La Vérité sortant du puits

« La Vérité sortant du puits », Jean-Léon Gérôme, 1896

Selon une légende du 19ème siècle, la Vérité et le Mensonge se sont rencontrés un jour. Le Mensonge dit à la Vérité :

« Il fait très beau aujourd’hui »

La Vérité regarde autour d’elle et lève les yeux au ciel, le jour était vraiment beau. Ils passent beaucoup de temps ensemble jusqu’au moment d’arriver devant un puits.

Le Mensonge dit à la Vérité :

« L’eau est très agréable, prenons un bain ensemble ! »

La Vérité encore une fois méfiante touche l’eau, elle était vraiment agréable. Ils se déshabillent et se mettent à se baigner.

D’un coup, le Mensonge sort de l’eau, met les habits de la Vérité et s’enfuit. La Vérité, furieuse, sort du puits et court partout afin de trouver le Mensonge et de récupérer ses habits. Le Monde, en voyant la Vérité toute nue, tourne le regard avec mépris et rage.

La pauvre Vérité retourne au puits et y disparait à jamais en cachant sa honte.

Depuis, le Mensonge voyage partout dans le monde habillé comme la Vérité, en satisfaisant les besoins de la société, et le Monde ne veut dans aucun cas voir la Vérité nue.

Source : Le blog de Bruno Bertez

N.B. Grégoire Lacroix disait quant à lui :  « La vérité sort nue du puits, c’est pourquoi il y a tant de monde pour l’habiller ». OD

 

 

 

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour La Vérité sortant du puits

  1. René Lajorie dit :

    Le bien-être et le bonheur individuels sont devenus les valeurs cardinales.
    De ce fait notre société est une société purement utilitariste, où le mensonge s’impose comme l’élément clé de la recherche de l’intérêt personnel.
    Il n’y a plus de Vérité mais des vérités. Chacun la sienne, comme ça l’arrange…

  2. Elnatt dit :

    Je croyais que la vérité sortait de la bouche des enfants ?

  3. zorba44 dit :

    A la différence des Femens, la Vérité cherche à se rhabiller…
    …les femens n’ayant jamais honte !

    Jean LENOIR

  4. matbee dit :

    Comment peuvent-ils nous mentir de façon aussi flagrante ?

    De vraies langues de serpent…

    http://lesakerfrancophone.fr/comment-peuvent-ils-nous-mentir-de-facon-aussi-flagrante

    • zorba44 dit :

      …ils nous prennent sans doute pour des gamins eux qui mentent …plus fort que des gamins qui vous regardent droit dans les yeux alors que leur doigt est, par exemple, rouge de confiture !

      Jean LENOIR

    • Danse dit :

      Attention : l’auteur, Ugo Bardi, est un membre du Club de Rome, au même titre que Soros, Bill Gates, et tous les milliardaires propagandistes de l’Agenda 21 de dictature mondiale « verte » et « équitable ». C’est un cheval de Troie.
      Je sais que ce n’est pas une bonne nouvelle, mais le Saker depuis ses débuts publie des articles de cette clique mondialiste et malthusienne parmi ses articles.
      Ces articles véhiculent toujours en filigrane la notion de notre « impuissance », condition essentielle à notre consentement à la dictature totale prévue.

      Réseau International les reprend malgré mes deux tentatives de les informer.

  5. Eugenio Sarto dit :

    Oui, mais il y a une chose qui me gêne dans cette sorte de parabole. C’est l’emploi impropre du terme « mensonge ». Le mensonge est un concept subjectif (i.e. relatif à un sujet) alors que la vérité est un concept objectif (indépendant du sujet) et de ce fait l’un ne peut être l’opposé (d’une opposition de contradiction) de l’autre. Et pour cause ! MENTIR N’EST PAS DIRE QUELQUE CHOSE DE FAUX, c’est dire quelque chose de contraire à ce que l’on (tel sujet) pense. S’il est réellement deux heures mais que je pense erronément qu’il est trois heures et que je dis : « Il est deux heures », je mens, bien que disant la vérité . Et vice versa.
    J’ai peut-être l’air ici d’attirer l’attention sur des détails, mais ce n’en sont pas : la corruption du langage est révolutionnaire. Voyez par exemple l’usage actuel du verbe « adorer », etc. Elle est même centrale dans le fameux 1984 du Fabien Orwell, que tout le monde prend pour un visionnaire de génie alors qu’il n’a fait que dévoiler un programme.
    De grâce, n’y participons pas involontairement par mimétisme.
    En toute bienveillance,
    E. S.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s