Pétain, « grand soldat » : Macron rejoint de Gaulle, Mitterrand, Chirac et Sarkozy

Une fois n’est pas coutume, on ne peut que donner raison à Macron. Malheureusement, et comme il fallait s’y attendre, le président de la République, qui, lui, n’est pas un héros, n’a pas tenu longtemps sa position (de bon sens) et a fini par céder à l’intense pression des polémiqueurs professionnels. OD

« En qualifiant le maréchal Pétain de «grand soldat» pendant la Première guerre mondiale, le chef de l’État s’est attiré les critiques d’une partie de la classe politique. Pourtant, en ajoutant qu’il a «conduit à des choix funestes» pendant la Seconde guerre, il s’inscrit dans les pas de ses prédécesseurs.

Le maréchal ? Quel maréchal ? Le héros de Verdun, en 1916 ? Ou le chef du gouvernement collaborationniste de Vichy, signataire du statut des juifs d’octobre 1940 ? Emmanuel Macron a refusé de choisir, mardi, en convoquant les deux dimensions de l’homme. «Le maréchal Pétain a été pendant la Première Guerre mondiale un grand soldat», même s’il a «conduit à des choix funestes pendant la Seconde», a déclaré le président de la République à Charleville-Mézières (Ardennes), l’une des étapes du périple mémoriel qui le conduira jusqu’à Paris, dimanche, cent ans après la fin de la Grande Guerre. Entendre le fossoyeur de la IIIème République, en 1940, qualifié de «grand soldat», a horripilé une partie des responsables politiques, à l’image de Jean-Luc Mélenchon. Pourtant, le président de la République tient là un discours semblable à ceux de ses prédécesseurs.

De Gaulle : « gloire » de Pétain malgré des « défaillances condamnables »

Le général de Gaulle, chef de la France libre, n’a cessé de dénoncer pendant la Seconde Guerre mondiale ce qui reste à ses yeux l’erreur fondamentale de Pétain: l’armistice de 1940, c’est-à-dire «l’acceptation de la défaite et de la servitude». Malgré ce désaccord irréductible entre les deux hommes, de Gaulle ne négligera pas, une fois à l’Élysée, les faits d’armes du maréchal qu’il avait rejoint en 1912 au sein du 33e régiment d’Arras, pendant la Grande Guerre.

«Si, par malheur, en d’autres temps, en l’extrême hiver de sa vie, au milieu d’événements excessifs, l’usure de l’âge mena le maréchal Pétain à des défaillances condamnables, la gloire qu’il acquit à Verdun, qu’il avait acquise à Verdun vingt-cinq ans auparavant, et qu’il garda en conduisant ensuite l’armée française à la victoire, ne saurait être contestée ni méconnue par la patrie», déclare-t-il le 29 mai 1966 à Douaumont, à l’occasion du 50e anniversaire de la bataille de Verdun. Le 10 novembre 1968, cinquante ans après 1918, il fait déposer une gerbe sur la tombe de tous les généraux vainqueurs de la Grande Guerre, dont celle de Pétain, sur l’île d’Yeu, où le maréchal a fini sa vie en 1951″.

Lire la suite de l’article du Figaro

Lire aussi :

Polémique sur Pétain : face à la pression, l’Elysée fait volte-face

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Pétain, « grand soldat » : Macron rejoint de Gaulle, Mitterrand, Chirac et Sarkozy

  1. Marc dit :

    Qui a été en 1ère ligne pour déclencher un buzz médiatique ?….Le CRIF bien sûr, lequel est un véritable État dans l’État !…Avant hier je me suis « amusé » à zapper sur les différentes chaînes télés notamment celles distillant des informations en continu…..Et bien j’ai constaté que dans les pseudo-débats bien policés sur ces différents plateaux télés il y avait à chaque fois la présence d’un « juif de service » virulent et qui visiblement avait pour mission d’enfoncer définitivement la tête du Maréchal sous l’eau !!!

    • jsg dit :

      Certes ils sont virulent, certains les ‘descendants?’ des martyrs, sauf en Allemagne, où depuis des années ont leur a fait comprendre que c’était terminé, les indemnités et le reste. Bref, sans vouloir excuser les rafles sur l’instigation des Allemands, ces mêmes gens qui reprochent à la France et à tous les Français (en passant), de ne pas les avoir protégés qu’ont-ils fait pour résister dans les pays qu’ils fuyaient, en abandonnant sans avoir résisté, leurs coreligionnaires. Simple question pour rappeler que l’absence de bravoure que l’on reproche à certains pourraient se retourner contre leurs accusateurs. Ceci, néanmoins, n’excuse pas l’inexcusable, et les scènes que je revois dans mon enfance, me font toujours pleurer. Mais, ça suffit, je ne supporte pas ces allusions qui me blessent, et ne font que ternir la réputation des accusateurs.

  2. Justy dit :

    Un grand soldat qui envoie des centaines de milliers de jeunes gens se faire massacrer pour défendre les intérêts financiers du monde anglo-saxon , peut-on refuser de marcher là-dedans ?
    Quand à l’armistice, Pétain avait-il le choix alors que la gauche venait de ruiner le pays ? Fallait-envoyer au casse pipe des milliers d’autres français ? C’est plutôt en 40 qu’ en 14 que Pétain s’est monté grand .

    • Ce n’est pas l’armistice qui est reproché au maréchal Pétain mais sa politique de collaboration active, surtout après 1942 et l’invasion de la zone libre…

      C’est très bien d’être pacifiste et d’être opposé aux guerres, qui sont organisées par les élites industrielles et financières et ne profitent qu’à elles. Je suis comme vous, je combats l’hypocrisie de ces « planqués » qui instrumentalisent le patriotisme des peuples.

      Mais en 1916 la guerre était déjà plus qu’engagée, et on voit mal comment reprocher à Pétain et aux généraux d’avoir consacré leurs efforts à rechercher la victoire.

      Auriez-vous préféré une capitulation à ce stade de la guerre, avec toutes ses conséquences ? C’est facile de refaire l’Histoire, mais il vaut mieux se remettre dans le contexte de l’époque.

      Cela dit, chacun est libre d’apprécier comme il l’entend les stratégies et moyens employés pour gagner la guerre, et notamment leur coût humain.

      • Justy dit :

        A propos de l’armistice, je pensais au général De Gaulle qui l’avait trouvée » déshonorante  » . C’était son principal grief à l’encontre de Pétain .
        Je ne dis pas qu’il fallait stopper la guerre en 1916 ; mais je me refuse de considérer des généraux planqués comme des grands soldats . Je crois que nous partageons ce sentiment.

      • D’accord avec vous, l’expression « grand soldat » est assez ambiguë, elle n’est pas adaptée à des généraux qui ne vont pas au feu.

      • Marc dit :

        « Ces guerres organisées par les élites industrielles et financières et ne profitent qu’à elles  » !…Je suis mille fois d’accord avec vous !!!….Ne pas oublier par exemple ces élites financières qui, prises parfois de remord devant l’ampleur de la catastrophe qu’elles avaient contribué à provoquer, avaient parfois « viré leur cuti  » vers la fin de la guerre et après !…Comme dans beaucoup de familles j’ai perdu un grand père à Fleury devant Douaumont, mon autre grand père né en 1866 était trop âgé pour partir à la guerre. Chose intéressante, celui-ci était client de producteurs de champagne de la région de Reims et il avait recueilli un peu par hasard les confidences (qu’il avait souvent répétées à mes parents ) d’un gros producteur…à savoir que les Rockefeller, peut être pour se racheter une bonne conscience ! , avaient décidé de reconstruire après la guerre et à leurs frais la cathédrale de Reims qui était aux trois quart détruite. Cette confidence est-t-elle véridique ?…je ne saurais l’affirmer !

    • stg dit :

      Arrêtez de tenir des propos excessif, qui témoignent que vous n’avez pas recueilli de témoignages des poilus de l’époque. Pétain avait été choisi pour arrêter les massacres de l’offensive du chemin des dames entre-autre et des révoltes qui s’en suivirent. C’est grâce à lui que les exécutions ont été drastiquement limitées. Ce qui m’afflige ce sont les paroles de tous ces trous du cul, qui, dans les médias, sont incapables de retenue pour hurler avec les loup histoire d’aller à la soupe. Tous, les anciens rescapés de cet immense massacre étaient unanimes; ils appelaient Pétain le vainqueur de la Marne et nourrissaient à son égard une adoration sans nom. Les propos haineux de ces minus qui font l’amalgame, les feraient pleurer, et s’ils étaient encore là ils donneraient des leçons de courage, à cette bande de pleutres qui prétendent donner des démonstrations de patriotisme, et d’un courage, réfugiés derrière leur médiocrité, à la limite de l’insupportable. Et parmi les grandes gueules qui bavent d’une haine de circonstance, il y en a qui ne seraient pas là, si l’armistice n’avait pas été signé par Pétain, car les massacres des populations civiles se seraient poursuivies. Il faut savoir que Hitler avait du respect pour le symbole que représentait Pétain entre 14 et 18, lui-même ayant été soldat sur le front. Et que nous ne serions peut-être pour beaucoup, ailleurs, nos parents ayant été tués.
      Oui le président Macron, pour une fois a fait un sans faute !

  3. Elnatt dit :

    En effet il y eut deux Pétain, et ce n’est pas faire injure à la dignité humaine de rendre hommage au premier à condition de dénoncer le second.

    • jsg dit :

      Non, il n’y a pas de conditions, ce sont deux sujets différents, d’autant que les accusateurs derrière leur bureau accusent « à partir de 42 », oubliant que cet arrêt des combats a évité nombre de morts innocents. Après tout, qui êtes vous donc pour vous arroger le droit de dénoncer, et qu’auriez vous fait, vous à la place de Pétain ?, vous qui accusez, comme tant d’autres, en lui faisant retomber sur les épaules, tous les crimes de la terre entière. Parmi ceux qui, comme vous, dénoncent, combien dans le contexte de l’époque auraient peut-être fait partie de la milice ? -sait-on jamais- Ce n’était pas un jeu vidéo ! La justice est passée, de grands hommes plus grands que vous et moi, se sont prononcés sur ce drame, alors, ça suffit, ces « dénonciations » sont stériles, malsaines et finalement ne font que se retourner contre ceux qui s’y complaisent. !

  4. Ping : Pétain, « grand soldat » : Macron rejoint de Gaulle, Mitterrand, Chirac et Sarkozy – Virginie Jeanjacquot

  5. téléphobe dit :

    Il n’y a, chez moi, que deux portraits d’homme d’état de mon pays, ceux pour qui j’ai du respect : notre bon Roy Louis XVI et le maréchal Philippe Pétain. ;o)

  6. Bernie dit :

    Les chiens de garde du politiquement correct refusent sa part d’hommage au maréchal Pétain pour avoir mené la France à la Victoire.
    Que prouvent-ils donc… sinon qu’ils sont des négationnistes de l’histoire de France ?

  7. Robert dit :

    Cette polémique illustre bien la difficulté pour la France d’assumer son passé. Pétain a été un grand soldat, puis s’est déshonoré deux décennies plus tard en devenant un politique… tout en ayant le soutien d’une majorité de Français qui voulaient la fin de la guerre. Voilà les faits, le pays doit les assumer.

    • jsg dit :

      « en devenant un politique » Certes, je vous donne raison, mais votre analyse critique sur la manière d’assumer, manque d’humilité, on ne juge pas les gens sans avoir été témoin de l’époque, car cela devient pure spéculation « Maître, rejeté car pure spéculation… »
      Non, les Français, enfin, ceux qui ont un vécu de cette époque, autre que par l’intermédiaire d’historiens douteux, assument sans complexe. Mais ils ne toléreront jamais d’être montrés du doigts par des manipulateurs d’opinion dont la bravoure n’est que dans leurs jeux vidéos.
      Ils assument également ce qu’il fut pendant la seconde guerre, tout comme ils assument la débandade de gouvernement laissant le champ libre à Pétain vers qui, ils crurent. Ils assument également la popularité de ce même Pétain presque jusqu’ à la fin. Voilà au travers d’un mot des parisiens après la poignée de main de Montoire, quelle était l’ambiance : « ne pas confondre métropolitain et Pétain molli trop ».
      Alors, OUI les Français assument les faits, mais pas comme les présentent certains, pour qui l’histoire n’est que la manière de retourner l’opinion à leur gréé. Assumer, n’est pas se laisser accuser insidieusement pour des faits qu’ils réprouvèrent. Que les accusateurs fassent déjà leur auto-critique, avant de s’arroger le droit de juger ce qu’eux-même n’ont pas eut l’occasion de vivre.
      Et puis, enfin, au travers d’un tas de pleutres, la France n’arrête pas de battre sa coulpe à tous propos, alors MERDE l’Histoire de France n’a de leçons à recevoir de personne.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s