Comment les « black bloc » peuvent-ils exercer leur violence impunément ?

Des groupes de casseurs hyperviolents, “spontanés” et “désorganisés” qui rappellent étrangement les “no borders”, ces “anarchistes” à la solde de l’oligarchie mondialisteOD

« Les « black bloc » sont sortis de l’anonymat lors des manifestations violentes de Seattle en 1999 et depuis, ils sont de tous les combats contre les forces de l’ordre qui défendent, selon eux, les puissances oppressives. Le manifeste de Porto Alegre en 2005 a signé la naissance de l’altermondialisme qui a fédéré les luttes non violentes. Mais cette résistance politique a toujours été débordée par les black bloc.

Ces groupes de casseurs casqués et masqués, bien organisés et disciplinés (malgré leur haine viscérale de l’ordre), ont semé la discorde et cassé des vitrines dans les grandes villes occidentales qui accueillaient les G7, G9 et autres G20 dans la décennie 2000. Ces raouts mondialistes où se rencontre la crème de la domination mondiale, une espèce de Bilderberg mais avec des caméras, attiraient les opposants plus ou moins pacifistes, plus ou moins bien intentionnés.

Les peuples dominés découvraient que les politiques sociales et économiques ne se décidaient pas chez eux, avec leurs députés ou gouvernements démocratiquement élus, mais dans l’entre-soi de la dominance internationale. Notons que cette prise de conscience oppositionnelle est née avec l’Internet.

« Sans organigramme, ni figures centralisées, le black bloc est constitué d’individus et de groupes d’individus organisés ou non, sans appartenance formelle ni hiérarchie, tout de noir vêtus et masqués pour l’anonymat. Il est formé principalement d’activistes issus des mouvances libertaires et anarchistes. Avant et après une action, un black bloc n’existe pas en tant que structure organisée, il est “éphémère”. » (Wikipédia)

La structure de cette organisation de désorganisés rappelle étrangement celle des GIA algériens, une nébuleuse (dans tous les sens du terme) terroriste qui n’avait pas de tête ou qui en avait tellement, que cela permettait toutes les infiltrations, toutes les manipulations. Les troupes black bloc peuvent se déplacer d’un point à l’autre du monde malgré leur pedigree sans aucun problème. Ils ne sont jamais bloqués dans aucun aéroport, par exemple. Comme s’ils avaient un ange gardien, là-haut…

Justement, lors de leur dernier spectacle à Paris le 1er mai 2018, les BB ont pu tranquillement détruire un restaurant McDonald’s en plein cœur de la capitale. Les « secours » ont mis 45 longues minutes à venir, et beaucoup se demandent si ce décalage d’intervention n’aurait pas une raison supérieure. Toujours ces anges gardiens…

Pour faire bonne mesure, ces anarchistes expliquent leur geste et ce, au micro des journalistes de Yann Barthès qui ne sont pas vraiment versés dans la realpolitik. Et puis, ces hommes en uniforme noir qui sont du côté du Bien, c’est so romantic pour les doux genrés de Quotidien !

Les BB ou les vigiles inconscients de la Banque

Inutile de continuer à faire les ânes : les BB sont un groupuscule encadré par des officines qui tirent directement leurs ordres du PP (pouvoir profond) afin de radicaliser et démolir les luttes sociales en cours. On monte dans le train de la contestation et on le fait dérailler. Du pur sabotage oligarchique. Le BB est donc une sorte de RAID antisocial qui sort du néant au coup de sifflet des ingénieurs sociaux. Ce sont les contestataires de la contestation. Leur salaire ? La casse gratuite et l’impunité judiciaire. Et comme les BB vivent de rien dans leurs squats, qu’ils méprisent l’argent… Ce bénévolat très pur – pour ceux qui n’entravent pas la manip – est tout bénef pour les tenants de la Banque !

Naturellement, il y a de vrais casseurs dans le tas, mais les chefs sont tous au parfum. Même chose que dans les cellules terroristes : on trouve toujours des idiots prêts à faire le sale boulot et des salauds qui les envoient au charbon. Sauf qu’en matière terroriste, les idiots finissent sur le carreau, avec leurs victimes. Chez les BB, ça reste de la petite casse, mais suffisante pour calmer le gros du troupeau en cas de mécontentement. Et si ça ne suffit pas, « on » active une cellule terroriste qui lâche ses chiens affamés.

L’oligarchie dispose d’une jolie palette d’outils de répression sociale en fonction de la menace. Ce que la police ne peut pas faire, pour des raisons morales ou légales, ce sont ces groupuscules d’insécurité « privée » qui s’en chargent ».

Egalité & Réconciliation, le 4 mai 2018

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Comment les « black bloc » peuvent-ils exercer leur violence impunément ?

  1. Bernard dit :

    « Notons que cette prise de conscience oppositionnelle est née avec l’Internet » : Exact. Il fallait bien développer un canal (qui a développer l’ ancêtre de l’internet déjà ? Ah merde…) sur lequel on permettrait aux gueux de hurler leur rage… Ça leur permet de se défouler avant qu’ils ne retournent au charbon. Et accessoirement de repérer les réfractaires à surveiller. Le système englobe tout, y compris à générer sa propre opposition…pour mieux l’entuber… Merci pour votre article.

  2. zorba44 dit :

    La journée Macron du 5 mai voilà qui va être « intéressant » : mais « ils » ne démonteront pas l’Elysée comme un MacDo.

    Rotent et Chient n’en ont pas donné l’ordre !

    Jean LENOIR

  3. brunoarf dit :

    A propos des Black blocs du 1er mai :

    Violences du 1er-Mai : centralien, fils de chercheur au CNRS, fille de directeur financier … des prévenus aux profils étonnants.

    Les premières comparutions immédiates après les violences du 1er-Mai à Paris ont eu lieu le jeudi 3 mai. Devant le tribunal, le profil de certains prévenus est étonnant : parmi eux, un centralien payé 4 200 euros par mois.

    Dans le box, un jeune homme de 29 ans, t-shirt blanc, diplômé de l’École centrale, consultant. Son salaire mensuel s’élève à 4 200 euros. Son casier judiciaire est vierge. Le jeune homme est calme, poli.

    A côté de lui, à peine plus jeunes, un homme et une femme, en veste de survêtement. « Vous vous appelez Anne ? », demande la présidente. « Non, j’ai menti : mon vrai prénom, c’est Andréa », répond-t-elle. Cette Française a aussi déclaré précédemment aux policiers qu’elle était Suédoise.

    Son voisin explique aussi avoir donné une fausse identité « dans la panique de la garde à vue ». Une garde à vue qui a duré 48 heures pour ce fils de chercheur au CNRS et cette fille de directeur financier.

    https://www.francetvinfo.fr/decouverte/1er-mai/violences-du-1er-mai-centralien-fille-de-chercheur-au-cnrs-des-prevenus-aux-profils-etonnants_2736481.html

  4. brunoarf dit :

    « La fête à Macron » : 38.900 manifestants à Paris d’après le comptage réalisé pour le collectif des médias.

    Selon Occurence, 38.900 personnes ont manifesté ce samedi à Paris pour «La fête à Macron».

    Ce système de comptage a été mis en place par un partenariat entre 19 médias et le cabinet spécialisé Occurence.

    Selon le pointage réalisé par le cabinet Occurence (depuis le 243 rue de Saint Martin dans une chambre d’hôtel face au 66 rue Réaumur) pour le collectif des médias, il y avait précisément 38900 manifestants à Paris.

    • zorba44 dit :

      Les « oeillères » d’une fenêtre d’hôtel et la foi dans les chiffres envoyés ci et là : mon oeil !….
      C’est vendu combien cette plaisanterie ?!

      Jean LENOIR

  5. Robert dit :

    Il est à craindre que ce genre de contestation violente ne se développe dans les années à venir. De plus en plus de personnes se rendent compte que les peuples sont manipulés -exploités- par des politiciens au service de financiers mondialistes : un début de lucidité collective. Une majorité est, pour le moment, résignée. Une minorité se révolte…

  6. brunoarf dit :

    Dimanche 6 mai 2018 :

    Les rémunérations des patrons du CAC 40 en hausse de 13,9 % sur un an.

    Les patrons du CAC 40 ont gagné en moyenne 5,07 millions d’euros en 2017.

    Avec la reprise de la croissance économique, les rémunérations des dirigeants des plus grandes entreprises françaises ont progressé de 13,9 % sur un an.

    Après une année de pause, la rémunération des grands patrons du CAC40 est repartie à la hausse.

    En moyenne, selon une étude pour le Revenu réalisée par la plateforme digitale Ethics & Boards, les principaux dirigeants des grandes entreprises ont progressé de 13,9 % sur un an en 2017.

    La rémunération moyenne, qui comprend la part fixe, la part variable et les stock-options, est de 5,07 millions d’euros, contre environ 4,5 millions l’an dernier.

    Avec des écarts de un à six : Eric Olsen, le patron de Lafarge, prend la tête du classement avec une rémunération de 11,20 millions d’euros, contre 1,75 million pour Stéphane Richard, le PDG d’Orange.

    http://www.leparisien.fr/economie/les-patrons-du-cac-40-ont-gagne-en-moyenne-5-07-millions-d-euros-en-2017-06-05-2018-7701249.php

    • zorba44 dit :

      Mais que c’est mesquin ce 13,9% …on aurait pu arrondir à 15% voire un 20% tout rond et grever les retraites d’une diminution du même pourcentage !

      Jean LENOIR

  7. Oz dit :

    Les Black Blocs rappellent « Les armées secrètes de l’OTAN ». Conférence du Dr Daniele Ganser sur ce sujet :

  8. Ping : Comment les « black bloc » peuvent-ils exercer leur violence impunément ? — – INSURRECTION PACIFIQUE

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s