Pourquoi le travail au noir explose en France

« De moins en moins de Français respectent les règles. Selon le dernier rapport de la Cour des comptes, fraude des entreprises et des particuliers confondus, ce sont 20 milliards d’euros qui ont manqué à l’État en 2012. Ce chiffre a doublé en 8 ans. Avec la crise, la baisse du niveau de vie, les Français n’ont plus tous les moyens de l’honnêteté. La pression fiscale, toujours plus forte, ébranle le pacte républicain. Chacun essaye d’abord de s’en sortir, avant de se soucier des autres, de la collectivité. »

Ne ratez pas le témoignage à partir de la 21e minute de la patronne d’un petit restaurant, qui ne déclare pas la totalité de ses employés et de son chiffre d’affaires :

« Et donc j’ai fait tout ce que l’État me demande au niveau comptabilité, au final j’ai fait deux ans et demi tout au carré, et moi je gagnais zéro pour 80 heures par semaine. Alors qu’est-ce qui m’a empêchée de gagner de l’argent ? C’est tout simple, un cuisinier il faisait 50 heures par semaine, c’était un bon cuisinier, je lui donnais 2 300 euros de salaire net par mois, et donc derrière faut compter qu’on donne 2 200 euros de charges derrière, donc les charges sont énormes. Sur un chiffre d’affaires de 220 000 il y a la moitié qui part déjà pour le personnel. Le jour où j’ai décidé de fermer, mon restaurant était plein, je refusais du monde, donc je suis arrivée avec 50 000 euros, je suis repartie avec 5 000 euros et ma gosse sous le bras. »

Un témoignage édifiant : en appliquant scrupuleusement la loi, elle a bossé 80 heures par semaine et pas gagné un sous, après ratissage de l’État. En extrapolant, on comprend pourquoi le travail au noir est devenu endémique en France, et il ne s’agit pas que des lascars des cités qui font du deal ou de la carrosserie à ciel ouvert. Cela concerne beaucoup, beaucoup de monde. Dans la restauration, pour s’en sortir, il faut planquer 30% de de son CA au fisc, mettre le cash de côté. Tant pis pour la retraite : le présent commande.

« Oui je fais du black, et je n’ai absolument pas honte de faire du black, le gouvernement c’est lui qui devrait avoir honte de m’obliger à être malhonnête. »

Et si le travail au noir c’était de l’économie solidaire ?

Le témoignage de cette restauratrice peut être multiplié par 10 000, 100 000 : les petits commerçants, artisans et autres indépendants savent ce que l’extorsion étatique veut dire. La classe moyenne, bosseuse, voire sur-bosseuse, se fait ratisser au profit d’oisifs ou de tricheurs. Car l’argent va bien quelque part.

On comprend mieux d’où est venue la révolte des Gilets jaunes, de ces Français qui travaillent pour la grande prédation, non pas étatique, car l’argent ne reste pas dans l’État (qui lui aussi se paupérise, ou est paupérisé à dessein) : l’État n’est plus qu’un prête-nom pour une caste qui pompe les travailleurs. C’est un écran, avec un Bercy (les finances publiques) qui cancérise la nation.

Quand on voit la DILCRAH qui touche 100 millions d’euros sur 3 ans pour harceler les Français lucides, les insulter en permanence, des Français qui bossent et qui n’ont jamais tué personne, qui se font traiter de racistes, d’antisémites et de populistes, on se dit qu’on est dans un pays de fous.

La France qui se lève tôt, la France qui bosse, subit une extorsion de plus en plus infondée. Et aujourd’hui, vendredi 28 juin 2019, les services gouvernementaux essayent de nous la faire à l’envers avec une dette qui dépasse les 99% du PIB. Une dette qu’il va falloir rembourser – à l’avide Banque – au prix d’efforts toujours renouvelés.

La Banque va tuer la classe moyenne, la poule aux œufs d’or française

Ce que Valérie ne dit pas, ou ne sait pas, c’est que le Système produit de la dette, qui profite in fine aux patrons de Macron. À ce rythme, la France sera bientôt à moitié noire, à l’italienne ! Les inspecteurs du Fisc passeront leur temps à courir après un pognon que les Français ne voudront plus leur donner. Retour au Moyen Âge, avec les percepteurs du seigneur reçus à coups de fourches !

La vraie grève, c’est la grève fiscale et ça, les Maîtres le savent bien. Alors en avant la répression !

Egalité & Réconciliation, le 28 juin 2019

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Pourquoi le travail au noir explose en France

  1. zorba44 dit :

    Rester et crever …ou s’expatrier pour avoir le droit de respirer !
    Les jeunes n’ont aucun avenir en France et c’est pour cela qu’ils partent de plus en plus nombreux comme les Irlandais qui fuyaient en amérique au début du vingtième siècle…

    Jean LENOIR

    • charlesheindrichs dit :

      ben non…. ils partaient parce qu’ils crevaient de faim … plus de patates….elles avaient le mildiou…. ce n’est pas les taxes, c’est le mildiou qui les a fait partir

      • Danse dit :

        FAUX : https://liberationirlande.wordpress.com/histoire-de-tara/la-grande-famine/

        An Gorta Mór (« la grande faim » en Irlandais) commença en septembre 1845, lorsque la récolte de pommes de terres fut frappée par le mildiou, un champignon qui fait pourrir la patate, la rendant molle et immangeable. Les pauvres d’Irlande dépendaient de la pomme de terre pour leur survie, pour plus de trois millions de personnes, c’était la seule nourriture. Lorsque le mildiou abîma presque la moitié de la récolte en 1845, ces gens passèrent l’hiver dans la disette, ce qui n’était pas nouveau dans leurs vies. Mais les pluies presque continuelles qui tombèrent jusqu’au mois de mars 1846 apportèrent avec elles des conditions quasi-idéales pour la propagation de la maladie.

        En 1846 la récolte fut complètement ravagée et la famine fut totale. En 1847, le mildiou frappa moins fort, mais les effets de la famine avaient fait leur œuvre : peu de semailles nouvelles avaient été faites. Deux-tiers des habitants du Connaught [une des quatre provinces d’Irlande, à l’ouest] furent affectés. Dans toute l’île, plus de 130.000 familles tentaient de survivre sur l’équivalent de la production de moins d’un arpent de terre.

        Une grande partie de la population cultivait des céréales pour payer le fermage. Tant qu’ils pouvaient vendre leur récolte, ils pouvaient payer le fermage au propriétaire foncier et éviter l’expulsion. Et pour cette même raison, on n’abattait pas les animaux de ferme. La plus grande partie des céréales était exportée en Angleterre pour y nourrir les ouvriers. C’est sur les plus mauvaises terres que les Irlandais cultivaient la pomme de terre. La revue anglaise Punch disait à l’époque que les pauvres d’Irlande étaient eux-mêmes « le mildiou de leurs propres terres et le malheur des Saxons ».

        Au plus fort de la famine, l’Etat britannique mit en œuvre les Famine Relief Schemes [dispositifs de soulagement de la famine] un projet de grands travaux qui devaient permettre de nourrir les gens en échange de travail.

        Ce système était destiné à contenir et maîtriser le problème, pas de le résoudre. Il était très élaboré et répandu. Beaucoup de routes, connues sous le nom de Famine Roads ou Green Roads (parce qu’elles ne menaient nulle part) furent réalisées. De même, de longs murs furent construits le long des montagnes, surtout dans la région de Burren (comté de Clare). Les impôts destinés aux pauvres [« Poor Rates »] furent utilisés pour financer ces grands travaux. Le pays fut divisé en districts fiscaux sur la base des circonscriptions électorales.

        Chaque district fiscal avait une maison de correction [« workhouse »] qui était tenue par des gardes eux-mêmes supervisés par des inspecteurs, responsables devant le gouvernement. En 1847, fournir du travail aux gens était d’un piètre utilité puisque tant de gens étaient malades ou affamés, incapables de travailler. On faisait travailler les femmes et les enfants à casser des pierres ou à balayer des cailloux.

        Presque tous ces grands travaux étaient improductifs, puisque LE GOUVERNEMENT NE VOULAIT PAS RETIRER DES OCCASIONS DE PROFIT AUX PROMOTEURS PRIVÉS. Des canaux ont aussi été construits, mais beaucoup furent abandonnés. Le gouvernement britannique a dépensé plus de 9 millions de livres pour ces dispositifs, dont 7,5 millions venaient des impôts destinés aux pauvres. Quelques années plus tard, la Guerre de Crimée allait coûter 63,5 millions de livres au gouvernement.

        • Terry Eagleton : Famine (1999)

      • Danse dit :

        https://www.guide-irlande.com/culture/grande-famine/
        En 1845, le Sultan de l’Empire Ottoman, Abdelmajid, a voulu envoyer 10 000 livres au peuple Irlandais pour leur venir en aide. La Reine d’Angleterre, qui a proposé une aide de 1000 livres… s’est alors vexée ! Elle a refusé cette somme de de 10 000 livres du Sultan. Ce dernier a alors envoyé des navires chargé s de nourriture qui vont quitter Istambul pour se rendre en Irlande. En mer, la marine Anglaise les empêche de s’y rendre. Finalement, les navires arrivent à la ville de Drogheda où la nourriture est déchargée. Les notables Irlandais n’ont jamais oubliés ce geste, ils ont écris un texte de remerciement au Sultan qui existe encore aujourd’hui. D’ailleurs, l’équipe de foot local joue aujourd’hui avec les symboles de l’Empire Ottoman.

      • Danse dit :

        https://www.guide-irlande.com/culture/grande-famine/
        Les Irlandais ont paré au plus pressé pour payer leurs impôts aux Anglais et se nourrir face à la famine.
        Ils ont tout bradé pour se retrouver sans bateau, ni filet de pêche.

      • Danse dit :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_Famine_en_Irlande
        Contrairement à ce qui s’était passé pendant la famine de 1780, les ports irlandais restèrent ouverts SOUS LA PRESSION DES NÉGOCIANTS PROTESTANTS ET L’IRLANDE CONTINUA À EXPORTER DE LA NOURRITURE. Alors que dans des régions de l’île des familles entières mouraient de faim, des convois de nourriture appartenant aux landlords, escortés par l’armée, partaient vers l’Angleterre. Certains propriétaires expulsèrent même leurs paysans, y compris s’ils étaient en mesure de payer leur loyer comme lors de l’incident de Ballinglass.

  2. Nanker dit :

    Proverbe : « le travail au noir c’est le paradis fiscal des pauvres ».

  3. magma13 dit :

    C’est pas vous qui avez écris ceci:
    1- Le voleur ordinaire : c’est celui qui vous vole votre argent, votre portefeuille, votre vélo, votre parapluie, etc.
    2- Le voleur politique : c’est celui qui vous vole votre avenir vos rêves, votre savoir, votre salaire, votre éducation, votre santé, votre force, votre sourire, etc.

    La grande différence entre ces deux types de voleurs,

    1- C’est que le voleur ordinaire vous choisit pour vous voler votre bien,
    2- Tandis que le voleur politique, c’est vous qui le choisissez pour qu’il vous vole.

    Et l’autre grande différence, qui n’est pas des moindres,

    1- C’est que le voleur ordinaire est traqué par la police,
    2- Tandis que le voleur politique est le plus souvent protégé par une escorte de police…

    • zorba44 dit :

      Très juste votre panoplie de fripouilles et ses conséquences et ses causes…

      Il conviendrait d’ajouter que la lucidité du citoyen/électeur est qu’il peut se protéger du voleur ordinaire par divers moyens techniques…

      … alors qu’il est impossible de se prémunir des conséquences du vote majoritaire lorsqu’il met en poste un filou voleur politique – étant bien compris que vous-même non seulement vous n’avez pas voté pour lui, mais plus encore vous le honnissez par tous les pores de votre peau et les synapses de votre matière grise.

      La démocratie non seulement ne sert à rien : pire les voleurs politiques s’arrangent pour vous faire revenir à l’isoloir pour le cas où une majorité n’a pas voté pour les fripouilles.

      Il faut ne pas cesser de désobéir civilement et fiscalement et, bien entendu, refuser la démocratie non proportionnelle si on ne veut pas être ficelé comme un rôti par les gredins !
      En l’état des choses, en matière d’élection, cela en revient au refus de voter, à un refus pur et dur car cela fait des décennies qu’on suggère d’adopter une forme de proportionnelle que, bien entendu, nos fieffés menteurs ne mettent jamais en oeuvre car ils se refusent à la démocratie !

      Coluche avait raison : il a été assassiné !

      Jean LENOIR

  4. Et en même temps, on constate ceci : Les prud’hommes de Longjumeau rendent facultatif le barème Macron : En décembre dernier, le conseil de prud’hommes de Troyes a jugé le plafond contraire au droit international. Il a depuis ouvert la voie. Amiens, Lyon, Grenoble, Agen, Paris… En tout, une vingtaine de décisions recensées par la Chancellerie vont dans le même sens. À chaque fois, la motivation est la même : le « barème Macron » contrevient à la Convention n° 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT) et à la Charte sociale européenne. Deux textes qui prévoient qu’une juridiction nationale doit être en capacité d’ordonner le paiement d’une « réparation appropriée » au salarié injustement congédié. Or la grille de dommages-intérêts inscrite dans les ordonnances de 2017 ne remplirait pas cette condition. Ils l’ont donc écartée – du fait de son « inconventionnalité » – et ont accordé des montants supérieurs à ceux qu’elle fixe ► https://www.dalloz-actualite.fr/flash/prud-hommes-de-longjumeau-rendent-facultatif-bareme-macron#.XRcKQv7gqUk
    =*=
    Bon c’est pas comme si on n’avait pas prévenu qu’avec ce Baby MacDeRoth avait été mis là pour nous péter les gencives, à nous les gueux et les gueuses et même plus si affinités !

    Ben lui y veut, hein ? Ça lui plait trop son job de zident !
    Le Medef peut bien faire des minauderies pour finalement refuser de recevoir la Marion Maréchal nous revoilà… C’est FOUPOUDAV avec Marion Au-ssi !
    Même si le NostradAttali avait prédit que le prochain président, en 2022 serait une présidente en réalité et que tout le monde avait pensé à elle… Nan, finalement le Macron s’est pas un boulevard qu’il a pour 2022, c’est une autoroute 4×4 voies… Et les voies du Saigneur sont impénétrables ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2019/04/27/avec-ou-sans-gilet-jaune-les-preuves-que-macron-ment-en-version-pdf-gratos/

    Sinon dans le 17 = brume matinale, toujours pas levée et à peine 20°, comme hier matin !

  5. rodez21 dit :

    @zorba44

    « En l’état des choses, en matière d’élection, cela en revient au refus de voter, à un refus pur et dur car cela fait des décennies qu’on suggère d’adopter une forme de proportionnelle que, bien entendu, nos fieffés menteurs ne mettent jamais en oeuvre car ils se refusent à la démocratie ! »

    D’accord sur le fond, à ceci près que votre refus de voter, les voleurs s’en tapent !
    1 à 2% des inscrits (soit 40000 à 80000 électeurs) se seraient déplacés pour voter à la dernière présidentielle, le candidat élu serait quand même déclaré apte à gouverner, selon le vieux principe du qui ne dit mot consent.

    • zorba44 dit :

      Il est des choix impossible et vous le savez… Mettez-vous dans la peau d’un président qui serait élu par 50 000 et quelques électeurs…

      Jean LENOIR

      • rodez21 dit :

        @Zorba44
        Dans la peau d’un homme de paille, dont les commanditaires feraient feu de tout bois.

      • Gil dit :

        Il n’y a pas de choix impossible! quand on veut vraiment renverser une table, on la renverse (ex L’italie) ! n’en déplaise au poivrot de juncker.

      • Robert dit :

        @ Gil : Pour le moment l’ Italie secoue la table et menace de la renverser… Le fera-t-elle ?

  6. brunoarf dit :

    Raymond Barre a passé sa vie à donner des leçons de morale aux Français. Raymond Barre était un européiste, vice-président de la Commission Européenne de 1967 à 1973, puis premier ministre de la France. Raymond Barre a toujours fait campagne en disant qu’il était sérieux, intègre, honnête. Aujourd’hui, le Canard Enchaîné révèle que ce professeur de morale avait caché 6,78 millions d’euros en Suisse. Les hommes politiques français sont les plus pourris d’Europe. Mais ça, on le savait déjà. Quand un européiste vous donnera une leçon de morale, fusillez-le.

    https://www.estrepublicain.fr/france-monde/2019/07/02/raymond-barre-aurait-cache-de-l-argent-en-suisse

  7. brunoarf dit :

    L’honnête Raymond Barre, l’honnête Valéry Giscard d’Estaing, l’honnête Simone Veil.

    A partir de 1974, la propagande européiste nous a expliqué que les partis politiques centristes étaient dirigés par trois personnalités exceptionnelles : l’honnête Raymond Barre, l’honnête Valéry Giscard d’Estaing, l’honnête Simone Veil. Or, aujourd’hui, un article historique du Canard Enchaîné nous révèle que les valises remplies de billets de banque circulaient discrètement à l’intérieur de ces partis centristes. La question est maintenant la suivante : avec quel argent Valéry Giscard d’Estaing a-t-il acheté le magnifique château d’Estaing en 2005 ?

    Nous, à l’UPR, nous allons devoir tirer sur le fil du mensonge, et tout va venir. Tous les mensonges seront révélés dans les années qui viennent. Trois « honnêtes » personnalités politiques étaient en réalité corrompues, pourries.

    L’européiste Raymond Barre, vice-président de la Commission Européenne de 1967 à 1973, premier ministre de la France en 1976, avait caché 7 millions d’euros en Suisse.

    https://www.estrepublicain.fr/france-monde/2019/07/02/raymond-barre-aurait-cache-de-l-argent-en-suisse

  8. brunoarf dit :

    La corruption en France.

    A partir de 1974, le parti centriste était incarné par trois personnalités soi-disant sérieuses, rigoureuses, honnêtes : Raymond Barre, Valéry Giscard d’Estaing, Simone Veil.

    Or, le 3 juillet 2019, un article historique du Canard Enchaîné vient d’ouvrir la boîte de Pandore : à l’intérieur du parti centriste, les valises remplies de billets de banque circulaient, la corruption régnait à tous les étages.

    – Concernant Raymond Barre, vice-président de la Commission européenne de 1967 à 1973, premier ministre en 1976 : ce professeur de morale avait caché 7 millions d’euros en Suisse ! Ce professeur de morale possédait à sa mort des actions en bourse pour 2 574 000 euros ! Ce professeur de morale avait construit une gigantesque maison à Saint-Jean-Cap-Ferrat en 1979 pour 4 millions d’euros ! Une kyrielle de comptes bancaires, de livrets d’épargne, etc, etc, un patrimoine net évalué à sa mort à 13 664 548 euros !

    – Concernant Valéry Giscard d’Estaing, la question est :

    avec quel argent Valéry Giscard d’Estaing a-t-il acheté le magnifique château d’Estaing, dans le département de l’Aveyron, en 2005 ?

  9. buirette dit :

    Et concernant Simone Veil ???

  10. Ping : Pourquoi le travail au noir explose en France — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie – INSURRECTION PACIFIQUE

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s