Ce que Washington veut vraiment de l’Iran

Derrière l’Iran, il y a la Syrie d’Assad. Derrière la Syrie, la Russie de Poutine. Et derrière la Russie… OD

« Il a fallu 13 jours aux Américains pour décliner leurs véritables intentions. E. Macron avait un peu vendu la mèche en laissant entendre que le véritable objectif de Washington était non de déchirer le Traité de 2015, mais de le renégocier avec des termes nouveaux.

Une dépêche est venue confirmer aujourd’hui cette information.

Parmi les 12 conditions édictées par les Etats-Unis, il y a la principale : le retrait des forces iraniennes de Syrie pour que les occidentaux achèvent de réaliser le but derrière lequel ils courent depuis 2011, abattre le régime de B. El Assad, « mettre de l’ordre » au Liban (détruire Hezbollah et effacer la défaite israélienne de 2006) et surtout bouter la Russie de Poutine de Syrie et donc de Méditerranée, en attendant de le faire définitivement disparaître du Kremlin.

Évidemment, Washington et Israël peuvent toujours rêver…

Pour les détails de cette histoire, je vous joins un papier publié il y a à peine 3 jours qui tente de rendre raison de ces événements ».

Trump dénonce unilatéralement le Traité signé avec l’Iran : L’impérialisme, stade suprême de l’illégalité et de l’injustice

Mercredi 14 juillet 2015. Après 21 mois de négociations internationales acharnées pour empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique Il avait été signé par le groupe dit « 5+1 » (les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité plus l’Allemagne)

Mardi 08 mai 2018. Donald Trump depuis la Maison Blanche annonce le retrait pur et simple des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien avec un retour de toutes les sanctions américaines. « J’annonce aujourd’hui que les Etats-Unis vont se retirer de l’accord nucléaire iranien ». Il tiendrait ainsi quinze mois après son arrivée au pouvoir, une promesse de campagne. Précision : toutes sortes d’obstacles ont été dressées pour compromettre la concrétisation de la plupart des dispositions du traité signé. L’Iran n’en ayant en fait que peu bénéficié.

Justification : « Aujourd’hui nous avons la preuve définitive que la promesse iranienne était un mensonge », martèle D. Trump indiquant que l’armement atomique ne justifie pas seul sa décision. Il ajoute : « Le futur de l’Iran appartient à son peuple » qui mérite un « meilleur » gouvernement. Washington veut donc aussi faire tomber le régime iranien. Cela signifie que les Etats-Unis n’ont en réalité toujours pas digéré la perte humiliante de l’Iran du Shah au cours de l’hiver 1979, à peine 4 ans après leur débâcle à Saïgon (aujourd’hui «Hô-Chi-Minh-Ville»).

« Nous allons instituer le plus haut niveau de sanctions économiques et toute nation qui aidera l’Iran dans l’acquisition de ces armes pourra être aussi sanctionné sévèrement par les Etats-Unis ». L’aide à laquelle fait référence D. Trump, comprend toute relation sous quelque forme que ce soit, (militaire bien sûr, mais aussi économique, financier, technologique…) qu’une entreprise ou pays entretiendrait avec l’Iran qui concourrait, directement ou indirectement, à permettre à ce pays d’accéder à la maîtrise de l’armement atomique.

Vendredi 11 mai. Soit trois jours plus tard, le responsable des inspections au sein de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le Finlandais Tero Varjoranta, annonce sa démission surprise, relayée par l’agence onusienne, sans en donner la raison à Vienne, où elle a son siège, dans un singulier silence médiatique.

Le directeur général de cette agence l’AIEA Yukiya Amano a pourtant confirmé ce mercredi 09 mai que l’Iran remplissait ses « engagements en matière de nucléaire », conformément à l’accord signé avec les grandes puissances, précisant que « l’Iran est soumis au régime de vérification le plus fiable du monde en matière de nucléaire ».

Cela n’a pas empêché les Etats-Unis de se retirer du Traité tout en exigeant que les inspections de sites nucléaires iraniens se poursuivent. « Nous devons être en mesure d’aller sur un site et de vérifier ce site. Nous devons être en mesure d’aller dans leurs bases militaires pour voir si oui ou non ils trichent », réclame, jeudi 10 mai, Donald Trump qui cyniquement d’un côté renie la signature de son pays, mais de l’autre impose à son ancien co-contractant le respect d’un traité qu’il ne reconnaît plus.

Comment peut-on accueillir sur son sol le concert des nations et en bafouer les lois et règlements ?

Lire la suite sur Le Quotidien d’Oran

(via Alter Info)

Lire aussi :

« Qui êtes-vous pour décider pour le monde ? » : l’Iran répond aux 12 exigences des Etats-Unis

Rappels :

John Bolton menace l’Europe de sanctions pour n’avoir pas violé l’accord avec l’Iran

Iran : La France pousse pour une riposte européenne aux sanctions américaines

Washington donne de 3 à 6 mois à Renault, à PSA et aux autres entreprises françaises pour « sortir » d’Iran

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Ce que Washington veut vraiment de l’Iran

  1. zorba44 dit :

    Gros porc veut faire la nique à l’ours … Attention au coup de patte qui te fera sortir la cervelle et les yeux de la tête…

    Jean LENOIR

  2. xavib dit :

    Ces gros lourdingues de Ricains écrasent tout sur leur passage : à moi l’oseille, et moi le pouvoir, à moi l’Univers… Celui qui n’est pas d’accord je le bombarde, je le torture, je le massacre, je le renverse !!!!

    J’ai sur la langue un mot qui me démange à leur endroit mais je me retiendrai pour la décence de ce blog…

  3. Bernie dit :

    Les caniches remuent la queue, ils font tout ce qu’ils peuvent pour contenter leur maître, ouaf ouaf !

    https://www.challenges.fr/top-news/la-france-prete-a-renforcer-les-sanctions-contre-le-venezuela-declare-le-drian_589111

  4. zorba44 dit :

    Le sujet de l’Iran mérite une réflexion plus contrarienne.

    Washington n’obtiendra plus rien car il prend de plus en plus de déculottées politiques, militaires et commerciales. Washington est devenu une sorte de calebasse qui fait du bruit, beaucoup de bruit mais qui, à chaque coup, recueille plus d’antagonisme.

    Les Russes n’ont même pas peur, car leurs armes leur donnent la suprématie et continueront à leur donner. Poutine n’annonce jamais rien au hasard …y compris des développements ultérieurs.

    Sans prendre de gants le même Poutine a plusieurs fois exposé les malversations et fakes de l’Occident et il a, certainement, des cartes en réserves comme beaucoup d’internautes qui incluent jusqu’aux frasques pénalement condamnables du Duck..

    Le cordon sanitaire de la Russie comprend tous les états riverains que le petit aigle voudrait mettre à feu et à sang avant d’en coloniser les ressources : il ne sera pas permis d’y toucher, tout simplement parce que l’Ours ne se laissera pas anéantir.

    Pendant ce temps-là les fondamentaux financiers ricains n’en finissent plus de gonfler et, dans l’indigestion, leurs partenaires anciens dégueulent tous les dollars qu’ils peuvent en mettant de plus en plus de barrières à son utilisation et de systèmes de paiements alternatifs.

    Les menaces des ricains en arrivent même à faire sourire le signataire car elles sont contradictoires, contre-performantes et ne portent en elle que le délitement de l’Amérique. En un sens c’est moralement une bonne nouvelle !

    Jean LENOIR

  5. Nanker dit :

    « Attention au coup de patte qui te fera sortir la cervelle et les yeux de la tête… »

    Il n’y aura pas de guerre : Poutine va tirer le tapis de dessous les pieds de l’Oncle Sam en dynamitant le Dollar et les Ricains vont lourdement chuter sur leur cul. Regardez le billet sorti auj sur Zerohedge : la Russie a encore battu ses records d’achat d’or (du physique hein, pas des ETF). Chaque tonne de métal jaune achetée par Moscou vaut tous les missiles ballistiques intercontinentaux car c’est un coup de poignard dans le coeur du Dollar-roi.

    Il y a EXACTEMENT 100 ans les USA prenaient la tête du concert mondial (essentiellement grâce au suicide des grandes nations européennes…). Je pense que les vents porteurs de l’Histoire sont en train de tourner et que le déclin réel, évident, indéniable, des Etats-Unis va commencer cette année. Poutine entame son dernier mandat et je suis sûr qu’il ne quittera pas le Kremlin avant d’avoir lancé le dernier grand projet de sa vie d’homme politique : faire mettre un genou à terre aux Ricains et les voir refluer (comme de forcer une pieuvre à replier ses tentacules).

  6. 8parabellum8 dit :

    La meilleure assurance vie du dollar c’est Israël…
    Qu’on le veuille ou non…

    Il va bientôt leur donner le Golan…
    https://francais.rt.com/international/50961-washington-reconnaitrait-souverainete-israelienne-sur-le-plateau-du-golan

    Et pourquoi pas après tout…
    Il y’a jurisprudence si on peut dire…
    Souvenez-vous de l’annexion de la Crimée…
    La jurisprudence est Russe…la bonne blague…

    Qui contrôle le golan contrôle l’eau en Israël…

    Le dollar a encore de beaux jours devant lui…
    L’euro par contre…

    « Qu’ils aillent mille fois en enfer» : le message d’un ministre israélien à l’Union européenne »

    https://francais.rt.com/international/50934-mille-fois-enfer-

    On y va …on y va…

  7. Nanker dit :

    @ 8parabellum8 :
    c’est exactement ce qu’ils veulent que vous pensiez : que l’équilibre du monde est intangible, que les USA seront toujours là , à se comporter comme des petites frappes et à faire régner LEUR ordre. Qu’il est donc inutile de même imaginer qu’un ordre mondial différent alternatif puisse se mettre en route.
    N’ayez pas une mentalité d’esclave, pensez l’avenir, ne le décalquez pas des conditions présentes…
    Je continue de penser que les USA en tant que puissance hégémonique sont arrivés au bout de leur course. Ils sont en train de s’écrouler et ils vont bientôt (5-10 ans) subir la loi qui – paradoxalement – leur a permis de s’imposer sur la planète. A savoir : « nous ne sommes pas les plus vertueux, en fait nous sommes une belle bande de voyous, mais comme nous sommes plus gros que vous vous allez vous écraser ».
    Et qui va imposer la « lex americana » aux Américains? Les Chinois bien sûr! Plus gros, plus agressifs, plus vulgaires, plus violents, plus nombreux…

    Au fait, tout le monde a déjà oublié le bouquin de Todd «Après l’empire» sorti en… 2002?
    A l’époque Todd passait soit pour un dingue, soit pour un suppôt de la Russie… comique!

    Extrait : « Les États-Unis sont en train de devenir pour le monde un problème. Nous étions plutôt habitués à voir en eux une solution. Garants de la liberté politique et de l’ordre économique durant un demi-siècle, ils apparaissent de plus en plus comme un facteur de désordre international, entretenant, là où ils le peuvent, l’incertitude et le conflit ».
    Même Emmanuel « I love America » Macron en conviendrait!

    • 8parabellum8 dit :

      L’équilibre du monde sera intangible tant que le monde ne sera pas totalement et irréversiblement sous la coupe du pouvoir bancaire sioniste ashkénaze…
      Cette ère s’appellera le Shalom juif…

      L’état est un absolu.

      Extrait du livre :
      Le pouvoir secret américain.
      L’ordre des Skull & Bones de Antony C. Sutton

      Comment un objectif commun peut-il subsister quand les membres agissent manifestement en opposition les uns envers les autres ?

      La tâche la plus difficile que nous ayons est probablement de faire comprendre à notre lecteur cette observation fondamentale :
      L’objectif de l’ordre ne se situe ni à « gauche »,ni à « droite ».
      La gauche et la droite sont des leviers artificiels permettant d’imposer des changements,
      Et les extrêmes politiques de la gauche tout comme ceux de la droite sont des éléments nécessaires à un processus de transformation contrôlée.

      La solution de cette énigme politique de façade doit être trouvée dans la logique hégélienne.
      Rappelons-nous que Marx et hitler – relevant respectivement de l’extrême-gauche et de l’extrême-droite – présentés par les manuels scolaires comme d’irréductibles ennemis,
      Ont tous deux raisonnés à partir d’un même système philosophique :
      L’hégélianisme.
      Cela fait grincer des dents les intellectuels qui s’intéressent au marxisme et au national-socialisme,
      Mais ce fait est bien connu de tout étudiant en sciences politiques.

      La méthode dialectique n’est pas née avec Marx, comme les marxistes le prétendent.
      Elle est née avec Fichte et Hegel, à la fin du XVIII siècle et au début du XIX , en Allemagne.
      Au sein de la méthode dialectique, l’affrontement des contraires provoque une synthèse.
      Par exemple, un conflit politique entre la gauche et la droite produit un tiers système politique, synthèse des deux, qui ne sera ni de droite ni de gauche.
      Ce conflit des contraires est nécessaire pour faire naître les changements.
      De nos jours, cette méthode est identifiable dans les documents produits par la commission trilatérale dans lesquels le « changement »est encensé et où la « gestion des conflits »est considérée comme un moyen de rendre ce même changement effectif.

      Le conflit est une donnée essentielle du système hégélien.
      En outre, selon Hegel et toutes les pensées qui en découlent,
      L’état est absolu. L’état exige de chaque individu, de chaque citoyen, une obéissance totale.
      Dans ces systèmes dits « organiques », l’individu n’existe jamais pour lui-même :
      Il ne doit qu’être une fonction au sein des rouages de l’état.
      Il n’est libre que dans la mesure où il obéit à l’état.
      La liberté n’existait pas dans l’Allemagne hitlerienne, comme il n’y a pas de liberté individuelle pour le marxisme et comme il n’y en aura pas non plus au sein du nouvel ordre mondial.
      Que cela ressemble au livre « 1984 » de George Orwell est évident…

      Pour résumer, l’Etat est souverain et le conflit doit être utilisé pour construire la société idéale.
      Les individus doivent s’émanciper en obéissant aux dirigeants.

      Fin de l’extrait.

      Pour la Chine…
      Les chinois sont là pour mettre en œuvre « 1984 »…
      La Chine est une expérience sociale de grande ampleur…
      Ils ne sont pas là pour dézinguer l’Amérique…
      Ce ne sont que des suiveurs et des copieurs…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s