« La révolte des gens qui sont bien quelque part contre ceux qui sont bien partout » (Ch. Gave)

Le cas de l’Italie est en effet emblématique de cette lutte pour le pouvoir entre les élites mondialistes et des peuples attachés aux réalités nationales, et donc traités de “populistes” et de “nationalistes”. Autrement dit, entre les nomades “attaliens” adorateurs du Marché et les enracinés soucieux de conserver des frontières protectrices. Ils refusent cette Europe métissée qu’une hyperclasse de rentiers et de prédateurs cherche à construire et où ils ne seront plus que de la main-d’oeuvre malléable et corvéable à merci. Bref, c’est la révolte des classes moyennes et pauvres contre les classes dites supérieures. OD

(source : Planetes360)

« Il y a une seule chose à faire en Europe pour la sauver, c’est le “Bruxit” : sortir Bruxelles de l’Europe et revenir à l’Europe des nations, dont on n’aurait jamais dû sortir ».

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour « La révolte des gens qui sont bien quelque part contre ceux qui sont bien partout » (Ch. Gave)

  1. zorba44 dit :

    Remarquable analyse et synthèse… qu’on trouve chez Jacline dans le dernier post du signataire !
    « Le retour de balancier »…

    L’Allemagne ne nous fera pas la guerre : c’est un peuple de vieux et de retraités !

    …Et le franc sera de retour et « Ju par terre » dans les poubelles de l’histoire !

    Jean LENOIR

  2. Robert dit :

    La guerre ne se fait plus par les bombes… du moins dans les pays « civilisés » et « évolués ». Elle se fait par la finance, par la gestion de la dette, qui est une camisole au service du plus fort. Les chômeurs et les pauvres sont les victimes de cette guerre. L’ état de servitude volontaire de nombre de pays, dont la France, est désolant et inquiétant pour l’avenir.

  3. Eric83 dit :

    La Commission Européenne se retrouve enfin au pied du mur !…avec deux options dévastatrices pour l’UE.

    Soit tenter de faire plier le gouvernement italien sur son budget, qui n’a aucune raison de plier puisque sa dette est dans ce contexte de bras de fer une arme redoutable, soit accepter le budget italien et tous les autres Etats de l’UE pourraient exiger les mêmes largesses budgétaires de la Commission Européenne.

    Dans ce bras de fer qui s’annonce déterminant pour l’UE, le vote de confiance du Sénat sur le projet de loi sur l’immigration de Salvini, gagné haut la main, va donner des ailes au gouvernement italien et devrait provoquer quelques « nervous breakdowns » notamment du côté de la Commission Européenne.

    « Le gouvernement populiste italien a remporté ce vote avec 163 oui, 59 non et 19 abstentions, dont celles de cinq sénateurs du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème, au pouvoir) opposés à ce texte. »

    https://www.romandie.com/news/Italie-le-S-nat-vote-la-confiance-sur-une-loi-anti-migrants-de-Salvini/969199.rom

  4. Nanker dit :

    « La guerre ne se fait plus par les bombes… du moins dans les pays « civilisés » et « évolués ». Elle se fait par la finance, par la gestion de la dette, qui est une camisole au service du plus fort »

    Certes mais les banques et fonds de pensions susceptibles de faire la guerre aux nations rétives (Italie principalement) sont elles-mêmes au bord du gouffre tant elles sont pleines de créances pourries. Soyons optimistes, nos esclavagistes (le 1% mondialisé) et leurs tueurs à gages (banques fonds de pensions) ont un pied dans la tombe, et personne ne peut plus les sauver.

    Le guignol Macron, envoyé chez nous pour faire en sorte que l’ordre des plus riches perdure encore un peu (10 ans?) est en train de lamentablement échouer. La caste du 1% n’a plus d’options, la crise finale (et la redistribution des cartes au profit de tous qui en découlera) se profile et rien ne pourra l’arrêter.

    • Robert dit :

      D’ accord avec vous. A mon avis, personne ne sait exactement combien de temps l’agonie du système peut durer, mais il va y avoir de la casse ! Je pense que le « reset » se fera dans la douleur car la ploutocratie ne rendra pas les armes facilement. Mais les peuples ont le nombre pour eux…

      • zorba44 dit :

        Robert, ce que vous écrivez me fait penser aux concours de châteaux forts sur les plages bretonnes des années cinquante-soixante (les fameux concours du Figaro).
        Le dernier château de plage aussi bien bâti qu’il soit est le dernier domino d’une ligne où les salves de déferlantes sont toujours gagnantes.

        « Les peuples ont le nombre pour eux » (et même la dissidence possible des forces de l’ordre) …vous avez totalement raison de le souligner.

        Jean LENOIR

  5. josephhokayem dit :

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

  6. zorba44 dit :

    En complément à cet article…

    Charles Gave a la limpidité de l’explication de la dette et de son remboursement (et son corolaire, le défaut)

    Par cet exposé sont clairement énoncés les tenants et les aboutissants de notre mort financière !

    Jean LENOIR

  7. Robert dit :

    Explication lumineuse de Charles Gave, qui nous explique pourquoi l’ Euro n’a pas encore éclaté… et comment l’ Allemagne risque de se retrouver dans la situation de l’arroseur arrosé. Et pourtant notre président continue à célébrer le « couple franco-allemand » comme le sauveur de l’ Europe ! Mais quelle Europe ?

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s