Gilets jaunes : Le MEDEF, paniqué, était prêt à « tout lâcher »

L’insurrection, ça paie… ou plutôt ça pourrait payer, car pour le moment Macron et son gouvernement n’ont pas “lâché” grand-chose, à part des promesses de débat… Et pourtant, on a vu à quel point ce pouvoir, privé de soutien populaire, est fragile. OD

(Canal+, 13 décembre 2018)

Irène Inchauspé (L’Opinion) : « Ils ont vraiment eu peur à un moment d’avoir leurs têtes sur des piques. Quand il y a eu le samedi terrible avec toutes les dégradations, ils avaient appelé le patron du MEDEF en lui disant “Tu lâches tout !” parce que les grands patrons se sentaient menacés physiquement. Ils ont envoyé des textos en disant “Tu lâches sur le SMIC, il faut qu’on distribue des primes, tu lâches tout !…”

(Merci à Danse)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Gilets jaunes : Le MEDEF, paniqué, était prêt à « tout lâcher »

  1. DUPRAT dit :

    La richesse devient le seul idéal et l’unique objectif de bonheur. Tant que les hommes en feront leur Dieu, il ne pourra pas y avoir de sérénité.

  2. Igor dit :

    J’ai toujours pensé q’un gouvernement ne tenait que grace a sa police et son armée, si ces deux institutions ne le soutiennent plus, alors c’est le début de la fin….

  3. Jean-Loup Izambert dit :

    “Tu lâches sur le SMIC, il faut qu’on distribue des primes »… Et après? Ce n’est pas en distribuant des primes et en augmentant légèrement le SMIC que les choses changeront. Cela, ce sont des miettes pour faire taire le mouvement populaire et sauver l’essentiel: le système d’organisation politique et économique qui permet aux grands propriétaires privés de la finance et de l’économie de s’enrichir sur le dos des peuples. Ce qu’ils craignent par-dessus tout c’est la remise en cause de leur système, que le niveau de conscience du peuple passe du stade de la révolte à celui de la révolution. Raison pour laquelle ils s’efforcent de réprimer durement le mouvement en cours, de le discréditer en provoquant des troubles ( Cf. images de policiers en civils déguisés en casseurs) tout en tenant un discours sur « le changement ». Mais le système est usé et tout dépend maintenant de la capacité du mouvement populaire à s’élargir et à s’organiser pour appeler à l’union et à l’action sur des propositions de RUPTURE avec le système.

  4. loupraz dit :

    C’est pour ça que nous le Peuple on ne doit RIEN lâcher ! et pas pour obtenir des cacahouètes… pour reprendre le pouvoir à ces dictateurs !!

  5. téléphobe dit :

    « Ils ont vraiment eu peur à un moment d’avoir leurs têtes sur des piques. » :
    Je n’y crois pas un seul instant.
    Il suffit de considérer la situation de la Grèce ruinée dont la population qui d’ailleurs ne souhaitait pas sortir de l’Euro, a été trahie par les gauchistes, voir les états d’Amérique du nord (où un tiers de la population vit en dehors du système) pour constater que la vie continue pour les « élites » malgré la pauvreté, l’amertume et la lâcheté, la majeure partie de la population continuant à courir après le pognon et le rêve dit « américain ».
    Je me souviens de ce qui s’écrivait sur les murs d’Athènes à la fin 2012 : « Merry Crisis and Happy New Fear ». Six ans après, en France, nous y sommes.

  6. zorba44 dit :

    Rien n’est fini, Octobre (Khashoggi-Yémen) Décembre c’est la nouvelle vie dans la vie…
    Il faut expliquer que plus rien n’est pareil quand la conscience s’éveille…

    Les salauds ont raison d’avoir peur car le blocage et les manipulations du gouvernement ne traduisent aucun affaiblissement de la détermination de ceux qu’un vil président nommait les « sans-dents »…

    Comme une éruption volcanique qui se prépare parfois pendant des millénaires (Yellowstone) l’éruption GJ a des bases très anciennes. La lave se répand partout …et ça panique ceux qui peuvent être balayés.

    La France n’est pas la Grèce et on en veut pour preuve la destruction des radars, instruments de la prédation (au fait où en est-elle ?) et l’incendie du péage de Bandol – symbole de la destruction du bradage des autoroutes à VINCI et consorts payées avec l’impôt).

    On aurait tort de croire que l’on tuera ainsi la conscience et l’action pour amener à établir une Nation Ordinaire et Morale au service de tous.

    Jean LENOIR

  7. Philippe dit :

    Macron & sa clique d’abrutis doivent dégager…..virés pour avoir envoyé les CRS contre le Peuple qui les a élu! ils ont trahi leur mandat, le Micron fait semblant de négocier mais ce malade grave ne sait que mentir et manipuler!

  8. parole au peuple ! dit :

    Au MEDEF c’est toujours la même chanson : hausse du pouvoir d’achat CONTRE baisse des « charges » sociales
    LES CHARGES sociales ce sont en fait les COTISATIONS sociales… à savoir le financement des services publics et des prestations sociales…
    En gros ils reprennent d’une main ce qu’ils donnent « généreusement »de l’autre.

    les piques seraient méritées !

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s