Incident des pétroliers dans le Golfe d’Oman : provocation des fauteurs de guerre ?

« Il y a un an, en juin 2018, j’expliquais lors de l’émission Chroniques de la paix universelle (épisode 6) [33], que, compte tenu du désengagement des États-Unis au Proche-Orient et du refroidissement des relations russo-israéliennes (et ce trois mois avant l’incident aérien ayant conduit à la mort de 15 militaires russes causée par une manœuvre de la chasse israélienne), il y avait un risque d’attaque sous faux drapeau pour débloquer la situation dans laquelle se trouvaient les Israéliens, et ainsi relancer le projet sioniste.

C’est sous cette perspective qu’il faut analyser l’incident des pétroliers frappés dans le Golfe d’Oman.

Le jeudi 13 juin 2019, deux pétroliers, le Front Altair et le Kokula Courageous, respectivement sous pavillon des îles Marshal et du Panama, ont été attaqués en mer d’Oman, près du détroit d’Ormuz. 44 membres d’équipage ont été repêchés par des secouristes iraniens puis débarqués dans un port de la République islamique d’Iran, selon l’agence de presse officielle Irna.
Les États-Unis ont immédiatement attribué la responsabilité de l’incident à l’Iran, qui a rejeté ces accusations en les qualifiant de non fondées.
La Navy étasunienne a publié, le jeudi 13 juin (le jour même de l’incident), une vidéo très floue, où selon les responsables américains, on peut voir un équipage iranien retirer après coup une mine « limpet » (mine marine posée sur une cible par des aimants) qui était posée sur la coque mais n’a pas explosé. De son côté, l’Iran a assuré que son équipage était là pour porter secours au pétrolier.

Le vendredi 14 juin 2019, un officiel américain a affirmé sur CNN que l’Iran a tiré un missile sol-air visant un drone américain (qu’il a manqué) quelques heures avant l’attaque contre les pétroliers. L’officiel américain a précisé que le drone américain MQ-9 Reaper aurait identifié des navires iraniens approchant des pétroliers, sans toutefois indiquer si le drone avait repéré les navires en train de mener l’attaque [34].

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, a répondu que « Ces accusations sont alarmantes » et d’ajouter « Ces attaques (contre les pétroliers) arrangent bien les officiels américains ».

Yutaka Katada, PDG de la société japonaise qui exploite le pétrolier Kokuka Gorgeous, touché par l’explosion, a réfuté la version américaine des événements, déclarant que l’équipage du bateau avait vu un tir peu avant l’explosion. Yutaka Katada a ainsi déclaré :

« On nous a signalé que quelque chose a volé vers le navire. L’endroit où le projectile a frappé était nettement au-dessus de la ligne de flottaison, donc nous sommes absolument sûrs qu’il ne s’agissait pas d’une torpille. Je ne pense pas qu’il y avait une bombe à retardement ou un objet posé sur le côté du navire. Une mine n’endommage pas le navire au-dessus du niveau de la mer. Nous ne savons pas exactement ce qui a frappé, mais quelque chose a volé vers le navire. » [35]

Il y a eu des précédents historiques qui nous mènent à déduire qu’il s’agit là d’une attaque sous-faux drapeau pour déclencher une guerre contre un ennemi désigné d’Israël.

Quelques exemples historiques d’attaques sous faux drapeau

Alors que les Anglais avaient, à l’issue de la Première Guerre mondiale créé le Foyer national juif au profit des sionistes, l’Irgoun (l’Irgoun, et la Hagana dont il est issu, sont des organisations terroristes du Foyer national juif, le Yishouv, qui ont donné naissance à Tsahal et qui avaient pour rôle de soutenir et d’étendre les colonies en Palestine) mena dans les années 1940 des actions violentes contre l’Empire britannique finissant, pour le chasser de Palestine [36], notamment avec l’attentat à la bombe ayant frappé les bureaux du mandataire britannique dans l’Hôtel King David le 22 juillet 1946. Détail qui a son importance : les terroristes de l’Irgoun s’étaient habillés pour l’occasion en arabes pour faire porter le chapeau aux Palestiniens. [37]

Nous avons là un bel exemple d’attaque sous faux drapeau ; actions déguisées que les Israéliens mèneront à plusieurs reprises contre leurs alliés pour les entraîner dans des conflits armés. Par exemple :

  • En 1954, des agents israéliens tentaient de faire sauter plusieurs cibles de leur allié américain en Égypte, dans le but de pousser ce dernier contre les Égyptiens.
  • En 1967, les Américains ont évité de se mêler de la guerre de 6 jours, du fait de la menace de l’Union Soviétique alliée de la Syrie et de l’Égypte. Les Israéliens tentèrent alors d’attirer les États-Unis dans la guerre en frappant leur navire de reconnaissance USS liberty ; attaque que les Israéliens voulurent faire passer pour une agression égyptienne, comme en 1954. [38]

Rappelons qu’un mois seulement avant cet incident dans le Golfe d’Oman, les États-Unis affirmaient que les Iraniens préparaient une attaque contre les intérêts américains dans le Golfe ; affirmation fondée sur une « information » transmise au conseiller à la Sécurité nationale des États-Unis, John Bolton, par le Mossad israélien ».

Youssef Hindi, le 19 juin 2019

Source : « Les Etats-Unis, Israël et la Russie sur l’échiquier géopolitique – Partie I : Guerre à la Maison Blanche et crise iranienne » (Géopolintel)

Lire aussi :

L’Iran tétanisé

Qui sont les incendiaires de pétroliers dans le Golfe ?

L’analyse du général français Dominique Delawarde

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Incident des pétroliers dans le Golfe d’Oman : provocation des fauteurs de guerre ?

  1. zorba44 dit :

    …La conclusion de cet article est particulièrement limpide « Rappelons qu’un mois seulement avant cet incident dans le golfe d’Oman… »

    Eh bien, mon cher Watson, qu’à la lumière de ces informations fournies par le Maussade, le dit organisme n’est autre que l’entremetteur de ces incidents.

    Nata Miaou ne devrait pas se réjouir : en cas de conflit généralisé Israël et la région sont vaporisées et ce sera la nouvelle Shoah en quelques secondes à échelle 10 ou 100 !

    Jean LENOIR

  2. laurence dit :

    http://www.freepdf.info/index.php?post/Cavro-Demars-Lucien-La-honte-sioniste

    Quand on a lu ça … on comprend le pourquoi de ce qu’il se passe ! Vraiment à lire !

  3. Bernie dit :

    Les psychopathes de l’administration US ont perdu tout contact avec la réalité ! Si maintenant abattre un drone d’espionnage qui n’a rien à faire là (pas autorisé par une résolution de l’ONU que je sache) est un casus belli… au fait, les Etatsuniens sont à combien de km de chez eux ???

    AFP, publié le jeudi 20 juin 2019 à 19h41

    L’Iran a abattu jeudi un drone américain qui se trouvait selon lui dans son espace aérien, provoquant une vive réaction de Donald Trump qui a dénoncé l’attitude de l’Iran tout en évoquant l’hypothèse d’une erreur humaine.

    « L’Iran a fait une énorme erreur », a lancé, menaçant, le président américain qui s’exprimait depuis le Bureau ovale dans un climat de grande tension entre Washington et Téhéran. « Ce pays n’acceptera pas cela », a mis en garde M. Trump.

    Interrogé sur une éventuelle réponse américaine au drone abattu, il est resté évasif: « Vous verrez », a-t-il simplement répondu, avant de sembler vouloir faire baisser la température en évoquant la piste d’une erreur faite par quelqu’un de « stupide ». « J’ai du mal à croire que cela était délibéré », a-t-il ajouté.

    En dépit des affirmations répétées des Etats-Unis et de l’Iran selon lesquelles ils ne cherchent pas la guerre, l’escalade et la multiplication des incidents dans la région du Golfe font craindre qu’une étincelle ne mette le feu aux poudres.

    Les Etats-Unis ont confirmé que les forces iraniennes avaient abattu un drone de surveillance de l’US Navy mais insisté sur le fait qu’il se trouvait dans l’espace aérien international.

    Selon le Pentagone, il se trouvait à 34 km des côtes iraniennes lorsqu’il a été abattu et n’a « à aucun moment » violé l’espace aérien iranien.

    Aucune information n’a été fournie à ce stade sur l’éventuelle localisation des débris du drone.

    – « Catastrophe » –

    Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde jeudi contre un éventuel recours des Etats-Unis à la force contre l’Iran, estimant que cela serait « une catastrophe » pour la région.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s