Revirement diplomatique : Emmanuel Macron et le pari russe

Comme je le disais récemment, cette inflexion de la diplomatie française est certainement l’un des facteurs de l’emballement politico-médiatique autour du cas Benalla. Macron a déçu et même fâché ses parrains… OD

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine le 24 mai 2018 au Forum de Saint-Pétersbourg

« La distribution conjointe d’aide humanitaire par la France et la Russie, malgré les couacs qui l’accompagnent, est un signe supplémentaire de l’inflexion diplomatique qu’est en train d’opérer Paris sur le dossier syrien. C’est l’avis du journaliste et spécialiste du Moyen-Orient Christian Chesnot. Il s’est confié à Sputnik.

Le 20 juillet, un avion-cargo russe Antonov An-124 a décollé de Châteauroux pour la Syrie. A son bord? Environ 50 tonnes d’aide humanitaire: médicaments, tentes et couvertures fournis par la France pour un montant d’environ 500.000 euros selon les informations de Libération. D’après le quotidien, qui cite une source diplomatique, cette opération conjointe a été décidée après les rencontres des Présidents Vladimir Poutine et Emmanuel Macron le 24 mai à Saint-Pétersbourg et le 15 juillet à Moscou. Certes, au matin du 25 juillet, les fournitures destinées aux habitants de la Ghouta orientale, la banlieue est de Damas reprise par les forces gouvernementales en avril 2018, étaient toujours à la base russe de Hmeimime (nord-ouest de la Syrie). La faute à un enchaînement de couacs, notamment sur la participation ou non de l’Onu à la livraison de cette aide humanitaire aux côtés du Croissant-Rouge syrien, organisation réputée proche de Damas. Après plusieurs jours de flou artistique qui ont même vu des membres des Nations unies se contredire, il semble que la distribution de l’aide soit imminente.

Ces atermoiements sont loin de constituer le cœur de l’affaire pour Christian Chesnot, journaliste spécialiste du Moyen-Orient retenu otage de terroristes en Irak durant 124 jours en 2004. D’après lui et comme le révèle Libération, citant un spécialiste du dossier, «cette opération humanitaire a été décidée à l’Elysée, pas au Quai d’Orsay». Le palais présidentiel semble vouloir prendre le contrôle du dossier syrien. Mais pourquoi ?

«Emmanuel Macron a toujours plus ou moins gardé la main concernant la Syrie. Pourtant, cette décision de mener une opération humanitaire conjointe avec la Russie est un signe supplémentaire de l’inflexion dans la politique diplomatique de la France concernant la Syrie», explique Christian Chesnot à Sputnik.

D’après lui, la nomination le 27 juin de François Sénémaud, ancien directeur du renseignement à la DGSE, en tant que représentant personnel du Président de la République pour la Syrie constituait déjà un indicateur. L’homme qui prendra ses nouvelles fonctions le 27 août est l’actuel ambassadeur de France… en Iran. Ironie du sort, depuis 2014, le dossier syrien était piloté au Quai d’Orsay par Franck Gellet. Ce dernier a été récemment nommé ambassadeur de France… au Qatar. De plus, Christian Chesnot note qu’Emmanuel Macron a rencontré son homologue russe à deux reprises, le 24 mai et le 15 juillet, en marge de la finale de la Coupe du Monde de football qui a vu la France s’imposer.

Mais pourquoi ce revirement ? Depuis le début du conflit syrien en 2011, la diplomatie française s’est presque toujours calquée sur celle de Washington et s’est montrée hostile au gouvernement de Damas. En avril dernier, Paris s’est joint aux Etats-Unis et au Royaume-Uni pour bombarder plusieurs sites en Syrie après une prétendue attaque chimique perpétrée par Damas. Pour Christian Chesnot, le rapprochement avec Moscou tenté par Emmanuel Macron s’explique par une analyse pragmatique de la situation sur le terrain :

«La Russie a gagné en Syrie. C’est un fait. Damas a repris quasiment tout le pays, les rebelles ont pratiquement été effacés du sud. La France s’est retrouvée hors-jeu. Elle veut revenir sur le terrain. Emmanuel Macron a juste analysé la situation de manière pragmatique et s’est dit que l’on entrait dans une nouvelle phase. Une phase où il faut renouer contact avec la Russie.»

Et pour le journaliste de France Inter, l’humanitaire est le prétexte parfait pour entamer un rapprochement :

«Depuis le début du conflit, la diplomatie française a eu deux constantes : la ligne rouge concernant l’utilisation d’armes chimiques et l’acheminement d’aide humanitaire. Cette opération conjointe avec la Russie donne l’occasion à Emmanuel Macron de renouer le dialogue tout en ne perdant pas la face.»

D’après Christian Chesnot, c’est une stratégie gagnant-gagnant. Il assure que les Russes sont «très contents» de ce possible rapprochement. «Moscou aura besoin d’alliés pour reconstruire la Syrie, qu’il y ait une transition au niveau du pouvoir ou pas. La Russie ne pourra pas le faire toute seule», analyse le journaliste.

Quid du «lobby néo-conservateur» au Quai d’Orsay, composé de «pro-Otan, pro-Etats-Unis, anti-Iran, anti-gouvernement syrien» comme le décrit Christian Chesnot ? Et bien selon le spécialiste du Moyen-Orient, même s’ils voient d’un mauvais œil un rapprochement avec Moscou, ils n’auront pas d’autre choix que de suivre l’Elysée. Avant de conclure : «De toute façon, le pays qui les préoccupe le plus, c’est l’Iran.» »

Sputnik France, le 25 juillet 2018

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Revirement diplomatique : Emmanuel Macron et le pari russe

  1. zorba44 dit :

    Tout ce gâchis et la mauvaise foi des otanesques pour en arriver là …Détruire pour reconstruire ensuite !

    Ce qu’on oublie trop facilement est le sort d’êtres de chair et de sang qui ont été sacrifiés sur l’échiquier diplomatique alors qu’ils vivaient en paix sinon dans le bonheur.

    Jean LENOIR

  2. Felicien Lallane dit :

    «Ne laissons pas la Russie choisir l’Asie»
    par Hélène Carrère d’Encausse, France

    « Ignorer la Russie, c’est la pousser plus avant vers l’Asie  »

    « la Russie est tentée de se considérer désormais comme une puissance essentiellement asiatique. Ce scénario serait un désastre pour l’Europe, argumente Hélène Carrère d’Encausse, et les 29 doivent tendre la main à l’hôte du Kremlin pour l’éviter.

    La Russie a été arrachée à l’Europe pendant trois siècles par l’invasion mongole, pendant trois quarts de siècle par le communisme; après chacune de ces ruptures elle aura retrouvé le chemin de l’Europe. L’heure est venue pour l’Europe de l’aider à s’y ancrer définitivement.

    Vladimir Poutine, passionnément attaché à son pays, à son image, à son identité, et qui est aussi un passionné d’histoire russe, peut-il souhaiter entrer dans l’histoire comme le président qui aura renié le caractère européen de la Russie pour en faire un pays asiatique?

    Peut-on douter que Vladimir Poutine, disposant d’une réelle légitimité, du soutien des Russes à ce qui est pour eux une politique rendant à la Russie sa dignité, ne soit pas ouvert à tout geste, tout projet qui sauverait le caractère européen de la Russie?  »

    http://www.voltairenet.org/IMG/pdf/HD_17_2018.pdf

  3. zorba44 dit :

    Et pendant ce temps-là l’Iran n’est pas sans réaction face à Trump et ses alliés…

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/07/25/20002-20180725ARTFIG00006-ormuz-le-detroit-que-l-iran-menace-de-bloquer.php#xtor=AL-201

    Il s’agit de menaces mais ce serait une erreur gravissime de vouloir couper 80% des exportations iraniennes en mettant un embargo sur leurs ventes de pétrole qui constituent leur seul poumon économique.

    Jean LENOIR

  4. Justine Titgoutte dit :

    « Aucune loi, Aleksandre Dmitritch, je veux dire aucune loi occidentale, n’interdit de démantibuler la société où l’on vit. Il suffit de jouer le rouge et le noir, le pair et l’impair. ». Vladimir Volkoff, Le Montage, Juliard/L’Âge d’homme, 1982, p. 70.

  5. Ping : Revirement diplomatique : Emmanuel Macron et le pari russe — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie – INSURRECTION PACIFIQUE

  6. Ping : Revirement diplomatique : Emmanuel Macron et le pari russe… – Les moutons enragés

  7. Un passant dit :

    Ne serait-il pas plus simplement lâché par ses parrains français ? http://www.vududroit.com/2018/07/macron-erreur-de-casting/

  8. Danse dit :

    Je vous recopie en vitesse un message que j’ai posté ailleurs sous ce même article:

    C’est bien la raison de l’affaire Benalla.
    La secte neocon sioniste du quai d’Orsay a été doublée par Macron qui a traité directement avec Poutine. La presse neocon sioniste qui avait fait élire Macron est donc intervenue pour punir Macron.

    Quant à L’Iran, c’est bien la prochaine cible obligatoire sur la liste américaine, et les pressions sont en cours pour une attaque imminente, entre aoüt et les prochaines élections intermédiaires aux US.
    Trump a montré une subite patte blanche vis-à-vis de la Corée du Nord pour se faire l’image pacifique de celui qui a évité la guerre nucléaire. Juste avant d’attaquer l’Iran. C’est exigé par Israel et l’Arabie Saoudite, et les impérialistes anglo-saxons.

    Steve Bannon avant d’être écarté par Trump affirmait partout « Nous allons faire la guerre contre la Chine tôt ou tard ».

    Il y a environ 10 ans j’avais lu un whistleblower américain raconter la stratégie des neocons pour piéger la Chine en déclenchant une guerre contre l’Iran. Ils pensaient à l’époque que la Chine interviendrait par une réponse nucléaire. Leur but était d’y forcer la Chine, et de faire ensuite une guerre bactériologique type grippe espagnole pour éliminer une partie de la population chinoise.

    Aujourd’hui ils pensent qu’une guerre contre l’Iran plongerait la Chine dans une forte récession économique. Evidemment les dégâts s’aggraveraient aussi pour l’Europe.
    Bien que la guerre sur cette planète ait des raisons plus profondes, le cadre de la guerre est économique, comme les deux « guerres mondiales » ont eu pour but visible d’éliminer la puissance économique européenne. On voit que la guerre de destruction totale de l’Europe est toujours en cours aujourd’hui par d’autres moyens.

    La machine de guerre a été enclenchée par le retrait US des accords sur le nucléaire avec l’Iran, et l’interdiction faite aux concurrents économiques des Américains de travailler avec l’Iran. Dès lors l’Iran n’avait plus de raison de renoncer à l’enrichissement de l’uranium. Même en gardant cet enrichissement dans les clous des engagements antérieurs, les néocons accuseront l’Iran de les avoir dépassés, pour justifier une attaque.

    Certains aux US pensent que si Trump n’attaque pas l’Iran, il sera éliminé du pouvoir. Soit physiquement, soit électoralement. Et que dans ce cas, l’Iran sera immédiatement attaqué de toute façon. L’OPTION DE SACRIFIER L’IRAN NE PÈSERAIT PAS LOURD DANS LA BALANCE.
    Les faucons sont toujours persuadés de pouvoir liquider un pays sans difficulté et impunément, ils n’imaginent pas de réponse asymétrique efficace de l’Iran ni de retournement de leurs « alliés » européens.

    https://www.strategic-culture.org/news/2018/07/29/us-ready-strike-iran-august.html
    Will Next Steps on Iran Point towards a New ‘Big Three’ or World War III?
    On the Path to Failure – US Attempts Violent ‘Regime Change’ In Iran

    Aussi, la réponse du pentagone à la rencontre Trump-Poutine a été immédiate :
    https://www.strategic-culture.org/news/2018/07/27/pentagon-200m-aid-ukraine-slap-trump.html

  9. Danse dit :

    Désolée pour les liens manquants:

    Will Next Steps on Iran Point towards a New ‘Big Three’ or World War III?
    https://www.strategic-culture.org/news/2018/07/28/will-next-steps-iran-point-towards-new-big-three-or-world-war-iii.html
    On the Path to Failure – US Attempts Violent ‘Regime Change’ In Iran
    https://www.strategic-culture.org/news/2018/07/02/on-path-failure-us-attempts-violent-regime-change-iran.html

  10. Robert dit :

    Sarkozy puis Hollande ont systématiquement aligné la diplomatie française sur celle des USA. Avons nous encore la possibilité d’avoir une diplomatie autonome, notamment au regard des obligations européennes ?

  11. Robert dit :

    @ Danse : Les USA ne cherchent pas et n’ont jamais cherché une « destruction totale » de l’ Europe, pour reprendre votre formulation. Ils veulent une Europe  » à leur botte », une Europe soumise et utile comme supplétif et comme débouché commercial. D’où les menaces actuelles de Trump envers les voitures allemandes, entre autres… Je pense que le principal ennemi de l’ Europe actuellement c’est le « machin » appelé CEE !

  12. stella dit :

    Macron says EU can’t rely on US for security, calls for more cooperation with Russia

    More:
    http://tass.com/world/1018746

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s