Pourquoi l’avenir pétrolier des Etats-Unis dépend du Venezuela

OPINION. Sans le pétrole lourd vénézuélien, qui s’épuise, la suprématie énergétique des Etats-Unis ne tient qu’à un fil, explique le géo-économiste Laurent Horvath

« La malédiction du pétrole s’illustre une fois de plus. Cette fois, c’est le Venezuela qui en fait les frais. Si, pour le grand public, l’image d’un gouvernement incapable et corrompu a été vendue, la partie non visible de l’iceberg révèle un enjeu pétrolier extrême. Actuellement dans les mains de la Chine et de la Russie, les Etats-Unis ont la cruelle nécessité de s’approprier cet or noir.

Même si les USA sont devenus les plus grands producteurs pétroliers du monde, la mauvaise qualité de leur pétrole les oblige en effet à incorporer le brut extra-lourd du Venezuela pour produire du kérosène ou du diesel. Sans ce pétrole, qui s’épuise, la suprématie énergétique des Etats-Unis ne tient qu’à un fil.

Le dilemme américain

Grâce au pétrole de schiste, les Etats-Unis sont devenus le plus grand producteur pétrolier du monde. Si la légèreté du schiste convient à merveille pour la pétrochimie, les pesticides ou le plastique, le diesel et le kérosène nécessitent de le mélanger à un brut plus lourd. Pour produire ces carburants, les raffineries du pays importent plus de 500 000 barils par jour de brut extra-lourd du Venezuela. Le Canada pourrait venir en aide à Washington, mais les capacités limitées des transports et les coûts importants des sables bitumineux de l’Alberta freinent le processus.

Pour ne pas se tirer une balle dans le pied avec les lourdes sanctions financières imposées par le président Trump au régime Maduro, les Etats-Unis continuent d’accepter les livraisons de brut mais déposent les paiements sur des comptes bloqués. Qui, entre Caracas et Washington, pourra tenir le plus longtemps, la question est posée.

Trump : une pierre, plusieurs coups

La stratégie du président Trump repose sur plusieurs piliers : l’opinion publique, les élections de 2020 et l’argent. Donald Trump fustige les dérives et l’incapacité d’un gouvernement «socialiste» en soulignant la précarité du peuple vénézuélien et le manque d’investisseurs. Ce message fait d’une pierre deux coups. A l’interne, il permet d’affronter les candidats démocrates «ouvertement socialistes» aux élections de 2020 et, à l’externe, de scinder le monde entre les méchants et les gentils.

Cette perception est renforcée par l’envoi d’une aide humanitaire qui a pris une tournure de communication hollywoodienne, alors qu’elle devrait être organisée de manière neutre et indépendante. Cette suspicion de cheval de Troie a été renforcée par John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale. Son bloc-notes ayant dévoilé «5000 soldats américains en Colombie».

De manière plus discrète, le même John Bolton travaille sur le véritable objectif d’un renversement du président Maduro par son protégé Juan Guaido : le pétrole. ExxonMobil et Chevron devraient reprendre les installations pétrolières du Venezuela et assurer l’approvisionnement des raffineries américaines. Les Français (Total), les Anglais (BP) et les Espagnols (Repsol) sont également impliqués dans cette réflexion, d’où la coopération immédiate du président Emmanuel Macron et des premiers ministres Theresa May et Pedro Sanchez.

«Peak oil»

A lui seul, le Venezuela est en train d’illustrer le paradoxe pétrolier actuel. Le pétrole bon marché s’épuise et il devient de plus en plus onéreux d’extraire un baril. Membre de l’OPEP, il possède potentiellement les réserves pétrolières les plus importantes du monde et ses rentrées économiques sont à 96% assurées par cette manne. Historiquement, le Venezuela ne s’est jamais remis de la crise de sa monnaie et de sa dette des années 1980-90. Les régimes drastiques imposés par le FMI et la Banque mondiale n’ont finalement réussi qu’à monter la population appauvrie contre le président de droite Rafael Caldera.

Le libéralisme porté par les Américains devait permettre de revitaliser le secteur privé et d’attirer les investisseurs internationaux. Pour tenter d’augmenter la production pétrolière, Caldera privatisa le secteur pétrolier. Malgré les efforts, le Venezuela a atteint son peak oil en 1997 avec 3,5 millions b/j. Quand Hugo Chavez prit le pouvoir en 1999, la production avait déjà diminué de 1 million b/j et la corruption ravageait le pays. Aujourd’hui, avec l’illusion d’être assis sur une richesse pétrolière, le blâme se porte essentiellement sur le modèle économique socialiste des gouvernements Chavez et Maduro.

« Caracas a dû continuellement se battre contre la justice et les fonds vautours d’investissements américains pour rembourser, avec des taux indécents, les prêts effectués »

Il n’y a aucun doute que les erreurs de casting et la corruption ont endommagé l’extraction du précieux liquide. Mais la grande partie de l’or noir vénézuélien nécessite d’énormes quantités d’argent, des techniques avancées et un management professionnel. Tant que le baril tenait au-dessus de 100 dollars, l’équation pouvait se résoudre. Avec la chute du baril en 2008 et en 2014, le Venezuela subit le même sort que l’Union soviétique dans les années 1990.

Si, aux USA, le pétrole de schiste ou les sables de schiste canadiens ont vu affluer, à perte, des milliards de dollars d’investisseurs étrangers comme des fonds de pension européens, les banques privées ou la Banque nationale suisse, le Venezuela n’a pas eu autant de chance. Au contraire, Caracas a dû continuellement se battre contre la justice et les fonds vautours d’investissements américains pour rembourser, avec des taux indécents, les prêts effectués. Dans ce désastre financier, de Bush à Obama, Washington aura tout fait pour tendre vers la situation actuelle.

Ainsi, de 1998 à 2013, Chavez n’a pas réussi à saisir l’importance d’injecter de l’argent dans le système pétrolier. Il a dévié cet argent pour son usage propre mais aussi pour réduire la pauvreté, qui est passée de 55 à 34%, instruire 1,5 million d’adultes et, avec l’aide de docteurs cubains, offrir à 70% de la population un système de santé gratuit. Dès que le baril a chuté en juin 2014, le gouvernement s’est retrouvé à court d’argent pour soutenir la production pétrolière et ses programmes sociaux. Le retour de manivelle fut édifiant avec plus de 3,5 millions de Vénézuéliens obligés de s’expatrier pour simplement manger. En quelques années, le pays est tombé en ruine.

Indépendance pétrolière

Demain, celui qui sera en charge du Venezuela héritera d’un pays dont l’agonie n’égalera que la vitesse de la baisse de sa production pétrolière. Si pour la Russie et la Chine les risques se résument à la perte de dizaines de milliards de dollars de créances et d’actifs ainsi que de leur influence en Amérique latine, le président Trump doit absolument garantir l’importation de brut conventionnel ou très lourd pour assurer la production de carburants pour ses camions et ses avions.

On pensait les petites nations plus vulnérables aux variations pétrolières. La position très inconfortable des Etats-Unis démontre ce changement de paradigme. Nous produisons de plus en plus de pétrole, de moins en moins bonne qualité mais de plus en plus cher. L’équation n’a pas de solution dans le système économique actuel. La vitesse à laquelle le Venezuela s’est écroulé ne peut que nous inciter à trouver une indépendance pétrolière sous peine de subir le même sort ».

Laurent Horvath, Le Temps, le 13 février 2019

Lire aussi :

Maduro à RT : «les richesses du Venezuela» sont la cause de l’ingérence américaine (EXCLUSIF)

Rappels :

Le Venezuela se rebelle contre le pétrodollar (M. Dinucci)

Juan Guaido fait savoir aux USA qu’il ouvrira le pétrole vénézuélien aux investissements étrangers

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Pourquoi l’avenir pétrolier des Etats-Unis dépend du Venezuela

  1. zorba44 dit :

    Cocktail sang et pétrole…

    Tout est annoncé et on se demande comment un pays peut accepter le paiement de son pétrole sur des comptes bloqués.

    Or contre or noir serait la bonne équation !

    Jean LENOIR

  2. roc dit :

     » En quelques années, le pays est tombé en ruine  »
    certes mais il sont en guerre et pour un pays en guerre il ont moins de destruction et moins de morts que par exemple la Syrie !

  3. Robert dit :

    Après avoir été une bénédiction pour nos sociétés modernes, le pétrole devient désormais une malédiction… Et malheureusement, nous n’avons pas d’alternative crédible à court et moyen terme…

  4. Nicolas Jaisson dit :

    Le 28 novembre, le ministère américain de l’Intérieur a annoncé une nouvelle confirmation dramatique de la découverte en Arizona d’énormes quantités de pétrole et de gaz dans une région à l’ouest du Texas. Le Département de l’Intérieur des États-Unis, par l’intermédiaire de son US Geological Survey, a annoncé que la formation de schistes de Wolfcamp et la formation sus-jacente de Bone Spring dans le bassin du Delaware au Texas et dans la province du bassin permien du Nouveau-Mexique contiennent « une moyenne estimée à 46,3 milliards de barils de pétrole, 281 000 milliards de pieds cubes de gaz naturel, et 20 milliards de barils de gaz naturel liquide, selon une étude du USGS (Geological Survey) ».
    https://www.mondialisation.ca/quest-il-arrive-au-pic-petrolier-decouverte-majeure-dun-nouveau-gisement-de-petrole/5630274

  5. xavib dit :

    Coïncidence ? Le Venezuela donne le feu vert à la Russie pour exploiter son or, quelques jours plus tard, les États-Unis tentent de renverser le gouvernement….

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s