Des centaines de militaires français dans les prisons syriennes

Qui sait, en France, qu’environ 300 de nos soldats ont été faits prisonniers par l’armée syrienne ? Les militaires français et britanniques détenus en Syrie ont évidemment un statut très particulier, lié à leur totale clandestinité. La France et la Grande-Bretagne, qui pratiquent – depuis des années – l’ingérence terroriste à l’encontre de Damas, ne sont pas officiellement en guerre contre la Syrie… OD

Le sort oublié des militaires étrangers en Syrie

« L’information concernant la capture de militaires français en Syrie circule depuis la fin de l’année 2012 mais n’a jamais fait l’objet d’une confirmation, que ce soit par le gouvernement français ou celui de la Syrie. De plus, Damas n’a jamais diffusé des images de prisonniers de guerre français capturés sur son territoire. La diffusion des images de prisonniers de guerre est une violation de la Convention de Genève.

Pire, les médias de l’Hexagone dans leur totalité n’évoquent jamais ce sujet, jugé tabou et relevant du « secret défense » et les rares sites indépendants qui osent à peine l’évoquer sont systématiquement accusés de colporter de « fausses nouvelles » (Fake News), ou carrément de conspirationnisme ou encore de reprendre la propagande russe ou syrienne.

Cependant, il aura fallu le remarquable travail effectué par des journalistes syriens, pas toujours affiliés au régime, et qui sont parvenus contre vents et marées à retrouver la trace de près de 300 militaires français, tous grades confondus, dans les geôles des redoutables renseignements militaires syriens.

Le sort de ces prisonniers est à l’origine des pics de tension entre Damas et Paris et c’est ce qui explique les décisions françaises parfois hâtives de participer à des opérations militaires ouvertes contre des cibles militaires syriennes ou d’amorcer des négociations secrètes avec Damas.

De leur côté, les syriens ont su marchander le sort de ces prisonniers clandestins avec Paris et les visites secrètes du chef des renseignements syriens en Europe pour y rencontrer ses homologues italien, français et britannique, avaient pour objet la reprise d’une coopération sécuritaire concernant ces « brebis égarées » et leur supplétifs islamistes que Paris a juré d’abjurer et de renier ad vitam aeternam durant les trois premières années du conflit.

Il est intéressant de rappeler que le président syrien Bashar Al-Assad avait confirmé à son homologue et allié russe Vladimir Poutine que son pays détenait secrètement des centaines d’agents et de militaires britanniques, français, émirats, israéliens, saoudiens et turcs et qu’il était hors de question de libérer certains d’entre-eux.

La Syrie a libéré des militaires britanniques et français en 2013 et 2014 après des négociations secrètes portant sur un deal non connu à ce jour mais il semble que Damas s’est senti floué par la suite et du coup, plus aucun prisonnier britannique ou français n’a été relâché. Une situation qui a abouti à une agression tripartite directe contre la Syrie à laquelle ont activement participé les britanniques et les français sous le fallacieux prétexte « chimique ». L’échec de cette attaque a mis un frein aux tentatives clandestines de localiser et libérer les prisonniers fantômes via les mercenaires d’Al-Nosra. Les unités spéciales russes ont joué un certain rôle dans la mise en échec de ces opérations “humanitaires” secrètes d’un genre nouveau. Ce qui a fait dire au chef d’état-major syrien en pleine réunion cette phrase particulière : « Qu’ils [les alliés soutenant les terroristes] aillent rejouer leur [Sauvez le soldat Ryan] dans leurs studios pour clips musicaux de troisième choix… »

Non reconnus par Damas qui les garde dans des geôles destinées aux terroristes islamistes, et non reconnus officiellement par leurs gouvernements respectifs, en l’occurrence la France et le Royaume-Uni, une grande partie de ces agents de l’ombre se sont laissé pousser une barbe et se sont convertis à l’islamisme radical en attendant des jours meilleurs.

Pour l’instant, Damas les considère comme une monnaie d’échange marginale mais à fort potentiel dans toute future négociation sous la table. Ce n’est pas pour rien que la Syrie désigne systématiquement le gouvernement français comme le premier soutien du terrorisme sur son territoire. Il y a des preuves vivantes pour étayer ces accusations. Un jour l’opinion publique française saura. A moins d’une amnésie collective imposée et officielle dans la pure tradition politique française et dans ce cas là il est fort parier que même à leur retour au bercail, personne ne croira ces militaires fantômes dopés aux benzadiazépines ».

Strategika 51, le 20 octobre 2018

Rappel :

Damas confirme pour la première fois la capture de militaires britanniques à la Ghouta orientale

Lire aussi :

L’armée syrienne détiendrait dans ses prisons plusieurs centaines de soldats français

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour Des centaines de militaires français dans les prisons syriennes

  1. zorba44 dit :

    A propos Macron pourrait bien affirmer lui aussi « J’en parlerai au Diable »…

    Il est clair qu’il ne fait pas bon s’enrôler dans l’armée française …laquelle saura fort opportunément oublier ses éléments engagés dans des opérations spéciales !

    Jean LENOIR

  2. josephhokayem dit :

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

  3. Elnatt dit :

    Fabius, Juppé et Hollande ont fait « du bon boulot ». Au poteau et en Enfer, vite!!!

  4. tempelhof dit :

    Pourquoi les médias se taisent-ils sur ce sujet forcément très troublant et interpellant pour la classe politique?
    La réponse est dans la question.

  5. Jean-Loup Izambert dit :

    Certes, « la diffusion des images de prisonniers de guerre est une violation de la Convention de Genève ». Et le crime d’agression perpétré et renouvelé depuis 2011 contre la République arabe syrienne n’est-il pas une violation du droit international, de la Carte de l’ONU, de traités signés par la France – et dont le président français est le garant selon la constitution ?
    Depuis cette époque, les dirigeants français apportent, en coopération avec Washington, Londres et les dictatures du Golfe, un soutien continu à des groupes terroristes pour renverser la république syrienne. Il va falloir préciser cet article en publiant des images de chefs de groupes criminels rencontrant leurs souteneurs français dans les allées du pouvoir. Une suite à mes deux enquêtes parues sous le titre « 56 » est en cours. Mais il est quand même malheureux de devoir s’adresser à des journalistes non syriens pour obtenir des informations précises sur les relations entre des dirigeants français et ceux de ces groupes criminels et sur l’occupation militaire française en Syrie…

    • Vltava dit :

      Bonsoir Jean-Loup! J’ai acheté vos 2 livres ou le Tome 1 et 2
      Tome 1 : 56 L’Etat français complices de groupes criminels
      Tome 2 56 mensonges et crimes d’Etat
      Très instructifs, révélateurs..

      • Jean-Loup Izambert dit :

        Merci de votre soutien car comme vous l’imaginez je n’ai pas eu droit à la moindre information dans des médias français, exception faite d’Afrique-Asie, de TVLibertés et de La Dépêche du Midi. Et cela bien que l’éditeur m’ait précisé avoir envoyé la présentation des ouvrages et, parfois même, des ouvrages à près de 600 journalistes de médias français.
        J’ai précisé les enquêtes de ces deux tomes dans « Trump face à l’Europe » et prépare actuellement un autre ouvrage. Celui-ci répondra à deux questions qui sont venues dans les conférences que j’avais commencé à donner: comment s’est organisé au fil des années la protection et/ou le soutien à des organisations criminelles ( aux plans politique, diplomatique, judiciaire, médiatique et militaire) et pourquoi soutenir de tels groupes.
        Ce sera une sorte d' »album de famille » des amitiés franco-teroristes avec de belles images…
        A bientôt donc et encore merci de faire connaître autour de vous les deux tomes de 56.

  6. madmax13 dit :

    Y a un truc qui me gêne dans ce que vous dites ? Et les familles de ces militaires pourquoi ne les entendons pas ? Si c’est vrai elle devrait s’inquieter non ? Citez moi un seul nom de militaire prisonnier?

    • delta dit :

      si vous faites ça vous flinguez leurs chances de libération par la négociation: simple à comprendre pourtant!

      • Jean-Loup Izambert dit :

        Oui, au fond c’est comme pour les groupes criminels recrutés par les Frères musulmans qui sont venus tuer des milliers de civils innocents et dont certains d’entre eux ont été encadrés et entraînés en Turquie et en Jordanie par les militaires français. Faudrait leur organiser des couloirs « diplomatiques » d’évacuation pour qu’ils puissent rentrer tranquillement chez eux, faute d' »avoir fait du bon boulot ». Quand on choisit la guerre il faut en assumer les conséquences jusqu’au bout.

        Pour répondre à madmax13:
        Une première liste de noms de militaires prisonniers a été publiée (de manière très-très limitée) mais la présidence syrienne s’est opposée à la publication complète de ceux arrêtés et retenus en Syrie comme à la publication de leurs photos après et malgré l’annonce faite par le Délégué permanent de la RAS auprès de l’ONU, monsieur Bachar al-Jaafari.
        Extrait de la conférence de presse donnée le 19 décembre 2016 à l’ONU par le Docteur Jaafari:
        « Qu’allons-nous faire des officiers des renseignements étrangers ? Nous allons les arrêter et vous les montrer, mon ami. J’ai donné leurs noms il y a quelques minutes. Vous voulez qu’on vous les montre, on vous les montrera.
        (…)
         » Oui ces agents des renseignements étrangers, dont j’ai donné la liste il y a quelques minutes, sont toujours présents dans les quartiers est d’Alep et c’est pourquoi vous avez assisté aux initiatives hystériques de la France, de la Grande Bretagne et des Américains, parce qu’ils voulaient garantir leur sécurité et les sortir de la partie est d’Alep.
        Comment avons-nous pu les identifier nommément ? Sans doute parce que nous n’avons pas de solides services de renseignements… »

        Le problème étant que le diplomate Jaafari est un politique plus compétent et engagé que son politicien de président. Mais là, c’est une autre histoire. N’oubliez pas que le président Assad est un « grand » président qui a réussi l’exploit de nommer comme Premier ministre, en pleine guerre, un petit bureaucrate manipulateur comme Riad Hijab qui était déjà en train de préparer un second coup d’Etat – celui programmé pour le 18 juillet 2012 – avec le soutien des services étasuniens, anglais, français et quelques autres de pays arabes ( Lire le tome 1 de 56, l’Etat français complice de groupes criminels,IS Edition, amazon.fr). Si les services de renseignement syriens sont « solides » que dire alors de l’actuel président? Sans doute faut-il y voir un effet pervers des tractations en cours depuis le palais présidentiel pour reconstruire la Syrie détruite…

    • Le dodo dom dit :

      La grande muette: comme ils touchent la « rente », payée par nos impôts pour aller tuer des Syriens, ils doivent « fermer leurs gueules », pour le bien-être de la « patrie », non??? puisque la « famille » est soumise, du moins pour la réception de la rente, au silence par les « con »ventions de Genève.(?).. sachant qu’ils n’en reviendront pas, et …. ne reveauteront plus pour l’autre… cron!
      Allusion à Mr Robert, les familles n’ont peut-être pas les moyens d’aller sur les « réseaux dit sociaux », soumis au versements de la rente « en Apex »: donc SILENCE TOUJOURS!
      Ça vous énerve? ?.. mais tout est « ficelé;-))) (Ps, j’suis pas le diable,…mais encore moins un charlie)
      Et puis de toutes façons, les responsables, c’est quand-même les engagés: avant, ca eût payé, et c’était planqué, mais depuis que nous sommes en marche, peu importe le sens, c’est exposé… fallait y réfléchir avant… en famille… et en consultant le blog d’Olivier… pour avoir un esprit « ouvert ». Cqfd!
      Dom

  7. Robert dit :

    Pourquoi les familles des militaires concernés ne se manifestent-elles pas sur les réseaux sociaux ?

  8. zorba44 dit :

    En deux mots, le moindre « diffuser »…
    Au moins le monde, au moins les familles sauraient

    Jean LENOIR

  9. Elnatt dit :

    300 le chiffre n’a rien d’extraordinaire sur plus de 7 ans de guerres secrètes sur le territoire syrien.
    Au total depuis 2011 les forces spéciales, conseillers militaires et « analystes » engagés côté français doivent se compter par milliers….
    De toutes façon il n’y aura jamais de reconnaissance officielle des pertes et détenus car tout ça doit rester secret, on en est réduits à spéculer.

    • Jean-Loup Izambert dit :

      Vous avez raison. Le problème étant que ceux qui enquêtent se heurtent aussi bien à la désinformation et au silence de Paris comme à ceux de… Damas.
      Reste que le soutien de dirigeants français à des groupes criminels ( voir mes enquêtes publiées en deux tomes sous le titre « 56 » – L’Etat français complice de groupes criminels – et – Mensonges et crimes d’Etat – (www.amazon.fr) est lui aujourd’hui bien avéré et prouvé ainsi que je le fais.
      Très curieusement, même les informations que j’ai collectées et diffusée au fil d’années d’enquêtes n’ont pas été relayées par les médias français – ce qui peut s’expliquer – ni par les médias… syriens, ce qui s’explique beaucoup moins… Sauf bien sûr à ce que la politique des dirigeants au pouvoir à Damas avec Paris ne soit pas exactement celle officiellement déclarée…

      • Joseph Berbery dit :

        « Sauf bien sûr à ce que la politique des dirigeants au pouvoir à Damas avec Paris ne soit pas exactement celle officiellement déclarée… ».
        Insinuation malveillante… À moins d’explications. En ne disant qu’une partie seulement de ce que vous semblez savoir, ne jouez-vous pas le même jeu que celui que vous accusez Damas de jouer?

      • dadihafo dit :

        vous affirmez plus haut qu’une liste a été diffusée, quelle preuve pouvez-vous apportez?

  10. Marc dit :

    Aucun mot dans les médias grand public bien sûr !….La pléthore de « journaleux » « aux ordres » de ces médias grand public devrait avoir HONTE de sa soumission généralisée au « Système » de la pensée unique et de l’information autorisée pour le « bon peuple » !….Continuez Monsieur votre travail de ré-information!….je fais connaître votre site autour de moi autant que je le peux !

  11. Le dodo dom dit :

    Peut-être que ce n’est pas les geôles francaises: pas de fax, encore moins d’internet pour faire des selfies… ça doit pas être le club Med à ministres en marche… en avant ou en arrière!
    Quant à l’ong amnesty international, suis pas sûr qu’ils aient droit de l’ouvrir, là bas!

  12. Jean-Claude dit :

    Il serait particulièrement intéressant
    de connaître les sources validant cette info
    Cordialement
    JC

    • Jean-Loup Izambert dit :

      Oui, vous avez entièrement raison.
      Il est regrettable que ce genre d’infos importantes ne soient pas plus précises et sourcées par leurs auteurs tout particulièrement quand on connaît les procédés de désinformation que n’hésitent pas à utiliser les dirigeants français pour instrumentaliser les médias et tromper l’opinion publique (Cf. par exemple les campagnes sur le thème des armes chimiques que j’évoque dans le tome 2 de « 56 » – Mensonges et crimes d’Etat).
      Sans doute ma réponse de ce jour (22/10) et votre intervention du 21 se sont-elles croisées.
      J’y donne les références de l’intervention du Délégué permanent de la RAS à l’ONU sur ce point lors de sa CP du 19 décembre 2016. Une très bonne intervention de ce diplomate malheureusement restée sans suite. Une partie de la liste a toutefois pu être diffusée.
      Depuis la liste s’est allongée, non compris les militaires français qui occupent en toute illégalité le nord-nord-est de la Syrie pour y soutenir ce qu’il reste des groupes terroristes regroupés sous le label de  » Forces démocratiques syriennes  » qui ne sont ni « démocratiques » ni « syriennes ». Une nouvelle « opposition modérée » en somme…
      Il est, par ailleurs, délicat de diffuser ces noms, ces militaires n’étant que les exécutants d’ordres reçus de leur hiérarchie militaire, à savoir présidence de la République et état-major, ministère de la Défense et DGSE. Là sont les vrais responsables de cette guerre qui n’en finit pas de détruire la Syrie.

      • piccio dit :

        Merci,mais je n’ai toujours pas les sources, sans aucun nom des soldats, cela va de soit.

      • matbee dit :

        Vous voulez aussi leurs fiches de paie, sans doute ?

        Adressez-vous à Jean-Yves Le Drian, vous verrez il très serviable et coopératif quand il s’agit de détailler les basses besognes de l’Etat français…

  13. Colonel X dit :

    Haute Trahison. Le poteau et la déchéance de nationalité, pas moins.

    • zorba44 dit :

      Cette prise de position vous honore mon Colonel. Toutefois à moins que vous ne vous soyez masqué en utilisant un ordinateur qui ne soit pas le vôtre, l’identité en est immédiatement connue.

      Ceci dit nous sommes totalement d’accord…

      Jean LENOIR

  14. la guerre ne se fait pas dans un showroom dit :

    Incroyable ces gens qui voudraient que l’identité de prisonniers secrets et non reconnus d’une guerre secrète et non reconnue… soit livrée en pâture aux médias et réseaux sociaux !
    Vous planez les gars, vous vous croyez dans une émission de TV-réalité?

  15. Kohlin dit :

    Il ne faut pas attendre autre chose qu’un black-out total de la part de nos gouvernants; ceux qui croient que Paris va communiquer au sujet de ses soldats de l’ombre capturés par les autorités syriennes sont de doux rêveurs!

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s