Comment se comporteront les prix de l’or pendant la prochaine crise économique ? (B. Smith)

« Il est généralement bien connu dans les milieux économiques et dans le grand public que les métaux précieux, y compris l’or, ont tendance à être l’investissement de référence en période d’incertitude budgétaire. Il y a une bonne raison pour cela. Les métaux précieux ont des qualités de base qui assurent la stabilité du commerce ; parmi celles-ci, la rareté intrinsèque (plutôt que la rareté artificielle comme celle associée aux cryptomonnaies), la matérialité (vous pouvez tenir l’or dans votre main, et il est relativement difficile à détruire accidentellement) et la facilité d’échange des métaux précieux. Sauf si vous essayez de faire des transactions à l’étranger, ou si vous voulez en négocier pour des milliards de dollars, les métaux précieux sont la plate-forme de négociation la plus polyvalente et concrète qui existe.

Il y a certaines limites aux métaux, mais les critiques les plus souvent avancées sur l’or sont dans la plupart des cas infondées. Par exemple, considérons l’argument selon lequel les quantités limitées d’or et d’argent étouffent la liquidité et créent un environnement commercial où presque personne n’a de monnaie à échanger parce que très peu de gens peuvent se procurer des métaux précieux. C’est une notion naïve construite sur une erreur logique.

Les monnaies papier adossées à l’or ont existé pendant des siècles en tandem avec le commerce des métaux. La liquidité était rarement un problème, et quand de tels événements avaient lieu, ils ont été de courte durée. En fait, la dernière grande crise de liquidité s’est produite en 1914, l’année où la Réserve fédérale a commencé ses opérations et la même où la Première Guerre mondiale a commencé. Cette crise était, comme toujours, pratiquement fabriquée par les banques centrales du monde entier. Benjamin Strong, le chef de la Fed de New York en 1914 et agent du syndicat JP Morgan, avait interféré avec les opérations normales des flux d’or aux États-Unis et ainsi saboté les fonctions naturelles de l’étalon-or.

Les banques centrales d’Allemagne, de France et d’Angleterre ont également exercé une influence sur la circulation des devises et de l’or, provoquant une panique mondiale. Cette perturbation artificielle semble avoir eu lieu grâce à une coopération consciente entre les banques centrales. Est-ce que tout cela vous semble familier ?

Pour ceux qui sont intéressés, l’histoire de la crise de liquidité de 1914 est décrite en détail dans le livre Les seigneurs de la finance : Les banquiers qui ont brisé le monde de Liaquat Ahamed.

Lorsque l’or et la monnaie sont liés, les prix de l’or ont tendance à rester plutôt stables, car ils sont souvent fixés par le ministère des finances national. En 1914, le prix de l’or était de 20 dollars l’once et avait maintenu cette valeur approximative pendant des décennies. Pour donner une idée de cette valeur, en 1914, une maison moyenne coûtait 3 500 dollars, soit 175 onces d’or.

Mais que se passe-t-il lorsque l’or et les monnaies nationales se déconnectent les unes des autres ? Jetez un œil à la crise hyper-inflationniste de la République de Weimar en Allemagne. Le prix de l’once d’or est passé de 170 marks à 87 000 milliards de marks en cinq ans ! Au cours de cette même période de cinq ans, la valeur de l’or en Allemagne avait augmenté près de deux fois plus vite que le taux d’inflation, indiquant que l’or non seulement maintenait sa valeur malgré la dévaluation, mais rendait aussi tout détenteur d’or plutôt riche dans le processus.

C’est un fait très important. L’argument commun contre l’or est que le métal n’est pas vraiment un investissement de création de richesse, mais simplement qu’il protège votre pouvoir d’achat. Comme le montre la crise de Weimar, ce n’est pas toujours le cas. Dans certaines circonstances, souvent pendant les périodes de désastre économique, les métaux précieux peuvent en fait générer plus de richesse que ce que vous y avez mis.

Ensuite, il y a la question de l’ingérence du gouvernement sur les marchés de l’or et dans le commerce en période de crise. Alors que la Grande Dépression aux États-Unis commençait à prendre forme, les investisseurs se tournèrent agressivement vers l’or et l’argent pour compenser les valeurs de la plupart des autres actifs. Dans un mouvement très controversé en 1933, le président Roosevelt a mis hors la loi la propriété privée des lingots d’or et a fixé le prix de l’or à 35 $ l’once.

Des économistes keynésiens comme Ben Bernanke tentent souvent d’affirmer que l’étalon-or était la raison pour laquelle les taux d’intérêt devaient être haussés à mesure que la dépression augmentait, et que c’était la cause d’un plus grand krach. Ils n’ont qu’à moitié raison. L’augmentation des taux a en effet provoqué une crise plus importante et plus prolongée, mais cela n’avait pas grand-chose à voir avec l’étalon-or.

De toute évidence, en 2008, les États-Unis et la plupart des pays du monde n’étaient PAS dans un système basé sur l’étalon-or, mais nous avons subi un effondrement du crédit et des actions très semblable à celui de la Grande Dépression. En outre, il n’y a pas d’étalon-or obligeant la Réserve fédérale à augmenter les taux d’intérêt aujourd’hui, pourtant ils le font malgré l’avalanche d’indicateurs négatifs pour l’économie réelle.

Reste à voir si cela va provoquer une catastrophe économique encore plus violente, mais Jerome Powell, le nouveau président de la Fed lui-même, a prévenu en 2012 que c’était exactement ce qui pouvait arriver. Jerome Powell a déclaré en termes non équivoques que la hausse des taux se poursuivra sous sa direction en 2018.

Les banques centrales étaient les principales institutions à blâmer pour la Grande Dépression, pas l’étalon-or, en considérant le fait que les banques centrales ne suivaient PAS un véritable marché classique d’échange d’or au niveau international, et qu’elles tentaient plutôt d’établir un système global d’échange de multiples devises et d’or dans ce qu’elles ont appelé le « gold exchange standard ».

Ajoutez à cela les hausses inutiles des taux d’intérêt, car la déflation était en train de faire baisser les actifs, et vous avez une recette parfaite pour une calamité. Même Ben Bernanke, dans un discours en l’honneur de Milton Friedman en 2002, a ouvertement admis que la Fed était la cause profonde du carnage économique prolongé pendant la Grande Dépression :

« En bref, selon Friedman et Schwartz, en raison des changements institutionnels et des doctrines malavisées, les paniques bancaires de la Grande Contraction ont été beaucoup plus graves et répandues que cela aurait normalement eu lieu pendant un ralentissement.

Laissez-moi terminer mon discours en abusant un peu de mon statut de représentant officiel de la Réserve fédérale. Je voudrais dire à Milton et Anna : en ce qui concerne la Grande Dépression. Vous avez raison, nous l’avons fait. Nous sommes vraiment désolés. Mais grâce à vous, nous ne le ferons plus. »

L’utilisation de l’interdiction de l’or a eu des résultats mitigés. Évidemment, cela n’a pas empêché le train des calamités de la Grande Dépression. En fait, cela a probablement exacerbé les difficultés dans le commerce et l’épargne. Les marchés noirs ont pris le dessus et les métaux précieux ont été encore plus recherchés.

En ce qui concerne le crash de 2008 (un crash qui se poursuit encore aujourd’hui)  nous savons tous ce qui s’est passé avec les marchés de l’or. Dans la période précédant l’accident, de 2004 à 2008, l’or a doublé de valeur. Puis, après le crash initial de 2008 à 2012, il a encore doublé.

Malgré les prédictions des principaux opposants économiques, l’or ne s’est pas effondré à son niveau d’avant l’accident. En fait, l’or est resté l’un des acteurs les plus performants en investissement depuis des années.

La question est, que se passe-t-il ensuite ? En mettant de côté la confiscation de l’or comme facteur (un facteur que je crois impossible à imposer sur les marchés actuels) nous pouvons considérer que les mesures de relance massives constituent un moyen artificiel de soutenir un système financier déflationniste, ainsi que l’intervention de la banque centrale en général qui conduit à l’effondrement et une fuite vers des actifs tangibles comme l’or. Même avec la hausse des taux d’intérêt et la possibilité d’une flambée du dollar index, si le reste de l’économie est en forte baisse, les investisseurs et les autres se tourneront encore vers les métaux précieux.

Comme je l’ai mentionné dans les articles précédents, la réaction initiale des prix de l’or face à des hausses plus rapides des taux d’intérêt pourrait être négative. Cela dit, je ne crois pas que l’or chutera aussi radicalement que les économistes traditionnels l’espèrent. Une fois que les taux d’intérêt plus élevés auront tué la bulle boursière ainsi qu’une nouvelle bulle du logement et du crédit, l’or grimpera en flèche comme l’une des seules catégories d’actifs ayant une valeur réelle tangible ».

Brandon Smith, alt-market.com, le 13 mars 2018

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Comment se comporteront les prix de l’or pendant la prochaine crise économique ? (B. Smith)

  1. zorba44 dit :

    La seule peur à avoir, lors de l’effondrement cataclysmique des bulles qui se produira, c’est de ne pas détenir de métal. Peu importent les évolutions de cours à court terme !

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s