Macron est clair : « Je ressoude, et dès que c’est consolidé je réattaque »

Comme le disait Frédéric Lordon, en réponse à cette petite phrase : « C’est très frais. Vous ressoudez et vous réattaquez. C’est parfait, nous savons à quoi nous en tenir, nous aussi nous viendrons avec le chalumeau ». OD

« Mes obsessions ne me quittent pas et je vais encore tonner contre les dérives liberticides de ce pouvoir illégitime, et cette volonté avérée de passer en force pour appliquer la feuille de route donnée à Emmanuel Macron par l’oligarchie qui l’a choisi et installé frauduleusement à la présidence de la république.

Je crois que le temps des circonlocutions est largement passé et qu’il faut appeler un chat un chat. Comme le disait Nelson Mandela : « C’est toujours l’oppresseur, non l’opprimé qui détermine la forme de lutte. Si l’oppresseur utilise la violence, l’opprimé n’aura pas d’autre choix que de répondre par la violence. Dans notre cas, ce n’était qu’une forme de légitime défense. »

Cela ne veut pas dire que destructions et pillages soient des armes légitimes, mais que la violence est bien du côté de ce pouvoir.

J’ai répondu aux questions d’Atlantico à propos de cette volonté clairement affirmée de durcir encore une répression déjà très violente.

On la trouvera ci-dessous. Ainsi que le lien qui mène à l’originale ».

Régis de Castelnau, Vu du Droit, le 20 mars 2019


TENSIONS SUR L’ETAT DE DROIT

Pourquoi les pulsions de répression gouvernementales menacent l’équilibre de la justice française

Dernier épisode en date : le ministre de l’intérieur Christophe Castaner a déclaré vouloir faire payer la casse aux gilets jaunes Maxime Nicolle et Eric Drouet.

Atlantico : Dans un article publié le 13 mars, vous dénonciez la plainte déposée par l’Ecole polytechnique sous la pression du gouvernement envers un ancien étudiant accusé d’avoir manifesté au côté des Gilets jaunes en uniforme. Que traduit cette plainte de la stratégie du gouvernement dans la répression des Gilets jaunes ?

Régis de Castelnau : Effectivement, j’avais relevé une petite histoire prise dans le feuilleton « gilets jaunes » et qui me semblait symboliser assez précisément certains enjeux des événements qui se produisent dans notre pays depuis quatre mois. La révolte populaire qu’incarne ce mouvement a fait venir au jour de façon criante le considérable clivage social qui divise aujourd’hui notre pays.  Personne ne peut le contester, aujourd’hui c’est France d’en haut contre France d’en bas. Un ancien élève de polytechnique avait souhaité porter un message, celui du refus d’une partie des élites de pratiquer le mépris de cette France populaire et lui manifester sa solidarité. Inspiré du précédent du fameux bicorne reproduit par Delacroix dans son célébrissime tableau : « la liberté guidant le peuple », il s’est rendu à une des manifestations des gilets jaunes revêtu du fameux uniforme noir de cérémonie. Qui n’est pas un uniforme militaire et dont l’usage postérieur à la sortie de l’école n’est pas réglementé. Minuscule événement, sans aucune mention dans la presse, il n’en fallait pas plus pour que la fibre ultra répressive de Madame Belloubet s’enflamme. Ordre fut donné à la direction de l’école de déposer plainte entre les mains du procureur pour une incrimination inepte : « port illégal d’uniforme ». Ce que cette anecdote raconte c’est le choix fait par le pouvoir depuis la fin du mois de décembre de ne répondre au mouvement des gilets jaunes que par une répression violente. En dehors d’un débat national transformé en campagne électorale illégale et monologue narcissique, aucune solution politique quelle qu’elle soit n’a été envisagée ou proposée. Seulement une répression, destinée à punir et terroriser outils de la volonté inébranlable du président de continuer l’application de la feuille de route à lui fixée par les grands intérêts qui l’ont porté à la présidence. Dans la fameuse interview à l’occasion de laquelle il nous avait expliqué le parler des boxeurs gitans, la présence russe dans les manifestations, et annoncé sa volonté d’installer des commissaires politiques dans les rédactions, il y avait une petite phrase qui n’a pas été relevée : « Je ressoude, et dès que c’est consolidé je réattaque ». Pour ressouder, il faut apeurer le bourgeois, puis terroriser le mouvement par une répression judiciaire et policière sans précédent. Cela explique l’ahurissante attitude de Nicole Belloubet qui revendique triomphalement son bilan d’une répression de masse dont le praticien sait qu’elle ne peut être conforme à la loi et aux principes. Les arguments de ce pouvoir passent désormais par la revendication de quotas d’emprisonnés (!) ce qui n’est pas sans rappeler de très mauvais souvenirs. Cette volonté répressive se manifeste également par des poursuites invraisemblables contre des gens pour des motifs parfaitement futiles mais qui garantissent garde à vue et lourdes condamnations. Tel aura crié « Castaner assassin » dans une manifestation, tel autre aura partagé une page Facebook, tel autre encore aura tapé du tambour, et tous vont voir de quel bois se chauffe un corps judiciaire qui jusqu’à présent n’a vu aucun inconvénient à prendre en charge le sale boulot. Pour Emmanuel Macron, ressouder c’est réprimer violemment, réattaquer c’est reprendre l’entreprise de démolition en commençant bien sûr par les opérations open bar pour la finance que sont les privatisations des fleurons économiques de la nation.

Lire la suite sur Atlantico

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Macron est clair : « Je ressoude, et dès que c’est consolidé je réattaque »

  1. g2O dit :

    Cette dérive totalitaire est GRAVISSIME.

    • cesaropapiste dit :

      Macrotte, déchet humain en chef de la Ripoublique française court après l’échafaud, c’est délicieux d’ignominie. A ce petit jeu-là rira bien qui rira le dernier. Idéologue hors sol, sa tête tombera dans la sciure comme la fameuse pomme de Newton tomba jadis au sol pour prouver les lois de la gravitation universelle. D’une révolution l’autre…

  2. Robert dit :

    Analyse lucide de Régis de Castelnau, en particulier sur l’état de fragmentation de la société française . Ce président est « dos au mur » et manifestement il est prêt à piétiner la démocratie pour se maintenir au pouvoir. A cet égard, j’estime que le résultat des prochaines européennes sera déterminant : si LREM arrive en tête, Macron en tirera un argument de légitimité pour poursuivre son œuvre de destruction… Je ne suis pas sûr qu’ une majorité d’électeurs l’ait compris, y compris parmi ceux qui ne soutiennent pas l’actuel gouvernement.

    • cesaropapiste dit :

      Le ventre mou du pays, hélas constitué d’innombrables crétines et crétins de tous âges, devra être rééduqué, au knout s’il le faut. Merde à la Démocratie ! Qui aime bien châtie bien. Mieux vaut le knout que l’échafaud auxquels sont d’ores et déjà destinés les parasites de l’anti-France. Reste à en fixer le moment et les modalités.

      Vive la Révolution nationale et mort aux cons !

  3. C. Sainz dit :

    Ce taré « consolide » en lançant l’armée dans les rues…. contre les GJ, assimilés à des terroristes ! ça va très mal finir, comme dans toute république bananière.

  4. Avec les discours qu’il a tenu dès fin novembre, début décembre, on était quelques-uns à dire que Macron voulait (et peut-être que c’était ça, sa missssion divine, finalement) être le premier président à tirer sur son peuple…
    Nous en avons maintenant la preuve.
    Son objectif = notre insurrection pour mieux nous réprimer…
    Voici ce que j’écrivais : Et je pense également que Macron pourrait être le premier président à donner l’ordre aux forces policières et militaires de tirer sur NOUS le peuple et compte tenu de leur degré de soumission à leurs autorités de tutelle, comme nous avons pu le constater lors de l’Acte XII par les déclarations du Ministre de l’Intérieur et de certains commandants de Police…

    Dans ce billet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2019/02/05/la-france-soumise-a-lexperience-de-milgram-grandeur-nature/

    Et on y est… Franchement, qui peut être satisfait d’avoir raison.
    Pas moi…

    Dans larueourien ► https://larueourien.tumblr.com/
    Il y a ce tag « C’est toujours l’oppresseur, non l’opprimé qui détermine la forme de lutte. Si l’oppresseur utilise la violence, l’opprimé n’aura pas d’autre choix que de répondre par la violence. Dans notre cas, ce n’était qu’une forme de légitime défense. »

    Nous sommes les forces du désordre…
    La Révolution ne sera pas autorisée…
    Nietzsche la BAC !

    Je rajoute pour ma part, si nous sommes souvent sans-dents (les miennes sont pas mal éparpillées quand même) nous ne sommes pas sans cerveau ! Et on s’en sert…
    Jojo (qui ne veut pas être Zidente) la Gilet Jaune

  5. Eugenio Sarto dit :

    Deux remarques :
    1°/  » … nous aussi nous viendrons avec le chalumeau « . Dialectique hégélienne attisée ; résultat connu d’avance : rapport de force tellement disproportionné qu’il est risible (si j’ose dire). Normal, l’auteur est un marxiste déclaré.
    2°/ « … Comme le disait Nelson Mandela … ». Sait-on qui était réellement ce personnage ?
    Pour répondre rapidement : https://www.henrymakow.com/when_do_terrorists_get_nobel_p.html
    De grâce, même si certaines citations hors contextes de célébrités du système et fabriquées par le système peuvent paraître intéressantes, leur usage nous fait retomber dans le puits de potentiel … du système.
    La seule résistance possible est personnelle, non-violente physiquement, est mentale. Ne donner son consentement intérieur à rien de mauvais et être cohérent dans ses actes. Pour cela il faut commencer savoir se passer des instruments du système. Je reconnais qu’il ne reste alors pas grand-chose et que c’est crucifiant. Seulement, nous ne serons pas jugés sur le résultat, mais les moyens que nous aurons mis en œuvre. Combien hélas de catholiques de bouche font tout pour mettre leurs enfants dans les Grandes Ecoles du système pour ensuite qu’ils aient « une bonne place » … dans le système ? ! Cela s’appelle, dit Jésus, « filtrer le moucheron et laisser passer le chameau ».
    Pour en revenir aux GJ, je peux dire qu’à peu près toutes les critiques du comportement de l’État à ce sujet que j’ai pu lire sont, dans leur essence, marxistes, i.e. matérialistes athées.
    E. S.

    • Alcide dit :

      …je peux dire qu’à peu près toutes les critiques du comportement de l’État à ce sujet que j’ai pu lire sont, dans leur essence, marxistes, i.e. matérialistes athées…

      Je constate que vous ne comprenez pas grand-chose.
      Le Marxisme, idéologie du Trotskysme n’est pas athée, il est sioniste-talmudique tout comme ses massacres.

      1983 Book by Jewish Historians Celebrates Jewish Role in Mass Murder of Russians Under Bolshevism

      « Trotsky was feted by Jews worldwide as “an avenger of Jewish humiliations under Tsarism, bringing fire and slaughter to their worst enemies.”[A16] »

      https://russia-insider.com/en/history/1983-book-jewish-historians-celebrates-jewish-role-mass-murder-russians-under-bolshevism

      et:
      France’s Jewish Elites Demand Yellow Vest Protests Be Shut Down

      https://russia-insider.com/en/frances-jewish-elites-demand-yellow-vest-protests-be-shut-down/ri26334

      Les Gilets Jaunes sont depuis le début la cible des représentants médiatiques du sionisme parasitaire de la France comme le CRIF, BHL, Ferry, Finkelcrotte, Fabius, etc… tous socialistes marxistes comme par hasard.

      Les Gilets Jaunes réclament simplement la démocratie et une vie décente hors mise en servitude par les banquiers crapuleux, ce qui n’est en rien opposé au Christianisme mais son cœur social. Car si nous suivons l’exemple de Christ, nous devons détruire le système bancaire frauduleux par essence mais autorisé par la loi.

  6. zorba44 dit :

    Il ressoude …eh bien il va falloir vraiment le dessouder ce fou halluciné dans ses obsessions, pire qu’Hitler, fraudeur absolu de la pensée, destructeur de la Constitution qu’autant que de son peuple.

    L’armée pour l’Acte XIX ? On voudrait savoir ce qu’en pense l’ancien Chef d’Etat-Major Villiers ?

    Jean LENOIR

  7. Eric83 dit :

    Il est clair que Macron provoque lui-même ce qui va aboutir à une véritable révolution et/ou à la guerre civile. La question est, dans quel but ?

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s