inférieure à 25% (marché en pleine expansion depuis 2000.)

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s