Nassim Nicholas Taleb n’a jamais emprunté un centime de sa vie

L’auteur des ouvrages Le Cygne noir et Jouer sa peau : Asymétries cachées dans la vie quotidienne révèle ce que c’est que de jouir de la véritable liberté financière.

Entretien avec Adrienne Westenfeld – Esquire

Les gens me demandent de leur livrer des pronostics économiques alors qu’ils feraient mieux de me demander quelles valeurs je détiens dans mon porte-feuilles d’actifs financiers. Abstenez-vous de dispenser vos conseils sur ce qui pourrait se passer dans le futur si vous êtes vous-même immunisé contre les conséquences de vos conseils. En français, ils utilisent le même mot pour décrire un portefeuille physique et un portefeuille d’actifs financiers.

Je n’ai jamais, jamais emprunté un seul centime. Les banques ne détiennent donc aucun historique de crédit à mon sujet. Pas de prêt, pas de crédit immobilier, rien de tout cela. Jamais. Quand j’étais sans le sou, j’étais en location. Je suis allergique à tout emprunt et j’éprouve du dédain pour les gens qui sont endettés, et je ne m’en cache pas.

Je suis la tradition romaine qui considérait que tout débiteur n’est pas un citoyen libre.

Je détiens des euros, des dollars et des livres sterling. Ce que je fais de mon argent est personnel. Les gens qui se vantent de donner leur argent aux organisations caritatives commettent une grosse faute de goût, à mon avis. Personne ne devrait parler en public de ses actions charitables.

Il vaut mieux passer à côté d’innombrables occasions que d’exploser en plein vol. J’ai appris cela lors de mon premier emploi, de la bouche du plus gradé des traders d’une banque new-yorkaise qui n’existe plus. La plupart des gens sont incapables de faire face à l’incertitude. Ils renâclent à prendre le moindre petit risque, mais sans s’en rendre compte, se lancent dans un risque énorme. Les hommes d’affaires qui vont de succès en succès adoptent exactement l’approche contraire : n’aie pas peur d’être souvent dans l’erreur, mais assure-toi qu’aucune d’elle ne soit de taille à être ta dernière.

Ne perd pas ton énergie dans les négociations, sauf si elles concernent de très gros montants. Choisis tes batailles : perd les petites et gagne les grandes.

Il n’y a rien de mal à être dans l’erreur, tant que tu paies le prix de tes erreurs. Les vendeurs de voitures d’occasion sont de beaux parleurs, sont convaincants, mais ils sortent toujours gagnants même si leur client est perdant après avoir écouté leurs conseils. Un baratineur n’est pas quelqu’un qui est dans l’erreur, c’est quelqu’un qui ne souffre pas des conséquences de ses erreurs.

Les gens « jouent moins leur chemise » de nos jours qu’il y a cinquante ans, voire vingt ans. De plus en plus de gens influencent le destin des autres sans avoir à payer le prix de leurs erreurs de jugement. Jouer sa chemise signifie que vous êtes exposé aux conséquences des risques que vous courez. Cela signifie que ceux qui prennent des décisions, dans n’importe quel corps de métier, ne devraient jamais être protégés des conséquences de leurs décisions. Point barre. Si vous êtes mécanicien sur hélicoptère, vous devriez voyager dans cet hélicoptère. Si vous décidez d’envahir l’Irak, ceux qui votent pour cette campagne militaire devraient avoir leurs enfants enrôlés dans l’armée. Et si vous prenez des décisions d’ordre économique, vous devriez subir les conséquences économiques de vos erreurs.

Quatre-vingt-dix-huit pourcent des Américains, qu’ils soient plombiers, dentistes ou conducteurs d’autobus, jouent tous leur chemise. Ceux dont il faut se méfier sont les 2%  restants, les intellectuels et politiciens qui prennent des décisions collectives sans jouer leur chemise, et qui créent le chaos dans lequel tous les autres doivent survivre. Il y a trente ans, l’Assemblée nationale française était composée de commerçants, de fermiers, de médecins, de vétérinaires, d’avocats de province, des gens qui étaient tous impliqués dans des occupations professionnelles quotidiennes. Aujourd’hui, cette assemblée est composée entièrement de politiciens professionnels, des gens complètement coupés de la réalité. La situation aux États-Unis est à peine mieux, mais prend le même chemin.

L’argent ne fait pas le bonheur, mais l’absence d’argent peut créer le malheur. L’argent donne accès à la liberté : la liberté intellectuelle, de conscience, de choix professionnel. Détenir assez d’argent pour pouvoir se permettre de dire à tous « allez-vous faire voir » demande énormément de discipline. Dès que vous dépassez ce montant, vous perdez votre liberté de la même manière que lorsque vous n’aviez pas assez de cet argent. Si l’argent est la cause de vos soucis, alors il faut restructurer votre vie.

L’argent que j’ai dépensé le plus intelligemment était sur des bouquins. Et ce sur quoi j’ai dépensé le plus bêtement ? Des bouquins aussi. De la même manière, je ne peux pas comprendre comment des gens peuvent dépenser de l’argent pour améliorer leur position sociale.

Si personne ne me verse de salaire, je n’ai aucun besoin de définir ma fonction sociale. Je trouve cela incroyablement arrogant de se définir comme un philosophe ou un intellectuel, donc je me définis comme un flâneur et je refuse les honneurs. Comme le disait Caton dans ses Distiques, mieux vaut se voir demander pourquoi il n’existe pas de statue à son effigie, plutôt que de se voir demander pourquoi il y en a une.

Nassim Nicholas Taleb est philosophe du hasard et de l’incertitude et expert en mathématiques financières. Il détient un MBA de la Wharton Business School et un doctorat de l’Université de Paris-Dauphine. Spécialisé dans le risque d’événements rares et imprévus, il a été courtier en bourse pendant 20 ans à New York et à Londres, période pendant laquelle il a acquis sa réputation de « dissident de Wall Street » sur les marchés financiers internationaux. Il a notamment adapté la théorie du « cygne noir » au domaine statistique et à la prise de décision sous incertitude.

Esquire, le 20 avril 2018

Traduit par Laurent Schiaparelli, relu par Cat pour Le Saker francophone.

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Nassim Nicholas Taleb n’a jamais emprunté un centime de sa vie

  1. xavib dit :

    Voilà une manière concrète et efficace de résister au système et de garder sa liberté, bravo Monsieur Taleb.

  2. Robert dit :

    Oui, l’indépendance financière est la base de la liberté… dans un système basé sur le crédit et la consommation. Mais encore faut-il avoir les moyens de cette indépendance, c’est à dire des rentrées financières forcément liées de près ou de loin au fonctionnement du système. On tourne en rond…

  3. nadine bourgeaud dit :

    les principes de Mr Taleb sont certes intéressants mais ce monsieur a eu la chance d’avoir des diplômes qui l’ont amené vers des gains d’argent suffisant pour , je suppose ,vivre de manière totalement indépendante.Quand il dit quand »j’étais sans le sou, j’étais en location » comment faisait -t-il pour payer une location sans argent?Donc pouvoir vivre sans dettes est certes la meilleure des philosophies mais sachez qu’aux USA environ 96 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté et que l’ultralibéralisme des banques centrales privées a entraîné un effondrement de la richesse des classes moyennes et cela va aller en s’amplifiant si bien que les gens en viennent effectivement à emprunter comme par exemple ces étudiants américains qui croulent sous les dettes pour avoir voulu faire des études!Or sachez que le crédit aux USA est un crédit à taux variable qui ne fait que gonfler la facture comme cela a été le cas des subprimes provoquant la crise de 2007-2008.Le système crée donc des conditions où les 1%voire les 0.1% s’enrichissent de manière exponentielle tandis que le reste de la population devient esclave de la dette à défaut de mourir de faim et dans la rue!C’est sûr les initiés du système ne font pas de crédit! Par ailleurs avec la création des banques centrales tenues par des mains privées pratiquant l’usure la majorité des gouvernements empruntent avec intérêts +++et donc ces dettes d’Etats sont reportées sur la population des pays.Donc le système est basé sur l’endettement et certains peuvent y échapper mais ils sont au sommet en général , les autres subissent

  4. Jojo dit :

    « Je suis la tradition romaine qui considérait que tout débiteur n’est pas un citoyen libre. »

    Putain, il faut avoir un sacré culot pour citer l’empire romain en matière de liberté et de crédit.
    C’est bien cet empire qui massacrait ses voisins et réduisait les survivants en esclavage ?
    C’est bien ce même empire qui pratiquait des taux usuraires (+ 20%) et qui en cas de non remboursement réduisait les enfants du débiteur en esclavage ?

    Etant un citoyen américain et un pur produit du système qui participe à son bon fonctionnement, oui, ce monsieur suit la tradition romaine.
    Et quand on voit son ascendance, il fait partie des 2%.
    Honte à lui…

  5. Nanker dit :

    « Aujourd’hui, cette assemblée [la notre] est composée entièrement de politiciens professionnels, des gens complètement coupés de la réalité. La situation aux États-Unis est à peine mieux, mais prend le même chemin ».

    Là c’est du grand n’importe quoi! Dès qu’il est élu un parlementaire américain passe son temps à chercher des sponsors et rassembler assez d’argent pour… payer la campagne de sa réélection. Autrement dit la corruption des élus de Washington est totale. Ils sont complètement dépendants des lobbyistes divers qui leur promettent de les $outenir à condition qu’ils votent « bien ».

    On n’en est pas encore là en France…

  6. brunoarf dit :

    Budget européen : la France, la Pologne, le Danemark, les Pays-Bas et l’Autriche sont contre !

    La Commission européenne a plaidé mercredi pour un budget de l’UE en hausse après le Brexit, mais avec des coupes dans des secteurs emblématiques comme l’agriculture, qui ont provoqué sans tarder le courroux de plusieurs pays dont la France.

    Les coupes dans la politique de cohésion, en faveur des régions les plus modestes, promettent elles un bras de fer avec les pays de l’Est, dont certains comme la Pologne se sentent aussi visés par le gel des aides aux pays violant l’Etat de droit, proposé pour la première fois par Bruxelles.

    Le Danemark, les Pays-Bas et l’Autriche ont de leur côté refusé de mettre davantage la main à la poche à l’avenir pour compenser le divorce avec le Royaume-Uni, qui laissera un trou annuel de « 15 milliards » dans le budget de l’UE selon le président de la Commission, Jean-Claude Juncker.

    https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/les-pays-de-l-ue-se-braquent-sur-les-budgets-post-brexit-f4bb223c7327d11828d9c0f1e63c845f

    • Trend dit :

      Supprimons l’aide à l’Espagne, et les pays de l’Est tous débiteur.
      Ainsi le budget sera en équilibre…

      • zorba44 dit :

        …supprimons carrément le budget et l’institution parasite européenne ! Tout ira beaucoup mieux !

        Jean LENOIR

  7. zorba44 dit :

    Il y a lieu d’apporter des atténuations aux positions d’un homme NNT, pour laquelle l’économie se réduirait à ne pas emprunter.
    Sans vouloir méconnaître le mérite de certaines de ses positions, le signataire est sceptique quant au financement d’un logement par emprunt bancaire…

    Première remarque : si on est impécunieux on ne paie qu’un loyer à son trottoir ! Certaines personnes ont des gains annuels supérieurs à l’achat de leur « demeure » …cela ne justifie, en aucun cas, qu’il faille pour la plupart des consommateurs un prêt partiel pour financer une acquisition immobilière.

    Une bonne méthode pour savoir si on peut acheter est d’épargner sur 4 ou 5 ans un apport qui va alléger la vie pour le cas, seulement, où le montant des termes de remboursement (constants) ne dépassent pas le montant loyer + montant épargné antérieur. Etre propriétaire à crédit pour l’achat de « sa maison » ou de « son appartement » est une bonne idée car s’il faut être primo-acquérant après vingt ou vingt-cinq ans d’efforts alors que les enfants sont grands, c’est être passé à côté de beaucoup de choses !

    Autre effet pervers : en cas de crise financière inopinée, mieux vaut avoir un reste de valeur immobilière que de voir partir en fumée toute son épargne, vaporisée parfois en quelques semaines.

    Pour l’automobile, les vacances …la baguette (humour) les autres positions de NNT sont pertinentes car on peut monter et descendre en puissance plus facilement avec ce qu’on a payé cash…

    Bon WE

    Jean LENOIR

    • Trend dit :

      Emprunter à taux, fixe à très long terme ( jusqu’à 30 ans) lorsque les taux sont bas est une aubaine.
      Chaque année vous remboursez avec de l’argent qui est dévalué de l’inflation!

      • zorba44 dit :

        A taux 100% fixes c’est mieux que vrai ! Pensez seulement à un budget entretien et réparations !

        Jean LENOIR

  8. zorba44 dit :

    Les conséquences de la vie financiarisée à outrance par le crédit, ont aussi quelques effets désastreux :

    https://www.wwf.fr/jourdudepassement
    (n’hésitez pas, amis, à télécharger le rapport : c’est glaçant !)

    Les politiques ont de grandes intentions, des effets d’annonce …et on butte sans arrêt sur les mêmes lobbies y compris ceux de l’Administration…

    Pour preuve, le signataire fait partie depuis l’origine de l’Association de Préfiguration d’Esprit de Velox, et est membre de son Conseil d’Administration (en tant que représentant familial du VELOX cette goélette légendaire, construite par les chantiers Augustin Normand du Havre, démantelée en 1914 à la mort de son grand-Oncle qui avait développé une avance technique et marine d’au moins trente ans à sa construction en 1875).

    Le VELOX est le seul yacht à voile privé, dont une grande maquette est exposée au Musée de la Marine avant que le signataire, votre serviteur, ne soit né… Le seul yacht privé à part une longue barque à rames impériales ayant été fabriquée pour les sorties aquatiques parisiennes de Napoléon III et l’Impératrice Joséphine …pas peut dire ! …découverts l’un et l’autre avec son Grand-Père alors qu’il avait une dizaine d’années.

    Depuis cinq ans un très talentueux marin et ingénieur, François Frey, a consacré son énergie et son talent, à réunir des équipes de jeunes talents scientifiques, des sciences de la vie et des arts, pour développer un catamaran de 55 m autonome 100 jours à la mer et à empreinte carbone zéro ( produisant une énergie 100% renouvelable par intégration de smart grids mettant en oeuvre plusieurs moyens de fabriquer son énergie – sans recharge à terre) – traitant tous ses effluents aussi.

    Enjeux des missions scientifiques pour sauver la mer, ses poissons, ses mammifères et tout son éco-système et transformer la flotte polluante des cargos et autres porte-containers et de tout ce qui navigue en navigation propre…

    Bref toute la reconnaissance dans le développement d’un projet entamé il y a cinq ans…
    du groupe ABB, leader mondial de l’énergie (plus de 220 000 salariés dans le monde) qui a cofinancé en crédit impôt recherche pour une partie significative d’une somme à huit chiffres (en euros) avec des entités commerciales pointues plus modestes mais non moins talentueuses, les jeunes talents dont François Frey qui a voulu que, seuls et encadrés, ils envisagent le futur de la navigation propre …la COP21 des dizaines de reconnaissance de sommités autour de la mer dont l’architecte naval François Van Peterghem, un visionnaire de la navigation du futur, la reconnaissance de la COP 21…

    …Tout ça, le signataire veut faire bref, buter sur un rejet du rescrit fiscal requis pour donner corps à la Fondation française en matière de déductibilité de dons.

    Peut-être un an de perdu (alors que nous avons même la reconnaissance officielle de la Fondation Suisse Picard – oui SOLAR ORBITER !) – en tant que projet phare pour l’avenir du monde…

    …Et vous comprendrez pourquoi la Terre n’en peut plus, elle qui préfère donner aux financiers qui ne produisent rien et non aux créateurs de la Société Civile qui ont besoin de l’argent des entreprises d’entrepreneurs qui veulent créer  » l’Avenir (qui censément) ne nous appartient pas car nous ne faisons que l’emprunter à nos enfants » pour reprendre Antoine de Saint-Exupéry.

    On tue la Terre par le crédit intempestif qui n’enrichissent que les financiers et crédits qui ne sont jamais consenti aux Entrepreneurs par des pleutres incompétents : c’est pour cela qu’il faut des Fondations disruptives du passé et non des bâtons qu’on leur met dans les roues.

    C’est bien un comble suicidaire ces comportements d’époques dont on nous fait croire qu’elles seront révolues…

    Jean LENOIR

    PS commentaires dédiés à la mémoire de Nikola Tesla, le génial inventeur en avance parfois d’un siècle sur son temps et mort pendant la deuxième guerre mondiale …aussi !

  9. josephhokayem dit :

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s