Netanyahou presse Merkel de sévir contre l’Iran, sous peine de subir un nouvel afflux de réfugiés

Une menace à peine voilée. Et aujourd’hui le premier ministre israélien est à Paris avec le même leitmotiv : l’Iran, l’Iran, l’Iran… OD

« En visite officielle en Allemagne, le Premier ministre israélien, grand ennemi de Téhéran, a mis en garde la chancelière allemande Angela Merkel contre une arrivée massive de réfugiés, si Berlin ne réintroduisait pas des sanctions contre l’Iran.

Le 4 juin, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, en visite officielle en Allemagne, a mis en garde Angela Merkel contre un nouvel afflux de réfugiés syriens outre-Rhin si Berlin ne se montrait pas plus ferme face à l’Iran.

Le Premier ministre israélien a affirmé que Téhéran avait pu renforcer sa présence militaire au Moyen-Orient, notamment au Yémen ou en Syrie, grâce à la manne financière libérée par la levée des sanctions économiques après la signature en 2015 de l’accord sur le nucléaire. Lors d’une conférence de presse avec la chancelière à Berlin, il a assuré que l’objectif de l’Iran était «de mener une guerre de religion en Syrie, en majorité sunnite».

«Cela risque de provoquer une nouvelle guerre de religion, cette fois une guerre de religion à l’intérieur de la Syrie, et la conséquence sera beaucoup plus de réfugiés et vous savez exactement où ils iront», a-t-il averti son interlocutrice.  

L’afflux de réfugiés en Allemagne aurait affaibli la chancelière aux élections

La venue de plus d’un million de réfugiés, en majorité syriens, depuis 2015 dans la première économie européenne est vue comme l’une des principales raisons du faible score réalisé par le parti de la chancelière aux élections de septembre et de la percée du parti AfD, anti-immigration et anti-islam, désormais représenté à la chambre des députés. 

L’Allemagne, la France et le Royaume-Uni sont trois des signataires de l’accord nucléaire conclu en 2015 entre les grandes puissances et Téhéran pour dissuader la République islamique de chercher à acquérir l’arme nucléaire. Leurs dirigeants défendent l’accord, malgré le retrait américain, et œuvrent de concert sur le sujet avec la Russie et la Chine, les deux autres signataires du texte, pour le préserver ».

RT France, le 4 juin 2018

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Netanyahou presse Merkel de sévir contre l’Iran, sous peine de subir un nouvel afflux de réfugiés

  1. zorba44 dit :

    Nata miaou sort clairement les griffes. Qui, enfin qui, le mettra dans un sac lesté d’une grosse pierre pour le balancer dans le Jourdain, ce chat psychopathe et enragé ?

    Jean LENOIR

    • HAPPYSURFER dit :

      Ben oui, Jean-miaou-miaou-Lenoir, qui ? Certainement pas vous, toujours aussi courageux derrière votre clavier

      • zorba44 dit :

        Si j’avais les moyens de m’infiltrer, certainement oui !…

        Ou vous êtes un troll, ou vous ne comprenez pas qu’il faut écrire pour infléchir le cours de l’histoire – ayant eu la visite de deux tueurs à moto qui sont arrivés au mauvais moment (pour eux) et au bon moment (pour moi) car ils ont fait demi-tour ne pouvant bénéficier de l’effet de surprise…

        J’ai déjà relaté ce fait dans ce blog et ça doit remonter à sept ans.

        A vous relire (ou non) pour des propos digne d’un bienheureux de la planche !

        Jean LENOIR

    • HAPPYSURFER dit :

      Jean-miaou-miaou-Lenoir, vous connaissez aussi mal le Jourdain que Benyamin Netanyahu. Premièrement, le Jourdain et un petit ruisseau pas bien profond. Deuxièmement Netanyahu a fait partie des commandos d’élite Sayeret Matkal, et, entrainé comme il l’est, ce genre d’épreuve est du petit lait pour lui. En allant vous coucher, après la tisane du soir, vérifiez bien que vous avez soigneusement fermé vos portes, on ne sait jamais, hein ?

      • zorba44 dit :

        Robert Boulin était noyé dans moins que le Jourdain…
        Quant à ma tisane du soir ce serait plutôt un petit verre d’Izarra (verte) ou un baby scotch …quand d’aventure j’en ai envie…

        Jean LENOIR

        PS J’ai frôlé trois fois la mort violente dans ma vie et je m’en suis tiré à la seule force de la réactivité de mes neurones et non de l’imbécilité de mes poings (ou autre). Lorsqu’on voulait se battre contre moi pendant ma scolarité il vous étonnera que je bloquais l’adversaire à la force de mes mains (fort comme un turc que j’étais) sans jamais donner un coup, jusqu’à ce qu’il me signifie qu’il arrêtait !
        …Pour ma biographie vous repasserez donc car je me charge de la mienne sans déformation.

      • HAPPYSURFER dit :

        « la réactivité de mes neurones »…mais 5 jours pour répondre, quand même, hein ?

      • zorba44 dit :

        …c’était pour voir si vous étiez un habitué du blog ou un passant accidentel !
        Les neurones sont maitrisés dans la limite de mes capacités intellectuelles, aussi ! (lol)

        Jean LENOIR

      • Un passant dit :

        Moi je chuis les 2 : un habitué du blog et un passant accidentel 😀
        Bonne journée Jean.

  2. Bernie dit :

    Incroyable ! Macron tient bon !

    Bibi serait-il en perte de vitesse et d’influence ? en disgrâce prochaine ?

    Iran : Netanyahu et Macron campent sur leurs positions

    Le président français Emmanuel Macron a mis en garde mardi contre toute « escalade » vers une guerre au Moyen-Orient alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu l’exhortait à mettre une « pression maximale » sur l’Iran pour l’empêcher d’accéder à l’arme nucléaire.

    « J’invite tout le monde à stabiliser la situation et à ne pas céder à cette escalade parce qu’elle ne mènerait qu’à une chose, le conflit », a lancé Emmanuel Macron à l’issue d’un entretien avec M. Netanyahu à l’Elysée.

    La décision de l’Iran d’augmenter ses capacités d’enrichissement d’uranium a provoqué une nouvelle envolée des tensions mardi, Israël estimant que le programme nucléaire et les capacités balistiques iraniennes constituent une menace pour son existence même.

    L’annonce iranienne ne signifie pas que Téhéran soit sorti du cadre de l’accord de 2015 encadrant ses activités nucléaires, a estimé le le président français devant un Premier ministre israélien visiblement dubitatif, en tournée européenne pour tenter de rallier les Européens à sa ligne dure contre Téhéran.

    « Le but est d’éradiquer Israël », a répliqué M. Netanyahu, avertissant à son tour que « les desseins agressifs de l’Iran au final déstabiliseront le Moyen-Orient (mais aussi) l’Europe et le monde », en provoquant de nouveaux flux de réfugiés.

    Cherchant à rallier les Européens à sa cause (il était en Allemagne lundi et visitera la Grande-Bretagne après la France), le dirigeant israélien a appelé à « mettre le maximum de pression sur l’Iran pour s’assurer que leur programme (nucléaire) n’aille nulle part ».

    – Principe de « bon sens » –

    Emmanuel Macron a réitéré l’attachement des Européens à la préservation de l’accord sur le nucléaire iranien même si les Etats-Unis en sont sortis avec fracas le 8 mai et si Israël le juge inefficace pour empêcher l’Iran d’accéder à la bombe atomique.

    « +Un tiens vaut mieux que deux tu auras+. Le JCPOA (accord, ndlr) n’est pas suffisant, je suis tout à fait d’accord, mais il est mieux que ce qu’on avait avant et d’ailleurs les services israéliens l’ont bien montré », a ironisé le président français dans une allusion à la montagne de documents sur le programme iranien dévoilée dernièrement par M. Netanyahu.

    Le chef du gouvernement israélien a répondu qu’au final, que les Européens sauvent ou non l’accord, les sanctions pesant sur l’économie iranienne du fait des Etats-Unis forceraient l’Iran à le renégocier.

    « Je n’ai pas demandé au président Macron de quitter l’accord. Je pense que les réalités économiques vont décider cette question », a-t-il lancé, en référence notamment au fait que les entreprises européennes n’oseront sans doute pas pas défier les sanctions américaines, privant l’Iran de ressources.

    Emmanuel Macron appelle de son côté à compléter l’accord existant en discutant avec l’Iran de ses activités balistiques et de son influence régionale.

    Face à l’urgence iranienne, le conflit israélo-palestinien s’est retrouvé relégué à l’arrière-plan. Le président français a qualifié d’erreur « l’acte américain consistant à faire de Jérusalem la capitale » mais a averti que la France ne ripostait pas à cette décision par une reconnaissance unitalérale de la Palestine.

    – « Alliés naturels » –

    « L’expérience des dernières semaines a montré une chose: l’unitéralisme irrespectueux des autres créent la violence », a-t-il dit, en référence aux affrontements sanglants qui ont suivi la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël.

    « Quand on fête un tel événement et qu’il y a des gens qui meurent, je ne considère pas que ce soit une fête », a-t-il ajouté en référence à la mort de 61 Palestiniens le jour même où les Etats-Unis célébraient le transfert de leur ambassade à Jérusalem le 14 mai.

    https://www.romandie.com/news/Iran-Netanyahu-et-Macron-campent-sur-leurs-positions/924696.rom

    • Boris L. dit :

      A mon avis les Israéliens ont obtenu le maximum de ce qu’ils pouvaient espérer : Jérusalem + retrait US de l’accord nucléaire + sanctions accrues contre l’Iran. Trump ne donnera pas plus : pas de guerre ouverte… pour le moment !
      D’où l’apparente tranquillité/inflexibilité de Macron qui campe sur cette position anti-guerre…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s