1000 milliards de dollars : les entreprises américaines n’ont jamais autant racheté leurs actions

« 1000 milliards de dollars : c’est le montant record consacré aux rachat de leurs propres actions par « Corporate America », les firmes américaines, en d’autres termes. Rien que cette semaine, ce sont les géants Oracle, Johnson & Johnson, et Boeing qui se sont livrés à cet exercice.

Le géant du logiciel Oracle a annoncé qu’il venait de boucler une nouvelle opération de ce type pour 10 millions de dollars au cours du dernier trimestre ; trois mois auparavant, il avait déjà fait la même chose, pour le même montant. La multinationale des soins et de l’hygiène Johnson & Johnson a de son côté indiqué qu’elle avait racheté pour 5 milliards de dollars de ses propres actions ; quant à Boeing, elle affirme dans un communiqué qu’elle va effectuer un nouveau rachat de titres propres pour un montant de 20 milliards de dollars, à la suite de celui qu’elle avait orchestré à la même époque en 2017 pour 18 milliards de dollars.

La réforme fiscale de Trump décisive

Cette vague de rachats de leurs propres titres a été alimentée par plusieurs facteurs : d’abord, la forte croissance économique américaine, mais aussi les faibles taux d’intérêt. Mais selon David Santschi, directeur de recherche dans le domaine des liquidités chez TrimTabs, c’est surtout la réforme fiscale introduite par le président Donald Trump à la fin de l’année dernière qui a été décisive : « Une grande partie de ces rachats sont dus à la loi fiscale. Les entreprises ont plus d’argent pour gonfler le cours de leurs actions », explique-t-il. La réforme fiscale incluait une forte réduction de l’impôt sur les sociétés, qui est passé de 35 % à 21 %, et des mesures pour faciliter le rapatriement des liquidités que les grands groupes détenaient à l’étranger.

Une partie des entreprises qui ont effectué des rachats d’actions ont donc utilisé leurs propres liquidités, dans certains cas rapatriées de l’étranger ; d’autres, comme Oracle, ont eu recours à l’emprunt, et ont tiré parti des taux d’intérêt relativement encore faibles aux Etats-Unis.

L’objectif : faire grimper le cours de l’action

Les rachats d’actions ont par exemple permis à Oracle d’améliorer le rendement par action de 19 %, grâce à la réduction du nombre des actions disponibles. En retour, cette hausse de la rentabilité du titre contribue à augmenter la demande pour ce titre, et en conséquence, à faire monter son cours (dans le cas d’Oracle, le cours de la part a progressé de 3 % après le rachat d’actions). Même si le cours de l’action n’augmente pas immédiatement suite au rachat de ses titres par la firme, la réduction du nombre d’actions en circulation implique que leurs porteurs recevront un dividende proportionnellement plus important. De même, le rachat d’actions implique que la firme en question est optimiste quant à ses perspectives futures, ce qui peut inciter les investisseurs à s’y intéresser.

Néanmoins, les critiques notent que les entreprises effectuent souvent ces rachats lorsque les cours sont au plus haut, ce qui signifient qu’elles ne font pas toujours une bonne affaire, notamment si les cours sont voués à baisser, en raison d’un choc économique, par exemple. « Elles effectuent ces rachats parce qu’elles sont optimistes, et que leurs affaires vont bien. La plupart des entreprises ne se soucient pas du cours ou de la valorisation de leurs actions », explique M. Santschi.

Entre les actionnaires et les salariés, les entreprises ont fait leur choix

Enfin, d’autres critiquent la valeur économique de ces rachats de titres propres : ils estiment que les entreprises apporteraient une contribution plus valable à l’économie si elles consacraient ces sommes à l’augmentation des salaires de leurs employés, ou aux investissements. Alors que le montant total consacré à ces opérations atteint un record historique, les investissements dans des usines créatrices d’emplois ont été bien plus timides.

C’est notamment le reproche que fait le sénateur de la Floride, Marco Rubio, dans un tweet : « Quand une société utilise ses bénéfices pour racheter ses actions, elle décide que rendre du capital aux actionnaires est meilleur pour ses affaires que d’investir dans ses produits ou ses travailleurs. Le code des impôts encourage cela. Pas étonnant que nous ayons une vie professionnelle instable et mal payée ».

En février de cette année Patrick Artus, l’économiste en chef de la banque d’investissement française Natixis, avait écrit que nous observions actuellement une série de développements dans les pays de l’OCDE qui étaient conformes à l’évolution du capitalisme telle que Karl Marx l’avait prédit. Il expliquait que lorsque les entreprises constataient la baisse de leurs rendements (ce qui est le cas depuis 2010), elles avaient tendance à ajuster les salaires à la baisse, mais lorsqu’elles avaient atteint les limites de cette stratégie, elles passaient à la spéculation. Et il nommait le rachat d’actions propres pour faire monter les cours comme l’une de ces opérations spéculatives pour augmenter le retour sur capital ».

Audrey Duperron, Express Business, le 20 décembre 2018

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour 1000 milliards de dollars : les entreprises américaines n’ont jamais autant racheté leurs actions

  1. josephhokayem dit :

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

  2. Pollock dit :

    Le rachat d’actions va devenir un exercice de plus en plus périlleux. Le vix a grimpé à plus de 30, la Deutsche bank est au plus mal..ça promet !!!!

    • rodez21 dit :

       »Le rachat d’actions va devenir un exercice de plus en plus périlleux »
      L’essentiel est de pouvoir optimiser la vente de ses stock options peu importe que la Deutsch Bank supporte un risque de faillite, c’est le cadet de leur souci, la BCE veille.
      Et si la volatilité grimpe, c’est bien le signe que certains (gros) actionnaires vendent pendant que les (grosses) entreprises pratiquent le rachat d’actions avec l’argent des autres, ie les banques.

      • Dom le dodo dit :

        Oh, de toutes façons, il y a Le Fond de Garantie, au cas où; mais non, je plaisante;-)))

  3. zorba44 dit :

    Que ce soit très clair, le rachat des actions d’une société avec sa trésorerie (ou pire l’emprunt) est la démonstration que l’emploi de cette trésorerie est une évaporation de capital et que l’entreprise a une vue pessimiste de l’avenir.

    Le seul cas où cela est justifié c’est quand, avec mesure, le rachat des actions vise à une distribution pour le personnel, ainsi « intéressé » à la marche de l’entreprise… C’était une idée chère à de Gaulle et une bonne idée.

    Mais que l’on cite un seul exemple de cette pratique, hors cette stérilisante opération d’appauvrissement de la société qui la pratique.

    Jean LENOIR

  4. xavib dit :

    La Bourse monte au cric depuis des années, pour le plus grand plaisir de ce ces ventripotents d’actionnaires vaseux et alors même qu’on nous dit que c’est la CRISE…

    • Pollock dit :

      Il semblerait que la machine se grippe sérieusement depuis octobre…la suite va être passionnante

      • rodez21 dit :

        Libre à vous, de trouver passionnant de voir votre épargne & vos revenus, année après année (et pour longtemps encore), se faire laminer par une inflation qui ne dit pas son nom.
        Et pour répondre à votre remarque  »la machine se grippe sérieusement depuis octobre » : Si vous aviez acquis un portefeuille d’actions en 2009, au jour d’aujourd’hui, vous seriez encore largement gagnant, donc effectivement, la machine se grippe mais lentement.

Répondre à Pollock Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s