« Ça sent la Révolution » : scènes de guérilla urbaine en plein coeur de Paris

On a peine à croire que Macron et ses soutiens ne cherchent pas la confrontation et la guerre civile… A force d’exaspérer les Français, de les provoquer, et de refuser tout compromis, toute concession, ils nous mènent au chaos, tout simplement. OD

« Ca sent la Révolution » : de l’Opéra à l’avenue Foch en passant par la rue de Rivoli et le boulevard Haussmann, plusieurs quartiers huppés de Paris étaient le théâtre samedi de scènes de guérilla urbaine en marge de la mobilisation des « gilets jaunes ». Le président Emmanuel Macron a réagi en déclarant qu’il « n’acceptera jamais la violence », a-t-il dit en marge du sommet du G20 à Buenos Aires.

« Aucune cause ne justifie que les forces de l’ordre soient attaquées, que des commerces soient pillés, que des passants ou des journalistes soient menacés, que l’Arc du Triomphe soit souillé », a ajouté le président français, s’exprimant à Buenos Aires, à la fin du sommet du G20.

L’anarchie dans Paris

Tractopelle en feu, voitures retournées et incendiées, vélos en libre service arrachés, radars et lampadaires mis à terre, pavés jonchant la chaussée: plusieurs arrondissements cossus du centre et de l’ouest de la capitale étaient livrés au chaos, noyés dans des nuages de gaz lacrymogènes ou nappés d’épaisses fumées noires.

« Ca crame !! », hurle une adolescente avant de tourner les talons, alors que deux départs de feu commencent à prendre de l’ampleur boulevard des Capucines, haut lieu du shopping parisien.

Non loin de là, le boulevard de la Madeleine est recouvert de pavés et de briques arrachées. Un « A » cerclé, symbole de l’anarchie, a été tagué sur la vitrine d’une banque tandis que flotte dans l’air une persistante odeur de brûlé.

« J’ai envie de pleurer face à toute cette violence »

Sur la prestigieuse avenue Foch, une quarantaine de manifestants érigent des barricades avec des troncs d’arbre et des barrières, avant d’être aspergés de gaz lacrymogène et d’être repoussés par les forces de l’ordre.

Plus loin sur l’avenue, un radar tombé à terre est piétiné par une cinquantaine de personnes. Des drapeaux français, dont certains ont été hissés sur le toit de l’Arc de Triomphe, côtoient des drapeaux bretons ou ceux représentant des têtes de morts, certains automobilistes klaxonnent les manifestants ou agitent leurs gilets jaunes par leurs fenêtres.

Des manifestants se sont également brièvement introduits dans le Palais-Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris.

Ces scènes de violences urbaines se répétaient en plusieurs points de Paris, au grand dam de « gilets jaunes » et leurs soutiens venus protester pacifiquement.

« Je suis solidaire avec les gilets jaunes, mais j’ai envie de pleurer face à toute cette violence, ce gâchis », témoigne Fanny, infirmière libérale de 47 ans. « Ça sent la Révolution », dit-elle à une journaliste de l’AFP.

« C’est très impressionnant, je vois que la tradition révolutionnaire est toujours très prégnante en France », renchérit Augustin Terlinden, un Belge de 33 ans venu faire son jogging près de l’Arc de Triomphe. « La situation est hallucinante. Nos équipes me rapportent une situation insurrectionnelle », soulignait également auprès de l’AFP Antoine Berth, porte-parole du groupuscule de l’ultra-droite, Action française.

Sirènes de police et touristes médusés

Depuis les premiers heurts résonnent de manière incessante des bruits d’explosions liés aux incendies de voitures et les sirènes de police et des camions de pompiers, sous le regard médusé de touristes en balade.

Certains sapeurs-pompiers ont été pris à partie par des « gilets jaunes » boulevard Haussmann alors qu’ils tentaient de résorber plusieurs départs de feu. Avenue Raymond-Poincaré, envahie de fumée noire après la mise à feu de plusieurs voitures, l’intervention des pompiers se fait sous escorte des gendarmes et sous l’oeil de « gilets jaunes ».

« Vous savez, nous aussi on a du mal à finir les fins de mois, mais on n’a pas le droit de faire grève », glisse un membre des forces de l’ordre. A un autre point de la capitale, un manifestant, gilet jaune sur le dos et crâne en sang, explique avoir « rencontré un flic ».

Selon le bilan communiqué à 17H00, les affrontements ont fait 80 blessés, dont 14 parmi les forces de l’ordre.

Chantal, 45 ans, venue de Lorraine avec son mari et ses deux enfants approuve une « violence légitime », réponse selon elle « au silence de Macron ». « Tous les mois, on finit avec 500 euros de découvert. Ça fait trois ans qu’on n’est pas partis en vacances », souffle cette fonctionnaire qui gagne 1700 euros par mois. « Avec des fleurs au fusil on n’arrive pas à grand-chose », lâche David, la trentaine, travaillant dans les travaux publics en région Rhône-Alpes.

Pour Romain, 39 ans, employé à l’Opéra de Paris, les dégradations sont aussi « un mal nécessaire », « une manière de s’exprimer ». Même si, ajoute-t-il, « brûler les voitures de gens, c’est pas cool ». « Il y a beaucoup plus de casseurs que la semaine dernière, c’est plus tendu », observe également le Francilien. Les autorités avaient procédé à 183 interpellations à 17H00, selon la préfecture de police ».

7sur7.be, le 1er décembre 2018

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour « Ça sent la Révolution » : scènes de guérilla urbaine en plein coeur de Paris

  1. Oz dit :

    Aucune raison à la colère des français
    La vérité sur le salaire du personnel de l’assemblée national : pas les députés mais le personnel qui distribue le courrier, met du papier dans la photocopieuse etc.

  2. Oz dit :

    Soutien d’un médecin aux Gilets jaunes.
    Un médecin explique à Macron ce qu’attendent les GJ, ce qu’est la véritable écologie …

  3. Ping : « Ça sent la Révolution » : scènes de guérilla urbaine en plein coeur de Paris – Virginie Jeanjacquot

  4. Charlot dit :

    QU IL ACCEPTE OU PAS ON S EN BRANLE DE MACRON PLUS PERSONNE L ECOUTE
    MACRON DEGAGE !!!!!

  5. Ping : « Ça sent la Révolution » : scènes de guérilla urbaine en plein coeur de Paris – EcoPol

  6. brunoarf dit :

    L’Union Nationale Lycéenne appelle à bloquer les lycées lundi 3 décembre.

    Le syndicat UNL appelle les lycéens à bloquer les lycées en plein mouvement des « gilets jaunes » lundi 3 décembre.

    ?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1068503783729184769&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.francetvinfo.fr%2Feconomie%2Ftransports%2Fgilets-jaunes%2Fdes-lyceens-rejoignent-le-mouvement-des-gilets-jaunes-a-l-appel-du-syndicat-unl-et-bloquent-leurs-etablissements_3078771.html

  7. cesaropapiste dit :

    Premier dimanche de l’Avant. Premier jour de leurs derniers jours…

    N’oubliez jamais que nous avons deux ennemis, d’un côté l’ultra minorité sataniste et luciférienne au pouvoir, de l’autre la populace décérébrée et soumise au Système et encore largement majoritaire, hélas. Pour les naïfs :

    https://m.youtube.com/channel/UCWc3I_Jt_YV3qtEvtvNOs-A

    Mais aussi :

    L’objectif, le seul qui vaille, est non pas la destitution de ce gouvernement de nuisibles, mais la neutralisation immédiate de ce ramassis de parasites par l’action de la frange responsable des forces armées françaises patriotes. Procès et peines de morts à la clé pour les plus coupables !

    Le peuple légitime s’incarne actuellement dans le mouvement des gilets jaunes. Il est le contraire de la populace décérébrée qui elle reste inerte et soumise au Système, celle notamment de la caste des journalopes serviles et obséquieuses avec leur maîtres, tandis qu’elles se montrent inflexibles et méprisantes à l’égard du peuple.

    Vive la France et mort aux cons !

    • cesaropapiste dit :

      💥💥💥💥💥💥 Je pense que si cette info se diffuse en masse… On va encore crier au FakeNews…La probabilité qu’elle en soit une est toute de même très faible. Mais si elle s’avère vraie, la.violence légitime, celle du peuple devra s’appliquer !

      Ni pitié, ni pardon !

      Journalopes et politique parasites, même combats ? même destins !

      Peuple de France, continue ton combat. La peur va changer de camp !

      Les parasites au pouvoir confondent l à violence née de l’iniquité avec l’application de la violence légitime, fruit de la Justice réelle, laquelle est au service du Bien commun, soit l’exact inverse de l’application actuelle et de la Justice et du Bon gouvernement !

      Aujourd’hui est bien le premier jour de leurs derniers jours…

  8. Oz dit :

    Quid des casseurs en gilet jaune

    • Jean-Loup Izambert dit :

      Excellente vidéo à diffuser largement.
      Il faudrait filmer l’arrivée de ces « casseurs » avant leur arrivée sur les lieux des manifestations et au milieu des manifestants. Ce serait bien de mettre en ligne des employés du ministère de l’Intérieur en gilet jaune. Il faut les suivre avant et après.

  9. cesaropapiste dit :

    La veille du Premier dimanche de l’Avent ! (Sic!)

  10. josephhokayem dit :

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s