Que font les sociétés de leur cash ? Un texte pour mieux comprendre ce qui ne va pas

« La récente annonce par Apple de distributions et de retours géants aux actionnaires a une nouvelle fois attiré l’attention sur les buy-backs, les distributions de dividendes, les fusions-acquisitions, l’ingénierie financière.

Vous constaterez ci-dessous que les dépenses en investissement productif, en équipement, les dépenses en capital sont le parent pauvre dans les emplois de ressources des sociétés. Et c’est vrai non seulement aux USA, mais dans la sphère internationale du capital.

Aucun capitaliste ne se prive de la possibilité de gagner de l’argent, c’est la logique du système, gardez bien cela en tête. Ceci implique que les emplois de fonds sont motivés par la recherche du profit financier, monétaire maximum pour un risque donné. Ceci est particulièrement vrai en Bourse car si les managers n’obéissent pas à cette contrainte de profit maximum financier, alors ils sont sanctionnés.

La solidarité entre les capitalistes et les managers est assurée par l’alignement des rémunérations des managers sur la performance conçue comme création de Valeur Boursière.

A notre époque, les managers ont rejoint la classe des capitalistes avec qui ils partagent les gains et les accroissements de Valeur. Il y a une sorte de capital noir, occulte managérial, un peu comme il y avait dans le temps des parts de fondateurs, simplement ce capital managérial on ne le chiffre pas, on le maintient dans l’obscurité. En passant je soutiens qu’il y a un capital du même type chez les Hauts Fonctionnaires et chez toute la classe des fonctionnaires internationaux, européens, apatrides.  Et c’est ce capital qui explique leur solidarité de classe. Ils se nourrissent au même râtelier. Pourtant, c‘est lui, ce capital non identifié, qui fait que les rémunérations des managers aux USA sont 450 fois celles d’un travailleur de base. Et que les fonctionnaires internationaux ne paient pas d’impôts.

Cette affectation des fonds malthusienne  confirme ce que nous écrivons régulièrement à savoir que le  système bute sur un problème de profitabilité du capital, sur un problème d’opportunités rentables d’investissement insuffisantes, lequel est masqué par les ratios de bénéfices sur chiffres d’affaires tout à fait élevés. C’est un paradoxe mais il n’est qu’apparent et il signifie qu’il y a dans le système beaucoup, beaucoup de fonds qui prétendent au statut de capital, beaucoup plus que la rentabilité des investissements ne le permet. Il n’y pas assez de vrai profit à se partager, donc on se partage les signes fictifs du profit, les Valeurs Boursières. Face à une rentabilité des investissements productifs trop faible, les détenteurs de capitaux  jouent au Monopoly et se font du Ponzi entre eux. Ils ne créent pas de richesses, ils se les repassent à des prix de plus en plus élevés. Ceux qui vendent en fait bénéficient d’un transfert de richesse de la part de ceux qui a achètent à des prix surévalués et ceux qui garderont le bébé en dernier seront les dindons de la farce.

Bref, face à une profitabilité du capital productif insuffisante, les détenteurs de capitaux  jouent entre eux et c’est la plus grosse conséquence navrante des erreurs des Banquiers Centraux: ils alimentent le jeu. Ce jeu va un jour coûter cher. Il s’effondrera comme en 1719/1720 du temps de John Law et il sera terriblement  déflationniste.

La bourse ne crée pas de richesse, c’est par un contresens que certains le croient, la Bourse transfère, fait circuler des signes de richesses, des richesses papier, des richesses fictives, des richesses bidons. Seul le réel et l’activité productive des hommes créent des richesses.

Regardez le graphique ci dessous, il résume toute notre époque… il atteste de l’adéquation de mes analyses« .

Bruno Bertez, le 3 mai 2018

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Que font les sociétés de leur cash ? Un texte pour mieux comprendre ce qui ne va pas

  1. zorba44 dit :

    Seul le travail crée la richesse… A être sorti des fondamentaux le monde court au pain sec !

    Jean LENOIR

  2. Robert dit :

    Dire que les français ont élu à leur tête un parfait représentant de cette oligarchie financière ! Sans en mesurer les conséquences…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s