Le fondateur de WhatsApp regrette d’avoir « vendu la vie privée de ses utilisateurs »

« Brian Acton, co-fondateur (avec Jan Koum) de WhatsApp, semble avoir du mal à digérer la vente de son application à Facebook.

Il y a quatre ans, Facebook absorbait WhatsApp lors d’un spectaculaire rachat estimé à près de 20 milliards de dollars. Et si les fondateurs du service de messagerie instantanée avaient tenu à insister, à l’époque, sur la garantie d’une protection des données privées des utilisateurs, ils avaient rapidement déchanté face aux exigences du nouveau « patron ». 

Un « vendu »
Ainsi, Brian Acton semble regretter d’avoir vendu son âme au diable en échange de quelques milliards de dollars. Il a confié ses états d’âme au magazine Forbes: « Au bout du compte, j’ai vendu mon entreprise. J’ai vendu la vie privée de mes utilisateurs pour un plus grand profit. J’ai fait un choix et un compromis, et je dois vivre avec cette décision chaque jour », regrette-t-il.

#DeleteFacebook
Son amertume s’inscrit dans la lignée de sa décision médiatique en mars dernier de supprimer son compte Facebook après les révélations du scandale Cambridge Analytica et d’appeler ses abonnés Twitter à suivre le mouvement (voir tweet ci-contre). Une manoeuvre courageuse qui lui avait coûté plus de… 800 millions de dollars dans la foulée de son départ du réseau social. 

Pas les mêmes valeurs
Le différend qui oppose Brian Acton à Mark Zuckerberg ne date pas d’hier. Le premier contestait en effet la volonté pressante du second de monétiser davantage l’application de messagerie. Facebook souhaitait aussi briser le cryptage des discussions WhatsApp, bien trop protégées au goût de son CEO, et intégrer plus de publicités. 

La raison du plus fort
Mark Zuckerberg aura, évidemment, le dernier mot, à grands coups de milliards de dollars: une offre telle que le duo de WhatsApp n’a pas pu refuser. Mais Brian Acton se considère aujourd’hui comme un « vendu ». Pour soulager sa conscience, sans doute, il investit depuis lors dans le projet « Signal« , une messagerie cryptée. 

« Total manque de classe »
Mark Zuckerberg n’a pas réagi lui-même à la sortie médiatique de son ancien collaborateur mais le directeur de Messenger, David Marcus, s’en est chargé à sa place et a dénoncé un « total manque de classe » et des attaques inappropriées à l’égard d’une entreprise qui a fait de lui « un milliardaire ».

Démissions en cascade
Les deux co-fondateurs de WhatsApp, Jan Koum et Brian Acton, avaient quitté Facebook en mai 2018 et en 2017 sur fond de désaccords avec les dirigeants de Facebook quant à la confidentialité des données ou la monétisation de la messagerie. Ce lundi, Kevin Systrom et Mike Krieger, respectivement directeur général et directeur des affaires technologiques d’Instagram, racheté par Facebook en 2012, ont à leur tour pris la décision de quitter le géant du web. »

7sur7.be, le 27 septembre 2018

Rappels :

Vie privée : Facebook a (encore) partagé vos données

Il est temps de démanteler « Facebook »

Lire aussi :

Facebook révèle une faille de sécurité qui a compromis 50 millions de comptes

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le fondateur de WhatsApp regrette d’avoir « vendu la vie privée de ses utilisateurs »

  1. zorba44 dit :

    Et le signataire de croire, naïvement, qu’il pouvait dire n’importe quoi sur Whatsapp et de clamer à tout va que Whatsapp c’était la sécurité !…

    Cher Olivier, vous savez ce qu’il vous reste à faire : vendre vos suiveurs pour quelques centaines de millions de dollars et faire acte de contrition quelques années après en créant un nouveau blog !

    Bon dimanche à tous…

    Jean LENOIR

  2. JSG dit :

    Ce qui motive les « créateurs de logiciels tels facebook et autres » est de deux ordres :
    a)-le profit à venir
    b)-le pouvoir
    Ce qui incite les adhérents à tomber dans ce genre de piège: le besoin d’échanger, l’imprudence.

  3. Danse dit :

    « Ce qui incite les adhérents à tomber dans ce genre de piège:
    • le besoin d’échanger,
    • l’imprudence. »
    • La CROYANCE, plus facile que la CONNAISSANCE
    • Le CONSENTEMENT, plus facile que la VOLONTÉ

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s