“La lutte contre l’immigration et l’islamisation ne doit pas conduire à céder la France à l’influence d’Israël” (A. Escada)

C’est le coeur du problème. Les Français doivent éviter le piège tendu par les promoteurs sionistes du « choc des civilisations » et de la « guerre contre le terrorisme ». Les mêmes qui militent depuis des décennies pour l’ouverture des frontières, le métissage forcé, un accueil sans limites des “migrants”… et nous invitent à ne plus faire d’enfants ! En d’autres termes, et pour plagier un auteur célèbre : « Le national-sionisme, voilà l’ennemi ! » OD

Conférence d’Alain Escada, président de Civitas, lors de la 12ème journée de Synthèse Nationale, le 14 octobre 2018 à Rungis.

« Cette journée a pour thème “Ne laissons pas mourir la France”.

Et il y a de quoi s’inquiéter, il est vrai.

Il y a bien sûr la submersion migratoire combinée à la dénatalité des Français de souche à qui l’AFP vient encore ces jours-ci d’affirmer qu’ils doivent faire moins d’enfants pour diminuer leur empreinte carbone et combattre le réchauffement climatique.

Il y a aussi le niveau inquiétant de nos gouvernants. Qui aurait jamais imaginé qu’un chef de l’Etat organise une fête dans la cour de l’Elysée autour d’un personnage central qui arbore un t-shirt sur lequel est inscrit “Fils d’immigré, noir et pédé” ? Il y a encore ces images du chef de l’Etat dans les Antilles et comme dit l’humoriste métisse Fabrice Eboué, “Dès que Macron voit des Noirs torse nu, il s’émoustille”.

Mais, en politique, le désespoir est la pire des sottises, disait Charles Maurras.

Je voudrais donc vous parler de deux échéances, les élections européennes d’abord, les élections municipales, ensuite.

En 2019, nous serons invités à voter pour élire les députés du Parlement européen. Et je voudrais vous mettre en garde contre un piège qui nous est tendu. Vous aurez probablement tous appris la nouvelle : l’américain Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump, veut s’occuper de nous et coordonner les populistes de toute l’Europe en vue de nous libérer de l’influence de George Soros. Je ne voudrais pas être désagréable mais la dernière fois que les Américains sont venus nous “libérer”, ils ne sont jamais vraiment repartis, ils nous ont imposé pour des décennies leur “american way of life”, leur Coca-Cola, leurs hamburgers, leur cinéma hollywoodien, l’OTAN, et des accords économiques à leur avantage. Alors, permettez-moi de douter de l’altruisme de Steve Bannon.

Surtout quand on apprend la suite.

Car si Steve Bannon sillonne l’Europe pour proposer à Marine Le Pen, à Matteo Salvini et à tant d’autres leaders politiques de rejoindre son club baptisé sobrement “Le Mouvement”, au bout de quelques recherches, on s’aperçoit que Steve Bannon n’en est pas le fondateur mais simplement le représentant de commerce.

Figurez-vous que c’est à Jérusalem, en décembre 2016, qu’a été imaginé ce projet, en marge du Sommet de Jérusalem des Leaders internationaux. Un mois plus tard, en janvier 2017, l’un des participants, l’avocat belge Mischaël Modrikamen, ancien président de la synagogue libérale de Bruxelles, déposait les statuts de la Fondation Le Mouvement dont Bannon assure la promotion. Les statuts de la Fondation Le Mouvement désignent Mischaël Modrikamen comme président. Deux autres personnes sont fondatrices : Yasmine Dehaene, son épouse, par ailleurs co-organisatrice du Sommet de Jérusalem des Leaders Internationaux, et Laure Ferrari, une amie très très intime de Nigel Farage.

Mieux encore, la presse israélienne a relayé un discours de Mischaël Modrikamen, président de la Fondation Le Mouvement, promue par Bannon, au cours duquel il déclare qu’ “Israël est une lumière pour les Nations”. Voilà résumé le programme proposé aux populistes d’Europe…

Cerise sur le gâteau : Mischaël Modrikamen est aussi le président du parti populaire belge dont l’ancien vice-président est son ami Joël Rubinfeld, président de la Ligue belge contre l’antisémitisme (l’équivalent de la LICRA) et vice-président du Parlement juif européen.

Voilà donc la nature du Mouvement que nous propose Steve Bannon pour sauver l’Europe et la France.

Et si Marine Le Pen se dit réservée, Louis Aliot se déclare pourtant très favorable à ce que le Rassemblement National rejoigne la Fondation Le Mouvement. Et je rappelle que Louis Aliot se propose généreusement pour conduire la liste du Rassemblement National aux européennes.

Serions-nous condamnés à n’avoir le choix :

. qu’entre le plan A de George Soros et le plan B de Jacques Attali incarné par la Fondation Le Mouvement,
. qu’entre les médias appartenant à la famille Rothschild, ceux appartenant à Bertelsman et ceux appartenant à Patrick Drahi,
. qu’entre Cyril Hanouna et Michel Drucker
. qu’entre Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut et Eric Zemmour ?

Et je précise immédiatement que je préfère écouter Zemmour que BHL et que j’ai même un incontestable plaisir à l’écouter clouer le bec d’un chantre du vivre ensemble ou d’une virago du féminisme.

Mais lorsque j’ouvre le dernier livre de Zemmour intitulé “Destin français” et que j’y trouve un chapitre sur Saint Louis que Zemmour appelle le “roi juif”, je me dis qu’il y a un sérieux problème. Confirmé par sa conclusion qui lie le sort de la France à celui d’Israël.

Or, nul ne peut servir deux maîtres à la fois.

Et ce n’est pas parce que nous refusons à juste titre l’immigration de grand remplacement et l’islamisation de notre pays que nous avons à livrer celui-ci à l’influence d’Israël.

Je rappelle que l’acte fondateur de la France est le baptême de Clovis par l’évêque Saint Rémi, instaurant le principe que le roi de France est le « Lieutenant du Christ ». Ce n’est pas une circoncision par un rabbin ou un imam.

Et qu’on ne vienne pas me dire que la solution à tout cela, c’est la laïcité. Dans quelques semaines, les ayatollahs de la laïcité mèneront une fois de plus la guerre aux crèches de Noël. Mais les mêmes se précipiteront pour fêter Hanouccah ou la fin du Ramadan. Leur laïcité, c’est une parodie de religion dont le dogme essentiel est l’anti-christianisme et qui s’est marquée dans le sang par le génocide vendéen, lorsque l’armée de la république organisait les noyades de Nantes ou embrochait les bébés vendéens au fil de la baïonnette.

Chers amis, comprenez-moi bien.

Il ne tient qu’à nous de nous libérer de ces chimères et de reprendre notre destin en main.
Pour cela, il faut déjà cesser de déléguer à des personnes qui servent manifestement d’autres communautés le monopole de représenter publiquement et médiatiquement notre courant de pensée, notre culture, notre patrimoine, notre civilisation.

Qu’on soit catholique ou non, pratiquant ou non, la France est une terre catholique, dont les cathédrales font la renommée, dont près de 5.000 communes portent le nom d’un saint ou d’une sainte, et dont des dizaines de milliers de calvaires rythment nos promenades et longent nos routes.

La France se redressera lorsque le peuple de France s’en rappellera et le revendiquera.
Par deux fois, en 1789 et en 1968, la folie révolutionnaire française s’est exportée à travers le monde.

Si la France redevenait fidèle à son baptême, à sa mission, son influence salvatrice s’exporterait également, cette fois pour le bien du monde mais à l’inverse du plan du nouvel ordre mondial et de son messianisme judéo-maçonnique.

Si Civitas devait trouver les moyens financiers suffisants, nous déposerions une liste aux européennes pour proclamer haut et fort ces vérités.

Mais une autre échéance est à placer dans notre viseur. Je veux parler des élections municipales de 2020.

Car l’enjeu local est essentiel à notre projet de reconquête. Et il faut s’y préparer dès maintenant.

C’est un enjeu à notre portée, qui s’inscrit dans un retour au réel, à l’échelon le plus naturel de la vie politique, au plus près du quotidien des Français.

Oui, je prêche pour profiter utilement de ces élections municipales pour organiser des villages gaulois et catholiques, des îlots de résistance, où sauvegarder nos traditions et nos coutumes, et à partir desquels il faudra envisager de rayonner pour organiser la reconquête de notre sol, la patrie, la terre de nos pères.

C’est au niveau local, sur le terrain, particulièrement dans la France rurale, que se situe notre plus grande opportunité. Il faut s’en saisir avant qu’il ne soit trop tard ».

Alain Escada, le 14 octobre 2018 (via Média-Presse-Info)

Rappels :

Le 11 septembre était une opération israélienne (L. Guyénot)

De Charlie à Macron (2015-2018)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour “La lutte contre l’immigration et l’islamisation ne doit pas conduire à céder la France à l’influence d’Israël” (A. Escada)

  1. zorba44 dit :

    Tout cela est vrai, entendez conforme aux réalités quotidiennes…

    Quand on voit le score de la raison exposée objectivement par Asselineau (et sur lequel le signataire reconnaît s’être lourdement trompé !) il convient d’être prudent vis-à-vis des capacités des électeurs de se sortir des fumées de leur cerveau.

    Tous ces politiciens, tous ces acteurs de l’ombre et leur philosophie risquent d’échapper une fois de plus à l’électeur « moyen » tant tout cela passe très haut au-dessus de sa tête…

    A défaut de suivre notre répulsif de Jupiter, et dans le doute l’électeur s’abstiendra et la représentation européenne sera légitimée, quelle qu’elle soit, par une poignée de lentilles….

    …sauf pour les petites villes et les villages qui voteront vers une équipe municipale proche et qu’il est possible « d’appréhender » !

    Jean LENOIR

  2. roc dit :

    <>
    la France n’est pas une nation ou l’on règle les problèmes avant qu’il ne soit trop tard .
    c’est le pays ou l’on vas jusqu’au bout du désastre avant de se relever .
    bon courage a tous !

  3. matbee dit :

    Le texte de la pétition « Non au national-sionisme » est excellent et résume tout.

  4. Nanker dit :

    Mouais… en somme Escada nous dit de nous méfier des Juifs et de nous en remettre à des cathos illuminés bloqués sur la période 1940-44 comme lui.
    Je pense que le politique doit être complètement détaché du religieux. Donc exit Escada et son préchi-précha eschatologique. Qu’il retourne embrasser la photo de Mgr Lefebvre qui trône dans son salon.
    Deuzio d’un point de vue strictement pragmatique je verrais plutôt les Israéliens comme un modèle, par leur gestion des populations arabes, et de la façon qu’ils ont chez eux de maintenir la suprématie de LEUR culture et de leurs traditions. En Israel pas de zones de non-droit et pas de risque de « grand remplacement »… Nous, on tremble de trouille en imaginant le jour où les « quartiers » s’embraseront comme en 2005 alors on demande aux flics d’y aller mollo pour ne pas défriser ces petits chéris. Nous sommes pathétiques.

    • Jean-Loup Izambert dit :

      « En Israël pas de zone de non droit »… Allez tenir ce discours aux Palestiniens dont la terre est occupée et meurtrie depuis 1947, aux Syriens du plateau du Golan et à ceux qui, n’étant pas de confession juive, sont exclus d’emplois dans les administrations, ne trouvent pas de logement, ne peuvent emprunter les transports publics ou fréquenter les mêmes écoles. « Les Israéliens comme un modèle »: même les juifs les plus religieux qui vivent à travers le monde ne reconnaissent pas « l’Etat d’Israël ». Cela dit, côté « gestion des populations arabes » je ne peux vous donner tort: si ce n’était le génocide d’un peuple, il serait dramatiquement drôle de voir près de 9 millions d’Israéliens – quelques centaines de milliers après l’Exodus – gérer des centaines de millions d’arabes depuis la création du « foyer national juif en terre arabe » ( terminologie employée à l’époque par l’ONU). Mais pour la fin de votre intervention, permettez-moi de penser que vous êtes en -dessous de la réalité: depuis les années 1990, les dirigeants français soutiennent les organisations des Frères musulmans et celles de leur mouvance pour « maintenir la paix sociale dans les quartiers » ( voir les tomes 1 et 2 de 56 chez IS-Edition et amazon.fr) et surtout huiler les rouages de marchés avec les dictatures du Golfe et diviser le monde arabe pour mieux en piller les richesses. Dans ce domaine aussi les dirigeants israéliens « gèrent leurs relations » avec les dictateurs des monarchies absolues du Golfe, principalement du Qatar et d’Arabie saoudite.Le « modèle » baigne dans le sang des peuples… Il en serait différemment si, en Israël également, « le politique était complètement détaché du religieux » comme vous le dites fort justement. Mettons-nous à rêver qu’Israël devienne une république laïque dans laquelle les citoyens seraient égaux en droits et devoirs quelle que soit leur idées politiques, philosophiques ou religieuses. Vous voyez le changement là ?… Cdlt.

    • Marc dit :

      Le plus scandaleux c’est que les « élites » juives mondialistes (les Rothschild, les Rockefeller,les Goldman Sachs, les Soros et chez nous en France les Attali, BHL, Kouchner,Minc, Moscovici, Cohn-Bendit etc ) veulent une immigration encore plus massive avec la suppression des frontières et des nations et le multiculturalisme!….Chose qu’ils se gardent bien d’exiger de leurs amis israëliens !….En somme Israël serait la seule nation à continuer d’exister dans notre monde mondialisé !….il est urgent que toutes ces élites juives mondialisées et très souvent d’obédience maçonnique arrêtent de nous prendre pour des cons !!!

  5. Jean-Loup Izambert dit :

    La première partie de l’intervention d’Alain Escada me paraît très juste.
    Pour ce qui est du parlement dit « européen », on cherche en vain un parti politique dont le programme prévoit la restructuration des milieux bancaire et financier et leur nationalisation – totale ou complète est un autre débat – afin de dégager l’Etat de la Rothschild et de la grande finance. Je fais allusion à des nationalisations bien réelles, immédiates, banissant toutes relations avec les places offshore, et non à celles qui consistent à remplacer à la tête de ces instituts et sociétés multinationales des énarques dits « de gauche » par des énarques dits « de droite ».
    Concernant le Rassemblement national (Ex-FN) qui n’a jamais proposé de rompre avec ce système contrairement à son discours, il est une « roue de secours » de la bourgeoisie pour faire perdurer sa domination sur l’appareil d’Etat. Il faut donc parfois le favoriser pour réduire la marge de manoeuvre des « premiers candidats » du système ( Sarkozy, Hollande ou Macron) et maintenant le combattre en montrant son vrai visage. Il suffit pour cela de reprendre ses propositions politiques – Europe, Otan, monnaie unique, etc. -, de dire ses votes – et ses silences…- dans les parlements – de Paris à Bruxelles – et de montrer comment ses homologues – « gauchards-nationaux » en Grèce, centristes-droitistes en Italie ou ailleurs – poursuivent la même politique au service de la grande bourgeoisie derrière des proclamations aux apparences nobles. Aux apparences seulement car dans les faits…

    Des députés « européens » élus avec un taux d’abstention de 60 à 70% premettrait d’entraver le fonctionnement de cette assemblée concoctée par Washington et les grandes banques depuis les années 1950, de combattre la légitimité de ses décisions dans les parlements nationaux et « sur le terrain » et de préparer enfin une autre Europe, l’Europe entière dégagée de la tutelle de la grande finance anglo-saxonne. Mais qui propose vraiment une telle autre Europe, l’Europe réelle historiquement et entière géographiquement de Vladivostok à Lisbonne – en dehors de formules creuses – je veux dire sans propositions concrètes – sur « l’Europe des peuples » ou « l’Europe des nations » ? D’où la nécessité pour les bouffe-galette de l’Union « européenne » d’entretenir l’idée que le versant Ouest de l’Europe est …l’Europe. La propagande de l’idéologie d’enfermement – Dieu que « le mur » était confortable…! – fonctionne jusque dans certains manuels d’histoire pour lesquels l’Europe se limite à…l’Union dite « européenne ». Après, on ne sait pas trop. Ce sont les Russes, sans doute des barbares, des dictateurs, encore le Moyen âge quoi.
    La Fédération de Russie – première puissance du continent européen en devenir – avance déjà à grands pas, sans « super-parlement » ni cohortes de hauts fonctionnaires, sur la voie de la coopération entre les peuples avec l’Organisation de Coopération et de Sécurité (ou Organisation de Coopération de Shanghai) ou l’Union Eéconomique Eurasiatique ( Lire Trump face à l’Europe). Cette partie de l’Europe invente, innove, s’engage et réalise déjà dans tous les domaines des travaux gigantesques avec de nombreux pays d’Asie.Mais chut! Silence! Ne pas perturber notre « belle image ». Tiens l’image, parlons-en justement. Alors que la pauverté recule en Eurasie, elle se développe sur le versant occidental européen: près de 123 millions de personnes pauvres ou en voie d’exclusion sociale (migrants non compris…) sur les 500 millions d’habitants de l’Europe de Maastricht (Observatoire français des conjonctures économiques, février 2015). Le chiffre est à la hausse continue.
    Concernant l’UPR, Zorba44 a raison et j’y reviendrai dans ma prochaine intervention sur la nécessaire abstention lors de ces élections prétendument « européennes ». Asselineau voudrait quitter l’Europe – pardon, la petite Union « européenne » de Maastricht – en négociant cette sortie avec un article du traité de Lisbonne. C’est se moquer du monde ou, pour le moins, sous-estimer le pouvoir de la grande bourgeoisie. Le président de la Commission européenne, représentant des hauts fonctionnaires désignés par les dirigeants des Etats capitalistes, a dit clairement qu’il « ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens » ( Interview de Jean-Claude Junker au Figaro, 28 janvier 2015). C’est le principe de la « souveraineté limitée » tel que le concevait le pouvoir nazi dans l’Europe qu’il voulait édifier. Et les Mélenchon, Asselineau et autres politiciens à courte vue voudraient nous faire croire que l’on va gentiment sortir de ce magma en se mettant autour d’une table pour parloter avec ceux qui en sont les auteurs…! Vrai que François (Asselineau), la résistance, ça le connaît: inspecteur général à l’inspection générale des Finances, directeur de cabinet auprès de ministres du gouvernement Juppé (1995-1996), directeur des services du Département des Hauts-de-Seine et directeur de cabinet de Charles Pasqua alors président du Conseil Général des Hauts-de-Seine, puis allié à Jean Tibéri et élu sur une liste du RPF aux élections municipales parisiennes de 2001, nommé par Nicolas Sarkozy le 20 octobre 2004 à la tête de la Direction Générale à l’Intelligence Economique à Bercy où il collabore avec un autre grand « résistant » au système en la personne de… Jean-Pierre Raffarin. Un vrai parcours de « résistant de la dernière heure »! Mais, sans doute faut-il le rappeler, pour des citoyens dignes de ce nom la souveraineté de la France n’est pas négociable. Encore faut-il pour cela que ceux-ci sachent se faire entendre et respecter, ce qui n’est pas le cas pour le moment. Il suffit de voir comment les dirigeants français – Sarkozy et Hollande – ont jeté leurs bulletins de vote à la poubelle après que le peuple se soient prononcé contre le Traité de Lisbonne… Comme me le disait un ami russe l’autre jour: « Le présent de la France s’explique par son passé: un pays essentiellement rural, dominé pendant 2000 ans par une religion monothéiste, de culture latine c’est-à-dire sensible à ce qui vient de l’extérieur, principalement d’outre-Atlantique, et dirigé par des gens qui sont pour la plupart sont tous issus d’écoles conçues sur un mode d’organisation militaire. » Un vrai jardin d’éveil… Personnellement, je suis, n’en déplaise à l’ami Escada, partisan d’une nouvelle nuit du 4 août 1789 de l’abolition des privilèges. Quant à son propos selon lequel c’est « particulièrement dans la France rurale, que se situe notre plus grande opportunité. Il faut s’en saisir avant qu’il ne soit trop tard », ben là… comme l’a dit le contributeur Roc: « Bon courage! » Il suffit de voir comment près de 6 millions de sociétaires du Crédit A-b-ricole – pardon: Agricole – se sont laissés dépossédés sans broncher des milliards d’euros de réserves financières qui leur appartiennent au sein des caisses coopératives de banque locales et régionales ( Lire Le Crédit Agricole hors la loi?) pour douter de la « plus grande opportunité » en question… Vrai que, comme me l’a dit un jour un officier du renseignement « quand il y a un doute c’est qu’il n’y a plus de doute ». A voté ! Au suivant…

    • Si OD le permet, Jean-Loup, voici pour ceux qui voudront voir ta Conférence à Ille sur Têt le 19 décembre 2015 à propos de ton ouvrage : «Les démons du Crédit Agricole : (5 7000 000 sociétaires floués) », comportant 398 pages ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/05/28/quand-izambert-denoncait-les-banksters-du-credit-agricole/

      Tu le sais, nos avis diverges légèrement sur les solutions, car pour ma part l’intégration Eurasiatique via un nouveau N.O.M. = O.M.D. comme l’appelle Lavrov est un prolongement du système actuel…

      Cependant que pour être plongé dans le Discours sur le Colonialisme d’Aimé Césaire, 1950 (en préparant une nouvelle version PDF) je puis dire qu’effectivement et sur l’Europe, justement, son analyse, visionnaire, lucide, âpre notamment sur cette Europe là initiée par Hallstein, juriste d’Hitler et son premier Président, rejoint ce que tu dénonces.

      Et il est juste de rappeler la vision politique de FA et relever qu’il a toujours été un bien-zélé du klan Tibéri, plus que de Chirac, d’ailleurs, que Sarko a purgé dès qu’il a pu…

      Et pour moi, Chouard s’est fait Hara-kiri tout seul, lui qui a si souvent dit « comment peut-on voter pour ses bourreaux ? » Lorsqu’il a appelé à voter JLM ou FA lors des dernières présidentielles.

      Pourtant, les aficionados de FA ne cessent d’affirmer que Chouard pourrait jouer un rôle au côté de FA…

      Enfin, effectivement, le politique doit rompre avec le fait religieux, mais toutes les religions ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/09/02/la-peste-religieuse-johann-most-1892-en-version-pdf-gratuite/

      Car = Où le social l’emporte, les préoccupations religieuses s’effacent…

      C’est d’ailleurs pourquoi, modestement, mais surement, je pense que le nouveau paradigme qu’il nous faudra impulser sera sans dieux, ni maitres, autant que possible, sans armes ni haine ni violence ;
      Ou ne sera pas…

      Jo

      • Jean-Loup Izambert dit :

        Oui, d’accord mais attention: il ne s’agit pas « d’intégration Eurasiatique ». Les organisations qui ont vu le jour comme l’Organisation de Coopération et de Sécurité n’ont pas pour vocation d’intégrer les peuples dans une nouvelle organisation mondiale ou régionale mais de favoriser la coopération entre les peuples pour leur bien commun et régler les problèmes auxquels ils sont confrontés. Il faut bien sûr se battre contre tous ceux, quels qu’ils soient, qui seraient tentés de reproduire les vieux schémas d’organisation supra-nationale à l’image de l’Union dite « européenne ». C’est là que l’Etat-nation joue un rôle important puisqu’il devrait favoriser cette tendance décentralisatrice en catalysant les coopérations entre communes, entreprises, associations de toutes natures de diverses régions de notre continent. Cette dynamique est bien sûr impossible dans le cadre d’un système capitaliste puisque la concentration du Capital implique la concentration des pouvoirs à l’opposé du développement de la démocratie. Mais il existe des bases sérieuses sur lesquelles les peuples peuvent s’appuyer pour développer des initiatives démocratiques dans tous les domaines. Prendre en compte cette dimension, bien au-delà de la seule France, permet de constater le vide – et la suffisance arrogante – ou l’ignorance de nombreux politiciens français qui derrière leurs discours sur le thème de « réorienter l’Europe pour la refonder » (Pcf, par exemple) oublient que l’Europe s’étend de Vladivostok à Lisbonne et que l’Eurasie avance à grand spas là où nous continuons de régresser. Tournés vers Washington, ils ont un côté très « religieux » et pour le moins limité de l’idée européenne… Et comme tu le dis si bien, « où le social l’emporte, les préoccupations religieuses s’effacent ». Mais dans l’Europe de Maastricht, dont le brouillon fut rédigé par les dirigeants des grandes banques, le social ne peut que régresser ainsi qu’en attestent tous les indicateurs. Cela n’a jamais été la préoccupation de la grande finance privée pour laquelle seul compte le profit maximum immédiat à n’ilmporte quel prix.

      • Absolument et toute la question, précisément, concerne l’État-nation, car et tu le dis bien, si c’est pour faire un copié/collé de l’État capitaliste et de ses institutions en le changeant de N.O.M. (État-nation) cela ne marchera pas.
        Précisément parce que de nombreux anthropologues ont scrutés les derniers millénaires à la loupe pour analyser et nous exposer les origines et les critiques de l’État, nous apportant la preuve que la solution est HORS ÉTAT et ses INSTITUTIONS ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/06/lart-de-ne-pas-c3aatre-gouverne-une-histoire-anarchiste-des-hauts-plateaux-dasie-du-sud-est-par-james-c-scott.pdf

        Et c’est ce que nous propose l’EZLN avec la formation d’un RÉSEAU DE RÉSISTANCE & DE RÉBELLION INTERNATIONAL contre la société marchande = le système capitaliste parce que la solution est mondiale, mais non « mondialiste » au sens capitaliste ou impérialiste ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/09/27/propositions-de-lezln-pour-un-reseau-de-resistance-et-de-rebellion-international-contre-la-societe-marchande/

        Nous publions ce jour avec Résistance71 le discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire, 1950 dans son intégralité et dans une nouvelle version PDF que je viens de terminer.

        Sa description de l’Europe et du colonialiste du XXe siècle au scalpel entaille les chairs par son réalisme et devrait en éclairer plus d’un, notamment sur l’holocauste, dont Hitler, car il en est beaucoup question (comme aujourd’hui) s’est contenté de copier le modèle sur le génocide des amérindiens. Ce que personne ne pardonne à Hitler, c’est d’avoir appliqué à l’homme blanc une technique utilisée, avec succès, sur l’indigène/aborigène.
        Il convient de modifier, profondément nos consciences avant toutes choses, n’est-ce pas si nous ne voulons pas reproduire les mêmes choses et donc en arriver encore au même résultat ?
        Jo

      • Tenez, pour appuyer mon propos, et si OD le permet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/10/19/discours-sur-le-colonialisme-daime-cesaire-1950-texte-integral-en-version-pdf/

        Le lien direct vers le PDF ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/10/discours-sur-le-colonialisme-daimc3a9-cc3a9saire-1950.pdf

        C’est toujours en lecture, téléchargement et/ou impression gratos.

        Ce texte est essentiel notamment pour comprendre que l’oligarchie pousse au « clash civilisationnel » et que nous n’avons aucune raison de les suivre…
        Jo

    • BH Lazeby dit :

      Finalement il ne reste que Philippot qui reste à peu près lucide et cohérent tant vis à vis de ses positions sur l’Europe que sur les déboires de son parcours politique (la manière aussi dont il contourne le menhir en carton pâte Asselineau est assez drôle).

      https://gaideclin.blogspot.com/2018/10/le-samedi-politique-le-frexit-pour-sen.html#comment-form

      Le problème avec lui est qu’il a autant de charisme qu’un sex-toy et ses troupes font autant figure de derniers fidèles d’un magasin spécialisé.
      Je crois que, pour la première fois de ma vie -il m’en coûte beaucoup vu ma considération pour le droit de vote, ce dernier qui nous reste- je vais aussi me rallier à l’idée de l’abstention au moins pour les prochaines européennes.
      L’on pourrait toujours réfléchir à la manière de donner à cette abstention une valeur symbolique :
      L’abstention pure et simple, sur laquelle tout le monde pourra gloser.
      Le vote blanc, plus significatif,
      Le vote nul auquel l’on pourrait apporter une touche de sabotage. Mettre plusieurs listes dans l’enveloppe. Où une liste personnelle de morts ou de vivants Soral, Dieudonné, Coluche, de Gaulle, Babeuf, Louis XI, que sais-je ?
      Où n’importe quoi d’autre que vous aurez trouvé dans votre boîte aux lettres le matin du vote : un prospectus Pizza Hut ou la carte de visite du grand médium professeur BenTutu (expert en problème d’argent, d’impôt, d’impuissance sexuelle, de mauvais œil etc.),
      Vu le niveau où est tombée la vie politique française à l’heure européenne, personne ne devrait en éprouver de honte ni de remord.

      • Jean-Loup Izambert dit :

        Excellent. Je partage. Vous pouvez aussi utiliser l’une des belles photos de l’étreinte du président blanc avec le chef de gang noir fiché s publié sur le site d’Olivier en ajoutant un texte du genre: « Y’a bon l’Europe de Maastricht »…
        Il est vrai que s’abstenir n’est pas facile car nous sommes attachés à la République, à la citoyenneté – du moins à ce qu’il en reste. Mais on ne peut accepter une telle tromperie, ,un tel cocufiage de masse. Il faut renvoyer ces « folles » dans leur cage et travailler à proposer d’autres pistes pour que l’Europe réelle se retrouve d’Est en Ouest.

      • Charlie No dit :

        Que de baratin ridicule autour de photos avec des torses nus quand il y a tant de problèmes importants à régler comme la place de la banque et de la finance dans la société, la constitution, le mandat impératif et le contrôle des élus, l’organisation des entreprises et leur gestion et tant d’autres problèmes !

        Allons Mr Izambert vous un monsieur sérieux arrêtez de vous laisser égarer par de futiles et inutiles anecdotes de salon !!

  6. Charlie No dit :

    « Les nationaux-sionistes d’aujourd’hui, qui étaient jusqu’à l’année dernière les antinationaux-sionistes… »

    • Jean-Loup Izambert dit :

      Que de baratin ridicule dans ces discours inutiles quand il y a tant de problèmes importants à régler! Vous avez raison d’en rappeler par cette vidéo l’odeur des caves vides alors que des questions essentielles comme la place de la banque et de la finance dans la société, la constitution, le mandat impératif et le contrôle des élus, l’organisation des entreprises et leur gestion et tant d’autres problèmes sont soigneusement évités par ces « philosophes » de salon.

      • Oz dit :

        « des questions essentielles comme la place de la banque et de la finance dans la société »
        J’ai assisté à un débat organisé par ATtAC avec à l’affiche le film « Le capital ». Nous pouvions poser des questions. J’ai commencé avec celle-ci : « quand nous déciderons-nous à poursuivre les banques pour crimes contre l’humanité » ? Au vu des réactions du public je vous rassure : ce n’est pas près d’arriver.
        Quant aux votes blancs ou nuls ils ne sont pas comptabilisés dans le résultat final. Alors à quoi bon ! Nos ancêtres se sont battus pour que nous ayons le droit de vote. S’ils revenaient aujourd’hui et assistaient à cette mascarade j’imagine qu’ils riraient franchement de nous.

      • zorba44 dit :

        Bien sûr que les « grands » banquiers passent leur temps à commettre des crimes contre l’humanité (et ceci, nous le savons, depuis fort longtemps) mais comment pouvez-vous vous étonner des réactions d’une salle qui couperait la main qui la nourrit…

        Jean LENOIR

      • BH Lazeby dit :

        « Quant aux votes blancs ou nuls ils ne sont pas comptabilisés dans le résultat final. »

        Quant au résultat final il compte de toute façon pour du beurre dans un pays qui a abdiqué toute souveraineté au bénéfice de l’Union européenne. Est-ce que le résultat de 2005 vous a fait une belle jambe, à vous ?
        Il n’est pas question de comptabilité mais de refus de figuration dans ce qui n’est plus qu’une pièce de théâtre.

        « Nos ancêtres se sont battus pour que nous ayons le droit de vote ».

        Je finis par haïr cette formule convenue qui fait d’abord l’impasse pudique sur tous les conflits de classe qui ont tourné autour du droit de vote. Les français se sont surtout battus entre eux pour savoir qui avait le droit de voter, soit pour ou contre le suffrage censitaire.
        Ensuite ils n’ont jamais eu besoin de se battre pour le droit de vote en faveur de candidatures officielles, qu’elles fussent proposées par la famille Bonaparte ou pour la presse de Mr Drahi -la mouture post moderne subtile d’une pratique aussi vieille que le droit de vote. « Votez pour qui vous voulez mais votez Macron » dit-on plutôt aujourd’hui.

        « Alors à quoi bon »

        A quoi bon quoi ? Donner une légitimité aux clowns actuels sous prétexte que nos ancêtres ont bien souvent voté d’abord pour ensuite aller se faire charcuter pour le compte de ceux qu’ils ont plébiscités ?
        Ce que je vous demande c’est justement de vous montrer moins con que l’ont pu être parfois vos ancêtres. Soit une grande première.

  7. Robert dit :

    @ Zorba : Oui, nous sommes tous, à des degrés divers, partie intégrante du système. Certains ont plus à perdre que d’autres, mais je ne suis pas sûr que ceux qui sont les plus réfractaires à une révolution soient ceux qui ont le plus à perdre !

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s