Démissions à l’hôpital : « On entassait les patients dans une cave »

Malaise à l’hôpital• Crédits : Rose Vidal – Radio France

« Mon dernier passage à l’hôpital la semaine dernière, ne s’est pas aussi bien passé que cela, personnels mal formés, erreur de diagnostic invalidant l’examen que j’ai dû passer, tout cela à cause de la pression et du manque de temps, comme je l’ai toujours dit, un hôpital ou un pays ne se gère pas comme un supermarché, il n’a pas à être rentable, c’est un centre de coût comme les écoles et autres, les bénéfices eux rentrent avec les impôts, la consommation et le travail, si les gens peuvent travailler c’est parce qu’ils sont bien éduqués et bien soignés, il faut donc accepter d’avoir des pertes pour espérer des bénéfices, réduire tout cela à une logique purement comptable est une escroquerie intellectuelle comme celle de comparer un pays à un ménage ». (Folamour)


Des professeurs de médecine et médecins chefs de service dénoncent les effets des restrictions budgétaires sur l’hôpital public.

Les derniers mois ont été marqués, parfois de manière spectaculaire, par les démissions de médecins dans les hôpitaux publics. A Saint-Brieuc, près de cent-vingt médecins et chefs de service démissionnaient en octobre dernier pour dénoncer les décisions prises par leur direction. A Caen, le chef du service gynécologie faisait de même pour protester contre les dérives financières de l’établissement. Les exemples se multiplient : à Amiens, à Clermont-Ferrand, à Nantes ou encore à Paris.

 « On entassait les patients dans une cave. »

Parmi les critiques avancées par les médecins figure celle selon laquelle les restrictions budgétaires dans les hôpitaux publics ne permettent plus d’assurer la sécurité des patients. C’est en tout cas ce qu’a constaté Philippe. Il a travaillé comme médecin réanimateur dans un hôpital public pendant huit ans.

Les locaux du service de réanimation sont alors en sous-sol, avec quatre lits par chambre au lieu d’un. Puisque la salle est sans-fenêtre, les patients passent parfois plusieurs semaines sans voir la lumière du jour.

« On a eu un décès dans une chambre à quatre lits. On ne pouvait pas enlever le corps immédiatement. »

Philippe raconte l’événement qui a agi comme un déclic. Et comment il a commencé à donner l’alerte. Il suit alors la procédure habituelle et remplit des « fiches de signalement d’événements indésirables », environ soixante en huit mois. Il est invité à présenter les problèmes rencontrés en Commission Qualité.

« La présentation avait lieu juste avant l’été. Tout le monde est parti en vacances et a oublié. »

Quelques mois plus tard, Philippe a reçu une lettre de non-reconduction de contrat et n’a jamais obtenu d’explications, malgré ses demandes.

 « La vision comptable est au centre de la gestion de l’hôpital »

Le professeur Eric Rosenthal, aujourd’hui en arrêt maladie, a quant à lui refusé qu’on lui demande de faire le tri entre des patients « rentables » et ceux que l’on considère comme des « débris ».

« Un chef de pôle nous a dit : « si c’est un patient qui ne va pas rapporter, un débris ou un indigent, vous le renvoyez chez lui. »

Eric Rosenthal dénonce la loi T2A, la tarification à l’activité instaurée en 2004. Et qui, en résumé, encouragerait les hôpitaux à pratiquer certaines opérations qui « rapportent » et délaisser certains profils de patients, moins rentables.

« Des traitements de chimiothérapie ont été refusés pour des patients au motif qu’ils étaient trop chers et que le patient ne valait pas la peine. »

Eric Rosenthal raconte son mal-être, l’impression qu’on l’empêche de faire correctement son métier et comment, le 15 octobre dernier, il a décidé de « tout arrêter ».

« Je ne sais pas si j’aurai le courage de revenir à l’hôpital. »

France Culture, le 14 décembre 2018 (via Crashdebug.fr)

  • Reportage : Pascale Pascariello
  • Réalisation : Anne-Laure Chanel

Merci au professeur Eric Rosenthal, Philippe Halimi, Michel Canis et Philippe.

Chanson de fin : « Mouth Of Flames » par Great Lake Swimmers – Album : The Waves, the Wake – Label : Nettwerk Records.

Rappel :

15 000 suppressions de postes dans les hôpitaux attendues cette année

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Démissions à l’hôpital : « On entassait les patients dans une cave »

  1. Caillettes aux Herbes dit :

    Tous ces gens là , votent comme des ânes depuis de nombreuses années , par peur du loup ; ont-ils mûris ? « Tout corps plongé dans l’eau en sort mouillé » ; imperméable , le canard à l’approche de la mort n’est plus protégé par son plumage , l’eau passe , le canard trépasse !

  2. gournouf dit :

    oui mais qui a exigé la T2A, la mise en concurrence et la privatisation de nos services publiques: la commission européenne(art 106 etc) il ne nous reste plus maintenant que le » sévice « public avec tous les dommages collatéraux qui vont avec.

  3. jean-Francois DUROUDIER dit :

    Il suffit d’appliquer ce qu’à fait l’Allemagne lors de la réforme des hôpitaux. Après un défit des hôpitaux pour ne pas se réformer, le gouvernement a mis une centaine d’hôpitaux dans la privé. Le vent du boulet ayant soufflé prés de la tête la réforme à eu lieu !! Et aujourd’hui ils ont des comptes équilibrés. CQFD.
    De plus avec 20 millions de gens en plus, il ont deux fois moins d’agents dans leur sécu !! Et ça ne date pas d’hier !!! Car On voit des gens démissionner mais ne pas se rendre à l’évidence que le système marche sur la tête et qu’ils ont contribué à son délitement. Je rappel que Frédéric Bastiat en 1849 a démonter qu’un système de sécu est voué à s’écrouler !!! . Ce personnage n’est pas étudié en France mais partout dans le monde !!
    Le PB est le même avec l’EDNAT.
    Le seul moyen de réformer, c’est de faire un référendum sur la décentralisation du pays. comme le disait Lord Acton, le fédéralisme est le meilleur système à la foi pour limiter le pouvoir du gouvernement comme celui du peuple.
    Comme modèle le format de la sécurité civile en France avec 6/7 régions, en donnant le droit de prélever l’impôt et de faire des lois au niveau local. C’est le Principe cher au libéraux : la subsidiarité ! Et donc de créer de la concurrence, comme le disait Bastiat, qui est la liberté. Bien sûr tout ce que n’aiment pas les socialistes.
    Cdlt, JFD

    • Jean-Loup Izambert dit :

      Le système de Sécurité sociale n’est pas, comme vous le dites, ignorant sans doute notre histoire, « voué » à s’écrouler ».

      La Sécurité sociale n’est pas une entreprise financière mais un organisme de solidarité nationale.

      Selon son enquête réalisée par son Observatoire de l’accès aux soins 2014 en partenariat avec l’IFOP, 70 % des Français ont déjà renoncé aux soins en 2014. 67 % d’entre eux déclarent que c’était en raison des délais avant d’obtenir un rendez-vous (la proportion était de 58 % en 2011), 46 % en raison du coût de la consultation et 32 % du fait de son éloignement géographique. En moyenne, un patient doit attendre 51 jours pour espérer obtenir un rendez-vous chez un spécialiste…(Source: Jalma, Observatoire de l’accès aux soins Jalma/Ifop 2014. Communiqué de presse du 2 février 2015.)
      Chiffres confirmés en avril 2018 par une nouvelle enquête réalisée par l’institut BVA pour la Fondation April : Aujourd’hui, 7 français sur 10 renoncent à se soigner pour des raisons financières, l’impossibilité de trouver un médecin ou des délais d’attente trop long ! (Source : Les Français et le renoncement aux soins, étude de la Fondation April réalisée avec l’institut BVA, 6 avril 2018, http://www.bva-group.com)

      Nos impôts devraient servir justement, non pas à reléguer les hôpitaux et la santé dans le privé comme vous l’écrivez mais dans le collectif. L’Allemagne n’est pas une référence et sa dette publique est en constante augmentation tout comme celle de la France.

      Commençons par remettre dans le budget de l’Etat les plus de 200 MILLIARDS d’euros annuels DONNES, sous forme de subventions et d’exonérations fiscales, aux entreprises – 90% de cette manne profite aux sociétés du CAC40 c’est-à-dire à celles qui ne créent pas d’emplois mais organisent des plans de milliers de licenciements, délocalisent, évitent le fisc, exportent une partie de leurs bénéfices dans des places offshore – et nous allons voir qu’il y aura de l’argent pour l’hôpital, l’éducation et le logement. Plus de 200 MILLIARDS d’euros ANNUELS pour les milliardaires du CAC40: voilà quelle est la plus lourde charge négative dans le budget de l’Etat!
      C’est pourquoi, à l’opposé de ce que vous écrivez, il ne faut pas  » limiter le pouvoir du gouvernement comme celui du peuple » mais au contraire le renforcer LA où il la faut afin de prendre des mesures dans L’INTERET GENERAL du peuple et s’attaquer à la bureaucratie. Quant aux « socialistes » que vous évoquez, la démonstration n’est plus à faire qu’ils ont fait la même politique que vos chers libéraux.

      • Danse dit :

        « Dès qu’il dépasse 60/65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte alors cher à la société ; il est bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement, plutôt qu’elle ne se détériore progressivement. »
        « On pourrait accepter l’idée d’allongement de l’espérance de vie À CONDITION de rendre les vieux solvables et de créer ainsi un marché. »

        « Je crois que dans la logique même du système industriel dans lequel nous nous trouvons, l’allongement de la durée de la vie n’est plus un objectif souhaité par la logique du pouvoir. »

        « L’EUTHANASIE SERA UN DES INSTRUMENTS ESSENTIELS DE NOS SOCIÉTÉS FUTURES DANS TOUS LES CAS DE FIGURE. Dans une logique socialiste, pour commencer, le problème se pose comme suit : la logique socialiste c’est la liberté, et LA LIBERTÉ FONDAMENTALE C’EST LE SUICIDE ; en conséquence, le droit au suicide direct ou indirect est donc une valeur absolue dans ce type de société. »

        « L’EUTHANASIE DEVIENDRA UN INSTRUMENT ESSENTIEL DE GOUVERNEMENT. »

        Extraits de L’homme nomade , Ed. Le Livre de Poche, 2005 – source
        http://petrus.angel.over-blog.com/ext/http:/fr.novopress.info/?p=10257

      • Danse dit :

        Précision : le texte que je viens de citer est de Jacques ATTALI

      • zorba44 dit :

        @danse « tu » m’étonnes ….Jaco bien sûr ! …à euthanasier d’urgence, pour cause de démence sénile profonde !

        Jean LENOIR

      • Danse dit :

        Oui Jean : à euthanasier en premier !

  4. zorba44 dit :

    C’est ce qu’on appelle diriger un pays avec une logique purement comptable ! …le citoyen a bien raison de se révolter et de vouloir renverser ce gouvernement…

    …Il n’est pas un numéro de compte mais un être de chair et de sang !

    Jean LENOIR

  5. Zoé dit :

    Evidemment avec la faune d’immigrés qui sont arrivés et les nombre de médecins et de chirurgiens n’ayant pas augmenté pour autant, on en arrive à ce genre de dérive. Quant à la chimiothérapie ? je suis circonspecte quant à son efficacité ça coûte un pognon de dingue pour quels résultats ???

    • Danse dit :

      75% des médecins refusent la chimiothérapie pour eux-mêmes
      http://www.curenaturalicancro.com/fr/75-des-medecins-refusent-la-chimiotherapie-pour-eux-memes/08/24/

      BERNARD JUNOD : « Notre définition du cancer est fausse ! »
      http://www.neosante.eu/bernard-junod-notre-definition-du-cancer-est-fausse/
      « Nous avons découvert, lors de ce travail, que c’est le diagnostic lui-même qui n’est pas correct et qui donne l’illusion de cette amélioration des chances de survie due au dépistage. Le plus tôt nous allons faire ce diagnostic dans l’évolution d’une tumeur, le plus de risques nous courons de détecter un faux cancer, c’est-à-dire un pseudo-cancer ou une lésion qui ressemble comme deux gouttes d’eau à un vrai cancer au moment où on l’observe au microscope… mais qui n’est pas un cancer !
      L’examen réalisé ne permet pas de prédire s’il s’agit d’une véritable maladie cancéreuse qui évoluera de manière fâcheuse avec métastase ou s’il s’agit d’un pseudo-cancer qui ne va pas évoluer ou même complètement régresser. Ainsi, plus on pratique d’examens diagnostiques précocement, plus on détecte de faux cancers. »

      « Le nombre estimé de surdiagnostics en France est de 36 000 cas par an, pour le seul cancer du sein. Cent femmes par jour sont ainsi diagnostiquées et traitées inutilement. »

      « Mais il n’y a pas que le dépistage du cancer du sein ou de la prostate qui pose problème. Le pire, c’est probablement la thyroïde. C’est dans la thyroïde qu’on trouverait le plus de cancers si on faisait du dépistage systématique. Si nous faisions des biopsies nombreuses, nous arriverions à découvrir, sur n’importe quelle thyroïde, un nouveau cancer. Dans pratiquement tous nos organes, des cellules se divisent et s’organisent d’une telle manière qu’on pourrait les prendre pour des cancers alors que les tissus sont sains.  »

      « La censure est en lien direct avec la problématique des intérêts financiers. Les chercheurs subissent de multiples pressions. On leur fait miroiter soit des récompenses d’ordre financier ou de prestige d’expert, ou soit au contraire des exclusions ou des manières de les mettre de côté selon le contenu de ce qu’ils produisent. »

      • JSG dit :

        J’ai déjà entendu ça il y a un bail, concernant la prostate, bref, il y a encore des progrès à faire.

      • Zoé dit :

        Merci Danse. je viens de lire le lien concernant la chimiothérapie, c’est vraiment du lourd et je ne suis pas étonnée que 75 % des médecins la refusent pour eux-mêmes et leurs proches. Le problème est que ce traitement inutile et dangereux coûte un pognon de dingue à la sécu et quand un médecin prescrit à son malade une thérapie douce et pas chère , il est considéré comme un charlatan et a des problèmes pas possibles avec la sécu. et risquent la radiation. En tous cas, cela ne fait que confirmer ce que je pensais.

      • Danse dit :

        « et quand un médecin prescrit à son malade une thérapie douce et pas chère , il est considéré comme un charlatan et a des problèmes pas possibles avec la sécu. et risquent la radiation. »
        Zoé, non seulement les médecins risquent la radiation, mais en plus les parents qui refusent de laisser bousiller leurs enfants par la chimiothérapie et les AMPUTATIONS se font contraindre d’obtempérer ou on leur enlève leurs enfants. Je n’ai pas le temps de vous mettre les liens, mais vous trouverez avec les mots clefs : Dr. Nicole Delépine.
        La « médecine » officielle est une dictature en soi, un outil sataniste autonome. Je vous recommande cet article :

        Dr NICOLE DELÉPINE : «Les médecins sont devenus des marchands de médicaments »
        http://www.neosante.eu/dr-nicole-delepine-les-medecins-sont-devenus-des-marchands-de-medicaments/
        « Selon une circulaire de 2005/2006, il faut être accrédité et, dans le cadre du Plan Cancer, suivre les strictes recommandations de la Haute Autorité de Santé. C’est le régime soviétique au pire du communisme ! Le praticien n’est plus libre de prescrire ses protocoles, il doit appliquer ceux que son ordinateur lui fournit – des ESSAIS thérapeutiques en cours. Il ne s’agit plus d’un exercice médical individualisé, réfléchi par le médecin en phase directe avec son patient… C’est une médecine robotisée. »

    • Oz dit :

      L’efficacité de la chimio c’est l’enrichissement exorbitant de Big Pharma.
      Certains médecins confirment que les personnes ne meurent pas du cancer mais du traitement du cancer. Le Dr Hamer, cancérologue allemand, l’appelait la médecine des camps de concentration.
      Voyez les découvertes des Docteurs Gernez, Solomidès, Beljanski etc.
      Une réponse à votre questionnement avec Ghislaine Lanctot :

    • Oz dit :

      Et la deuxième partie avec cette femme médecin au Québec

      • Danse dit :

        Les découvertes des Docteurs Gernez, Solomidès, Beljanski sont anciennes et orienteraient les gens vers la dépendance envers de nouvelles techniques ou produits trop coûteux. En réalité, tout cela n’est pas nécessaire pour nous soigner, et nous n’avons pas besoin d’une nouvelle DÉPENDANCE à une nouvelle forme de médecine. Rien de coûteux n’est nécessaire non plus.
        Il y a de multiples façons de se soigner de manière AUTONOME. La vérité est que la plupart des médecines sont inutiles.

        Attention Oz, à ma connaissance cette personne Ghislaine Lanctot dit certaines choses justes mais elle baigne dans un MESSAGE NEW-AGE c’est à dire mondialiste.
        (je n’ai pas regardé les vidéos ici, mais il y a au moins 10 ans elle est apparue et j’avais analysé ses propos à l’époque et je l’avais éliminée du champ. C’est un gourou.)

        Même problème au sujet du site Minurne : attention, je n’ai pas eu le temps de vous le signaler, mais sous un autre article d’Olivier vous repostez la théorie de l’innocence du plan Kalergi. Ce site Minurne fait du damage control pour le système d’oppression -regardez son projet de gouvernement édifiant, voyez aussi que seul l’Islam est sa cible et pas le sionisme-, et pour vous récupérer il réécrit l’histoire par petites touches (en modifiant quelques détails) pour noyer autant le poisson que possible. J’essaierai d’y revenir.

      • Oz dit :

        @Danse
        Les découvertes des Docteurs Gernez, Solomidès, Beljanski sont anciennes et orienteraient les gens vers la dépendance envers de nouvelles techniques ou produits trop coûteux.
        Moins coûteux et surtout moins destructeur que la chimiothérapie. Aujourd’hui j’ai accompagné un de mes enfants pour une expertise, après traitement, dans un hyper-centre de cancérologie. Quand tu rentres et que tu vois des squelettes couverts d’une peau et portant une perruque pour essayer de garder un côté humain tu penses à cette infirmière qui t’a dit avoir démissionné car elle a la certitude d’avoir participé à un génocide. Aux Us certaines cliniques soignent le cancer avec la propolis rouge et c’est un sacré outil qui justement booste les cellules souches, entre autre.

        « En réalité, tout cela n’est pas nécessaire pour nous soigner, et nous n’avons pas besoin d’une nouvelle DÉPENDANCE à une nouvelle forme de médecine. Rien de coûteux n’est nécessaire non plus. Il y a de multiples façons de se soigner de manière AUTONOME. La vérité est que la plupart des médecines sont inutiles. »
        Ghislaine Lanctot va justement au bout de ce postulat et rejoint la médecine traditionnelle chinoise. Vous parlez toujours de la caverne. Il me semble que justement elle est sortie de la caverne de Platon et essaie de nous expliquer ce qu’elle a vu à l’extérieur.

        « Attention Oz, à ma connaissance cette personne Ghislaine Lanctot dit certaines choses justes mais elle baigne dans un MESSAGE NEW-AGE c’est à dire mondialiste.
        (je n’ai pas regardé les vidéos ici, mais il y a au moins 10 ans elle est apparue et j’avais analysé ses propos à l’époque et je l’avais éliminée du champ. C’est un gourou.) »
        Qu’est-ce que le New Age dont on nous rebat les oreilles ? Qu’est ce qu’une secte ? J’ai déscolarisé mes enfants pour les mettre à l’école Freinet. Nous avons eu droit à une enquête de gendarmerie car suspectés bien sûr de faire partie d’une secte et l’institutrice, bien sûr encore, d’en être le gourou. Toute personne qui sort des sentiers battus est soupçonnée d’appartenir au « New Age » ou à toute autre secte. Une personne qui ne fait pas vacciner ses enfants est également suspectée immédiatement de faire partie d’une secte. C’est aussi pratique que de traiter les gens de complotiste. Regardez ce film « Vaxxed ». La projection de ce documentaire avait été programmée au parlement européen puis rapidement annulée. Pourquoi ? N’est-ce pas précisément ce que dénonce Ghislaine Lanctot ?
        https://www.dropbox.com/s/w30t093mxq0r4ki/VAXXED%20-%20De%20la%20dissimulation%20%C3%A0%20la%20catastrophe.mp4?dl=0

        De cette femme je connais « La mafia médicale » dans lequel elle dénonce le fait que les médecins n’ont pas pour vocation de guérir leurs malades car, comme dit un médecin que je connais, ce serait perdre son fond de commerce. Elle aborde aussi l’aspect psychologique de toutes les maladies ce qui rejoint la médecine traditionnelle chinoise. Les reins : c’est la peur. Le foie : c’est la colère. Les poumons c’est une profonde détresse un grand désespoir etc.

        « Même problème au sujet du site Minurne : attention, je n’ai pas eu le temps de vous le signaler, mais sous un autre article d’Olivier vous repostez la théorie de l’innocence du plan Kalergi. Ce site Minurne fait du damage control pour le système d’oppression -regardez son projet de gouvernement édifiant, voyez aussi que seul l’Islam est sa cible et pas le sionisme-, et pour vous récupérer il réécrit l’histoire par petites touches (en modifiant quelques détails) pour noyer autant le poisson que possible. J’essaierai d’y revenir. »
        Un ami m’avait adressé cet article. C’était une autre version. Laquelle est la bonne ? Dans la fiche Wikipedia, qui n’est pas réputé pour son impartialité, concernant Coudenhove-Kalergi voici ce qui est ecrit :
        • Développement d’une mystique européenne : « De même que dans tout être vivant le corps est façonné par l’âme, de même le corps de l’Europe ne naîtra que sous l’impulsion d’un esprit européen » (p. 19). Ces racines mystiques sont à chercher dans : a) la culture classique européenne, b) la foi chrétienne, c) la conception de l’honneur des chevaliers médiévaux5.
        • L’Europe est une Europe chrétienne : tendance sociale et humanitaire chrétienne. Foi chrétienne5.
        • C’est une Europe portée par un esprit héroïque et chevaleresque5.
        • Assurer la paix, mais aussi la renaissance de l’Europe afin qu’elle reprenne son rôle à la tête de la planète
        Seul Coudenhove-Kalergi aurait pu confirmer ou infirmer ce qui est écrit dans cet article de Minurve.
        Quant à Minurve :
        Un jour j’ai fait suivre à une amie un article sur Julian Assange provenant du site « Le grand soir ». Elle m’a répondu « Attention c’est un site d’extrême gauche ». Une autre fois j’ai fait suivre à une autre personne un article de Thierry Meyssan du site Voltairenet. Elle m’a répondu : « Attention cet homme est d’extrême droite ». Ce qui me fait penser à cet article que j’ai lu un jour et que je trouve très juste : « Les voleurs de mots »
        https://reseauinternational.net/les-voleurs-de-mots/

  6. Marc dit :

    Et pendant ce temps là, on continue d’augmenter le nombre de hauts fonctionnaires d’état et de la territoriale avec des « recasages » des « amis », inutiles et très coûteux pour tout le monde !

    • Pollock dit :

      On appelle ça les bullshits jobs….et l’hôpital n’est pas en reste….sur le terrain de moins en moins, de médecins, d’infirmières, de soignants …bref… La galère…

  7. Sandra B dit :

    « Il faut arrêter avec ces usines à malades » : après la mort d’une patiente à Lariboisière, un urgentiste dénonce la gestion des hôpitaux

    Après avoir passé 12 heures à l’accueil des urgences, une patiente est morte lundi 17 décembre à l’hôpital Lariboisière dans le 10e arrondissement de Paris. Si deux enquêtes ont été ouvertes pour comprendre ce qui a pu se passer, certains pointent déjà la gestion managériale de l’établissement. C’est le cas du médecin urgentiste Gérald Kierzek, qui était invité mercredi 19 décembre de l’émission « C à vous » sur France 5.

    « La première des responsabilités, c’est celle de la direction générale, c’est celle du directeur général, qui va nous mettre des managers, des gens qui sont là, qui font ce qu’on appelle du ‘lean management’, réagit-il. Ce sont des gens qui vont dire : ‘Vous traitez les malades comme dans les usines. C’est une chaîne de production’. »
    L’hôpital « comme les remontées mécaniques »

    Très inquiet pour l’hôpital, qui avait déjà fait remonter cet été des manques de moyens, comme l’indiquait France Bleu, le médecin cite en exemple un séminaire qui a eu lieu à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). « Quelqu’un qui gère les remontées mécaniques est venu nous dire : ‘Vous voyez les remontées mécaniques, les skieurs c’est une gestion du flux… Les malades c’est exactement la même chose' ». Selon lui, « il faut arrêter avec ces usines à malades, il faut qu’on fasse des hôpitaux à taille humaine ».

    https://www.francetvinfo.fr/sante/hopital/video-il-faut-arreter-avec-ces-usines-a-malades-apres-la-mort-d-une-patiente-a-lariboisiere-un-urgentiste-denonce-la-gestion-des-hopitaux_3109911.html#xtor=AL-67-%5Bvideo%5D

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s