Israël veut la guerre, mais ses adversaires la lui refusent

Un excellent article de Bruno Guigue. OD

« Israël bombarde à nouveau la Syrie, Israël simplifie sa procédure d’engagement militaire, Israël accuse l’Iran de détenir l’arme atomique … Pas de doute, voyons : Israël, c’est la paix, l’amour entre les peuples et la lumière des nations. Entité métaphysique investie de prérogatives hors du commun, elle a le droit de bombarder qui elle veut quand elle veut. Pour obtenir cette impunité, il est vrai que l’Etat-colon a colonisé tout le monde : Washington, Paris, Londres et même l’ONU. En attendant, ce fauteur de guerre bombarde la Syrie, quitte à provoquer une escalade dévastatrice. C’est hallucinant, mais le tir de missiles du 30 avril est la centième opération israélienne contre la Syrie depuis 2013. Lorsqu’ils attaquent des installations militaires syriennes, pourtant, les dirigeants sionistes se doutent bien que Damas et Téhéran (également visé) finiront par répliquer. Il ne leur pas échappé qu’un avion israélien (deux, si l’on en croit certaines sources) a été abattu en février, ni que la DCA syrienne a repoussé la majorité des missiles lancés le 14 avril par le trio néocolonial (USA, France, GB).

Mais c’est un fait : aucune action de représailles n’a été engagée contre Israël pour ces agressions, ni contre les pays occidentaux pour celle du 14 avril. Directement visés par des actes de guerre, l’Iran et la Syrie observent une retenue qui provoque la perplexité de nombreux observateurs. Cette patience calculée, pourtant, l’agresseur aurait tort de la prendre pour un aveu de faiblesse. En matière stratégique, faire preuve de sang-froid n’est pas un défaut mais une qualité. Le provocateur cherche toujours à imposer son agenda. Lui répliquer sans attendre revient à accepter ses conditions. Il en va de même des provocations verbales, et on a vu avec quelle ironie Téhéran a répondu aux dernières accusations sur son prétendu programme clandestin. Ces « allégations éculées », a déclaré le ministre iranien des affaires étrangères, ne sont que le « bluff ressassé » digne d’un « garçon qui crie au loup ». Lorsqu’un Etat qui détient 300 têtes nucléaires soustraites à tout contrôle international fait la leçon à un Etat dépourvu d’arme nucléaire et soumis à un strict contrôle de l’AIEA, en effet, on se dit que la réalité dépasse la fiction.

Mais si l’Iran et la Syrie ne renvoient pas à l’agresseur la monnaie de sa pièce (du moins pas tout de suite) et se contentent d’une attitude défensive, c’est pour la simple raison qu’ils ne veulent pas d’une confrontation militaire avec un adversaire dont ils connaissent la folie meurtrière. Fruit d’une guerre coloniale, l’entité sioniste ne prospère qu’en rendant cette guerre perpétuelle, car elle justifie la violence structurelle exercée sur les Palestiniens – qu’Israël a spoliés – et sur tous ceux qui lui résistent dans la région. A l’opposé, l’Iran et la Syrie n’exercent aucune domination coloniale et n’agressent aucun Etat étranger. Loin de souhaiter la guerre, ces deux pays redoutent au contraire un embrasement général qui s’abattrait comme un fléau sur les peuples de la région. Victimes de la guerre et de l’embargo, la Syrie et l’Iran n’aspirent qu’à la reconstruction et au développement. S’ils s’abstiennent de répliquer aux agressions étrangères, c’est parce qu’ils ont d’autres priorités, et que le jeu, pour l’instant, n’en vaut pas la chandelle.

L’avenir dira s’ils ont eu raison, mais ces deux Etats privilégient à l’heure actuelle une stratégie défensive qui a fait ses preuves lors de l’agression tripartite du 14 avril. 70 % des missiles ennemis ont été neutralisés, et la défense antiaérienne syrienne dissuade désormais les aéronefs hostiles de s’aventurer dans l’espace aérien syrien. A propos de l’attaque israélienne du 30 avril, certaines sources évoquent l’emploi de missiles de moyenne portée dernier cri lancés depuis l’espace aérien jordanien. Ces missiles seraient capables, dans les conditions actuelles, de déjouer les radars de la DCA. Si cette information est exacte, c’est un nouveau défi lancé à l’armée syrienne et à ses alliés, notamment russes, qui ont déclaré qu’ils livreraient prochainement des S-300 à la Syrie. Quoi qu’il en soit, Moscou ne tient pas plus que Damas et Téhéran à ce que la confrontation actuelle dégénère en guerre ouverte. Son intervention militaire en Syrie a fait la preuve de son efficacité depuis octobre 2015. Mais il est clair que la Russie ne se laissera pas entraîner dans un conflit majeur sur un théâtre d’opérations éloigné du sol national.

On lit parfois que Moscou aurait passé un accord avec Israël l’autorisant à frapper le Hezbollah et l’Iran en échange de sa neutralité dans le conflit syrien. Aucune preuve n’a jamais été fournie d’un tel accord, et il est invraisemblable. La coordination opérationnelle entre les forces syriennes et alliées sur le terrain, de facto, interdirait ce double jeu. La Russie s’est engagée dans un conflit qui oppose l’État syrien et un terrorisme d’importation. Dans ce domaine, on ne peut pas dire qu’elle ait fait défaut à ses alliés : Daech est quasiment éradiqué, et ses multiples avatars sont mal en point. Mais Moscou évite soigneusement toute escalade avec les Etats de la région. La Turquie approuve les bombardements occidentaux sur la Syrie, mais cela n’empêche pas la Russie d’associer la Turquie aux négociations d’Astana. L’enchevêtrement des conflits dans la région brouille les pistes, c’est vrai. Mais nous sommes dans le monde réel. La force des choses conduit les uns et les autres à faire des compromis, et seul le résultat compte. Qu’auraient à gagner la Syrie et l’Iran à une guerre totale avec Israël et les USA ? C’est bien parce qu’ils n’en veulent pas qu’ils ne répondent pas aux provocations. Ils se réservent le droit de le faire au bon moment, celui qu’ils auront choisi. La victoire est une longue patience ».

Bruno Guigue, Agoravox, le 2 mai 2018

Lire aussi :

Israël vote une loi facilitant le processus de décision d’entrer en guerre

Netanyahu crie à nouveau au loup – Mais quelque chose d’important se prépare (Moon of Alabama)

S-300 en Syrie ? Panique en Israël

Rappel :

Moyen-Orient : le jour où l’équilibre stratégique a basculé

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Israël veut la guerre, mais ses adversaires la lui refusent

  1. zorba44 dit :

    Israël, lieras-tu ton sort à la guerre ? En quelques minutes ton pays sera embrasé par la puissance de feu nucléaire de l’Ours, de la Corée et de la Chine…

    T’es une merde fouteuse de merde Israël, du moins tes psychopathes de dirigeants que tu dois chasser : c’est ton problème !

    Jean LENOIR

    • zorba44 dit :

      …Eliras-tu une équipe de justes et de sages qui reconnaîtront tes lourds péchés ?
      …ET QUI SAURONT EFFACER TES TURPITUDES POUR RÉTABLIR LA PAIX.

      Jean LENOIR

  2. Eric83 dit :

    Effectivement, une riposte de la Syrie et/ou de l’Iran sur Israël risquerait d’engendrer un dangereux conflit militaire régional et peut-être mondial.
    La Russie, la Syrie et l’Iran jouent une partie d’échecs qu’il savent longue et qui nécessite parfois le « sacrifice » d’une pièce – ne pas avoir riposté aux derniers bombardements – pour améliorer leur position, prendre l’ascendant stratégiquement et gagner la partie, c’est à dire empêcher ou neutraliser toute agression militaire par Israël de la Syrie et/ou de l’Iran.

    • Juri dit :

      Le problème est qu’en face, ils ne jouent pas fair play et renverseront la table si la partie d’échecs tournait au désavantage d’israël 😉 … Puisque l’Iran et la Syrie refusent de répliquer, il est très probable qu’une « attaque » fabriquée, qui sera attribuée à l’Iran, au Hezbollah ou à la Syrie survienne à brève échéance. Les dernières déclarations israéliennes vont en ce sens et la fenêtre de dire est idéale au niveau de la situation politique US (pompeo et bolton aux commandes, trump à mi-mandat donc vulnérable aux pressions…)

  3. Justy dit :

    Malgré les menaces des Russes ,ceux-ci n’ont jamais contré les actes de guerre d’ Israël. Pourquoi ? On sait que Israhell existe grâce aux Britanniques, certes, mais aussi grâce aux énormes mensonges soviétiques .

  4. 8parabellum8 dit :

    Dormez bien…!
    La Russie attaquant Israël…???
    Affligeant de voir que certaines personnes puissent y croire…

    Il n’y a pas de contremesure à l’état sioniste.

    http://www.torah-box.com/news/actualite-juive/la-relation-speciale-de-vladimir-poutine-avec-les-juifs_5527.html

    Seule une guerre chaude dans cette région lèvera toutes ambiguïtés…

    • 8parabellum8 dit :

      « Quand un géant a mal aux pieds, il se soigne avec les remèdes de géant.
      Les microbes n’y survivent pas. »

      Le vent des Khazars – Marek Halter

  5. Martin_du_Gard dit :

    Bibi court aussi à la guerre pour tenter d’échapper aux tribunaux.. il a aux fesses des casseroles de corruption pleines à ras bord et ça commence à sentir très très fort…

    • zorba44 dit :

      C’est exactement cela et c’est bien ce qui est fou !

      Un dirigeant (lui-même complètement fêlé de la calebasse) peut mettre le monde à feu et à sang pour s’épargner les tribunaux.

      N’oubliez pas Macrophage pour qui le fumet du roussi commence, aussi, à se faire sentir avec ses comptes de campagne et l’affaire des ristournes…

      Jean LENOIR

      • Les « ristournes » Jean, c’est un peu l’arbre qui cache la forêt… Des « gestes commerciaux » sur lesquels les Français avachis fermeront bien volontiers les yeux.

        Pensez-vous, 200.000 euros ! Rappelez-vous Bygmalion ou même le PenelopeGate…

      • zorba44 dit :

        Oui ils ont quand même réussi à lobotomiser les cerveaux du plus grand nombre…

        Ceci dit taper sans relâche là où ça égratigne peut finir à sortir même un comateux de son état !…

        Mais pour un comateux tiré du sommeil combien de lobotomisés « endormis » à vie ?
        Là est la question !

        Amicalement

        Jean LENOIR

      • Bernie dit :

        Le « Penelopegate » et tout le reste… Fillon ne vaut pas mieux que Sarkozy qui ne vaut pas mieux que Macron, etc. etc.

      • 8parabellum8 dit :

        article du canard enchaîné du 25 avril 2018 :
        LA FOLLE ET SECRETE HISTOIRE DE LA VENTE D’ALSTOM A GENERAL ELECTRIC

        La vente en 2014 de la branche énergie d’Alstom à General Electric (GE) a été organisée par Bouygues et la banque Rothschild à l’insu du pouvoir politique, mais pas d’Emmanuel Macron, alors secrétaire général adjoint de l’Elysée et… ancien de Rothschild.

        La cession du géant français de l’énergie à GE pour 12,7 milliards d’euros. Près de la moitié du produit de la vente a été reversé aux actionnaires, dont 1,6 milliards au seul Bouygues. Les banquiers Rothschild et Bank of America, eux, ont empoché un quart de milliard de rémunération. A l’arrivée, le paysage décrit par Marleix évoque un désastre indusriel : la fabrication de chaudières nucléaires est aujourd’hui américaine.

        Scandale d’état sur la vente de ce fleuron industriel français, E. Macron aurait participé directement à la mort d’Alstom, Patrick Kron PDG du groupe Alstom n’aurait pas averti le gouvernement de la vente à Général électrique, A.Montebourg sort alors une carte de sa manche, un décret négocié avec le gouvernement et Alstom pour bloquer la vente … Hélas A. Montebourg n’est pas le seul dans ce dossier, le secrétaire général adjoint de l’Élisée E. Macron se déclare favorable à un rachat par Général Electric, le 5 novembre 2014, une fois ministre de l’économie à la place de Montebourg, E. Macron autorise la vente aux américains …

        Extrait de l’émission Spécial Investigation du 9 novembre 2016 – Anti-corruption, l’arme fatale américaine. Cet extrait montre la partie qui dénonce la responsabilité d’Emmanuel Macron dans la vente d’Alstom à Général Electric alors qu’Arnaud Montebourg avait bloqué la vente par décret.

        https://planetes360.fr/scandale-detat-macron-a-vendu-alstom-aux-americains/

        La question est…

        Dans la privatisation de la SNCF…
        Combien va empocher Rothschild…?

  6. josephhokayem dit :

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s